Boris Johnson : « Je ne crois pas que les hommes biologiques devraient concourir dans les épreuves sportives féminines »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que les transgenres ne devraient pas concourir dans les sports féminins.

« Je ne crois pas que les hommes biologiques devraient concourir dans les épreuves sportives féminines, a affirmé Johnson. C’est peut-être un sujet de controverse mais cela me semble juste sensé. Je pense d’ailleurs aussi que les femmes devraient pouvoir bénéficier de lieux, que ce soit dans les hôpitaux, les prisons ou les vestiaires, qui leur soient dédiés. J’en suis arrivé là dans mes réflexions sur la question. Cela ne signifie pas que les personnes voulant changer de genre ne bénéficient pas de mon immense sympathie et il est vital qu’on leur apporte tout notre amour et notre soutien dans leur prise de décision à ce sujet. » a déclaré M. Johnson lors d’une visite dans un hôpital de Welwyn Garden City, dans le Hertfordshire, mercredi, a rapporté PA media.

M. Johnson a fait ces commentaires alors qu’il s’exprimait sur un certain nombre de questions, notamment la décision controversée du gouvernement britannique de ne pas inclure les personnes transgenres dans l’interdiction de la thérapie dite de conversion.

Dans la foulée, il a été félicité par de nombreux athlètes, excédés de cette remise en question de l’équité sportive au nom de lubies d’un petit lobby influent.

Le week-end dernier, la cycliste transgenre Emily Bridges a été interdite de participation aux Championnats britanniques d’omnium par l’UCI (la Fédération internationale) alors qu’elle y avait été autorisée par la fédération britannique. Le mois dernier, la nageuse américaine Lia Thomas était elle devenue la première transgenre à remporter un titre universitaire (NCAA) au plus haut niveau (sur 500 yards) après avoir passé trois ans dans les rangs de l’équipe masculine de l’université d’État de Pennsylvanie.

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Une preuve supplémentaire, s’il en était besoin, de la montée du fascisme.
    Plus sérieusement, je ne serais pas étonné que Boris Johnson ait des ennuis.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !