Le Grand Théâtre du pouvoir. Quarante ans de vie politique française. A compléter ?

1 184 pages sont nécessaires à Catherine Nay pour conter Le Grand Théâtre du pouvoir. Quarante ans de vie politique française (Bouquins). Ce qui méritait un entretien « sympa » dans Le Figaro magazine (4 novembre 2022).

L’affaire se termine par une définition des présidents de la République. Valéry Giscard d’Estaing : « Original ». François Mitterrand : « Ambigu ». Jacques Chirac : « Secret ». Nicolas  Sarkozy : « Impétueux ». François Hollande : « Joyeusement indifférent ». Emmanuel Macron : « Narcissique ». On pourrait transposer la méthode dans le cadre breton. François Cuillandre, maire de Brest : « Nostalgique ». Nathalie Appéré, maire de Rennes : « Brave ». Johanna Rolland, maire de Nantes : « Rêveuse ». Jean-Yves Rolland, maire de Callac : « Egaré ». Etc.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. Quarante ans avec des Présidents fossoyeurs , 3000 milliards de dettes , des services publics qui sont au bord de l’implosion …
    voilà mon constat et de beaucoup de Français , jusqu’où allons nous allez ?
    Nous avons un président qui a vendu notre pays à la découpe et à l’union européenne ,
    face à cette situation je me demande quand les citoyens vont se décider à siffler la fin de la récré ? mais ils sont tellement résignés.
    N’oublions jamais que nos aînés se sont battus pour que nous ayons des droits sociaux … Ou sont passés les Gaulois réfractaires .. , la vie est un combat !!!
    réveillez vous !!!

  2. quel intérêt ce livre ?
    nous sommes dans le dérisoire , l’insignifiant !

    Catherine Nay fait totalement partie du Système

    jamais elle n’a dénoncé la politique criminelle imposée au peuple français depuis un demi siècle

    à boycotter absolument !

  3. Du « Grand Théâtre » ? C’est plutôt le Grand Guignol aux Bouffes Parisiennes.
    Une triste pitrerie, où les acteurs sont de plus en plus mauvais et les places de plus en plus chères.

  4. Du « Grand Théâtre » ? C’est plutôt le Grand Guignol aux Bouffes Élyséens.
    Une triste pitrerie, où les acteurs sont de plus en plus mauvais et satisfaits d’eux-mêmes, mais les places de plus en plus chères.
    Il est vrai qu’il suffit de traverser la rue… du Cirque (sic !) pour y jouer Caligula.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS