Pologne. Adam Starski, journaliste : « Nous voulons plus de troupes américaines ou de l’OTAN sur notre territoire. » [Interview]

Entretien avec Adam Starski est journaliste de Poland Daily, en Pologne, et par ailleurs spécialiste de l’Initiative des Trois Mers . Starski était présent au dernier sommet de l’Initiative, qui s’est tenu à Riga les 20 et 21 juin. Un entretien réalisé par notre confrère Álvaro Peñas  (El Coreo de Espana) et traduit par nos soins.

Qu’est-ce que l’Initiative des Trois Mers ?

Adam Starski : L’Initiative des Trois Mers est un forum présidentiel qui a été créé à Dubrovnik en 2016 et qui se réunit chaque année depuis lors. Cette année, il s’est tenu à Riga, en Lettonie, et l’année prochaine, il se tiendra dans la capitale roumaine, Bucarest. L’initiative des trois mers a été créée par le président polonais Andrzej Duda et l’ancien président croate Kolinda Grabar-Kitarović pour remédier aux lacunes en matière d’infrastructures en Europe centrale et orientale. Pour des raisons historiques, le rideau de fer et la domination soviétique, toutes les routes ont été construites pour se diriger vers Moscou, mais après la chute du communisme, tous ces pays ont voulu que leurs routes se dirigent vers l’ouest. De plus, les routes entre tous ces pays étaient très mauvaises et les déplacements entre eux prenaient deux ou trois fois le temps nécessaire en Europe occidentale. L’initiative des trois mers a été créée pour résoudre ces problèmes d’infrastructures hérités du passé et couvre trois domaines : les transports, l’énergie et la numérisation. Le projet est devenu de plus en plus ambitieux, les banques de développement créant des fonds d’investissement. Ces fonds servent à développer de nouveaux projets dans les domaines précités.

Par exemple, lors de ce sommet de Riga, il a été annoncé un investissement majeur en Bulgarie, avec l’acquisition d’une partie du port de Burgas, et que la Société financière internationale de développement des États-Unis versera, probablement d’ici la fin de l’année, 300 millions de dollars au fonds d’investissement de l’Initiative.

Quels sont les pays qui forment l’Initiative des Trois Mers ?

Adam Starski : Douze pays, dont onze sont des pays de l’ex-URSS ou des pays satellites : les trois pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie), le groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie), la Bulgarie, la Roumanie, la Slovénie, la Croatie et l’Autriche. Tous sont membres de l’Union européenne.

L’initiative des trois mers est-elle une organisation purement axée sur l’économie, et y a-t-il un aspect politique comme dans le cas de Visegrad ?

Adam Starski : Non, il n’y a pas de coordination politique dans des domaines tels que la défense, la migration, etc. Cependant, il y a toujours des composantes politiques, lorsque l’UE demande des investissements dans les infrastructures, les pays se coordonnent pour faire pression afin que leurs plans soient pris en considération. Et sur le plan militaire, si important aujourd’hui en raison de la guerre en Ukraine, le terme « mobilité militaire » a été répété en raison de la présence de plus d’équipements et de personnel de l’OTAN et, bien sûr, en cas de crise, de bonnes infrastructures sont nécessaires pour déplacer les troupes.

L’initiative des trois mers a été créée en tant que forum présidentiel, mais d’année en année, à chaque nouveau sommet, il y a également des réunions des ministres des affaires étrangères, des ministres des infrastructures, etc. Cette année, à Riga, il y a eu des réunions de parlementaires des pays membres, on peut donc dire que l’Initiative des Trois Mers se développe.

Certains font remarquer que cette idée pourrait se développer pour devenir le concept de l’Intermarium, conçu par le maréchal Pilsudski en 1918, et pourrait même rivaliser avec l’UE.

Adam Starski : C’est un problème pour l’Initiative des Trois Mers car beaucoup en Europe occidentale, notamment en Allemagne, ont cru que cela pourrait se produire. C’est pourquoi l’Initiative des Trois Mers s’est concentrée sur le développement économique plutôt que sur le développement politique. Au début, lors des sommets de 2016 en Croatie et de 2017 à Varsovie, il y avait beaucoup de doutes de la part de la Commission européenne, mais en 2018, la Commission, l’Allemagne et les États-Unis ont reçu le statut de partenaires stratégiques de l’Initiative des Trois Mers. Après cela, ces problèmes ont commencé à disparaître. Que se passera-t-il à l’avenir ? Personne ne peut le dire.

Le terme « Intermarium » n’est pas utilisé par les pays membres de l’Initiative des Trois Mers. Les Polonais estiment que parler de l’Intermarium peut créer des malentendus et préfèrent ne pas en parler. En outre, le projet de Pilsudski a pris plusieurs formes, certaines incluant des pays comme la Biélorussie et l’Ukraine, d’autres la Finlande, etc. L’Initiative des Trois Mers est un projet différent et on ne peut pas dire qu’il soit identique, mais en même temps il s’agit de la même zone géographique et représente une coopération officielle, il est donc logique que beaucoup pensent dans cette direction.

Compte tenu du statut de candidat à l’UE de l’Ukraine et de la Moldavie, le sommet a-t-il discuté de l’intégration de ces pays dans l’initiative des trois mers ?

Adam Starski : L’Ukraine a été sur la table cette année. Le président polonais Andrej Duda a déjà exprimé l’année dernière son idée de rapprocher l’Ukraine de l’Initiative des Trois Mers. Comme je l’ai mentionné précédemment, l’Initiative ne concerne que les États membres de l’UE, mais une formule a été créée, les « partenaires participants », pour les pays candidats à l’adhésion à l’UE ou qui en sont très proches : L’Ukraine, la Moldavie, la Géorgie et les pays des Balkans occidentaux. L’Ukraine a reçu ce statut lors de ce sommet et est devenue le premier « partenaire participant » de l’initiative des trois mers. Le président Duda a déclaré qu’à l’avenir, la Bosnie pourrait en faire partie, et le président roumain a dit la même chose de la Géorgie et de la Moldavie. Il convient également de mentionner que tous les pays de l’Initiative des Trois Mers sont favorables à une adhésion rapide de l’Ukraine à l’UE.

Quel était le sentiment au sommet concernant la guerre en Ukraine ?

Adam Starski : La réunion des présidents se déroule à huis clos, nous ne pouvons donc pas savoir exactement ce qui s’est dit, mais le sentiment général était celui d’un soutien à l’Ukraine, c’est pourquoi Zelensky a été invité à participer au sommet. L’Initiative des Trois Mers n’est pas un bloc monolithique et certains pays sont plus impliqués dans l’envoi d’armes à l’Ukraine, comme la Pologne, les pays baltes, la République tchèque et la Slovaquie, tandis que des pays comme la Slovénie, avec un récent changement de gouvernement, ou l’Autriche sont moins enthousiastes.

La Pologne a décidé d’augmenter son armée et même d’inclure la discipline militaire dans les écoles. Le peuple polonais soutient-il ces mesures et le soutien à l’Ukraine ?

Adam Starski : La Pologne est le pays le plus pro-ukrainien de l’UE. Selon les sondages, la grande majorité des Polonais, qu’ils soient partisans du gouvernement ou de l’opposition, ne veulent pas que l’Ukraine cède des territoires pour la paix et souhaitent que les criminels de guerre russes soient traduits en justice. En ce qui concerne l’expansion de l’armée polonaise, l’opposition a plaidé pour une armée plus petite, mieux équipée et mieux entraînée, mais le gouvernement a déclaré que la Pologne avait la capacité d’étendre son armée et de l’équiper et de l’entraîner correctement. En général, les Polonais sont favorables à ces mesures et à l’inclusion de la discipline militaire dans les écoles.

Je voulais également vous interroger sur le sommet de l’OTAN à Madrid. La Pologne souhaitait, et a obtenu, une présence plus forte de l’OTAN sur son territoire.

Adam Starski : La proximité de la guerre, dans laquelle est impliquée une puissance militaire comme la Russie, rend nécessaire la présence de plus de soldats de l’OTAN en Pologne. C’est très important pour nous, car nous, les Polonais, nous souvenons qu’en 1939, nous avions une alliance militaire qui allait nous soutenir dans les deux semaines suivant le début de la guerre, mais qu’après ce délai, nos alliés ont décidé, lors d’une réunion à Abbeville, de ne pas nous venir en aide. Nous ne voulons pas que cela se reproduise, et c’est pourquoi nous voulons plus de troupes américaines ou de l’OTAN sur notre territoire.

4 réponses

  1. le président méxicain a dit « les américains fournissent les armes, les ukrainiens fournissent les cadavres! une sentence que les polonais feraient bien de méditer

  2. Vraiment à côté de la plaque les vieux boomers des commentaires ici, à croire qu’ils n’ont pas pris la peine de lire l’interview ou qu’ils comprennent que ce qu’ils en ont envie de comprendre, bon c’est pas étonnant avec les croulants nostalgiques de l’URSS qui pullulent dans les soi-disant milieux nationalistes français et breton. Mais continuez à être dans le déni en gobant les dires d’un pays du tiers-monde ouvertement antifasciste et antiraciste dont les opérations de déversement de migrants se font à la bonne franquette avec son vassal, continuez de croire qu’un pays où la natalité blanche, le taux d’avortement et de suicide sont effrayants est un pays traditionaliste, et je ne parle même pas deux tiers des cas de VIH en Europe présents là-bas, la gpa et la PMA sont légales depuis 30 ans, le nain du KGB a fait construire moultes mosquées dans ce pays qui n’a jamais fait sa Perestroika et dont bon nombres de personnes ayant connu le système nous avaient prévenu, Kravchenko et Golitsyne nous avaient prévenu, Patton et Maccarthy, les méchants Américains, nous avaient prévenu.

    Maintenant vous n’avez plus qu’à vous désintoxiquer de Moreau et de vous acheter un minimum d’esprit critique et d’honnêteté intellectuelle.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !