Morlaix. Pollution d’un cours d’eau à l’ammoniaque : Eau et Rivières de Bretagne va porter plainte

Morlaix

Près de Morlaix, un cours d’eau a été victime d’une pollution à l’ammoniac à deux reprises en l’espace de quelques heures, suscitant la colère de plusieurs associations. Parmi celles-ci, Eau et Rivières de Bretagne envisage de porter plainte.

Morlaix : deux pollutions successives dans un cours d’eau

La fin de semaine dernière a été agitée pour les gestionnaires du réseau potable du pays de Morlaix. En effet, le Tromorgant, un affluant du Jarlot (l’une des rivières qui traversent la ville), a été victime d’une pollution à l’ammoniac. Problème : le Jarlot alimente l’usine approvisionnant les habitants de l’agglomération morlaisienne.

Dans un premier temps, vendredi 29 juillet vers midi, une fuite sur une canalisation d’épandage de lisier traité dans un élevage porcin de Plouigneau a été détectée. Une fois prévenu, le gérant de l’exploitation a neutralisé la canalisation défectueuse.

Le lendemain, samedi 30 juillet, une nouvelle fuite de lisier a causé une seconde pollution dans le même cours d’eau provenant d’un élevage bovin situé sur la même commune.

En raison de ces deux incidents, la station de traitement des eaux brutes du Pillion, située sur les rives du Jarlot et alimentant le réseau d’eau potable, a dû interrompre son captage et se rabattre sur ses réserves en attendant que les tests rapportent des doses d’ammoniac dans l’eau revenues sous le seuil autorisé (cinq microgrammes) le 30 juillet en fin de journée.

Des dizaines de poissons morts

Par ailleurs, si cette double pollution n’a donc pas affecté la qualité de l’eau potable de Morlaix et de ses environs, la mort de plusieurs dizaines de poissons a été observée dans le Tromorgant, notamment au niveau du lieu-dit Troyellou, à Plougonven.

De son côté, l’association nationale de consommateurs et usagers (CLCV) a indiqué dans un communiqué que cette « mortalité de poissons a été constatée sur au moins 5 km de cours d’eau et que cette pollution intervient dans un contexte dramatique de pénurie d’eau sur le Finistère, qui impose aux consommateurs des mesures de restriction de l’usage de l’eau ».

Le ton est aussi alarmiste du côté de l’Association de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique du pays de Morlaix (AAPPMA), dont le président Philippe Bras a déploré auprès de France 3 Bretagne une « biodiversité du milieu aquatique complètement détruite » et des « dégâts conséquents ».

Pollution
Poisson mort dans le Tromorgant suite à la pollution de l’ammoniac. Source : France 3 Bretagne. © Bleuenn Le Borgne

L’association Eau et Rivières de Bretagne va porter plainte

Suite à ces pollutions, des inspecteurs du service environnement de la direction départementale de protection des populations (DDPP) devaient être dépêchés en ce début de semaine dans les deux exploitations agricoles où ont eu lieu les fuites afin de vérifier la conformité des installations.

Par ailleurs, le parquet a confié une procédure pénale conjointe à la gendarmerie et à l’OFB (Office français de la biodiversité). De son côté, l’AAPPMA a indiqué son intention de porter plainte contre X, tout comme l’association CLCV.

Enfin, l’association Eau et rivières de Bretagne a également réagi par l’intermédiaire d’un communiqué de presse publié le 1er août. L’organisation a qualifié d’« inadmissibles » ces « accidents » tout en dénonçant des « pollutions agricoles récurrentes, notamment dans le nord Finistère ». Par ailleurs, Eau et Rivières a rappelé que « la Bretagne s’approvisionne pour les trois quarts de son eau potable dans les cours d’eau et non dans les nappes souterraines ».

L’association envisage de porter plainte tout en appelant « dans l’immédiat à la plus grande vigilance des industriels et des agriculteurs, ainsi qu’au contrôle par les services de l’Etat sur les territoires les plus à risque ».

Crédit photo : site Eau et Rivières de Bretagne (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

6 réponses

  1. pas lu mais comment ne pas comprendre que l’EAU élément de VIE !!!
    pitié pour toutes ces paroles inutiles mais VOYEZ ET COMPRENEZ QUE SANS EAU on es rien du TOUT !!!
    complement au paysan qui a compris que ces tomates pouvaient prendre force dans le compos entérré
    mon DIEU que les paroles de sagesses surgissent et neutralisent toute la stupidité !!!

  2. On ne doit pas en être à « envisager de porter plainte » ; on porte plainte, point final ! Et comment peut-t-on avoir le droit de déverser des eaux de lisiers dans des cours d’eau, sans station d’épuration ? Marre à la fin

  3. Ces exploitations devraient être fermées à titre définitif: Pour vous tous les commentaires sont des doublons!!!Donc inutile d’en faire.

  4. Pollution à l’ammoniaque dans l’eau et pas à l’ammoniac qui est le gaz qu’on retrouve dans l’air notamment autour des porcheries. Le « envisage de porter plainte » est en effet mal venu. L’association Eau et Rivières de Bretagne a porté plainte, il y a eu un léger flottement dans la communication dû au fait que le permanent qui gère habituellement ces situations était en vacances bien méritées.
    Quant à fermer des exploitations agricoles, il faut être réaliste, ça ne se fait et se fera pas, dans un premier temps l’administration (OFB et gendarmerie) a fait en sorte que les pollutions s’arrêtent. Viendra ensuite le temps des éventuels jugements et réparations…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !