Marine Le Pen promet de sortir la France de l’OTAN

L’OTAN est désormais l’une des questions les plus importantes en Europe, avec les nouveaux développements en Suède et en Finlande, et les impacts électoraux en France. La candidate à la présidence française Marine Le Pen (en tête du second tour qui aura lieu le 24 avril) a juré de retirer la France du commandement militaire de l’OTAN. Ce ne serait pas sans précédent, puisque le pays l’a fait en 1966. Mme Le Pen affirme que la structure de l’alliance « perpétue la logique anachronique et agressive du bloc de la guerre froide ».

La France a été l’un des membres fondateurs de l’Alliance en 1949 et l’a même accueillie pendant 15 ans. Il s’agit d’un événement majeur dans l’histoire de la France. Pour aider les citoyens français ordinaires à accepter la présence de troupes étrangères sur leur territoire en temps de paix, des films comme À votre service ont été projetés dans les cinémas, dans le cadre d’une campagne de relations publiques de l’OTAN, pour ainsi dire. La relation de la France avec la structure anglo-saxonne (qui est hégémonique au sein de l’OTAN), et avec l’alliance elle-même a toujours été complexe, et la promesse de Le Pen doit être comprise dans ce contexte et pas nécessairement comme un simple « extrémisme ».

En agissant ainsi, si elle est élue, Mme Le Pen suivrait en fait les pas du général Charles de Gaulle (qui a dirigé le pays de 1940 à 1946 et de 1958 à 1969). Le dirigeant français conservateur souhaitait une France nucléaire véritablement indépendante qui s’engagerait avec Washington sur un pied d’égalité, devenant peut-être une sorte de troisième force dans le monde bipolaire de la guerre froide de l’époque et pouvant même parvenir à un désaccord avec l’URSS. Il considère que la « relation spéciale » américano-britannique est préjudiciable à l’Europe.

En outre, le droit de veto américain en matière d’armes nucléaires empêchait également Paris de poursuivre ses propres objectifs atomiques. Incapable de placer la France dans le directoire tripartite qu’il proposait dans son mémorandum de 1958 au président américain Dwight Eisenhower et au Premier ministre britannique Harold Macmillan, de Gaulle a refusé de signer l’accord de 1963 contre les essais nucléaires – et, en 1969, la France était déjà une puissance nucléaire à part entière. La même année, il oppose son veto à l’entrée de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne et, en 1964, il déclare à l’Allemagne de l’Ouest qu’elle doit cesser de suivre une politique subordonnée à Washington et adopter une politique d’indépendance européenne (mais pas d’hostilité). Bien entendu, aucun pays de l’OTAN ne suit son exemple.

Isolée, la France s’est ensuite retirée de la structure militaire dite intégrée de l’Alliance en 1966 (sans toutefois quitter complètement le traité) et a expulsé tous ses quartiers généraux et unités sur le territoire français. C’est le président Nicolas Sarkozy qui a finalement mis fin à l' »éloignement » de Paris de l’organisation en 2009 – il aura donc fallu 43 ans pour que Paris change de cap.

Même si Paris accueillait encore certaines réunions et structures civiles de l’OTAN, l’esprit du gaullisme façonnait encore dans une certaine mesure la pensée stratégique française pendant la guerre froide, et la relation OTAN-France alternait entre des phases de rapprochement et de tension. C’est le président Miterrand qui a commencé à ramener la France dans le commandement militaire intégré de l’Alliance. Malgré cela, il s’agit d’une sorte d' »adhésion flexible » (comme on la décrit souvent).

Charles de Gaulle est l’un des dirigeants politiques les plus importants du 20e siècle et, malgré cela, la France est restée relativement isolée sur le continent européen en ce qui concerne sa position sur l’OTAN pendant la durée de son mandat. Il a également été confronté à plusieurs défis, les pays européens ayant agi de concert pour tenter de neutraliser nombre de ses efforts. On ne peut pas vraiment dire si Le Pen serait à la hauteur d’une telle tâche, et s’éloigner de l’OTAN n’est de toute façon pas si simple, mais la situation actuelle est également pleine de contradictions d’un point de vue français et européen.

Entre-temps, le 13 avril, la Finlande et la Suède ont fait un pas important vers l’adhésion à l’OTAN. Lors de leur conférence de presse commune, les premiers ministres Sanna Marin (Finlande) et Magdalena Andersson (Suède) ont tous deux affirmé que le paysage sécuritaire du continent avait changé. Mme Marin a déclaré que la Finlande, qui a une frontière commune avec la Russie, décidera dans les semaines à venir si elle adhère à l’Alliance. Alors qu’une forte majorité de Suédois est désormais favorable à l’adhésion à l’Alliance atlantique, selon un récent sondage, environ 70 % des Finlandais y sont favorables et ce chiffre a plus que doublé depuis le début de la guerre russo-ukrainienne actuelle.

Actuellement, les deux pays nordiques sont des partenaires de l’OTAN, puisqu’ils ont abandonné leur position de neutralité en adhérant à l’Union européenne en 1995. Ils participent donc à des exercices militaires et à des échanges de renseignements, mais ils ne sont pas des membres à part entière. Les deux pays ont reçu l’assurance publique du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, que leur candidature serait effectivement la bienvenue, et ils ont également reçu le soutien public de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni. Rejoindre ou quitter l’Alliance n’est pas si simple – une demande d’adhésion doit être acceptée par les 30 États membres, ce qui devrait prendre au minimum quatre mois et probablement au moins une année entière pour être traitée. Dans tous les cas, Moscou y verra une nouvelle provocation, dans un contexte d’escalade des tensions.

Des experts tels que le politologue de l’Université de Chicago John Mearsheimer ont averti depuis 2014 que la guerre ukrainienne en cours était principalement la faute de l’Occident et Mearsheimer maintient qu’elle reste la faute de l’Occident à ce jour. L’expansion constante de l’OTAN rompant les promesses faites en 1990 lors de la chute de l’Union soviétique ainsi que la politique de Washington consistant à « encercler » et « contenir » Moscou l’ont acculé à ses limites. Comme l’a déclaré le président russe Vladimir Poutine en décembre 2021 : « Que feraient les Américains si nous allions à la frontière entre le Canada et les États-Unis ou à la frontière avec le Mexique et que nous y déployions nos missiles ? » Mearsheimer prévient également qu’en cas d’escalade des tensions, le risque d’une guerre nucléaire est réel.

Aujourd’hui, le monde est confronté aux risques d’une crise alimentaire mondiale et de la faim, ainsi qu’aux crises énergétiques internationales en cours, et à une crise migratoire en Europe. Il appartient aux dirigeants occidentaux responsables d’ouvrir des canaux de communication et de dialogue avec le Kremlin. Provoquer davantage Moscou à ce stade est tout simplement irresponsable et ne sert pas les intérêts de l’Europe. La France pourrait ainsi jouer un rôle clé sur le continent. En fait, l’UE est désormais confrontée à un choix difficile : être une Europe indépendante ou une Europe atlantique.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

5 réponses

  1. Se retirer du commandement militaire (dans le texte), ce n’est pas vraiment sortir de l’OTAN (dans le titre).

  2.  » Il appartient aux dirigeants occidentaux responsables d’ouvrir des canaux de communication et de dialogue avec le Kremlin.  » J’en vois aucun dans la liste , ils sont tous à la remorque des USA dirigés eux même par un sénile , nous allons à la catastrophe si quelqu’un de  » responsable  » ose renouer avec l’Est .

  3.  » si quelqu’un de » responsable » (ose renouer avec l’Est .) n’engage pas de relations avec l’Est .

  4. Cela aurait du être fait depuis le 9 novembre 1989, c’est-à-dire depuis 32 ans ; 5 mois ; 1 semaine et 1 jour.

    C’est à cette date que tombait le mur de Berlin. Actuellement les USA reconstruisent en toute hâte le mur de l’Ukraine.

    QUE-DU-BONHEUR-POUR-LES-EPHAD-UNIS : « Joe Biden tire son épingle du jeu dans le conflit russo-ukrainien. Gaz de schiste, agriculture, vente d’armes: Washington rafle la mise sur tous les tableaux. ».

    https://www.lefigaro.fr/international/les-cles-pour-comprendre-comment-l-amerique-profite-de-la-guerre-en-ukraine-20220415

    Charles de Gaulle affirmait le 6 novembre 1963 :

    « La vérité, c’est que les Américains finiront par se faire détester par tout le monde. Même par leurs alliés les plus inconditionnels. Tous les trucages qu’imaginent les Américains sont démentis par les événements.» (Alain Peyrefitte – C’était de Gaulle, Tome 2) .

    Heureusement le temps des plateaux télé est fini et parler avec Vladimir Poutine est impossible puisqu’il n’a plus rien à dire:

    https://www.youtube.com/watch?v=xS9VmzEz-fs

    Poutine à déjà parlé : Mach 20 ( 6,8 km/s) Moscou/New-York en 14 mn, indétectable & trop rapide pour être intercepté par quoi que ce soit d’existant actuellement.

    A partir de 3 mn : https://www.youtube.com/watch?v=nQ0m0tmJhWw&t=23s

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS