Saint-Brieuc. 6 mois de prison ferme pour avoir défendu son domicile face à des délinquants

Ce lundi 4 juillet, un homme de 25 ans était jugé devant le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc. Les faits reprochés ? Avoir défendu son domicile face à deux intrus squattant son balcon situé au rez-de-chaussée du centre-ville de St-Brieuc, après avoir insulté sa compagne.

Ces derniers, connus des services de police comme étant des délinquants, « fêtaient » la sortie de prison d’un de leur collègue, et avaient décidé de squatter le balcon du jeune homme car ils avaient interdiction d’entrer en contact avec l’ancien détenu. Ils ont donc enfreint sciemment les règles.

Alors que la locataire de l’appartement leur demande de quitter les lieux, ils n’en font rien et l’insultent. C’est là que son compagnon s’en mêle, leur demande de dégager, avant de revenir, car non entendu, avec un couteau de combat, menaçant l’un des deux délinquants. Efficace, puisque les individus quittent les lieux….et ont le culot de se rendre au commissariat pour déposer une plainte pour violences avec armes.

Les policiers interpellent alors…l’homme ayant demandé aux deux délinquants de quitter les lieux. Le 27 mai dernier, jugé sur comparution de reconnaissance préalable de culpabilité, il s’était énervé et avait refusé la peine proposée par le magistrat, terminant incarcéré…

Lors de l’audience du 4 juillet, c’est sa personnalité violente et associale qui a été analysée, ainsi que ses anciennes condamnations. Les délinquants « victimes » ne se sont même pas déplacées. Le procureur déclare : « J’ai du mal à penser que le plaignant, qu’on a du mal à appeler victime, parce qu’il est archi connu de la justice, se soit comporté comme un agneau ce soir-là… On n’a pas pu faire d’enquête de voisinage parce que tous les voisins ont peur des représailles s’ils parlent »

Le tribunal condamne toutefois l’homme qui a défendu sa compagne et son domicile à 6 mois de prison ferme, 6 mois avec sursis, mais aussi une obligation de soins et de travail, et un maintien en détention.

Au delà des antécédents du condamné, le message de la Justice française est simple : Si des racailles squattent votre balcon, insultent et menacent votre femme ou vos enfants, et que vous intervenez violemment, vous serez condamné. Peut-on encore appeler ça la Justice au nom du peuple, et pour le peuple ?

Illustrations  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 réponses

  1. Ca ressemble a un piège organisé par les deux racailles (et l’ordure de juge et les pourris de porcs ) pour faire « tomber » le gars qui défend son domicile.
    Preuve que l’état est notre pire ennemi et qu’il aide les criminels a culpabiliser les français.
    Il faut garder son sang froid. Il aurait du porter plainte et appeler les porcs pour infraction de son domicile.
    Faire justice soi-même, ok, mais dans ce cas,, buter les 2 racailles et faire disparaitre les corps

    1. Il faut tout de même prendre en compte que le condamné était sorti de prison. Pour on ne sait quel crime. Vole à la tire? Pédophile ? Mystère. Si c’est dans un cas d’envie vengeresse, alors il faut aussi connaître les aboutissants. Notre condamné n’est sûrement pas un saint pour que le juge le condamne fermement.

  2. ce jugement ne m’étonne pas. En effet aujourd’hui lorque l’on vient vous agresser chez vous, vous devez
    vous laisser faire, sinon vous êtes une un voyou en réagissant. Personellement j’ai été insulté et menacé par quatre jeunes à mon domicile a qui j’avais demandé de qutter les lieux. Comme ils ne m’écoutaient
    pas été devenaient menaçant j’ai pris mon pistolet a plomb et ai tiré un coup. J’ai fini devant le tribunal correctionnel et est pris quatre mois de prison avec sursis. Voila comment l’état protège ses citoyen.
    Lors des faits j’avais 70 ans. Donc pas étonné que cette personne soit condamné surtout qu’il a osé s’emporter contre le tribunal.

  3. Pas la moindre action collective de soutien ….les français sont couchés … toutes les racailles ( avec ou sans toge …) peuvent continuer à nous terroriser . Point final .

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !