Cardiologue, dentiste, dermato, ophtalmo, scanners, hôpitaux, IRM…Dans l’enfer du désert médical en Centre-Bretagne

« Vous êtes déjà venu au cabinet ? ». Cette phrase qui donne à celui qui l’entend des envies d’étrangler son interlocuteur – car elle est le signe que si vous répondez négativement, on vous ferme la porte au nez – nous l’avons entendu des dizaines, peut être des centaines de fois en 2021 et 2022, alors que nous avons mené plusieurs série de tests pour rendre compte de la réalité du désert médical et de la tiers mondisation progressive de la Santé en Centre-Bretagne.

Voici quelques tranches de vécu, à bien avoir en tête surtout si vous habitez dans ces zones, alors que vous payez les mêmes impôts, les mêmes taxes, que le reste de la population…sans bénéficier des services qui devraient aller avec dans un pays qui à priori (pas encore) n’est ni le Nigéria, ni le Bénin.

Allo docteur ? SOS Centre-Bretagne abandonné

Débutons par le médecin généraliste. De ce côté, la situation est tendue . On annonce une maison de santé pour 2023 dans le secteur de Carhaix, mais les annonces n’engagent que ceux qui les font.  Beaucoup espèrent. Il est bien entendu possible de consulter un médecin généraliste, assez rapidement (certains cabinets, comme à Maël Carhaix, prennent sans rendez-vous, ce qui implique parfois plusieurs heures d’attente pour les plus courageux). Mais ne vous attendez-pas à des consultations poussées : la médecine généraliste devient à la chaine. 5 minutes, 10 très rarement, pour un rendez-vous à 23 euros (avec l’assurance maladie qui n’oublie pas de vous prendre une participation forfaitaire d’un euro dans la limite de 50€ par an). Et se transforme parfois plus en prescripteur (d’ordonnances ou de redirection vers un spécialiste) qu’en guérisseur. Il faut dire qu’il est difficile d’établir un réel bilan dans un laps de temps si court….

Nous avions déjà par ailleurs alerté il y a quelques temps sur l’abandon de la population par les dentistes de Bretagne durant les fêtes de Noël et de fin d’année, abandon qui conduit à une saturation des seuls centres qui accueillent en urgences (moyennant de longues attentes) notamment à Rennes et à Brest. La situation ne s’est pas améliorée, loin de là.

Ne cherchez pas un dentiste qui prend de nouveaux patients dans un secteur allant de Guingamp à Loudéac, c’est quasiment impossible à trouver (si il y en a un, qu’il se signale sur [email protected]). A chaque appel, on vous demande si vous êtes déjà venu au cabinet, avant de vous expliquer poliment que ça ne sera pas possible, que le cabinet est surchargé. Quel que soit le secteur de soins, c’est globalement la même chose, la même réponse que vous entendez. On vous a vanté Doctolib, plateforme miracle ? A chaque fois la même réponse, Finistère comme Côtes d’Armor :

Ainsi, si vous avez un problème de coeur nécessitant un cardiologue et que vous habitez à Carhaix, sans avoir jamais eu besoin de consulter, vous ne pourrez tout simplement pas prendre rendez-vous. Via Doctolib, on vous a trouvé une possibilité à Querrien, dans le Finistère, à 30 minutes de Carhaix…tôt le matin, pour février 2023..Si vous survivez jusque là.

Si vous avez un problème au niveau des yeux, alors là, jetez un oeil sur la carte du Centre-Bretagne…vous aurez compris (et les rares qui prennent encore des patients proposent des rendez-vous dans plusieurs mois..certains sont déjà à 2023). . Des consultations pour bilan visuels sont réalisées par des orthoptistes au cabinet de Carhaix. Mais pour avoir un meilleur suivi, et être vu par un ophtalmologue, pas par son supplétif bas de gamme, il vous faudra croiser les doigts et faire beaucoup de kilomètres. Là encore..chaque interlocuteur (ou Doctolib) vous indique, qu’en cas d’urgence, vous pouvez contacter le 15 : et voici que vous allez engorger des Urgences déjà pleine pour une petite projection dans l’oeil lors d’un travail de jardinage, parce que votre territoire ne ressemble plus à celui d’un pays développé.

Parents du Centre-Bretagne, ne cherchez pas un orthodontiste pour vous enfants : ou bien si, cherchez, mais soyez prêts à faire des centaines de kilomètres en quelques semaines, en plus des sommes de plus en plus folles à débourser simplement pour la mise en place d’un appareil dentaire, mise en place tarifée de plus en plus chère, et de moins en moins remboursée (visiblement, le système de sécurité sociale en France a d’autres priorités que la vôtre).

Là encore, si vous résidez Carhaix, nous vous avons trouvé un Orthotondiste à Quimper, et à Lannion (140 et 120km aller retour pour une consultation). Et c’est tout. De quoi vous réjouir de payer une taxe foncière si vous êtes propriétaire, ainsi que la TVA sur tout ce que vous consommez, vos charges salariales ou patronales, vos impôts, pour au final…dépenser encore plus (comptez tout de même 400 à 600 euros le semestre si vous n’avez pas une mutuelle haut de gamme qui vous coûtera elle aussi un bras).

Pour un Gastro-entérologue dans le secteur, ça sera à l’hôpital, et pas de rendez-vous avant fin novembre 2022 (ou en décembre à Quimper).

Le calvaire continue si vous avez besoin d’un dermatologue, que ce soit pour vos enfants, ou pour lever le doute sur un kyste, par exemple. Habitant de Carhaix, ne cherchez pas, il n y en a pas dans votre commune. Nous avions obtenu un rendez-vous à Guingamp en début d’année, mais la dermato qui prenait encore des nouveaux patients jusqu’ici n’en prend plus désormais. Vous pouvez tenter votre chance à Châteauneuf du Faou, sinon il vous faudra attendre, et rouler, encore rouler, pour un aléatoire rendez-vous à Quimper, ou à Douarnenez..ou même à Brest.

Et si vous êtes côté Côtes d’Armor, bonne chance, comme l’indique Doctolib là encore (où tous les praticiens ne sont pas inscrits, mais qui donne la tendance sur la capacité d’absorption des demandes naturelles de milliers de patients potentiels qui attendent un soin). Là encore, si vous connaissez des dermatologues prenant de nouveaux patients, ne nous contactez pas pour nous en informer, car cela risquerait de ne pas durer une fois la chose révélée.

Pour un IRM, et toujours si vous êtes à Carhaix, il n y a pas d’IRM fixe. L’IRM mobile se partage avec l’hôpital de Guingamp. Là encore, accrochez-vous pour les délais, et surtout, soyez prêts à vous déplacer le cas échéant. L’hôpital de Carhaix lui même est forcé de le constater, même si des éléments de langage sont parfaitement choisis par le responsable du CHRU, c’est le Tiers monde encore une fois (il faut insister sur le mot..et les maux que cela engendre). Des éléments de langage qui sont répétés, et encore répétés, à chaque fois que vous tentez d’avoir des explications à cet abandon progressif de la population et que vous tombez sur des chargés de communication dont le métier consiste à tout faire, sauf des vagues.

Il y a finalement deux spécialités dans lesquelles vous n’aurez pas une grande attente normalement en habitant sur zone : la radiologie, et tout ce qui concerne prélèvement et analyses médicales (d’autant plus que pour le coup, le Centre-Bretagne possède des laboratoires d’analyses performants et une armada d’infirmières qui se déplacent à domicile et qui sont à vos petits soins toute l’année.

Urgences vitales : moins de chance de survie à Carhaix qu’à Rennes ?

Passons à une urgence désormais : imaginez, malheureusement, que vous ou un de vos proches fassiez un AVC ou un Arrêt cardiaque un dimanche soir de tempête, dans votre maison de Carnoët, au nord de Carhaix. Les secours vont être engagés (Les pompiers de Callac ou de Carhaix qui arriveront environ 10-12 minutes après votre premier appel aux secours et ceci uniquement si vous habitez dans le bourg… Encore faut-il qu’il n y ait pas un incendie au même moment ou une autre urgence, sinon les effectifs un dimanche soir sont tels que cela peut rapidement faire engager des pompiers de bien plus loin..ce qui ne donne quasiment aucune chance de survie à la victime). Un SMUR sera engagé, et partira rapidement de Carhaix ou de Guingamp. Il arrivera vraisemblablement après les pompiers…et médicalisera la victime si, et seulement si, son décès n’est pas déclaré par le médecin.

Mais mettons que les Pompiers aient réussi à faire revenir un pouls et que les soignants du SMUR aient stabilisé la victime : Celle-ci ne sera transportée ni à Guingamp, ni à Carhaix, ni à Morlaix, trois hôpitaux qui, contrairement à ce que certains pensent, ne peuvent pas tout faire, et ne possède pas de services de réanimation. La victime devra donc être envoyée sur Brest ou sur Saint Brieuc. Problème supplémentaire, il sera impossible de faire décoller un hélicoptère de Brest ou de Saint-Brieuc eu égard de la tempête et de la nuit tombante. Ce sont donc les pompiers escortés du SMUR qui vous y amèneront…si vous êtes encore en vie à ce moment là. Un vrai chemin de croix, entre 65 et 80km à parcourir, pour trouver un hôpital qui puisse vous accueillir un soir de tempête alors que vous venez de faire un AVC ou un arrêt cardiaque.

« Monsieur ? Oui c’est au sujet de votre échographie du foie (NDLR : Prise de rendez-vous plus d’un mois avant). Il n y a pas de médecin cette semaine du coup je vais devoir la reporter à la fin du mois de septembre, j’ai uniquement deux dates à vous proposer si cela vous va ».

Une enquête qui se termine comme elle avait commencé : par un sentiment que la population du Centre-Bretagne, de Châteaulin à Loudéac, de Guingamp à Quimperlé, est totalement abandonnée par les pouvoirs publics tout en étant prise à la gorge par des dépenses (taxes, impôts, charges) toujours plus élevées. Jusqu’à ce qu’elle décide de se prendre en main toute seule, par et pour elle même ?

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. mon vécu ! rv ophtalmo pris sur docotlib, 13 mois d’attente, je prends quand même le RV, 3 mois avant la date prévue, RV annulé par doctolib sans explication, impossible d’en avoir un autre, j’ai abandonné, pourtant, je suis en train de perdre la vue d’un oeil ….bon ok, il m’n reste un à peu près valide, tout va bien

    1. Sous couvert de simple prise de rendez vous chez un médecin pour remplacer un secrétariat, Doctolib est devenu en France, Allemagne, Italie etc. un monstre de l’oligarchie mondialiste.
      Doctolib revend vos données aux GAFA, investit les hôpitaux et les cliniques, développe des « produits » en télémédecine etc. Doctolib marchandise la santé, et en France est au service de l’Etat jacobin : il a joué un rôle majeur dans l’injection ARN.
      Tout parti attaché aux libertés devrait inscrire Doctolib sur une liste des monopoles à démanteler. Cette liste est longue.

  2. Félicitations pour cette enquête.

    Le massacre du système médical a en France des origines qu’on a oubliées :

    Les riches ont spolié l’Église qui finançait l’hôpital, l’enseignement et l’assistance et l’ont remplacé par la Révolution. Et ce système révolutionaire est toujours en place en France, où maintenant l’oligarchie mondialiste tlent le pouvoir républicain.

    La disparition des médecins de campagnes est allé en effet de pair avec celle des curés de campagne. Et la fermeture des petits hôpitaux, dispensaires, cliniques d’accouchement, procède des mêmes causes que la fermeture des églises.
    Comme les curés, les médecins se sont réfugiés dans les villes importantes.
    La raréfaction y est moins visible mais elle est néanmoins réelle : les délais d’attente se sont allongés depuis longtemps. Mais dans les grandes villes le pouvoir d’achat des catégories de population aisées apporte aux médecins non conventionnés et aux spécialistes des revenus suffisamment confortables pour leur permettre de payer les charges obligatoires, c’est humain. Ils trouvent également dans les cathédrales médicales des postes grassement payés et des assistances surnuméraires ( matériels, paramédicaux, infirmiers etc. )

    Sur le long terme, la guérison passe donc part une rechristianisation de la société française ( aux EUA il y énormément de cliniques et hôpitaux financées par des institutions chrétiennes ).

    Elle passe aussi par un prise de conscience : le système socialiste impose au médecin une limitation du prix de ses consultations, par conséquent il appauvrit sans cesse le médecin et détruit ses possibilités de travailler.
    La solution est de s’affranchir du tarif de base imposé et de se faire soigner par un médecin non conventionné. C’est possible avec une mutuelle, en choisissant librement les risques à couvrir. Mais évidemment l’État socialiste et oligarchique actuel veut supprimer les mutuelles, en les intégrant au monstre monopolistique qu’est la Sécu ! Il y a eu récemment une tentative gouvernementale d’intégrer les mutuelles dans une « grande Sécu ».

    En Suisse ou les caisses d’assurances sociales ( médecine, retraite etc. ) sont privées – de type mutualiste – et les tarifs libres, le coût de la médecine est moins élevé et la médecine est meilleure. Idem en Allemagne où chacun peut CHOISIR entre une caisse étatique et une caisse privée.
    Les adorateurs du socialisme vont crier au loup, mais on n’a rien trouvé de mieux que la liberté pour vivre : créer des entreprisesp et donc des emplois, enseigner, soigner etc. Il faut donc faire  » sécession « 

  3. J’ai la chance d’habiter une commune dans laquelle se trouve un cabinet médical avec 4 médecins généralistes. Tout va bien tant que l’on a pas besoin de consulter un spécialiste.
    Le dentiste chez qui je suis patient depuis des années donne des rendez-vous à 6 mois.
    En cas de rage de dents, pas d’autre recours que les urgences.
    Le généraliste souhaitant m’adresser à un gastro-entérologue, j’ai eu la chance d’avoir un RV le jour même suite à un désistement; sinon la prochaine date était en Février 2023 … Il reste le seul de sa spécialité dans le secteur après le départ des deux autres médecins du cabinet.
    Lors de la campagne présidentielle de 2017, Benoît Hamon était venu dans ma commune tenir une réunion sur le thème des déserts médicaux : la situation ne s’est pas améliorée depuis, c’est le moins que l’on puisse dire, et pas seulement en Centre Bretagne !

  4. Octobre: un décollement de la rétine …je me rends à l’hopital de MORLAIX la secrétaire du serviceophtalmo me dit de revenir début janvier ! je lui fais remarquer qu’il me semble que c’est trop loin et qu’il me semble qu’il y a urgence .REPONSE : » vous n’avez rien compris , début janvier vous venez pour prendre RDV, venez de bonne heure , il y a la queue , et là vous aurez un RDV pour traiter …..en décembre de l’année !  » J’ai eu envie de la passer par la fenètre , parcequ’elle avait un ton particulièrement agressif , mais ça n’aurait servi à rien , nous étions au RDC , elle n’aurait mème pas eu une entorse !

  5. Reste une solution pour les bretons qui ont eu la bonne idée de voter Macron : venez passer une semaine en Tunisie : en quelques jours vous verrez tous les spécialistes de santé, formés en France et très compétents……

  6. CLAUDE /
    On rencontre exactement le même problème en Lorraine.
    Dans l’indifférence des pouvoirs publics et des politiques de tous bords.

  7. le numérus clausus, moins de médecins formés, moins de déficit de la sécu ! on le constate partout. reste l’euthanasie à développer

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !