Hanna Liubakova : « L’Ukraine ne peut être en sécurité sans une Biélorussie libre » [Interview]

Entretien avec Hanna Liubakova, journaliste indépendante et chercheuse biélorusse qui a quitté son pays en 2020 en raison de poursuites politiques. Elle a commencé sa carrière à Belsat, la seule chaîne de télévision biélorusse indépendante, où elle a travaillé comme correspondante et présentatrice de télévision.

Elle a reçu la bourse de journalisme Václav Havel de Radio Free Europe/Radio Liberty en République tchèque, ainsi qu’une bourse du World Press Institute aux États-Unis. Hanna a obtenu un diplôme d’histoire de l’art à l’université Jagiellonian de Cracovie, en Pologne, en 2010, et un master d’art avec distinction en journalisme international à l’université Brunel de Londres, en 2017.

Un entretien réalisé par notre confrère ÁLVARO PEÑAS

Pendant les manifestations de masse d’il y a deux ans, j’ai interviewé Witold Dobrowolski, un journaliste polonais qui a été arrêté et torturé par la police biélorusse. Il m’a dit qu’à Hong Kong, ils ont arrêté 8 000 personnes en un an, mais qu’en Biélorussie, il y en a eu 7 000 en seulement trois jours, ce qui signifie que la répression a été très dure et aveugle. Cette répression a-t-elle supprimé le mouvement de protestation ?

Bien sûr, c’est vrai. La répression était la principale raison pour laquelle les gens ont cessé de manifester ouvertement, et c’est toujours le cas. Cependant, je pense qu’en août, au début, elle a eu un effet complètement différent, car le niveau de violence a mis les gens en colère et ne leur a pas fait peur, et c’est à ce moment-là que le régime a pris peur. Au début du mois d’août, il y avait beaucoup de violence dans les rues, les gens étaient battus, arrêtés, violés dans les prisons et torturés. Des choses terribles se sont produites. J’étais à Minsk à l’époque, et je me souviens que dans de nombreuses conversations dans la rue, les gens parlaient d’amis ou de connaissances qui avaient été arrêtés ou battus. Les gens étaient choqués et en même temps en colère. Le 16 août, il y a eu une manifestation massive à Minsk, on aurait dit que toute la ville était descendue dans la rue. J’ai moi-même été surprise de voir que tant de personnes protestaient contre Loukachenko, même des personnes politiquement neutres mais vraiment en colère. Je pense que Lukashenko a perdu ce jour-là.

Cependant, si Loukachenko est resté au pouvoir, c’est parce qu’il bénéficie du soutien du régime : la police, l’armée, les organisations verticales, etc. Il n’est pas fort, je ne le crois pas, mais le système qu’il a créé est fort. C’est pourquoi il n’a pas été vaincu, d’ailleurs, plus les gens étaient arrêtés et condamnés, et plus les dirigeants étaient poursuivis ou contraints à l’exil, plus la peur était grande. Au pouvoir depuis 1994, Loukachenko a surmonté de nombreuses crises, et cette expérience a également convaincu de nombreuses personnes de rentrer au pays.

Dans une interview accordée en mars de cette année, la journaliste Inna Kochetkova, rédactrice en chef adjointe du Komsomolskaya Pravda, a déclaré que son journal avait été soumis à la censure de l’État pour avoir couvert les manifestations et qu’il avait disparu en octobre 2021. Les médias libres existent-ils encore au Belarus ?

Oui, malgré la censure, il existe encore des médias régionaux et nationaux dont les rédactions sont souvent à l’étranger, mais dont les journalistes travaillent en Biélorussie, parfois de manière discrète, voire anonyme. Ils ne font peut-être pas de travail d’investigation, mais ils couvrent ce qui se passe et le partagent avec ceux qui sont à l’extérieur. Et puis il y a le « journalisme citoyen » qui se développe au Belarus, il y a plusieurs projets en cours qui reçoivent chaque jour des milliers d’images ou de vidéos où les gens envoient des informations sur les mouvements des troupes russes ou les tirs de missiles contre l’Ukraine. Cela nous donne beaucoup d’espoir, même si, bien sûr, le régime veut mettre hors la loi, criminaliser et interdire le journalisme professionnel. Cependant, d’une manière ou d’une autre, l’information atteint la société et le régime ne peut pas l’arrêter. Selon des enquêtes, 30 % de la population regarde la télévision d’État, mais seulement 20 % du public croit ses informations. C’est un chiffre très faible. Cependant, il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de la propagande, je le vois dans ma propre famille, mais le Belarus n’est pas la Russie, et notre peuple se méfie des médias officiels.

Le 4 juillet, s’est ouvert le procès de la journaliste Katsiaryna Andreeva, accusée de « trahison envers l’État », un crime passible de 15 ans de prison. Que pouvez-vous me dire sur cette affaire ?

Katsiaryna est l’une des journalistes les plus courageuses du Bélarus et j’ai travaillé avec elle sur plusieurs enquêtes de terrain. Elle avait déjà été arrêtée avant novembre 2020 parce qu’elle était l’une des journalistes les plus visibles, toujours en première ligne, couvrant toujours les manifestations. Elle a également écrit un livre avec son mari, « Belarusian Donbas », sur les combattants biélorusses des deux camps en Ukraine, que le régime a interdit comme « extrémiste » en mars 2021. En novembre 2020, elle a couvert la manifestation à la mémoire de Raman Bandarenka, battu à mort un an plus tôt, et a été arrêtée. Elle était censée être libérée après deux ans de prison, mais de nouvelles accusations de « trahison d’État » ont été portées et elle a été condamnée à huit ans de prison. Sa trahison a été d’être journaliste et de couvrir tout ce qui se passe au Belarus. Il est maintenant de notre devoir de l’aider et d’obtenir sa libération.

En 2021, il y a eu deux affaires très graves, le détournement de l’avion Ryanair et l’arrestation du blogueur Roman Protasevich, et le meurtre à Kiev de l’opposant Vitaly Shishov. Ne pensez-vous pas qu’il y a eu un manque de pression internationale sur le régime de Loukachenko ?

Si l’on considère les sanctions contre le régime de Loukachenko, elles sont devenues importantes après le détournement de l’avion Ryanair. Les précédentes n’étaient que des sanctions de visa contre les oligarques et étaient facilement évitables. Et même les sanctions de juin 2021, qui comprenaient des sanctions contre l’économie bélarussienne, comportaient de nombreuses failles et le régime a pu continuer à commercialiser ses principaux produits. Cela montre que l’UE et le monde n’étaient pas prêts à affronter Loukachenko, et cela lui a en partie permis de rester au pouvoir et d’aider Poutine dans sa guerre d’agression contre l’Ukraine. Je ne veux pas paraître sévère, mais des sanctions auraient dû être imposées dès le début et cela demande beaucoup de courage et de détermination. Et cela n’a commencé qu’après le détournement de l’avion Ryanair, qui est l’une des choses les plus terribles que Lukashenko ait faites, mais nous ne voyons toujours pas de réaction forte contre le régime autre que l’imposition de sanctions auxquelles, à ce jour, les oligarques et les entreprises biélorusses continuent de se soustraire dans de nombreux cas. Loukachenko doit être puni, mais en même temps, il faut soutenir le peuple bélarussien qui est l’otage de son gouvernement.

Le 1er juillet, Danuta Piarednia, une étudiante de 20 ans, a été condamnée à six ans et demi de prison pour avoir publié un texte anti-guerre sur ses réseaux sociaux. La guerre en Ukraine a-t-elle entraîné une répression accrue ?

Oui, car le régime ne s’attendait pas à ce que nous avons vu le 27 février, trois jours après le début de la guerre, lorsque des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue dans tout le pays pour soutenir l’Ukraine. Plus d’un millier de personnes ont été arrêtées ce jour-là, beaucoup ont été torturées en prison et des poursuites pénales ont été engagées. En août 2020, les peines étaient de 15 jours de prison, aujourd’hui elles peuvent aller jusqu’à 15 ans. La violence et la terreur d’État se sont normalisées et la police est de plus en plus répressive. Cependant, nous avons également assisté à plus de 80 sabotages de lignes ferroviaires pour empêcher le mouvement des troupes russes en Ukraine. Certains de ces partisans, comme nous les appelons, ont été arrêtés et risquent désormais la peine de mort, car le régime a modifié la loi pour inclure la « tentative d’acte terroriste » dans les crimes passibles de la peine de mort.

De nombreux Biélorusses ont des parents en Ukraine, qu’ils considèrent comme une nation sœur, ce qui rend cette guerre très impopulaire. Est-ce la raison pour laquelle l’armée biélorusse n’a pas encore participé à la guerre ?

L’armée biélorusse n’a pas participé à la guerre pour plusieurs raisons. L’une d’elles est le manque de moral – les soldats ne veulent pas se battre, ils ne veulent pas mourir pour Poutine dans une guerre qui n’est pas la leur. Une autre raison est la capacité militaire, la plupart des soldats sont des conscrits et il y a peu de troupes prêtes à aller au combat. Il s’agit d’une armée défensive, pas d’une armée offensive. Et, bien sûr, il y a un consensus dans la société biélorusse, la nomenklatura et le régime, pour dire que nous ne devrions pas participer à cette guerre. Un sondage officiel a indiqué qu’entre 86 et 97 % des Biélorusses ne veulent pas envoyer de troupes en Ukraine. Sinon, la situation serait vraiment explosive et déstabiliserait le régime. Si des housses mortuaires commençaient à arriver au Belarus, cela provoquerait un retour de bâton et une vague de protestations, et ce ne serait pas bon pour Poutine ou Loukachenko. Poutine utilise le Belarus comme rampe de lancement pour une invasion et Loukachenko permet que son territoire soit utilisé pour attaquer un autre pays, le régime bélarussien est donc également un agresseur. Ce deuxième front est une menace constante pour Kiev et, d’un point de vue militaire, c’est plus important que d’envoyer des troupes biélorusses à la guerre.

De nombreux Biélorusses ont volontairement rejoint les Ukrainiens et ont même formé leurs propres unités. Que pensez-vous de ces volontaires et que représentent-ils pour les opposants au régime ? Quel sort leur est réservé s’ils tombent aux mains des Russes ?

Le régime craint ces combattants car Loukachenko estime qu’ils pourraient renverser la vapeur s’il n’y a pas d’autre issue aux protestations. L’armée bélarussienne n’a pas cette expérience et sera difficilement en mesure de faire face à ces hommes s’ils reviennent au Bélarus pour soutenir les protestations.

Bien entendu, s’ils sont des otages de l’armée russe ou des soi-disant républiques populaires, ils ne peuvent espérer un procès équitable. Il n’y a pas non plus d’État pour les protéger, ils sont donc sans défense. Ils pourraient être envoyés en Biélorussie pour y être jugés et, étant donné la dureté de la répression du régime, être accusés, par exemple, de terrorisme. Leur sort est en tout cas effrayant. Je sais que certains d’entre eux portent des engins explosifs pour se tuer avant de tomber entre les mains des Russes, car leur sort est de toute façon déjà décidé.

L’avenir du Belarus est-il lié à la survie de l’Ukraine et à l’issue de cette guerre ?

Oui, car vaincre Poutine, c’est vaincre Loukachenko. Lorsque l’Ukraine gagnera la guerre, de nouvelles opportunités s’ouvriront pour les Biélorusses. Bien sûr, ils seront plus motivés, mais la défaite de Poutine entraînera également une diminution du soutien au régime. Loukachenko sera plus confus et frustré, plus disposé à trouver une solution ou un compromis avec l’Occident. Elle brisera également le régime, car nombre de ses fidèles se retourneront contre lui. Et, bien sûr, l’Ukraine ne peut être en sécurité sans un Belarus libre.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. On a compris qu’une Biélorussie libre c’est une Biélorussie soumise à l’UE et à l’OTAN. Que Loukachenko tienne bon, il a encore une grande majorité du pays derrière lui.

    1. Les dictateurs ont presque toujours une majorité derrière eux. Puis, le jour où ils tombent, plus personne.

  2. Pourquoi une certaine droite veut absolument soutenir l’Ukraine, terrain d’expérimentation des USA et de l’état hébreux et de L’UE.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !