À Caromb, un dîner au pied du mont Ventoux

Étape printanière à Caromb, joli village provençal situé dans le Comtat Venaissin au pied du Mont Ventoux. Sur la place de l’église se tient le restaurant « Le 6 à table » où œuvre le chef Pascal Poulain. Par une belle soirée de mai, nous avons testé cet établissement couronné d’un bib gourmand au Michelin.

Le chef a du métier. Sorti d’une école hôtelière, après une enfance passée sur les plateaux de l’Aubrac, Pascal Poulain va effectuer des stages auprès  – excusez du peu – de Michel Guérard (Les Prés d’Eugénie), Georges Blanc (Vonnas), Régis Marcon (Saint Bonnet le Froid) et les frères Pourcel (le Jardin des Sens à Montpellier). Après cette solide formation,  il s’installera dans cette région du Vaucluse où il dirigera les fourneaux de différents établissements, avant de trouver à Caromb, en 2016, une ancienne pâtisserie dont il fera « Le 6 à table ». Son ambition : « Décliner des plats alliant inventivité et légèreté à base de produits du terroir accompagnés de vins d’ici et d’ailleurs rigoureusement sélectionnés par [son épouse] Claire. ».

À la carte, en cette soirée de mai,  les « asperges vertes condiment curcuma frais, granny smith, citron » sont les bienvenues – on est en pleine saison de ce légume, la cuisson al dente est parfaite l’accompagnement les mets en valeur. Par contre la sauce au soja (« shoyu ») qui accompagne l’autre entrée, le « carpaccio de poulpe de Méditerranée, herbes, roquette, cébette et sauce shoyu », emballe moins les convives. Question de goût…

En plat principal, ce sera un « rouget barbet snacké à la plancha bouillon de petits pois frais à la menthe » pour les uns – rien à dire, cuisson rose à l’arête, accompagnement  subtil – et des « Joues de porc confites au miel et citron gosse asperge blanche grillée » pour les autres. Là aussi légère déception des convives qui trouvent le plat un peu trop banal. Toujours question de goût…

Le dessert  – un « mille feuille caramélisé aux fraises ciflorette, chantilly zestée au citron vert » fera par contre l’unanimité : c’est une excellente pâtisserie, fine, tout en subtilité.

Pour accompagner ce dîner, le choix se porte sur un saint-péray blanc « Les Pins » du domaine Bernard Gripa. Ce vigneron est réputé pour maîtriser parfaitement l’élevage de ses vins. Il en résulte des blancs  lumineux et cristallins, sans la moindre lourdeur. La bouteille que nous avons dégustée, issue des cépages marsanne (20%) et roussanne (80%) était d’une finesse remarquable. Le rouge du Luberon du Château de Mille « Célestine » qui vint ensuite n’était pas en reste. Issu de vieilles vignes de grenache et de syrah, le vin présente un joli nez de fruits rouges. En bouche, on retrouve un  bon équilibre entre la fraîcheur du fruit et le fondu des tanins. Un vin encore loin de son apogée.

Pour conclure, voilà un restaurant qui mérite un détour. Le cadre est agréable – la terrasse sur la place est accueillante, le service souriant et diligent. Comme évoqué plus haut si la cuisine ne fait pas l’unanimité, elle demeure bien au dessus du commun. Et l’établissement possède une superbe carte des vins – avec une grande majorité de vins de la région – à prix relativement doux, ce qui n’est pas fréquent et mérite d’être signalé…

PLG

Le 6 à Table,  place nationale, 84330 Caromb. Tel. 04 90 62 37 91

Crédit photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !