Allemagne. Les autorités redouteraient des attentats d’extrême gauche contre des centrales nucléaires

extrême gauche

En Allemagne, l’Office fédéral de la police criminelle met en garde contre de potentielles attaques d’activistes d’extrême gauche et de militants « pour le climat » contre des installations nucléaires, des gazoducs et contre l’ensemble du trafic de poids lourds.

La crainte d’attaques d’extrême gauche en Allemagne

Des installations nucléaires, des gazoducs et le trafic de poids lourds perturbés par des attaques commises par l’extrême gauche, telle est la crainte de l’Office fédéral allemand de la police criminelle (BKA, pour « Bundeskriminalamt »).

L’information provient d’un document confidentiel de l’unité ST14, un service interne chargé des menaces et a été évoqué le 13 septembre par le quotidien allemand Bild. Selon ce document, une nouvelle aggravation de la crise économique et énergétique pourrait entraîner dès les prochains mois une augmentation des attaques motivées par l’extrême gauche. Concrètement, l’autorité de sécurité aurait dans sa ligne de mire « des acteurs de la scène de gauche ».

« La pénurie d’énergie à craindre et ses conséquences économiques permettent à des acteurs/groupements issus des différents domaines de la criminalité politiquement motivée d’exploiter la situation conformément à leurs propres aspirations », peut-on lire dans le document du BKA. Les « actions d’occupation et de blocage ainsi que les dommages matériels ou les incendies criminels contre le secteur de l’énergie » sont notamment cités comme des scénarios possibles.

Des militants radicaux « pour le climat » sous surveillance ?

Parmi les activistes inquiétant les services de l’Office fédéral de la police criminelle, citons notamment les militants radicaux « pour le climat » d’organisations telles que « Letzte Generation » ou « Fridays for Future », qui ont déjà paralysé la circulation automobile dans plusieurs villes et sur des autoroutes ces derniers mois ou ont encore crevé des pneus de véhicules et occupé des bâtiments et des ports.

Toujours selon le document du BKA, « le développement des énergies fossiles est au centre des préoccupations des agitateurs » de l’extrême gauche allemande. « Accompagnant les protestations climatiques, les manifestations et les actions sont de plus en plus dirigées contre les grands groupes énergétiques, généralement désignés comme les soi-disant ‘profiteurs de la crise’, car ils réalisent des bénéfices élevés en raison de la situation économique actuelle, alors que de nombreuses personnes craignent de ne plus pouvoir payer leurs factures d’électricité et de gaz à l’avenir », peut-on également lire.

Extrême gauche : des centrales nucléaires ciblées ?

Les centrales nucléaires, les zones d’infrastructures critiques, dont les ports et les réseaux ferroviaires, ainsi que les groupes énergétiques sont cités comme des cibles potentielles pour des attentats d’extrême gauche. Le document confidentiel fait en outre référence à un « effet de propagande émotionnelle » de la part de défenseurs du climat prétendument inoffensifs, dont l’agitation pourrait favoriser les actes de violence émanant de l’extrême gauche.

Il n’y a actuellement pas de situation de danger concrète ou d’indices de projets d’attentats, mais il faut néanmoins « partir du principe que l’infrastructure énergétique est menacée de manière abstraite », a averti l’Office fédéral allemand de la police criminelle.

Cette mise en garde intervient tandis qu’au début de ce mois de septembre, l’Office fédéral de protection de la Constitution (un service allemand de renseignements) de Hambourg avait déjà alerté contre une augmentation de la violence de l’ultra gauche, laquelle aurait recours à une prétendue « nouvelle stratégie ».

Ainsi, au mois de mai dernier à Berlin, des autoproclamés « antifascistes » ont revendiqué un attentat contre la voiture privée d’une policière qui travaillait sous couverture dans la Rigaer Strasse, haut lieu de l’extrême gauche. Fin avril, à Erfurt, quatre individus violents ont passé à tabac une vendeuse dans un magasin Thor Steinar. Depuis plusieurs années déjà, la menace d’un retour du terrorisme d’ultra gauche est prise au sérieux en Allemagne.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1.  » Les autorités redouteraient des attentats d’extrême gauche contre des centrales nucléaires  »

    Pourquoi, il y a une différence entre « autorités » et extrême gauche ?
    Pour ceux qui savent l’usage étatique qui est fait de ces groupuscules autant en France qu’en Allemagne, la réponse est très loin d’être évidente.

    Quand l’état ne peut pas interdire une manifestation de « malpensants », il a recours à l’extrême-gauche (et des infiltrés) et on leur permet de faire impunément dégénérer les manifestations.

    Pensez-vous que ce n’est pas intentionnel quand l’état et les CRS laissent l’ultra-gauche détruire des centre-ville sous leurs yeux et dans la même manifestation incarcèrent des « malpensants » pour « port de T-Shirt non autorisé » ???
    On a vu la chose se répéter sur un nombre considérable de manifestations.

    L’ultra-gauche c’est le politburo, la police politique de l’état « bienpensant », c’est un secret de polichinelle, tout le monde le sait depuis plusieurs décennies déjà.

    Un jour il faudra qu’on cesse tous de jouer les faux-culs, la gauche en premier lieu, mais aussi les députés socialistes dits « de droite » (lol) qu’on appelle désormais « Les Républicains ».

    1. Oui mais il y a une utilité à lancer sa police politique contre ses propres installations :
      -« Les coupures d’électricité c’est pas de notre faute, on avait tout anticipé en votre faveur mais les casseurs d’ultra-gauche on mis à terre tout ce qu’on avait planifié »

      Du coup les conséquences du scandale national allemand des panneaux solaires et éoliennes + la responsabilité de l’embargo suicidaire sur le gaz Russe n’engendreront pas une colère du populo contre leurs dirigeants facilement identifiables et punissables.
      Toute la colère populaire retombera sur des gens non-identifiables : « l’ultra-gauche », « les terroristes » « les antifas » autant dire « l’homme invisible », « la petite souris », « le marchant de sable ».

      Comme les « sans-dents » de base dits « non conspirationnistes » ont une mémoire de poisson rouge, ils auront oublié tous les articles et émission de TV allemande au titre de  » Murks in Germany  » un scandale d’état à 3000 milliards d’euro.

      Les politichiens Allemands prévoient de se trouver un bouc émissaire invisible et impossible à identifier, pour porter la responsabilité de la crise énergétique qu’ils ont commencé à organiser dès 2011 !!!

      L’arnaque est tellement grossière que cela en devient méprisant.

  2. j’apprends donc qu’ils ne les ont pas fermé. les centrales au charbon, miam miam, c’est meilleur! sacrés boches

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !