Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes : le mobilier liturgique d’une chapelle du centre-ville vendu aux enchères

Ce mercredi 6 juillet à 11 heures, le mobilier liturgique de la chapelle de la Grande Providence, au début de la rue Gaston Turpin, sera dispersé aux enchères sous le marteau de Paul-Marie Musnier, commissaire priseur de la maison Millon, à Paris.

L’exposition s’ouvrira une heure avant, 87, rue Gaston Turpin, une rue qui compte trois chapelles – celle-ci, qui date de 1819, la chapelle Saint-Joseph de la maison de retraite éponyme, et la chapelle Saint-Marc, désacralisée, de l’ancienne maison des œuvres du diocèse devenue foyer pour migrants.

Une des plus anciennes maisons de retraite de Nantes

La Grande Providence est issue d’une donation de 200.000 livres de l’armateur nantais Guillaume Grou qui y fonda à sa mort en 1774 un hospice pour orphelins. Faute de biens disponibles, c’est finalement l’évêque de Nantes Mgr de Sarra qui y attribue une des propriétés du chapitre cathédral, le bénéfice des Trois Pendus, situé au niveau de l’actuel n°63 de la rue, moyennant une rente viagère de 500 livres au chanoine qui le possédait. L’hospice ouvre en 1783 et accueille 145 orphelins, charge considérable pour l’époque.

Après sa fermeture en 1815 faute de moyens et à cause des bouleversements engendrés par la tourmente de la Révolution puis de l’Empire, les religieuses de la Providence – une communauté fondée par Jeanne Delanoue à Saumur en 1704 – y ouvrent un hospice « des incurables » qui abrite infirmes, femmes âgées et aliénés – ce qui leur évite l’installation de troupes allemandes. En 1968, ces religieuses se rattachent à la communauté des Servantes des Pauvres de Jeanne Delanoue, puis vendent les locaux en 2001 à une association qui prend le relais. La maison de retraite, une des plus anciennes de Nantes, est gérée depuis 2013 par la fondation Cémavie, liée au Crédit Mutuel de Loire-Atlantique.

Deux autels, des confessionnaux et des grilles aux hermines à vendre

A vendre, notamment, deux autels – le maître autel et celui qui était sur le côté sud de la chapelle, avec leurs pierres et leurs tabernacles, des grilles de choeur et des portes aux grilles d’hermines, des bénitiers d’applique en marbre noir, un petit chemin de croix sobre de la seconde moitié du XXe siècle, un ensemble de statues religieuses en plâtre (Sainte Vierge, saint Pierre et saint Paul qui étaient sur la tribune, sainte Anne, saint Antoine, Saint Joseph etc.), un mécanisme d’horloge et ses contrepoids qui devaient historiquement actionner l’horloge du petit clocher, deux confessionnaux en chêne massif, des portes à claire-voie, des sellettes rondes et triangulaires en paire…

Bref, tout un ensemble d’objets qui prend la poussière depuis des années, la chapelle étant désacralisée. Son accès se fait en haut d’une volée de marches du plus bel effet esthétique, – mais un obstacle difficile pour les pensionnaires de la maison de retraite attenante, restaurée dans les années 2010. La chapelle avait alors été ravalée. Elle sera transformée en bureaux, ce qui permettra de libérer de la place pour faire des chambres – néanmoins la maison de retraite ne sait pas encore si elle gardera les vitraux carrés du plus bel effet, qui eux ne font pas partie de la vente.

Le commissaire priseur, Paul-Marie Musnier, espère que « ces objets liturgiques, qui n’ont pas vocation à être laissés dans l’oubli et la poussière, retrouveront leur vocation historique et liturgique aux mains de nouveaux acquéreurs ».

Louis-Benoît Greffe

Illustrations  : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Nantes : le mobilier liturgique d’une chapelle du centre-ville vendu aux enchères”

  1. alienor dit :

    je suis totalement athée mais ceci m’attriste vraiment, tout un pan de notre histoire qui part…..

  2. ponchel dit :

    Mais si on vend tout de la religion Chrétienne que va t il nous rester, s est une honte de voir sa. Je suis contre ses ventes. La France a toujours était Chétienne et on doit garder ou restaurer les bâtiments, monument et tout ce qui représente notre religion.
    La France a toujours été Chrétienne et elle le restera.

    • S dit :

      France fille ainee de l eglise…mais la franc maçonnerie qui occupe tout les postes important en France et ailleurs à pour but de détruire l eglise et la France… gardons la foi en dieu le triomphe arrive…

  3. Raiford dit :

    C’est la prophétie de Marthe ROBIN

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

NANTES

Stationnement payant. La lecture automatique des plaques d’immatriculation arrive à Nantes

Découvrir l'article

NANTES

Sacs et colliers arrachés, adolescents arrêtés pour extorsion : les élections n’arrêtent pas les délinquants

Découvrir l'article

NANTES

Nantes : Toujours plus de vols dans les superettes

Découvrir l'article

NANTES

6 personnes vont être jugées pour avoir importé de la drogue entre le Maroc et Nantes

Découvrir l'article

NANTES, Sociétal

Nantes. Entre un et 4 ans fermes pour des cambriolages avec des Alfa Roméo volées

Découvrir l'article

MORLAIX, NANTES, RENNES

Nantes, Rennes, Morlaix : l’extrême-gauche met le désordre après le premier tour des législatives

Découvrir l'article

NANTES

Nantes : vols, incendies, pick-pocket, policier braqué avec une arme factice…

Découvrir l'article

NANTES

Loire-Atlantique. Une arrestation pour vol au Hellfest, des interpellations dans un camp de Roms à Saint-Herblain, 25 000€ retrouvés en liquide sur un Soudanais

Découvrir l'article

NANTES

Bidonville à Nantes. 700 Roms à évacuer au nom d’un « pôle d’écologie urbaine », 50 millions d’euros d’argent public

Découvrir l'article

International

Violente agression d’un chauffeur de bus à Saint-Herblain

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky