Les frères Lumière et la Bretagne comme port d’attache

Les frères Lumière avaient identifié la Bretagne comme une terre d’innovation. Si c’est à Dinard qu’Auguste et Louis Lumière sont venus faire leurs premières expériences photographiques en 1877, les deux frères innovateurs étaient aussi passionnés par de nombreuses autres découvertes depuis le Serment de la « Goule és Fèes » née dans notre région dans une graphie en langue gallèse.

Dinard, la Goule aux fées et les frères Lumière

Le serment de la Goule aux fées remonte à l’été 1877 à Dinard, où les frères Lumière ont juré de signer conjointement leurs inventions au moment où ils visitaient une grotte mystérieuse du nom de : la Goule aux fées. La graphie goule ès Fées (ou goule aux Fées) est spécifique au littoral de la Manche et des îles Anglo-Normandes. Le terme goule, issu du latin gula, gosier, bouche, a la sens de grotte.

De nombreuses « goules » de la région abritent ainsi des légendes liées aux « fées des houles » que le grand folkloriste de Bretagne, Paul Sébillot a recueilli à la fin du XIXe siècle. Délaissées par les fées, au grand regret des «gens du pays», ces grottes furent utilisées par les contrebandiers entretenant, involontairement, leur présence féerique par des apparitions lumineuses nocturnes.

Les fortes marées de la région donnent encore aujourd’hui un élément spectaculaire et presque surnaturel aux lieux. Les effets de la pleine lune provoquent des marnages de plus de dix mètres, entraînant la transformation complète du paysage, passant en six heures d’une mer grise et bleutée à un immense champ de rochers. Ce rythme imposé par la position des planètes et du soleil règle ainsi la possibilité ou l’interdiction d’entrer à l’intérieur de la caverne. Ces grottes de rivage constituent un caractère marquant et pittoresque du paysage de la côte. Cette «goule aux fées» attira les promeneurs et les premiers touristes alors que la région voyait se développer les stations balnéaires et l’édification de villas cossues.

On peut imaginer les deux frères Lumières en recherche de sujets, menant ici une excursion photographique. La fascination des photographes pour la mer, à la fois défi et sujet pictural, ne pouvait qu’intéresser les deux jeunes à expérimenter les plaques fabriquées par les usines Lumière de leur père.

Des années plus tard, Jules Verne découvrait la région dans une villa à proximité et l’on raconte qu’en découvrant cette grotte profonde, il y vit une entrée pour son « Voyage au centre de la terre ». Le lieu est aujourd’hui peu visité, mais de nombreux souvenirs d’enfance y sont encore attachés et les récits lointains, transmis ou inventés, continuent de résonner dans les esprits.

Goule, une signification bien particulière en pays gallo

La graphie goule ès Fées (ou goule aux Fées) est spécifique au littoral de la Manche et des îles Anglo-Normandes. Le terme goule, issu du latin gula, gosier, bouche, a la sens de grotte.

L’étymologie de Goule pour grotte caverne est attestée par différents chercheurs et linguistes qui s’appuient sur la Goules ès fées, près de Dinard, ou encore la Goule de Galimoux à Erquy.

On peut néanmoins voir un lien avec le terme plus répandu de Houle depuis toute la côte nord de la Haute Bretagne jusqu’à la Normandie. (Houlegate par exemple) et qu’on retrouve probablement dans le mot anglais « hole » (trou) qui viendrait de l’etymon norrois Holr (creux).

Goule vient du latin gula, qui donnera aussi gueule. Goule est très utilisé et n’a pas la valeur péjorative de gueule. On l’utilise donc pour parler du visage (la goule ebaobée) de la bouche (en avoir plein la goule) mais aussi comme de l’ouverture (la goule du pu, goule du four etc…)

Il est donc probable que la ressemblance des mots goule/houle est menée à une certaine confusion des deux termes.

Ainsi, sur la côte nord de la haute Bretagne, on trouve sans grande différence les deux termes pour désigner la même chose parfois même sur la même commune.

Au delà de l’étymologie, Paul Sébillot en parle dans un de ses ouvrages. Il rapporte par ailleurs le conte de la Goule ès fées (en gallo et en français).

Dans le recueil « fées des Houles », on y trouve toutes sorte de contes et légendes liées au grottes marines de Haute Bretagne.

Dans le dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey, il est possible de trouver l’histoire du mot goule dont le dérivé goulet a pour signification passage étroit, entrée étroite ce qui est peut le cas des grottes et cavernes .

Au final, goule a plusieurs sens: visage, mais aussi bouche (un « bat d’la goule » un « mile goules » est quelqu’un qui parle beaucoup), et bien entendu grotte dans le sens trou noir comme la bouche.

Le gallo remonte le fil du temps au Louvre Abu Dhabi.

Dans l’esprit de son architecte, Jean Nouvel et ses ateliers ont voulu recréer l’esprit d’une grotte de lumière, associant la sérénité des ombres, des reflets et des calmes. Ce musée sur la mer voulant ainsi exacerber la fascination des rencontres rares. Il est possible d’y accoster en bateau, de trouver des pontons pour y accéder à pied depuis le littoral.

Au coeur des possibles.

La Bretagne cultive de nombreux écosystèmes innovants reliés à la lumière. La saga Flaminaire dans le pays de Redon illustre combien la lumière a fasciné de nombreux innovateurs bretons. Et même attiré des diasporas d’investisseurs de l’Europe entière. La France Design Week a voulu renouer en 2021 avec ce grand passé à Redon, berceau de la saga Flaminaire. Marcel Quercia, inventeur du briquet à gaz et de la saga Flaminaire à Redon, a aussi fondé l’aérodrome de la ville. Il en était le premier président.

D’origine italienne, son père, Janvier Quercia était le descendant : Jacomo de la Quercia, professeur de Michel-Ange. Orfèvre, il avait fondé en 1890 une affaire de fabrication de coffrets et d’orfèvrerie profane ou religieuse.

Cette entreprise était à l’origine de la Société Flaminaire. Marcel Quercia, travailla auprès de son père au développement de Flaminaire dans le pays de Redon qui est resté un bassin d’emplois dynamique autour de cette industrie aujourd’hui rachetée par le groupe Bic.

Les propriétés de la lumière sont un moteur-clé d’innovation scientifique et technique, connu depuis l’antiquité.

Dans une quête permanente de nouvelles idées, les frères Lumière se sont intéressés à de nombreuses innovations. Ils avaient par exemple acheté et rénové un moulin pour produire une fécule de pomme de terre très fine, ingrédient nécessaire à l’émulsion photographique.

Symboles bucoliques et fluviaux, les moulins le long du canal de Rennes à Betton, en passant par Saint-Grégoire comme celui de la cale Robinson représentent une source d’énergie et par là même une source de lumière.

Un défi Lumière lancé en Bretagne pour la journée internationale de la lumière

La Journée internationale de la lumière est célébrée par l’UNESCO le 16 mai de chaque année, date anniversaire de la première opération réussie du laser en 1960 par le physicien et ingénieur Theodore Maiman.  Ouvert à tous, le défi Ille-Lumière entend rassembler des photos sur le réseau Instagram et identifiée sous le #illelumiere à la façon d’un souvenir rapporté d’un voyage ancien.

Objectif : illustrer, dévoiler et mesurer la lumière du canal de l’Ille grâce à des photos.

Les meilleures idées et propositions sous le #illelumiere seront rassemblées et publiées sur cette plateforme participative consultable par tous : https://illelumierecanal.wixsite.com/lumieres

Centenaire Picasso 2022 en Bretagne : l’attachement d’un grand artiste andalou à la lumière bretonne.

En 1922, Picasso a séjourné à Dinard, à la villa Beauregard, avenue Georges-V, avec vue sur la baie du Prieuré.

L’année 2022 est l’occasion de célébrer le centenaire de son passage sur la côte d’Émeraude et d’illustrer en quoi son héritage artistique à la croisée d’autres mouvements nourrit nos défis présents.

Le jeune Pablo Ruiz Picasso avait été sélectionné pour représenter l’Espagne à l’Exposition Universelle de 1900. Mais c’est Guernica qui marquera à jamais les esprits, traduisant l’émotion que Picasso avait ressenti lors du bombardement de la petite ville basque

Le gouvernement espagnol commanda cette immense toile pour l’exposer dans le pavillon de l’Exposition Internationale de Paris 1937, comme symbole de résistance d’une démocratie ouverte et respectueuse des identités régionales.

Incubateurs de paix et d’engagement entre les peuples, les expositions universelles jouent aussi un rôle de laboratoire des pratiques mémorielles, à l’image de l’arbre de Guernica, symbole de la démocratie du peuple basque.

Lumière, Lumières, un thématique toujours d’actualité.

Le pavillon France à l’Exposition universelle de Dubaï a choisi comme thème créatif : « Lumière, Lumières ».

Porteuses d’un message de paix, les ardoises photovoltaïques colorées du pavillon France à l’exposition universelle de Dubai étaient inspirées des Nymphéas de Monet. A l’origine, cette œuvre fut le fruit d’une collaboration inédite avec Georges Clemenceau. Son impulsion permit d’exposer la série monumentale des Nymphéas que l’artiste voulait léguer à la France au sortir de la Première Guerre mondiale .

Animé par une amitié profonde avec Clemenceau, Monet souhaitait ainsi apporter la paix et de la campagne aux soldats blessés. Il leur offrit vingt-deux panneaux formant les Nymphéas de l’Orangerie, site parisien conçu pour l’exposition d’œuvres de grande taille au cœur du jardin des Tuileries.

Face aux nombreux conflits, les artistes illustrent toute la résonance que peuvent jouer des expositions universelles comme laboratoire des pratiques mémorielles. Et la lumière continuer de nous éclairer pour demain.

Pour poursuivre la lecture sur les grottes lumineuses et mystérieuses, « Littérature orale de la Haute-Bretagne » de Paul Sébillot. Le conte de la Goule aux fées y est relaté de la page 19 à 21 : Littérature orale de la Haute-Bretagne / par Paul Sébillot | Gallica (bnf.fr)

Kevin LOGNONÉ

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. OK JE SUIS UN BAT d’la goule !!! RICHE DE SES RENCONTRES ET DE SES EXPERIENCES !!!
    oui il ne faut pas prendre les BRETONS pour des ////
    sans doute il y avait fort a faire pour lutter contre argmuh pour faire de moi une petite fille polie et obéissante mais RESTONS DE FRANCE
    oui les frères LUMIERE et autres ARTISTES on va toujours plus loin y compris dans le cosmos c’est la MODE en ce moment mais même que vous vilipendier la météo ET BIEN ELLE VOUS RAPPELLE SES LIMITES !!! vous ne pouvez pas MESURER LA FORCE DES ELEMENTS !!!
    AMITIES

  2. LOUVre du bout du monde bien je te donne très facilement dans ma tête une autre appelation
    je vais écouter peut être plus tard mais en résumé il n’y a pour moi qu’UNE SEULE LUMIERE
    AMITIES

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS