Ukraine. Gundars Kalve : « L’avenir de la guerre dépend des fournitures d’armes » [Interview]

Entretien avec Gundars Kalve, volontaire letton dans la guerre en Ukraine. Agriculteur, père de quatre enfants, membre de la Garde nationale lettone et membre de l’Alliance nationale (l’un des partis de la coalition gouvernementale), avec laquelle il a été élu maire adjoint de sa municipalité, Gundars a quitté sa vie en Lettonie pour rejoindre les rangs des défenseurs de l’Ukraine.

Entretien réalisé par  notre confrère Alvaro Pena (https://elcorreodeespana.com/) et traduit par nos soins.

Pourquoi êtes-vous en Ukraine et qu’est-ce qui vous a poussé à quitter votre vie en Lettonie pour vous battre dans un autre pays ?

Gundars Kalve : Parce que je considère la Russie comme le plus grand ennemi de l’Europe de l’Est et en particulier de la région balte. La Russie ne nous a jamais rien apporté de bon et a historiquement essayé de conquérir notre territoire. J’ai toujours pensé que la répétition d’une occupation de la Lettonie comme celle que nous avons subie en 1940 devait être évitée par tous les moyens possibles. Ainsi, la guerre en Ukraine m’a donné l’opportunité légale de combattre les occupants de la manière la plus directe : en les tuant. En 2014, j’ai prévu de venir en Ukraine, mais pour diverses raisons, je n’y suis parvenu qu’en 2018. Depuis, je me suis rendu régulièrement en Ukraine et j’ai rencontré différentes unités, comme Azov, qui combattaient à la frontière dans le Donbas. Par conséquent, lorsque la grande guerre a commencé, il ne faisait aucun doute pour moi que je devais m’impliquer dans la lutte contre les occupants russes, et le 26 février, je me suis rendu en Ukraine.

Le 28 février, à 8 heures du matin, je me suis présenté au commissariat de guerre pour rejoindre la légion des volontaires étrangers. Le premier mois, j’ai suivi un cours de formation à Lviv, dans les rangs du bataillon géorgien, puis j’ai été envoyé à la base Azov à Kiev pour compléter l’entraînement de guerre. Bien que je sois membre de la Garde nationale lettone et que j’aie reçu une formation assez spécifique, tout s’estompe avec le temps et j’ai trouvé cette formation très utile. Après avoir terminé la formation, j’ai rejoint le bataillon Karpatska Sich en service à Irpin, non loin de Kiev. Puis nous avons combattu à Romanovka, une ville plus proche de la capitale, en défendant nos unités d’artillerie contre les saboteurs. De là, nous avons été envoyés à Kharkiv, sur le front Izium. Notre secteur est près du village de Barvinkove, entre Izium et Sloviansk. Nous n’avons pas perdu un seul mètre carré et nous avons étendu le front vers la frontière russe. Notre secteur est donc important car l’armée russe ne s’est pas déplacée plus loin dans les terres, mais au contraire : nous l’avons repoussée vers sa frontière.

Bien sûr, ce n’était pas une décision facile de me séparer de ma famille et de ma ferme, ni de cesser de profiter des avantages de mon travail. Mais, en évaluant quelle contribution je pouvais apporter en restant à la maison ou en allant au front, je n’avais aucun doute, je devais aller en Ukraine. Je suis plus intéressé par une conscience claire et l’honneur envers la nation ukrainienne que par le confort.

Que pouvez-vous me dire sur la situation là-bas ? Quel est le moral des soldats ukrainiens ?

Gundars Kalve : La situation en Ukraine n’est pas simple, et elle ne le sera pas tant que l’armée russe ne sera pas complètement vaincue. Bien sûr, c’est un long processus et nous attendons des livraisons d’armes de pays amis. Surtout l’artillerie à longue portée, les armes avec des dispositifs précis comme les HIMARS et les M777, qui détruisent à la fois les unités russes et leurs dépôts de munitions à plusieurs kilomètres de la ligne de front et avec une grande précision, il suffit de donner les coordonnées et peu de temps après ils sont détruits. Par conséquent, dans ce cas, tout le monde est responsable de l’issue de cette guerre. Les Ukrainiens en tant que soldats feront leur devoir, les Ukrainiens en tant que nation feront leur devoir, mais le monde entier doit assumer la responsabilité de la livraison de nouvelles armes. Soyons honnêtes, au début de la guerre, l’Ukraine se battait avec des équipements et des armes soviétiques obsolètes. De plus, la Russie avait fait tout son possible pour affaiblir l’Ukraine pendant les mandats des présidents post-soviétiques comme Yanukovych et d’autres traîtres. Nous devons comprendre que les Ukrainiens ne peuvent pas se battre à mains nues. Nous, les Lettons, avons beaucoup donné en ce qui concerne notre budget, je pense que nous sommes en deuxième position derrière les Estoniens, si l’on compare avec le PIB. Mais nous devons aussi réveiller la vieille Europe, l’Allemagne, l’Italie ou la France, qui prétendent que cette guerre ne les affecte pas et s’inquiètent davantage des pertes économiques si la Russie ferme ses oléoducs et gazoducs. Nous devons comprendre que la guerre va bientôt gagner [une autre partie de] l’Europe de l’Est, si nous ne vainquons pas la Russie en Ukraine.

En ce qui concerne le moral, il est très élevé, car il n’y a pas de grandes batailles perdues. Les Russes ont pensé capturer l’Ukraine en quelques jours et ont échoué, plus tard ils ont reporté ce moment d’un mois, puis de deux mois. Il faut comprendre qu’ils avaient presque atteint les rues de Kiev. Aujourd’hui, la vie civile à Kiev est tout à fait normale, les gens vont au travail, les enfants vont dans les jardins d’enfants, rien n’indique qu’une guerre se déroule à 600 km de là. Kiev est libérée, Hostomel est libérée, Bucha est libérée, Sumy est libérée, Kharkiv a surmonté le siège et repoussé les Russes de 20 km, ce qui signifie qu’il y a de petites victoires du côté ukrainien. Chaque victoire booste le moral et, à l’inverse, les pertes le diminuent. Nous écoutons 100% des conversations entre les Russes, à la fois à la radio et sur les téléphones portables, et d’après ces conversations, le moral du côté russe est très, très bas. Par conséquent, nous devons les frapper le plus fort possible. En bref, nous attendons les fusils !

Avez-vous rencontré d’autres combattants étrangers ?

Gundars Kalve : Bien sûr, j’en ai rencontré beaucoup, puisque j’ai moi-même fait partie de la légion étrangère. Il y a des Polonais, des Tchèques, des Colombiens, des Brésiliens, des Espagnols, des Portugais et, bien sûr, des Lettons, des Lituaniens et des Estoniens. Il serait plus facile de répondre à ce que je n’ai pas rencontré. Il y a des Coréens, des Japonais, des Américains, beaucoup de Canadiens, des Anglais, des Français ? De partout dans le monde. Il y a aussi des Azerbaïdjanais, des Kurdes, des Libyens, des Hongrois et des Croates.

La Russie considère les volontaires comme des mercenaires et ne leur applique pas le droit international. D’ailleurs, plusieurs étrangers ont été condamnés à mort par des séparatistes pro-russes. Pensez-vous que cette menace a diminué le nombre de volontaires qui veulent se battre pour l’Ukraine ?

Gundars Kalve : Non, je n’ai pas remarqué cette tendance. Les volontaires viennent continuellement en groupes plus ou moins importants (10-30 personnes, environ 2 sections de peloton). Nous les divisons en anglophones et hispanophones afin de leur attribuer des commandants qui parlent leur langue. Il y a beaucoup de Sud-Américains qui parlent l’espagnol ou le portugais, et on leur assigne des commandants qui sont de langue maternelle espagnole ou qui la parlent très bien. Les volontaires anglophones (Américains, Canadiens, Australiens) ont des commandants qui maîtrisent parfaitement l’anglais. Il n’y a donc pas de diminution du flux de volontaires, ils arrivent par à-coups et suivent une formation de deux à trois semaines pour se familiariser avec les kalachnikovs et autres armes d’origine russe. Lorsque les instructeurs les jugent bien préparés à l’action de combat, ils sont incorporés dans notre bataillon de Barvinkove et répartis dans les différentes compagnies en fonction de la langue qu’ils parlent. La décision de condamner à mort ces trois soldats (deux Britanniques et un Marocain) n’a donc pas du tout affecté l’aide internationale. Les volontaires continuent d’arriver.

Le 24 février 2021, à l’aide d’un tracteur, vous avez arraché l’un des monuments soviétiques de Lettonie, un canon de l’Armée rouge, et l’avez jeté dans la rivière. Comment cette affaire s’est-elle terminée ?

Gundars Kalve : Elle n’est pas encore terminée. L’affaire est toujours au bureau du procureur, même après que l’exhumation a montré qu’il n’y avait pas de sépultures en dessous. Les sépultures se trouvaient plutôt vers la route, sous les blocs de béton. Les Russes eux-mêmes n’ont donc montré aucun respect pour leurs morts pendant l’occupation, mais cela ne change rien à l’attitude du ministère public. Plusieurs avocats tout à fait réputés sont intervenus dans cette affaire en mon nom contre l’accusation, mais je ne veux pas les forcer à faire quoi que ce soit, je veux que tout aille à son propre rythme et que la purge ait lieu dans l’accusation. Je veux qu’ils se montrent tels qu’ils sont, des lèche-culs et des mangeurs de crapauds de Moscou, et plus rouges que le diable. Il sera alors plus facile de les combattre le moment venu. Donc, je n’ai pas besoin d’aide. Mais oui, il y a une affaire au bureau du procureur, elle n’avance pas, ni ne recule, et j’attends le procès. Le procès, très probablement, sera très intéressant, car nous verrons qui est rouge-blanc-rouge (les couleurs du drapeau letton) et qui est simplement rouge.
La guerre a relancé le débat sur ces « monuments ». Pensez-vous que la Lettonie, comme la Pologne, sera débarrassée des monuments soviétiques ?

Je pense que la Lettonie réussira à se débarrasser des autres monuments d’occupation restants, car la Saeima (le Parlement letton) a adopté la loi correspondante. Que cela plaise ou non n’a plus d’importance, car la force de la loi est supérieure à toute autre, et je ne pense pas que la Cour constitutionnelle remettra en cause cette loi pendant la guerre en Ukraine. J’espère que tous les occupants disparaîtront de l’ensemble du territoire letton – les grands et les petits, les bustes et les avions. Aucun d’entre eux n’a plus sa place en Lettonie.

Comment pensez-vous que la guerre va évoluer ?

Gundars Kalve : Comme je l’ai dit, tout dépend de l’approvisionnement en armes. Nous ferons notre part en tant que soldats. Nous sommes des professionnels bien entraînés, nous n’interférons pas dans les compétences des autres, il n’y a pas de compétition entre les unités et les sous-unités. Si nous avons une tâche à accomplir, nous le ferons de bonne foi et avec courage. Nous ne contestons pas les ordres. Si nous devons tenir des positions pendant une nuit, nous les tenons même dans les secteurs les plus difficiles. Les Russes seront vaincus. La contre-attaque commencera dans un mois ou deux, je veux dire une offensive sérieuse, pas seulement des unités séparées qui avancent. La guerre sera assez longue, encore un an ou deux selon mon pronostic. Mais tout dépend aussi des actions de la Russie en ce qui concerne la mobilisation générale. Si les Russes s’en sortent très mal sur le front, cela pourrait inciter ce salaud de Poutine au Kremlin à déclarer la mobilisation générale et de nombreux Russes seront emmenés à la guerre. Ce serait mauvais, car ce sera une masse énorme à combattre, et il faudra beaucoup de cartouches. S’ils ne déclarent pas la mobilisation générale, mais continuent comme ça, alors dans deux ans nous pourrions libérer Kherson, Luhansk, Donetsk, Kharkiv.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

23 réponses

  1. Et envoyer toujours plus d’armes qui vont etre revendus à d’autres pays en guerre contre l’occident !!! ce sont des mafieux et ils le resteront.

    1. Effectivement. De même que les armes livrées au Kosovo nourrissent toutes les mafias de l’est. De même que les armes livrées par la France pour assassiner Kadafi sont venues armer les djiadistes d’Al Nostra, formés et soutenus par l’occident.

    2. Exact
      Je viens de lire un article « 70% des armes occidentales envoyées en Ukraine n’atteignent-elles jamais la ligne de front ? »

      Nos « zélites » ne peuvent en aucun cas ignorer ces états de fait (revente + armes qui n’arrivent pas)
      Mais la question à se poser est : Qu’est-ce qu’on nous prépare et Où ?

  2. Un tel parti pris anti russe sur « Breizh infos » me déçoit, parce que cela fait une trentaine d’ années que les occidentaux ont commencé à pourrir l’ Ukraine qui d’ ailleurs dans son format actuel n’ est qu’un assemblage de provinces de divers pays que l’ Otan espérait enlever à l’ influence russe !! Manque de bol, les habitants de la partie est de l’ ukraine désirent revenir dans la Grande Russie et on les comprend quand on voit l’ état de décomposition de ce pays gangrèné par la corruption et la décadence copiées sur les pays occidentaux ! Ce brave paysan n’ a pas fait le bon choix, il aurait mieux fait de rester chez lui s’ occuper de sa ferme et de sa famille !! Il va s’en rendre compte rapidement ……

    1. Gillic Je suis de votre avis.Il eu été préférable pour lui de rester dans sa famille. Il comprendra mais ce sera trop tard.

  3. Le type même de l’ukronazi, un descendant de ceux qui faisait la chiourme dans les camps d’extermination hitlériens. Formation à la base Azov, tout un symbole, il souhaite la mort des russes, j’espère qu’il va rentrer chez lui dans un sac poubelle, cette pourriture fasciste.

    1. @starters, arrête, tu te fais du mal. Lâche nous avec les nazis et les camps. Soigne toi: essaie de prononcer les mots Katyn et Gulag. Ah, tu n’y arrives pas ? Je crois que tu es foutu.

  4. Toujours cette préférence d’une certaine extrême-droite pour les ukrainiens manipulés par la coalition
    USA-ISRAEL-GB, pro Biden, anti-Poutine.
    Très difficile de comprendre leur logiciel. Les mêmes qui sont pro-kossovars musulmans contre les serbes chrétiens, les mêmes pro-Israël contre Bachar

    1. Marcaugier
      Doucement tout de même, « extrême droite » mais socialiste tout comme Hitler était socialiste, ça me fait toujours rire .
      Fasciste donc socialite mais qualifié d’extrême droite, ça me fait tout autant hurler de rire.

      Tout était socialiste dans ces deux doctrines, à commencer par le cursus politique de leurs créateurs qui étaient socialistes jusqu’au bout des ongles .
      Seuls les socialo-communistes occidentaux osent qualifier le nazisme et le fascisme de mouvements de droite.
      Pourtant l’ultra-centralisation mussolinienne et le paganisme hitlérien donnent déjà un début piste pour ceux qui n’ont pas de culture en science politique ni biographique des deux personnages…

      C’est sûr que si on écoute la faussaire Annie Lacroix-Riz on peut qualifier Mao, Staline, Pol Pot et Ho Chi Minh d’ultra-droite, juste parce que ça arrange cette militante qui se prétend historienne.

      1. Bonjour SOA,

        Le terme extrême-droite n’était pas le point important de mon propos et vous avez-raison il ne veut pas dire grand chose. Je reformulerais donc ainsi:

        « Toujours cette préférence d’une certaine droite identitaire pour les ukrainiens manipulés par la coalition
        USA-ISRAEL-GB, pro Biden, anti-Poutine.
        Très difficile de comprendre leur logiciel. Les mêmes qui sont pro-kossovars musulmans contre les serbes chrétiens, les mêmes pro-Israël contre Bachar. »

        J’espère être ainsi plus compréhensible.

    2. Marcaugier
      « Le terme extrême-droite n’était pas le point important de mon propos et vous avez-raison il ne veut pas dire grand chose. Je reformulerais donc ainsi »

      Très bonnes questions et très bon résumé !

      Pour vous répondre sans fard je vais vous répondre : soft power US.
      Remarquez qu’à gauche et extrême c’est la même chose, tiers mondistes pas pas trop, car manipulés par la coalition USA-ISRAEL-GB, pro Biden, anti-Poutine, donc par le grand Kapital »

      Je pense qu’ils n’ont pas encore compris qu’il faut toujours regarder bien en amont et en aval des événements et se poser la question QUI BONO (+ les conséquences pour nous) pour comprendre ce dont il en retourne.
      Avec l’âge l’expérience et la connaissance on se fait moins avoir et cela prend du temps, de plus ce n’est pas gagné vu la débauche de moyens de soft power employés tant vers les gens de gauche que vers les gens de droite.
      On ne peut pas demander à tout le monde, de tous âges, d’être au point tous en même temps au niveau historique, science-politique, géostratégie, économie etc…
      (je vous avoue que cela devient plus problématique quand on a à faire à des leaders d’opinion « aux orties » bien qu’ayant dépassé les 40 ans)

      Mon logiciel est transparent, vous pouvez le lire dans nombre de commentaires sur un tas d’articles içi.
      LIRE : Sur cet article ma réponse à l’objection de « le moscovite éternel » est, je pense, sans ambiguïté ;-)

      1971 et donc notre état acté de protectorat-colonie US coïncide avec la fin de ce qu’on qualifiait de « trente glorieuses » et depuis c’est le déclin en se vautrant dans la fange, cela me suffit pour savoir ce que je ne veux pas et qui est le pire danger pour nous.
      51 ans de dégâts il serait temps de passer à autre-chose, sinon de crever .

      L’eurasie a toujours été le pire cauchemar des USA, d’où leur « glacis protecteur » (immigration, théorisé par Zbigniew Brzeziński ) qui leur sert d’armée d’occupation de réserve pour calmer le protectorat-colonie que nous sommes si nous avions quelques velléités d’indépendance et que le soft power + leurs fonctionnaires YoungLeaders ne suffisaient pas.
      Il faut juste en être conscient, sans être paralysé par cela pour autant.

  5. Chaud le tiers-mondisme dans les commentaires.

    Va falloir m’expliquer en quoi Poutine le nain du KGB ouvertement antiraciste et antifasciste est du côté de l’extrême droite française.

    Peut-être que l’attirance pour le bois d’ébène est ancrée chez les deux ?

    1. Le moscovite éternel
      Je vous retourne à juste titre votre propos :

      -Va falloir m’expliquer en quoi Biden le nain de la CIA ouvertement antiraciste, antifasciste, woke, décolonial, LGBT, repentant est du côté de l’extrême droite française….

      Si vous n’avez pas remarqué, depuis au moins la révolution bolchevique (schiff, warburg), puis l’Algérie, les USA utilisent autant ces idéologies gauchistes (soft power) que la Russie, voir plus.

      L’épisode que vous avez manqué, c’est qu’autant l’URSS que les USA ont, après 1945, avec la proclamation de la déclaration universelle des droits de l’homme, la cour des droits de l’homme, et dans la monde entier d’adoptions d’un certains nombres de textes qui interdisent la discrimination (donc le choix) et notamment dans le préambule de la constitution Française.

      Votre propos « Peut-être que l’attirance pour le bois d’ébène est ancrée chez les deux ? »
      C’est une sorte d’inversion totale.
      L’europe est bien plus africanisée que la Russie et de très loin.
      Contrairement à ce que disent ceux qui veulent vous la vendre, la Russie est terriblement multiculturaliste (Indiens, Mongols, Thaïs, Pakistanais) mais ce n’est pas l’immigration africaine et ce n’est pas du tout géré comme en occident.

      -Ce n’est pas la Russie qui finance l’invasion de l’europe mais les USA (Soros, CFR, E-CFR)
      -Ce n’est pas la Russie qui a déclenché la religion du réchauffisme au Co2 « anthropique » mais les USA
      -Ce n’est pas la Russie qui a exigé les délocalisations + l’importation d’occupants africains en pleine désindustrialisation et chômage de masse, mais les USA !
      -Ce n’est pas la Russie qui a crée la cancel culture et la discrimination positive en europe mais les USA !
      -Ce n’est pas la Russie qui a inventé l’obsolescence programmée mais les USA (dès le bas nylon)
      -Ce n’est pas la Russie qui exige l’islamisation de l’europe mais les USA.
      -Ce n’est pas la Russie qui dirige l’eurodictature mais les USA.
      -Ce n’est pas la Russie qui interdit les traitements efficaces pour nous placer une technologie expérimentale qui a été meurtrière à chaque fois qu’elle a été essayée ces trente dernières années mais c’est les USA.
      Ce n’est pas la Russie qui a exigé la loi du 3 janvier 1973 mais les USA.
      Ce n’est pas la Russie qui a exigé la construction de l’eurodictature présidée par les socialistes allemands affiliés à la CIA …
      Ce n’est pas la Russie qui a financé le socialiste allemand, au point d’en 7 ans, en faire la première puissance européenne à partir de son pays ruiné mais c’est les USA (Général motors, IBM, Ford, Standart Oil, Coca cola etc..)

      ENFIN nous ne sommes pas factuellement depuis au moins 1971, une colonie-protectorat de la Russie mais une colonie des USA !
      etc…. etc…

      Je peux continuer comme cela sur des milliers et des milliers de lignes jusqu’à en remonter jusqu’à la première guerre mondiale .
      Chaque soumission supplémentaire, chaque concession supplémentaire faite aux USA depuis 60 ans entraine, non pas un « lâcher de lest » de leur part mais une étape d’enfer et de destruction des peuples et pays européens, c’est un suicide !

      1. La Russie a exactement les mêmes tares que les USA.

        Donc ton pavé indigeste hystérique n’a aucun intérêt.

        Le multiculturalisme russe est aussi indésirable que son pendant américain.
        Les soviétiques ont toujours envoyé des agents subversifs en Occident, et ce même à sa disparition, le prêcheur actuel est cette ordure antiblanche est le funeste Alexandre Douguine d’ailleurs, maître à penser de toute la pouillerie tiers-mondiste représentée par Bouchet, Soral, A2B et cie.

        La Russie est à fond dans le covidisme.

        La plus grosse communauté à Moscou sont les asiatiques centraux, musulmans (mais tu vas sûrement m’expliquer que c’est pas pareil que les Arabes 🤡)

        La Russie et la Biélorussie ont financé et favorisé les vagues migratoires en Europe, d’ailleurs comble d’un heureux hasard, des migrants du Proche-Orient se sont regroupés près de la frontière polono-lithuanienne côté biélorusse, mais bon la Russie c’est tellement mieux que les USA 🙃

        Wagner organise depuis un moment des traffics de migrants en Libye d’ailleurs.

        D’ailleurs les pays d’Europe centrale font tous partis de l’UE et l’OTAN, sont-ils submergés par les LGBT et les ressortissants du tiers-monde ? Que nenni, et ce malgré la perfidie de l’UE.

        Mais a priori le grand remplacement des Russes ethniques en Russie est un fantasme, faudrait peut-être aller en Russie ailleurs que dans les centres villes de Saint Petersbourg et Moscou, quoi que avec les prières de rues gigantesques à Moscou, ne pas voir la réalité est assez malheureux.

        Alors c’est bien mignon l’anti-américanisme primaire en opposition avec la Russie au point de pomper le faiseur de sinistres desseins des Loubavitch mais faudrait peut-être changer de disque.

        Mais bon encore une fois il faut lire Anatoly Golitsyne pour comprendre ce qu’est réellement la Sainte Russie (mdr).

        Un taux d’avortements chez les Russes blancs ahurissant
        Les trois-quarts des mariages qui capotent.
        21% de l’héroïne mondiale consommée.
        3% des Russes qui vont régulièrement à la messe.
        Un culte de l’URSS et de la victoire sur le nazisme.
        Des centaines de milliers d’enfants abandonnés.
        Une fuite des cerveaux.
        Les puissants de Russie qui mettent touts leurs gamins dans des écoles occidentales, et je ne parle même pas des résidences secondaires.

        Donc avant de nous vendre la Russie comme modèle vis-à-vis des USA il s’agirait de penser autrement qu’en plumitif qui gobe tout ce qui se raconte.

        Plus d’infos (avec preuves contrairement à tes assertions ridicules et éculées) là-bas :
        https://t.me/eternalduginists

  6. ce gars vit encore dans les années du stalinisme! qu’il ouvre les yeux et se rende compte de la nocivité des usa, de l’otan, grands fauteurs de guerre et surtout d’asservissement de l »europe!

  7. Alors Breizh Info on pratique la censure ? Pourquoi ma réponse envers le vieil alcoolique n’est-elle pas publiée ?

    1. Pourquoi ?
      Peut-être est-ce la façon de vous adresser aux autres intervenants qui n’est pas propice à apaiser les esprits et avoir une discussion constructive, instructive et apaisée .

       » vieil alcoolique » « pavé indigeste hystérique aucun intérêt » « Tu tu tu » comme si nous avions élevé les cochons ensemble …

      Ce qui explique que je n’ai même pas le goût de vous répondre.
      Quand on a à faire à des personnages qui ont des certitudes et une virulence déplacée, on n’a pas envie de discuter, bien qu’ils soulèvent certains faits pertinents bien que biaisés dans le contexte du propos d’origine ….

  8. Oui oui pleure mon alcoolo, je te cause comme je veux et si t’es pas content la porte du bureau de Xavier Moreau est grande ouverte 😏

    « Quand on a à faire à des personnages qui ont des certitudes et une virulence déplacée »

    L’hôpital qui se fout de la charité.

    Mes propos sont justes et pertinents, suffit de chercher ailleurs que chez les plumitifs du FSB d’un côté ou les médias occidentaux de l’autre.

    *Faut aller voir le canal Telegram que j’ai partagé, mais je comprends, Telegram c’est peut-être trop compliqué à utiliser pour les personnes âgées, dommage*

    Mais bon on voit que ce qui arrange n’est-ce pas ?

    1. Mon pauvre, si vous connaissiez mon hygiène de vie…vous êtes ridicule.
      Pour ce qui est de l’alcool j’adorerai occasionnellement pouvoir boire ne serait-ce qu’un verre pour accompagner mes amis mais ce n’est pas possible.
      Il suffit d’un enzyme manquant et oubliez l’alcool, y compris une simple cuillère de sirop pour la toux.

      Telegram nécessite une inscription et ne permet pas de prévisualisation et ni pour vous ni pour quiconque je ne m’inscrirai sur Telegram pour des raisons dont je ne disserterai pas içi.

      Allez, parlez donc aux gens qui peuvent supporter votre agressivité délirante.
      Nous n’avons pas à vous servir de défouloir ni à nous comporter envers vous comme le ferait un psy.

      Gardez donc vos petite piques pour votre entourage, vos potes, votre femme, si toutefois qui que ce soit réussit à vous supporter (ce dont je doute sincèrement)

  9. En étant pro Zelensky il est normal que vous teniez la comptabilité des points Godwin, compteur de votre soumission.

    1. Marcaugier
      Un type qui réussit à faire des fake à ce point :
      -« Je ne sais pas dans quelle poubelle les trolls qui squattent ce site ont trouvé les 70% d’armes ukrainiennes revendues au marché noir? »

      Sur la base de cette phrase interrogative :
      « 70% des armes occidentales envoyées en Ukraine n’atteignent-elles jamais la ligne de front ? »

      Se discrédite totalement.

      Si en plus le type en vient à parler de  » coalition de valets, de sycophantes, de courtisanes, de plumitifs stipendiés du FSB. » là c’est carrément du délire paranoïaque, une maladie mentale.
      On peut la résumer ainsi : « tous ceux qui ne pensent pas comme moi sont des vilains qui favorisent des intérêts étrangers » …
      Tout en étant conscient qu’il ne défend que les seuls intérêts et ordres des USA, puisque la zone euro n’a rien à gagner dans cette histoire russie-ukraine, il n’y a que des coups à prendre.

      Bref, quelqu’un avec qui on ne peut pas discuter posément cache quelque chose, soit ses carences, complexes, objectifs inavouables etc…
      Ces invectives lui évitent d’avoir à argumenter, au point où nous en sommes il nous dira bientôt que les USA ont toujours été nos grands potes, de grands humanistes qui n’ont toujours voulu que notre bonheur ^^

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !