Des armes expédiées à l’Ukraine déjà vendues en partie sur le marché noir ?

De la même manière que les sanctions ne fonctionnent pas et se retournent contre eux, les transferts massifs d’armes de l’Occident vers Kiev ont été un désastre, de quelque point de vue que ce soit. Dans une interview accordée au magazine américain « National Defense« , le général de brigade Volodymyr Karpenko, de l’armée ukrainienne, a admis que son pays avait perdu près de 50 % de l’ensemble des armes et équipements reçus. Une partie a été détruite, mais ce n’est pas tout.

La chaîne russe Channel One a rapporté que l’armée ukrainienne abandonne des armes lors de sa retraite. Les Javelins de fabrication américaine et les mines antichars allemandes abandonnés ont été filmés. En outre, les armes envoyées en Ukraine finissent sur le marché noir et sont vendues sur les plateformes du darknet et du deep web. On peut y acheter des systèmes antichars Javellin pour environ 30 000 dollars ou des systèmes britanniques NLAW pour la moitié du prix. Il y a bien sûr une demande pour cela. Les terroristes et les bandes criminelles en sont les acheteurs.

Cette situation a alarmé Interpol et d’autres organismes internationaux et européens. Le 28 mai déjà, la directrice d’Europol, Catherine De Bolle, s’est dite préoccupée par le fait que la guerre augmente l’afflux d’armes sur les marchés noirs du continent. Ces armes pourraient parvenir à des acteurs politiques du Moyen-Orient impliqués dans des conflits locaux, et se répandre dans toute la région, atteignant même des endroits actuellement instables comme la Somalie, le Soudan, le Yémen et l’Égypte. Les livraisons d’armes à destination de la Bosnie, du Kosovo et de l’Albanie font en fait l’objet d’une enquête et peuvent aggraver le problème de sécurité dans les Balkans – et au Sahel également.

L’État islamique  se réorganise cette fois au Sahel, selon Victoria Nuland elle-même (sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques), qui l’a déclaré en mai. Selon certaines informations, des groupes criminels en Albanie et au Kosovo lui vendent des armes .

La porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré le 9 juin que « la livraison d’armes à l’Ukraine entraînera l’émergence d’un marché noir des armes, notamment en Europe occidentale. » Le secrétaire général d’Interpol, Jurgen Stock, a exprimé des préoccupations similaires quant au fait que l’Afrique et les Balkans deviennent la destination des armes occidentales fournies à Kiev, comme le rapporte Le Figaro. Il a déclaré : « La grande disponibilité des armes pendant le conflit actuel conduira à la prolifération d’armes illicites dans la phase post-conflit. » En réalité, cela se produit déjà, comme on peut le voir sur le dark web.

L’Ukraine est depuis longtemps considérée comme l’un des principaux marchés de trafic d’armes en Europe. Elle est également devenue une destination de transit pour l’importation de drogues telles que l’héroïne. Elle a le troisième score le plus élevé en matière de criminalité sur 33 pays en Europe. Dans le monde d’aujourd’hui, le commerce illicite joue un rôle majeur dans le financement des réseaux terroristes et extrémistes à l’échelle mondiale.

[cc] Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

14 réponses

  1. Un général russe, une chaîne russe, une diplomate russe… voilà des informations sûrement très fiables.

    1. parce que vous croyez que les occidentaux vont s’en vanter ? Ils sont en train d’approvisionner le marché noir d’armes ultra modernes et bien plus destructrices que des kalachnikov, les mêmes qui pourraient servir au massacre bis du bataclan, alors forcément ils vont pas le crier sur les toits…

      1. Allons un peu plus loin : combien pariez-vous qu’avant longtemps un attentat quelconque aura lieu avec certaines de ces armes ? Quant à savoir qui l’aura organisé et pourquoi…

    2. Et pourquoi pas un général Ukrainien, une chaine Ukrainienne et un diplomate Ukrainien ? Tu as une préférence ???…

      1. Oh ! la Russie sait parfaitement utiliser les médias occidentaux ! Ici, il serait bon de s’intéresser à l’auteur de ce texte, publié par qui voulait bien le prendre, d’un groupe gaulliste de Sceaux à un portail d’information sur les BRICS. Si vous examinez un peu sa production, vous voyez vite pour qui Uriel Araujo travaille !

  2. @ Pschitt: « LE secrétaire général d’Interpol, Jurgen Stock » (surement un nom russe!!!) « exprime aussi des préoccupations similaires…..etc…..

    1. @ Eolian : tout conflit donne lieu à des circulations d’armes. Cette guerre ne fait pas exception, c’est ce que dit Jürgen Strock, et cela devait se produire, qu’il y ait livraison d’armes occidentales à l’Ukraine ou pas. Le responsable est celui qui déclenche la guerre, pas celui qui se défend.

  3. Ce n’est pas grave tout cela, un beau jour ce sont nos propres soldats qui prendront les obus de 155 Français ! sur la G……. merci le gouverne ment Français!!!!

  4. une fois de plus un article qui montre de quel côté penche le coeur de Breizh Info……. A chacun son idée sans se laisser influencer

    1. Le coeur de Breizh Info, média breton, ne penche nulle part, mais informe. La preuve, le même jour, le témoignage d’un Ukrainien sur le front mais ça, ça vous est sans doute passé au dessus.

    2. Breizh Info est bien prudent au contraire, voire timoré…
      Parce que le cirque de cette guerre provoquée par les US sans souci des victimes, que ce soit celles du Donbass ou du Maidan est bien mal camouflé malgré une quasi-totalité des médias aux ordres.
      Allez faire un tour sur Donbass Insider pour commencer à y voir plus clair.

  5. la même chose est arrivée en ex-yougoslavie, mais les gouvernements occidentaux ne le savent pas ! bientot les banlieues vont pouvoir disposer de quelques matériel plus efficace que les mortiers d’artifice; mais les dirigeants se conterfichent des policiers qui vont en être victimes

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS