Igor Zagrebelny : « La Russie ne peut tout simplement pas tolérer une Ukraine véritablement souveraine à ses côtés » [Interview]

Entretien avec Igor Zagrebelny, philosophe et directeur du centre de recherche et d’analyse « Théologie politique ». Zagrebelny est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment « L’apôtre de l’épée » (2017), « Intermarium : Une occasion presque perdue » (2019) et « Chroniques européennes » (2020).

Un entretien réalisé par notre confrère Álvaro Peñas | El Correo de España et traduit par nos soins.

Vous servez actuellement dans la force de défense territoriale ukrainienne. Que pouvez-vous me dire de votre expérience militaire ? Comment voyez-vous l’évolution de la guerre ?

Igor Zagrebelny : Mon expérience militaire a commencé à l’été 2014 dans le Corps des volontaires ukrainiens (DUK en ukrainien), la branche militaire du mouvement Secteur droit, auquel j’appartenais à l’époque. Cette expérience était modeste, mais plus concentrée que maintenant. En septembre 2014, j’ai reçu l’ordre de retourner à Kiev pour m’engager dans la politique d’information du « Secteur droit ».

Concernant l’étape actuelle de la guerre, au tout début de celle-ci, j’ai rejoint la brigade de défense territoriale qui défendait Kiev. Seules quelques unités de notre brigade ont affronté l’ennemi dans des batailles. Mon unité se trouvait seulement en deuxième ligne de défense et n’a pris part à aucun affrontement. Jusqu’à présent, notre unité est maintenue dans la région de Kiev en cas de réinvasion par le Nord, mais tôt ou tard, elle devra être envoyée à l’Est. Je pense que cette guerre donnera assez de tâches pour tout le monde. Je ne suis pas un expert militaire pour prédire son cours futur. Je voudrais dire que nous avons les forces humaines pour continuer la lutte. L’évolution future de la guerre dépendra fortement de la fourniture d’armes à l’Ukraine, notamment d’artillerie.

Avant de devenir soldat, vous étiez un écrivain connu en Ukraine. Vous attendiez-vous à ce que le jour vienne où vous devrez poser votre stylo et prendre votre épée ? Vous attendiez-vous à cette invasion ?

Igor Zagrebelny : Depuis mon adolescence, je pressentais l’inévitabilité d’une guerre à grande échelle entre l’Ukraine et la Russie. La Russie ne peut tout simplement pas tolérer une Ukraine véritablement souveraine à ses côtés. En ce qui concerne le passage de la plume à l’épée, il convient de noter que j’ai eu une jeunesse turbulente au sein des organisations nationalistes. C’était, pour ainsi dire, un poignard, pas une épée. J’ai même réussi à passer environ un an en prison lorsque Viktor Ianoukovitch était président de l’Ukraine (j’avais été arrêté pour avoir incendié le bureau du parti communiste). Je n’ai finalement quitté le mouvement nationaliste et ne me suis concentré sur le travail créatif qu’en 2016. Depuis lors, je me suis habitué à une vie assez calme. Cependant, lorsque je me suis réveillé le 24 février après l’explosion d’une roquette, cela ne m’a pas surpris. Je n’étais ni heureux ni bouleversé – je suis simplement sorti sur le balcon, j’ai allumé une cigarette et je me suis dit « eh bien, ce qui devait arriver arrive ».

Vous vous définissez comme un chrétien conservateur, pas comme un nationaliste. Cependant, dans vos livres, vous soulignez l’importance de la religion et de la nation.

Igor Zagrebelny : Ma vision du monde a évolué, passant d’une fascination pour le nationalisme ukrainien classique à un conservatisme chrétien. J’utilise le terme « nationalisme ukrainien classique » pour désigner l’idéologie de l’Organisation des nationalistes ukrainiens dans la période allant des années 1930 aux années 1960. Cette idéologie avait de forts accents conservateurs, et je l’aimais bien. Puis j’ai commencé à critiquer le phénomène même de la modernité en tant que produit des Lumières. L’objet de ma critique est la nation en tant que produit des mêmes fondements que le libéralisme et le marxisme et qui donnent aujourd’hui naissance à des mouvements d’émancipation radicaux comme les LGBT. Mais cela ne signifie pas que je critique l’idée que l’humanité est constituée de personnes appartenant à des communautés ethniques, culturelles, historiques différentes. Une telle division est conforme à l’ordre de Dieu. En outre, la nation moderne et le nationalisme sont nés dans le processus de modernisation, mais ont été déclarés, au cours de ce processus, comme quelque chose d’archaïque. Aujourd’hui, la logique du soi-disant « progrès » exige l’élimination de la souveraineté nationale et de la diversité des cultures nationales. Du point de vue du conservatisme chrétien, nous devons protéger ces choses, car elles sont plus proches de l’ordre naturel des choses que l’avenir préparé par mondialistes.

Beaucoup en Occident croient, grâce à la propagande, que la Russie est un pays chrétien et conservateur, et que cette guerre est une lutte entre ce modèle conservateur et la décadence occidentale.

Igor Zagrebelny : La seule époque où la Russie a joué le rôle d’une force conservatrice en Europe est probablement la première moitié du XIXe siècle. Plus tard, l’Empire russe a entamé un processus rapide de dégradation, qui a culminé avec l’arrivée au pouvoir des bolcheviks en 1917. Comme le dit mon ami, le philosophe Eduard Yurchenko, la révolution bolchevique a détruit les meilleurs traits des Russes et a intensifié les pires. À l’heure actuelle, la société russe reste extrêmement dégradée. Le faux conservatisme de Poutine ne change rien à cette situation. Par exemple, l’Église orthodoxe russe travaille en étroite collaboration avec les autorités. Mais très peu de Russes mènent une vie religieuse. Même à Pâques, la liturgie n’est suivie que par environ 1 % de la population russe. Dans le même temps, le gouvernement russe opprime les autres confessions chrétiennes, y compris les catholiques, qui sont très peu nombreux en Russie.

L’une des raisons pour lesquelles les Russes vivent dans un état de dégradation spirituelle est peut-être qu’ils ne se sont pas repentis des méfaits du communisme – d’avoir été les premiers à légaliser l’avortement au XXe siècle, d’avoir persécuté les chrétiens à grande échelle, d’avoir participé à l’Holodomor en Ukraine, d’avoir participé à la guerre civile espagnole, d’avoir soutenu et coordonné diverses forces subversives en Europe et sur d’autres continents. Vous devez également tenir compte du fait que le pseudo-conservatisme de Poutine provoque une réaction sous la forme d’une sympathie pour les idées de la gauche radicale chez certains Russes. Il est probable qu’après l’effondrement du régime de Poutine, nous assisterons à un bolchevisme 2.0, mais cette fois avec des drapeaux arc-en-ciel, et non des drapeaux rouges.

Un militant de Maidan m’a dit il y a quelques années que l’Ukraine était menacée à l’Est, par l’impérialisme russe, et à l’Ouest, par le gauchisme-libéralisme. Pensez-vous qu’une troisième voie, une Ukraine aux valeurs conservatrices et patriotiques, soit possible ?

Igor Zagrebelny : La troisième voie est possible. Mais je ne vis pas dans un monde d’illusions. Il faudra beaucoup d’efforts après la guerre pour que l’Ukraine choisisse la troisième voie. La possibilité d’une troisième voie est accrue aujourd’hui par le fait que les Ukrainiens sont fortement déçus par les politiques de la France et de l’Allemagne, et que ces pays restent les principaux promoteurs du mondialisme et du libéralisme radical en Europe. Au contraire, la sympathie pour la Pologne conservatrice s’est accrue, qui est à l’avant-garde du projet Intermarium en tant qu’union d’États d’Europe centrale et orientale cherchant à défendre leur propre souveraineté et leurs valeurs conservatrices fondamentales. Mais quoi qu’il en soit, la tâche la plus importante aujourd’hui pour les forces qui se tournent vers la troisième voie est de résister à la Russie. Ce que la Russie nous apporte n’est pas très différent des défis de l’Ouest. La Russie nie complètement notre identité, notre existence nationale, et le fait militairement, se rendant coupable de nombreux crimes de guerre.

Parlons de vos livres. Dans « The Apostleship of the Sword« , vous critiquez le pacifisme associé au christianisme. Défendez-vous le concept de « guerre juste » ? L’Eglise ukrainienne a-t-elle répondu à l’appel aux armes ?

Igor Zagrebelny : Dans ce livre, je me concentre sur les enseignements traditionnels de l’Église catholique, y compris la guerre juste. Je ne peux pas me qualifier de militariste. Cependant, il est évident pour moi que le pacifisme est hostile à la vision chrétienne du monde. Il provient d’une des idées les plus hérétiques – la possibilité de construire un paradis sur terre. Les guerres éclateront jusqu’au second avènement de notre Seigneur. Il faut l’accepter et entretenir une noble culture militaire (comme ce fut le cas dans les meilleures périodes de l’histoire européenne). En ce qui concerne la réponse du clergé ukrainien à la guerre, elle n’est pas du tout passive. Elle consiste en un service d’aumôniers et le soutien matériel de l’armée. Cependant, il y a un manque de compréhension théologique claire de la guerre qui doit être un retour à la doctrine traditionnelle de la guerre, qui existait à la fois dans l’Église catholique et les Églises orthodoxes. L’un des mouvements positifs dans ce domaine a été le fait que les catholiques ukrainiens ont commencé à être critiques envers le pape François. Mais il semble que l’on ait encore bien compris que les déclarations pacifistes hypocrites de François sur la guerre russo-ukrainienne sont étroitement liées à son pacifisme et à son mondialisme, qui, par exemple, est largement présenté dans les encycliques Fratelli tutti.

Dans « Intermarium : An Almost Lost Opportunity », vous affirmez que l’Allemagne et la France ont renforcé la fédéralisation de l’Europe par peur de perdre leur hégémonie face à l’émergence du concept d’Intermarium. Cette idée est-elle la seule alternative au modèle fédéral et mondialiste de Bruxelles ?

Igor Zagrebelny : Tout d’abord, l’idée de l’Intermarium est un modèle de survie pour les peuples d’Europe centrale et orientale. Après tout, pour résister à la fois à l’hégémonie occidentale et à l’empiètement russe, une consolidation étroite est nécessaire. Dans le même temps, les forces conservatrices d’Europe occidentale devraient également être intéressées par la mise en œuvre du projet Intermarium. L’Intermarium peut en effet devenir un centre conservateur de la politique européenne. Nous voyons quelque chose de similaire aujourd’hui dans l’attitude des forces conservatrices occidentales.

Vous avez également publié « Les Chroniques européennes » dans lequel vous parlez de la possibilité d’un conflit interethnique en Europe, notamment en France, et de l’avenir. Quel avenir proposez-vous dans ce livre ? Pensez-vous que cette guerre puisse servir de réveil ou d’avertissement de ce qui est à venir ?

« Les Chroniques européennes » est un essai d’anticipation. Il dépeint des scénarios différents, voire totalement opposés, pour l’avenir de l’Europe. Par exemple, dans l’un des essais, la Russie rejoint l’Union européenne après l’annexion de toute l’Europe de l’Est. Les élites occidentales ont pardonné à la Russie ses actions pour réaliser l’idéal mondialiste. Et l’essai suivant porte sur l’Intermarium, dont les peuples sont capables de défendre leur indépendance. J’ai élaboré des scénarios qui sont à la fois favorables et défavorables d’un point de vue chrétien conservateur.
En 2015, une série de vos articles sur le nationalisme et le traditionalisme ukrainiens a été publiée en Russie sous le titre « Tryzub named after Don Quixote ». Savez-vous quel impact ce livre a eu en Russie, et pourquoi la référence au personnage de Cervantès dans le titre ?

Ce recueil comprend des articles qui reflètent mon évolution du nationalisme au conservatisme. Un groupe de dissidents russes de droite m’a proposé de publier ce livre. Ce groupe a également traduit et publié mon livre sur Dmytro Dontsov, un publiciste qui a eu une influence significative sur la formation de l’idéologie du nationalisme ukrainien, en particulier sur son intégration avec des éléments conservateurs. Il m’est difficile de me prononcer sur l’impact de ces livres. Les dissidents de droite russes constituent un petit groupe. Beaucoup d’entre eux se sont installés en Ukraine en 2014 et ont combattu les rebelles pro-russes et pro-soviétiques dans le Donbas, ainsi que les « inter-brigades » russes que Moscou a envoyées en Ukraine de la même manière que dans les années 1930 en Espagne. De nombreux actes de sabotage, comme l’incendie de commissariats militaires, sont désormais visibles en Russie. Je pense que les nationalistes russes et les vrais conservateurs sont aussi derrière au moins une partie de ces incendies criminels.

En faisant appel à Don Quichotte, j’ai soutenu que la lutte basée sur des principes fondamentaux a un sens même si elle semble ridicule à quelqu’un. Je pense que cette image est très proche des dissidents de droite russes, car ils sont bien conscients de la profondeur de la dégradation de la société russe. L’Ukraine et de nombreux autres pays européens ont une bien meilleure chance de renaître. Mais seul Dieu sait de quoi notre avenir sera réellement fait. Nous devons d’abord lui être fidèles, même si, pour certains, cela rappellera le comportement du héros de Cervantès.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Très intéressant, quoique pas très facile à comprendre pour un Occidental ! Cet entretien montre que l’attaque russe contre l’Ukraine obéit largement à des ressorts intellectuels et moraux propres au monde slave. Les analystes occidentaux-centrés qui veulent y voir une conséquence des menées de l’OTAN sont myopes.

  2. Il y a une condition Siné qua-non pour Poutine ou le Kremlin accepte ou n’accepte pas Ukrain voisin et souverain . Et cette condition est valable dans toute la geopolitique et quelque soit la région en question . Cette condition est que l’Ukraine soit responsable et véritablement gouverné ; si l’Ukraine ne se sent paq responsable alors les exactions peuvent exister et les États sont comme des plumes tournent avec le vent . La non responsabilité de l’Ukraine permettra à L’OTAN qui a un compte à regler avec la Russie et plus exactement USA et des pays européens de L’EX-URSS à découdre avec le Kremlin dont les raisons apparentes sont énormes…et donc Kyiv le pouvoir en place Zelensky Kuleba et toute la bande aux affaires de l’Etat Ukrainien permettent ce genre d’exaction et dont no one ne peut dire le temps de ces exactions si ce n’est la destruction complète de la Russie qui est l’objectif non déclaré de tous les pays de L’EX-URSS et donc Ukraine Pologne Hongrie Bulgarie Tchéquie Slovaquie…ce qui veut dire la souveraineté de l’Etat russe est mise en échec et donc le Kremlin s’oppose et tous les hommes d’État russe sont sur la même longueur d’onde Poutine Medvedev…et donc le chemin le plus court est une ligne droite à savoir l’Ukraine comme la Pologne…qui sont voisins en partageant de près ou de loin les frontières russes ne sont acceptés que si le Kremlin valude ce voisinage , les gouvernants ne donnent aucun gage de garantie au Kremlin d’une responsabilité et d’un respect de voisinage et fonc pour le Kremlin il s’agit d’un harcelement moral que les tribunaux européens exigent non de la victime ou qui prétend l’être des preuves mais de celui qui prétend être fort et que la victime se plaint ; entreprise , usine, administration …de prouver que la victime a tort …c’est ce qu’exige Poutine de l’Ukraine et des autres…or Zelensky joue avec le feu et ne peut rien presentet car il se croit dans un film Hollywoodien Henri Fonda Kirck Douglas…et traîne avec lui tout l’Etat Ukrainien et surtout l’armée ukrainienne qui a toujours la possibilité de monter un coup d’État militaire sur Zelensky et de passer des accords avec Poutine et d’arrêter cette hémorragie de tout un peuple ukrainien d’ailleurs Kissinger suggère de respcter Poutine une Russie faible n’est pas dans l’intérêt ni des américains ni des européens…Aelensky est donc cette graine qui engendre une guerre mondiale où tout est nucléaire et dont les bunkers sont rares comme le constate le Pape… donc finalement Poutine et avec la donne d’aujourd’hui ne permet un tel voisinage j’ajoute que c’est le même état d’esprit du général algérien Chengriha face à son voisin de l’Ouest le makhzen et donc il compte envahir le maroc avec des armes sophistiquées russes les missiles hypersoniques supersoniques les chars terminators II …afin d’aneantir le système royaliste qui est aussi un néonazi selon la définition de Poutine car à la limite Zelensky est un simple berguag de makhzen et le neonazisme de Zelensky s’apparente au makhzen au Maroc…et donc le général Chengriha a la même méthode que Poutine que les deux veillent à la souveraineté de leur Etat c’est une méthode arabe « الباب اللي يجيب الريح سدو وستريح »

  3. Plaidoyer indigeste d’un Ukronazi, nationaliste mais très « ouvert » à l’idée d’une « association » avec la Pologne….
    Fier de d’avoir « combattu » les populations civiles du Donbass depuis 2014, dont le tort essentiel est d’être russophone et fidèle à sa terre et à ses racines.
    On y retrouve les classiques de la russophobie la moins élaborée, normal, c’est fait « à l’ukrainienne ».
    Extrêmement choqué par le fait que vous ouvriez vos pages à ce triste sire, je classe désormais vos mails en spams et préfère ne plus avoir de vos nouvelles.
    Et vive la grande Russie Nationale, leader des non-alignés sur le pouvoir mondialiste américano-européen.
    Je prie pour sa Victoire.

  4. L’Ukraine n’est ni une nation ni un état, mais une arme US dirigée contre la Russie et la Chine. L’armée ukrainienne vise des cibles civiles depuis 8 ans, et maintenant utilise des boucliers humains, comme les autres exécuteurs des basses oeuvres de l’empire US (opposition modérée armée en Syrie). Mais à quoi bon arguer pour des pions de l’empire US? La France non plus n’est plus une nation ou un état. Breizh-info sait très bien qu’ils ne survivraient pas s’ils disaient la vérité sur le sujet (cf. Assange).

  5. en tout cas une ukraine considérant les russophones du dombass comme des citoyens de seconde zone qu’ils ont bombardé pendant plus de dix ans!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !