Chronique musicale. Joël Labruyère et les Brigandes sortent (encore) de l’ombre

Joël Labruyère, lillustre et dénoncé inspirateur des Brigandes, nous offre ses dernières chansons.

En septembre dernier, les musiciennes dissidentes avaient annoncé la fin de leur groupe. Ce CD de leur mentor pourrait ressembler à une suite puisque les musiciens qui laccompagnent sont les mêmes. Cet album sinscrit donc dans la continuité de cette expérience musicale dénoncée par les médias du Système qui veulent éliminer toute expression culturelle dissidente. Clin d’œil à Gérard de Nerval, le chansonnier sest placé à côté de lui sur lillustration du CD. Maudit et fou, le poète romantique revendiquait dix-sept religions.

Les douze titres accompagnés à la guitare et un orchestre très simple font un ensemble agréable, dans la pure tradition de la chanson dauteur, avec souvent une trompette. Joël doit lapprécier car il lui consacre une chanson à linstrument céleste : Un Ptit air de trompette.

Avec Femme de France, il veut très simplement rendre hommage à la femme. Dans Marquis de Púbol, le chansonnier nous ouvre son Panthéon personnel en y installant Salvador Dali et sa che aux thons, véritable scène de bataille. Le poète semble désabusé dans LEnterrement de la chanson, situant sa fin avec Brassens et les guitares électriques. Sans surprise, La Comptine du CRS, laisse percer une certaine hostilité envers le régime républicain et ses gardes armés. On sait que le chansonnier a des convictions.

Comme le calendrier de l’année de naissance du poète figurant en illustration du livret, certains titres sont marqués par le temps, le poids des ans et l’inéluctable échéance finale : Une autre vie peut-être, Si la mort vient me prendre, A Tout Prendre. Quand on sfait vieux commence même par la sonnerie dordonnance Aux morts. Sans trop de détails, lhomme dévoile quelques-unes de ses croyances dans Selon ta foi ou Le Dragon de Paris qui reprend lantique légende attachée à l’exécution de Jacques de Molay et la malédiction retombant sur Philippe le Bel et sa descendance. La dernière chanson de l’album, Marche ou rêve, est une sorte de testament au rythme entraînant. Un album marqué par le temps, dun autre temps, cest ce qui fait tout son charme (Joël Labruyère, Marche ou rêve, CD auto-édition, 2021).

A commander ici

Brigandissime

Le groupe Les Brigandes annonçait sa dissolution en septembre 2021, victime de la censure, des concerts impossibles et de la tyrannie sanitaire. Son palmarès est singulier pour des musiciennes contestataires, avec plusieurs campagnes médiatiques de diffamation, une audience internationale et une incroyable convocation à l’Assemblée nationale. Lancé en 2015, le groupe pop dissident a produit 12 albums, 144 chansons et 104 clips vidéo. Toutes les vidéos de leurs chansons sont disponibles en ligne

En tirant leur révérence (provisoire ?), les chanteuses diffusent une compilation de leurs chansons sélectionnées « pour leur côté esthétique et poétique ».

Le graphisme de l’album, fait de motifs noir et or est issu de l’Atelier de la Rose et de l’Epée, crée l’ambiance. Contestataires et engagées, les artistes mettent l’accent sur un autre aspect de leur talent fait de lyrisme, de beauté, de sérénité. En effet, vouloir les réduire à leur message politique serait écarter leurs autres compétences. Leur sélection propose des titres qui auraient pu passer inaperçu dans le brouillard de la censure. Ces chansons révèlent une autre facette des Brigandes, attachante et séduisante. On en vient à se demander comment on a pu passer à côté. Les paroles sont simples et profondes pour évoquer la naissance de lEnfant-Dieu, la femme celte ou la perle qui apparaît au détour dun couplet. Lengagement reste présent avec Vive le Roy, Le procès de Rouen, Les professeurs et encore Le meilleur des monde. Après les fureurs des chansons de combat, cette sélection apaisée traduit une certaine sagesse et peut-être aussi que les Brigandes ne semblent pas vouloir en finir avec les chansons, parce quelles en ont le talent et un public qui les attend.

Brigandissime, 2022, 20€ à Barka Productions BP 7 34330 La Salvetat-sur-Agout (à commander ici)

Thierry DeCruzy

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !