Le président du conseil départemental 22 Christian Coail se met « en retrait » du PS

Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis le craignaient : l’accord d’appareil signé à Paris entre les différentes formations de gauche française qui avantage surtout La France Insoumise suscite des oppositions locales. La dernière en date concerne le président du conseil départemental des Côtes d’Armor Christian Coail qui, dans une lettre en date du 09 mai à décidé de se mettre « en congé du Parti Socialiste » et ce « en attendant les nécessaires clarifications idéologiques du prochain congrès ». En clair : le PS va-t-il se satelliser à la France Insoumise et adopter sa ligne politique pour survivre ?

Selon l’édile socialiste, cette décision est motivée par trois choses : la « désobéissance européenne » (le fait que Jean-Luc Mélenchon ait annoncé son projet de « désobéir » à certains traités européens), le risque de parachutage (c’est d’ailleurs l’objet de nombreuses polémiques à travers la France), la « politique internationale » (on devine ici la question de la guerre en Ukraine, les Insoumis ayant un rapport ambigüe avec Vladimir Poutine) sans parler  du « rapport à la République ». Qu’entends Christian Coail par « rapport à la République » ? Les lourdes tendances décolonialistes et islamo-gauchistes des Insoumis froisseraient-elles ce vieux briscard laïcard qu’est Christian Coail ?

Il est temps de se rendre compte de certaines dérives à Gauche…

Dans la circonscription Guingamp-Rostrenen, le président du groupe de gauche à l’assemblée départementale 22 Alain Guéguen avait déjà annoncé vendredi dernier son « retrait du PS » et sa candidature à la députation. Selon l’accord NUPES, sa circonscription a été « donnée » à un candidat LFI ce que refuse le maire de Plouguernével qui annonce « se présenter en homme libre » contre LFI. Verdict le 12 juin prochain !

Crédit photo : capture d’écran France 3

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Le PS est très probablement mort. Il était déjà en état de mort cérébrale depuis 2017, car en dépit des succès électoraux très relatifs qu’il a eu aux élections intermédiaires (municipales et régionales), il n’a pas su depuis cette date renouveler sa doctrine, ce qui n’est pas étonnant compte tenu de la médiocrité de ses dirigeants actuels.
    Espérons que s’il devait renaître, sa doctrine serait plus en accord avec les réalités actuelles notamment en matière de lutte contre l’immigration massive et les problèmes de sécurité qui y sont liés, en s’inspirant de celle des sociaux-démocrates scandinaves, notamment danois et suédois.
    Enfin, on ne va pas regretter la quasi disparition d’un parti jacobin qui a acté, par la loi, la destruction de l’intégrité territoriale de la Bretagne après avoir tenté de la dissoudre dans une sorte de grand ouest qui n’aucune tradition historique ou culturelle et une réalité économique tout à fait discutable.

  2. la gamelle est trop bonne pour qu’elle soit abandonnée; remarquez bien qu’il y a encore des « radicaux » qui survivent ça et là dans le sudouest…

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS