Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Suède. La liberté d’expression sacrifiée sur l’autel de l’OTAN ?

Selon des documents obtenus par le journal suédois Dagens Nyheter, la police suédoise a enfreint la loi en interdisant une manifestation de brûlage de Coran au début du mois. La décision de la police, prise après consultation du service de sécurité suédois SÄPO, fait l’objet d’un appel et a peu de chances d’être maintenue par les tribunaux suédois. Cette décision intervient alors que la Suède est confrontée à un conflit entre ses principes libéraux de liberté d’expression et d’État de droit et les ultimatums turcs visant à approuver la demande d’adhésion de la Suède à l’OTAN.

Le mercredi 8 février, la police suédoise a décidé à la dernière minute d’interdire un rassemblement de brûleurs de Coran au motif que de tels rassemblements constituent une menace pour “la société suédoise dans son ensemble”. En réponse à un courriel des organisateurs – l’association culturelle Apallarkerna – la police a rejeté la demande d’autorisation.

Le même jour, le service juridique de la police a rédigé un document interne justifiant cette décision. Selon la police, les rassemblements d’autodafés de livres mettent en dangerla Suède, les intérêts suédois à l’étranger et les Suédois à l’étranger”. Selon Dagens Nyheter, le document précise que l’interdiction ne s’applique qu’au Coran.

Aucun autre texte religieux ne bénéficie de la protection de la police.

Lors d’une interview, Chris Makoundoul, responsable de l’association culturelle Apallarkerna, a déclaré que lui et son organisation étaient opposés à l’adhésion à l’OTAN. Contrairement à Paludan, le partisan de la ligne dure contre l’immigration qui a brûlé le premier Coran en janvier, Makoundoul n’a pas d’animosité particulière envers l’Islam. Au contraire, il utilise l’acte de brûler le Coran pour provoquer un veto turc à la candidature de la Suède à l’OTAN.

Ce faisant, Makoundoul exploite intentionnellement un grave dilemme pour la Suède, à savoir que les exigences turques contreviennent aux valeurs libérales que la Suède cherche à défendre par ses décisions juridiques et son État de droit.

S’adressant à Dagens Nyheter, le professeur de droit public Henrik Wenander de l’université de Lund a déclaré que la décision et le raisonnement de la police ne tiendront pas devant un tribunal. La jurisprudence stipule que la police peut interdire une manifestation si elle estime qu’il y a une menace pour la sécurité de la manifestation elle-même. “Ici, il y avait un argument plus large et c’est inhabituel. La loi n’autorise pas ces risques abstraits”, a-t-il déclaré, “[la menace] doit être sur le site ou dans son voisinage immédiat”.

Mais la protection du livre saint de l’Islam pourrait ne pas suffire à apaiser la Turquie, dont les exigences vont au-delà des brûlages de Coran. Avant la protestation de Paludan en janvier, Erdoğan bloquait déjà la demande suédoise en exigeant l’interdiction des organisations kurdes et l’extradition de militants kurdes au motif qu’ils étaient liés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), désigné comme organisation terroriste par l’UE ainsi que par les États-Unis.

Les demandes d’extradition concernaient également des militants turcs anti-Erdoğan qui, selon le gouvernement turc, sont liés à la tentative de coup d’État de 2016. La cible d’extradition la plus importante était le journaliste Bülent Keneş. Cependant, le gouvernement suédois n’a pas pu donner suite aux demandes, la décision de la Cour suprême suédoise ayant bloqué toute extradition de ce type. Le Premier ministre suédois, Ulf Kristersson, a déclaré qu’il ne pouvait pas répondre à ces demandes, car l’extradition violerait la séparation des pouvoirs dans le pays.

Faisant écho aux déclarations de M. Kristersson, le ministre suédois des affaires étrangères, Tobias Billström, a déclaré qu’il n’y aurait aucun compromis sur la liberté d’expression en Suède.

Le député des Démocrates suédois Richard Jomshof a déclaré que si la Turquie ne peut pas tolérer “la liberté d’opinion et d’expression”, les gens devraient “brûler une centaine d’autres [Corans] alors”. Jomshof a commenté sur Twitter : “Un citoyen qui se voit refuser l’exercice de ses libertés et droits démocratiques est grave. Nous ne pouvons en aucun cas laisser les islamistes et les terroristes fixer les limites de notre liberté d’expression.”

Pendant ce temps, Erdoğan joue sur la colère intérieure turque en exprimant son indignation face à l’incendie du livre saint de l’Islam, notamment dans un contexte électoral. Il est donc peu probable que l’impasse suédo-turque de l’OTAN prenne fin de sitôt.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “Suède. La liberté d’expression sacrifiée sur l’autel de l’OTAN ?”

  1. Pschitt dit :

    Est-il utile de préciser que ce M. Makoundoul, qui ne veut aucun mal au Coran mais désire “seulement” fâcher son pays avec la Turquie, est un Suédois d’origine africaine ? Cette histoire de cornecul est in fine un sous-produit de l’immigration.

  2. patphil dit :

    zemmour a écrit un bouquin : le suicide français il y a une dizaine d’années, il pourrait y avoir une traduction sur le suicide des peuples ouest européens , pleutres et soumis

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immobilier, Insolite, International, Sociétal

Insolite. Des terrains à 10 centimes d’euros le m² pour attirer des habitants : une ville suédoise victime de son succès

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Quels sont les 10 livres les plus vendus de l’Histoire ?

Découvrir l'article

Tourisme

10 plages paradisiaques de Bodrum et Antalya

Découvrir l'article

International, Politique

Allemagne. Plus de la moitié des Allemands défiants à l’égard des médias

Découvrir l'article

International

Elections Européennes. « Mon Europe construit des murs » : Les Démocrates suédois dévoilent leur message de campagne électorale

Découvrir l'article

Politique, Vu ailleurs

Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon face aux interdictions

Découvrir l'article

Politique

Terreur politique en Belgique. Le maire turc de St Josse interdit une conférence avec Orban, Zemmour, Farage…

Découvrir l'article

International

Suède. Le leader des Démocrates Suèdois veut mener une guerre totale contre les gangs

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Spectacle de Dieudonné près de Saint-Nazaire : La liberté d’expression triomphe face à la tyrannie républicaine

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky