page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Russie propose la construction d’une flotte pétrolière commune avec l’Inde

Moscou a proposé de coopérer avec New Delhi pour construire ou louer de grands pétroliers afin de contourner les sanctions occidentales et de garantir une capacité de transport de pétrole brut. Plus précisément, il s’agit d’expédier davantage de pétrole brut aux plus gros acheteurs de pétrole russe et de ne pas perdre de bénéfices.

Le plafonnement des prix du pétrole russe imposé par le G7, l’Union européenne et l’Australie n’a eu qu’un effet limité sur les pays non participants. Depuis l’imposition du plafonnement des prix le 5 décembre, les négociants chinois continuent de travailler comme d’habitude et les raffineurs privés ont acheté du pétrole russe ESPO.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, les importations indiennes de pétrole russe sont passées de 30 000 barils par jour en février à 1,08 million de barils par jour, dépassant même la Chine qui importe 830 000 barils par jour.

Au total, le trafic de carburant vers l’Asie a triplé pour atteindre 2,5 millions de barils. Selon S&P Global Commodities, la Chine et l’Inde représentent désormais 68 % des exportations russes de pétrole brut expédiées par voie maritime, ce qui témoigne des difficultés auxquelles la Russie est confrontée en Occident, notamment pour obtenir des services d’assurance et de transport.

Il convient de rappeler qu’au début du mois de décembre, le ministre indien des affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, a souligné : “Nous ne demandons pas à nos entreprises d’acheter du pétrole russe. Nous demandons à nos entreprises d’acheter du pétrole (en fonction) de la meilleure option qu’elles peuvent obtenir”.

Néanmoins, il y a maintenant des complications dans le transport du pétrole russe, ce qui entraîne une augmentation des taux de fret. De plus, comme mentionné, les compagnies occidentales refusent de fournir une assurance pour les pétroliers russes.

“Il est nécessaire de changer les itinéraires d’environ la moitié des deux millions de barils par jour. Une pénurie de navires est inévitable”, a souligné l’agence de notation S&P Global Ratings.

C’est pour cette raison que l’Inde et la Russie cherchent à coopérer dans la construction navale – la Russie a besoin de clients pétroliers et l’Inde est avide d’énergie, et tout aussi important, les deux pays ont une relation établie construite sur des décennies de satisfaction des intérêts mutuels. Le pétrole brut russe étant principalement exporté par des pétroliers étrangers, qui ne peuvent plus être assurés par des compagnies occidentales, la construction d’une flotte de navires russo-indienne présente un intérêt mutuel.

L’effet d’entraînement est clair : New Delhi continuera à acheter autant de pétrole russe qu’elle le souhaite, même à un prix supérieur au plafond fixé par le G7, car elle peut toujours raffiner le pétrole elle-même et le revendre à l’Europe avec profit. De même, l’indépendance totale vis-à-vis des services occidentaux d’assurance, de finance et de transport est une chose qui serait d’un intérêt mutuel pour la Russie et l’Inde, qui consolident toutes deux leurs sphères d’influence respectives à l’ère de la multipolarité.

C’est également pour cette raison que les deux pays visent la dédollarisation, la Russie devant être l’un des premiers pays à utiliser le mécanisme de règlement des échanges en roupies indiennes. La Russie n’est pas le seul pays intéressé par le mécanisme de règlement commercial en roupies de l’Inde, le Sri Lanka, le Tadjikistan, Cuba, le Luxembourg et le Soudan ayant également manifesté leur intérêt.

On se souvient que lors de sa visite à Moscou le mois dernier, Jaishankar avait déclaré que l’Inde allait renforcer ses liens économiques avec la Russie.

“Pour nous, la Russie a été un partenaire stable et éprouvé et, comme je l’ai dit, toute évaluation objective de nos relations depuis plusieurs décennies confirmerait qu’elles ont très, très bien servi nos deux pays”, a-t-il déclaré.

La volonté de l’Inde d’établir des relations avec la Russie se reflète dans le fait qu’elle a refusé d’imposer des sanctions malgré les pressions occidentales et s’est abstenue de voter les résolutions des Nations unies condamnant Moscou pour son opération militaire en Ukraine.

Dans le même temps, alors que les tensions entre l’Inde et la Chine s’intensifient, New Delhi ne peut se permettre de risquer un bouleversement de son armée, qui dépend fortement des chars, des avions de chasse et des missiles de fabrication russe.

Les relations entre New Delhi et Pékin sont loin d’être idéales depuis un affrontement en juin 2020 qui a fait plusieurs morts parmi les soldats indiens et chinois. Ces tensions étant désormais renouvelées, l’Inde ne cherche surtout pas à rompre ses relations avec la Russie, malgré la pression occidentale, mais au contraire à les approfondir, y compris dans le secteur de l’industrie militaire.

L’Inde a également augmenté ses achats de pétrole, de charbon et d’engrais à Moscou dans le cadre de l’approfondissement de leurs liens, et elle renforce sa coopération dans les secteurs militaire et financier. Bien que l’Occident fasse pression avec insistance sur l’Inde pour qu’elle fasse marche arrière dans ses relations avec la Russie, l’idée de créer une flotte indo-russe pour contourner les sanctions occidentales montre bien que rien ne pourra défaire cette relation vieille de plusieurs décennies.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “La Russie propose la construction d’une flotte pétrolière commune avec l’Inde”

  1. Hadrien Lemur dit :

    À mais attention ! Bruno Le Maire veille au grain, il va probablement faire une guerre économique totale à l’Inde. Ouh, qu’il est méchant ! Ce n’est vraiment pas gentil de faire mourir de rire les Indiens (ou Hindous). Ce que l’on constate avec cette annonce des Russes c’est qu’ils se sont définitivement détournés de l’europe (malheureusement car nous avons beaucoup plus à perdre qu’à gagner). Bravo à nos guignols qui comme d’habitude ont confondu pragmatisme et idéologie.

  2. gautier dit :

    Ce qu’il faudrait faire avec notre gouverne ment, ce serait les noyer dans le brut et de la glue, puis les ensemencer de plumes ! comme au Far west .. je serai prêt à payer pour une telle photo ! papa noêl si tu m’entends …………

  3. prigent dit :

    Eh oui Hadrien, l’Europe est foutue.
    Je parle de la vraie Europe, celle de “l’Atlantique à l’Oural” de De Gaulle, seule capable avec son Far
    Est jusqu’à Vladivostok de devenir une vraie puissance mondiale.
    Au lieu de cela, nous avons une Europe molle, “gérée” par 40 000 fonctionnaires sous la tutelle du Monde anglo-saxon, US en tête, ouverte à tout vent au mondialisme…Une Europe Province sans ressources minières ni énergétiques, une Europe qui se meurt.

  4. patphil dit :

    on va pouvoir acheter du pétrole indien !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International

Stanislav Aseyev : « Si l’Ukraine tombe, la Moldavie ou les États baltes suivront » [Interview]

Découvrir l'article

International

Ukraine : la folle marche de l’Histoire

Découvrir l'article

A La Une, International

Ukraine. Nikola Mirkovic de retour du Donbass : « Cette guerre est une autodestruction sans nom, une autolyse slave, un traumatisme et une blessure pour tous les Européens » [Interview]

Découvrir l'article

International

Guerre en Ukraine : la vérité empoisonnée ? Par Régis Le Sommier

Découvrir l'article

A La Une, International

Dionis Cenusa : « La capacité de l’Ukraine à se défendre ne permet pas à la Russie de s’approcher d’Odessa et d’atteindre la Transnistrie »

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine

Les œufs de Fabergé : une histoire d’amour pour Pâques

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

Sociétal

Russie/Otan : la guerre des trolls de l’information – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Sociétal

Guerre en Ukraine 2 ans de traitement médiatique

Découvrir l'article

International

Eric Dénécé : « Les Français sont victimes de la propagande ukrainienne » [Interview]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky