Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rennes : un centre-ville de crasse et de planches (reportage photo)

Le centre-ville de Rennes est actuellement un mélange de ZAD et de bidonville de Calcutta. Après des semaines de manifestations, de vandalisme et de grève des éboueurs la capitale administrative de la Bretagne est un bateau naufragé.

Le plus spectaculaire reste les vitrines. Une bonne partie d’entre elles sont désormais remplacées par des planches de contreplaqué. Devantures détruites, taguées ou simples mesures préventives, les commerçants ne savent plus quoi faire pour préserver leur outil de travail.

Souvent, ces planches supportent des slogans et symboles qui peuvent prêter à sourire

Un symbole communiste en plein XXIè siècle, tagué par des fils de bourgeois qui n’auraient pas passé deux semaines en RDA sans appeler papa au secours, cela laisse rêveur…

Tout le long des habituels parcours de manifestation, les murs sont chargés de slogans n’ayant rien à voir avec la réforme des retraites, mode féministe, transgenre et antifasciste oblige !

Et toujours cette esthétique gauchiste si singulière…

Les commerçants n’ayant pas eu le temps de protéger leurs vitrines ont essuyé la furie destructrice des voyous bien éloignés des pratiques syndicales. Le mobilier urbain, bien public, a également été soigneusement saccagé. En raison de ses accointances avec le capitalo-fascisme ?

Et comment ne pas être navré par le niveau de saleté de Rennes. Une grève des éboueurs touche la métropole depuis le 13 mars faisant le bonheur des rats et des chats errants. Rennes est surnommé “le petit Paris breton”, dénomination qui correspond de plus en plus à la réalité sociale, démographique et sanitaire.

Cette grève est d’ailleurs l’occasion de constater que les bobos quinoas qui peuplent désormais l’hyper-centre de Rennes sont loin d’être “zéro déchets” !

Le Couvent des Jacobins, place Sainte-Anne, a subi la rage des gauchistes lors de la dernière grosse manifestation en date avec l’incendie de sa porte en bois. L’annonce de cet incendie aura d’ailleurs ému la Bretagne. Que les lecteurs se rassurent cependant, les dégâts ne sont pas trop importants. Seule la lourde porte aura été endommagée par les flammes. Les murs ont, quant à eux, été systématiquement tagués, sans qu’on comprenne la signification révolutionnaire de ces lignes bleues. Art contemporain post-symbolique et dégenré-e ?

Rennes fut une ville magnifique, totalement bretonne et prospère. Le règne de Nathalie Appéré lui aura permis d’arriver au niveau d’un petit Paris local. Avec toutes les conséquences qui vont avec : saleté, déclin, déclassement de son université et changement de population à vitesse accélérée.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

17 réponses à “Rennes : un centre-ville de crasse et de planches (reportage photo)”

  1. Le pape dit :

    Paris c’est paris. Rennes c’est Rennes. Ne confondez pas

  2. Bonjour à Tous,
    bien vu, Paris n’est pas Rennes, Rennes n’est pas Paris, mais la merde est toujours de la merde, parisienne ou rennaise !
    Il y en a assez des casseurs, mais personne ne semble vouloir les arrêter, personne ne semble vouloir savoir qui ils sont !
    Ça, pas normal, ces casseurs sont connus mais nul ne parle, le « grand silence » après la tempête et chaque fois, nous reconstruisons, le quartier, la ville, le pays, chaque fois nous payons.
    Nous payons cher, très cher !
    Les français paient pour les casseurs, alors, brisons les casseurs et nous serons heureux…
    Mais pour cela, il faut la volonté de le faire, nous sommes dans un état latent sinon patent de guerre civile…
    Et, nul ne s’en inquiète, mais pourquoi s’en inquiéter ?
    Nous avons un gouvernement qui nous doit la protection, l’assurance de vivre en paix, sans peur, sans trouble…
    Ouch, j’ai fait une boulette, le gouvernement ne nous protège pas, ne nous protègera pas, jamais !
    Mais, cela, vous le saviez, depuis longtemps, alors, la merde restera, reviendra, sans cesse, comme les marées… Immuable !
    Reste à attendre la grande marée, celle qui emportera tout…

  3. Gaï de ROPRAZ dit :

    Je reponds à Le Pape : Peu importe que Paris soit Paris et Rennes soit Rennes. C’est le laisser-aller des pouvoirs publics Français et l’accoutumance des Français à cette immonde dégradation du mobilier urbain. Dans ce contexte il se peut que ce soit par des citoyens francais. Mais dans la grande majorité, et surtout dans la capitale, il s’agit d’hordes sauvages venues d’ailleurs, principalement d’Afrique et Arabes. Bref, on laisse faire, et on n’en s’emeut pas. De ce fait, comme je le disais plus haut, l’accoutumance apporte un résultat : C’est le début de la fin …

    • Gérard dit :

      Bonjour Gaï de ROPRAZ.
      Vous dites « l’accoutumance » ? Non, pas d’accoutumance, mais un immense ras-le-bol, car tous savent que rien ni personne ne fera ce qu’il faut, néanmoins, vous définissez très bien la situation mais la question doit être posée : Quand et qui fera cesser ce cirque ?
      Quand et qui fera cesser ces arrivées de barbares venus d’un autre monde et d’un autre âge ?
      A une époque, les habitants avaient le droit de défendre leur cité, si aujourd’hui de prétendus gardiens de la paix patrouillent, jamais, JAMAIS ils ne bougent, jamais ils ne bougeront, car ils ont des ordres, il est nécessaire que les français aient peur et tous les moyens sont et seront bons pour faire que la peur règne…
      Et si d’aventure la peur baisse, alors, il est trouvé, créé, inventé un virus tueur…
      Vous me suivez ???

    • Vieux rennais dit :

      Rennes est le résultat d’un gouvernement et d’un président qui haient leurs citoyens, qui gouvernent a base de 49.3 et d’une mairesse qui a lâché prise après avoir fait des coalitions avec presque tout le monde, un préfet et un procureur de la République aux abonnés absents. Voilà le résultat de dizaines d’années d’errance politique.

  4. kaélig dit :

    Qu’il est loin le Rennes de 1968 à 1978 que j’ai connu. Une ville tellement tranquille de jour comme de nuit que je m’y em…ais.
    On n’arrête pas le “progrès” !

  5. patphil dit :

    conclusion: votez et faites voter à gauche, vos bourreaux!
    comme aux présidentielles, votez et faites vote macron, vous en prenez pour deux ans ferme
    avis aux amateurs les prochaines fois

  6. George dit :

    Avant de reporter la responsabilité sur l’état, c’est à la Maire de Rennes, soit disant une des meilleures maires du monde de faire son travail. La sécurité, la propreté sont des éléments essentiels. La désertification du centre ville par les habitants de la Métropole qui préfèrent aller dans les zones commerciales avoisinantes en est un signe.
    Je ne mets plus les pieds à Rennes depuis un bon moment, manque de stationnement et surtout coût prohibitif, hordes de jeunes sales, vulgaires et agressifs dès que l’on a le malheur de les regarder un peu trop en face, ville ouverte qui accueille n’importe qui, deals de drogues à tous les coins de rue en plein jour au vu et au su de tous, etc…
    A vous de faire la police Madame Appéré, c’est la charge de votre fonction, et cette ville se dégrade à grande vitesse.
    Trop de laxisme ! Par contre, une grande énergie mise à la suppression des dépôts de pelouse dans toutes les plateformes déchets dès le 1er janvier prochain !!! Demandez donc aux habitants de votre métropole quelles sont leurs priorités au lieu d’essayer de copier les idées de Mme Hidalgo.
    Une habitante de la Métropole bien en colère.

  7. MA dit :

    Ma
    La ville des bobos rennais, tant qu, on ne s en prenait pas à leur petit confort, il n y avait que le social ds leur bouche évidemment sans toucher à leur pignon, maintenant que c est devenu craignosse et bien qu.allez-vous faire? pour ma part je déserte Rennes depuis bien longtemps , ville dangereuse de jour comme de nuit et en plus quand vous vous pointez le matin à République ça pue la pisse, l eau n est pas chère à Rennes c est lavê à grande eau tous les jours , mais c est toujours aussi sale

  8. Catherine dit :

    Bonsoir
    J’ai peur d’aller à Rennes à pied, en voiture, en métro. J’allais au restaurant le soir, retrouver des amis, c’était bien agréable aussi une balade après le dîner
    Je n’ai plus envie de venir dans la “capitale de la Bretagne.” Il y a de moins en moins de
    commerces aux vitrines attirantes. Celles-ci sont maintenant remplacées par du contreplaqué.
    Madame Appéré merci de me redonner l’envie d’avoir envie

    Catherine

  9. Garneir dit :

    Changement de population tout simplement.

    • An dit :

      Que de commentaires affirmant déserter Rennes…
      En dehors de se lamenter, rien n’est proposé en dehors de la fuite ! C’est toujours la faute des politiques mais jamais des citoyens !
      Ces citoyens qui pensent que c’est leur bulletin de vote qui leur donne un droit moral alors que c’est leur mode de vie qui est en cause.

      Combien vendent leurs biens immobiliers aux plus offrants, le plus souvent francilien ?
      Partez donc voter Zemmour en passant votre retraite au Portugal ! Aïe… trop tard pour ça ! Plus beaucoup d’endroits où fuir, n’est-ce pas ?
      D’autant qu’à encourager votre progéniture à partir dans les pays anglo-saxons d’outre-mer, vous allez vous retrouver seuls !
      Mais ce ne sera jamais votre faute !
      Vous restera l’euthanasie.
      Encore la fuite ! Toujours la fuite !

      La dignité des lâches est de se faire discret.
      Vous n’en êtes même pas digne.

  10. Marco dit :

    Inutile d’en rajouter Rennes est devenu une ville Zombie où on n’a plus envie de venir se promener malheureusement 😬 pas de volonté politique de changer les choses on dirait une ville abandonnée de tous ces élus qui ne pensent qu’à eux et leur réélection, quelle tristesse…
    J’ai connu Rennes belle ville de la Province calme et dynamique je ne peux que constater la dégradation des lieux et du cadre de vie à vitesse grand “V” malheureusement.
    La société Française part en déliquescence et personne ne fait rien même au plus haut sommet de la Hiérarchie, c’est la fuite en avant et tout le monde s’en fout.
    L’abandon est total c’est vraiment désespérant pour les Rennais qui souffrent en ce moment…

  11. Arnold dit :

    Bonjour BZH,

    En tant que journaliste et confrère donc, sauriez-vous m’aider dans mon enquête sur le Black block. Je n’ai pas trouvé d’Infos certifiées au sujet des origines sociales des jeunes militants. Vous semblez connaître le sujet, pouvez vous m’orienter vers les travaux qui vous servent d’appui, afin que j’aboutisse mon travail ?

    En vous remerciant,
    Bonne journée

    • An dit :

      Bah suffit d’enquêter.
      Soit entrer dans le monde physique et ne pas se cantonner au virtuel.
      C’est quand même pas bien compliqué d’aller à tous les rassemblements gauchistes, au bout d’un moment, on voit toujours les mêmes têtes. Une fois retranché ceux affichant leurs couleurs, restent ceux qui cachent leurs visages.
      Rien qu’à leurs gestuels, leur accent, leur vocabulaire, on peut déjà commencer par se faire une idée de leurs classes sociales.

      Et si ça marche pas, faut aller se faire des copains du côté de la police…

      Enfin, c’est vrai que le journaliste du XXIe siècle ne sait plus qu’enqueter sur le web…
      Et ça va venir pleurer d’être remplacé par l’IA…

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Economie, Environnement

Rennes : Escroquerie à la rénovation énergétique : la Maison de la Consommation et de l’Environnement met en garde

Découvrir l'article

RENNES, Santé

IRM-Linac : une nouvelle arme contre le cancer à Rennes

Découvrir l'article

Immobilier, Local, RENNES, Tribune libre

Rennes, la chute finale [L’Agora]

Découvrir l'article

RENNES

Musique. Bed Bunker + Kino Motel + Long Hours en concert à L’Antipode (Rennes) le 17 Mai

Découvrir l'article

A La Une, Local, RENNES

Rennes : tensions entre activistes pro-immigration

Découvrir l'article

RENNES

Trafic de drogue à Rennes : Un restaurant fermé dans le quartier Sarah Bernhardt…pour des raisons d’hygiène

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Wokisme. « Il n’est pas nécessaire de persuader tout le monde de lutter contre le déclin de la civilisation, il suffit d’être assez nombreux » : Entretien avec Wanjiru Njoya

Découvrir l'article

International

Folie gauchiste en Irlande. Le Premier ministre irlandais veut poursuivre l’adoption de la loi sur « les discours haineux »

Découvrir l'article

RENNES, Sociétal

Drag-queens à Saint-Senoux (35). Trainé dans la boue par la presse mainstream et des élus, le militant relaxé en appel

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Pauline Condomines (Livre Noir) : « Il y a bien des passerelles entre l’extrême gauche et l’islamisme et c’est ce que j’ai découvert lors de mon enquête » [Interview]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky