Wokisme à Rennes. Les Universités souhaitent faire disparaître les notions de « madame, monsieur » de leurs documents et courriers internes.

coucou

La folie Woke semble avoir définitivement gagné une partie des institutions bretonnes. Après l’écriture inclusive largement utilisée dans les publications de la région Bretagne, voici que les universités de Rennes indiquent souhaiter faire disparaître les notions de « madame, monsieur » de leurs documents et courriers internes.

D’abord pour les personnes en faisant la demande puis de manière généralisée ensuite « pour ne pas discriminer ». Les universités Rennes 1 et Rennes 2 ont par ailleurs, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, décider d’autoriser les personnels « trans » à utiliser un « nom d’usage », quelques années après l’avoir autorisé pour les étudiants le souhaitant.

La Star aussi, qui gère bus et métro à Rennes, envisage de mettre en place cette démarche : « La possibilité du prénom d’usage pourrait être ouverte aux détenteurs de la carte Korrigo, dont les services sont de plus en plus étendus » indique le journal 20 minutes.

Parent 1 et Parent 2 à Marseille

La folie Woke, venue des Etats-Unis, semble avoir totalement imprégné les cerveaux d’une partie de « l’élite » occidentale. A Marseille, les formulaires d’Etat civil de deux arrondissements indiqueront désormais Parent 1 et Parent 2 à la place de père et mère, comme on peut le lire sur le journal complaisant La Marseillaise :

« Faire appliquer la loi, pour le respect des personnes LGBT+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres). C’est l’objectif de la Ville de Marseille, qui a mis à jour ses formulaires d’état civil, pour les rendre « plus inclusifs, en cohérence avec la loi », explique Jean-Marc Bonnaffous (Printemps marseillais), 1er adjoint au maire des 6e et 8e arrondissements. Concrètement, les dénominations « parent 1 et parent 2 » remplaceront les « père et mère » hétéronormées, dans les documents administratifs comme les actes de mariage. « Depuis 2013, la loi n’était pas appliquée à Marseille », poursuit l’adjoint. Si cette évolution a été faite dans ces arrondissements, la Ville tend vers une harmonisation des formulaires à l’échelle de toute la municipalité. Des nouveaux livrets de famille inclusifs vont également arriver dans les mairies.

En parallèle de ces progrès administratifs, 300 officiers d’état civil ont été formés à l’accueil des personnes LGBT+. Pour « un meilleur accueil des personnes, quelles que soient leur orientation sexuelle et leur identité de genre », développe Sophie Roques (Printemps marseillais), adjointe au maire de Marseille en charge de l’état civil, d’Allô Mairie et de l’accueil des nouveaux Marseillais »

Jusqu’où va-t-on descendre ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS