Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’agriculture européenne à un tournant historique ?

Les perspectives à court et moyen terme de l’agriculture européenne ne sont pas bonnes.

“Je pense que nous vivons un changement historique”, a déclaré Ramón Armengol, président de Cogeca. “Nous constatons les premiers effets de la guerre et du changement climatique. Dans toute l’Europe, la production agricole est en baisse, tandis que les agriculteurs subissent la triple peine de la sécheresse, des perturbations du marché causées par la guerre en Ukraine et de la réglementation relative au “Green Deal”.

Tel est le message général du Copa-Cogeca, la plus grande organisation agricole de l’UE, lors d’une conférence de presse donnée le 2 mai par Christine Lambert, présidente du Copa.

Selon Mme Armengol, les récentes baisses de prix des engrais et de l’énergie permettent aux agriculteurs de dégager des marges plus importantes, mais dans l’ensemble, la production agricole européenne est en baisse, notamment en ce qui concerne les fruits, les légumes, le bœuf et l’agneau, en raison des coûts de production élevés et des prix peu élevés.

L’année dernière, 46 % du territoire de l’UE a été touché par la sécheresse. Cette année encore, la péninsule ibérique risque d’être privée de la majeure partie de ses récoltes par la sécheresse. En effet, le manque persistant de pluie devrait entraîner une perte de 50 à 80 % de la récolte.

“On a l’impression que c’est du jamais vu”, a déclaré l’Espagnol Armengol à propos de la situation en Espagne et au Portugal. “Il n’y a pas une goutte d’espoir en Espagne.”

Les effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie ont été ressentis non seulement dans la flambée des prix des engrais, mais aussi dans l’afflux de produits agricoles ukrainiens, en particulier de blé, de légumineuses et d’œufs, dans l’Union européenne, ce qui a profondément affecté les agriculteurs des pays limitrophes de l’Ukraine.

M. Armengol a déclaré qu’il y avait eu une augmentation de 88 % des produits ukrainiens dans l’UE, principalement des céréales et des œufs, qui ont augmenté de plus de 200 %.

“Nous avons besoin de contrôles et d’infrastructures pour faire face à la situation.”

En mai dernier, l’Union européenne a levé les droits de douane et les quotas imposés aux produits ukrainiens, créant ainsi des “couloirs de solidarité” dans l’espoir de faciliter l’acheminement des produits agricoles ukrainiens par voie terrestre à travers l’Europe, la Russie ayant bloqué la mer Noire, principale voie d’acheminement des produits ukrainiens. Le blé et les œufs ukrainiens devaient transiter par l’UE vers l’Afrique et l’Asie, mais les transports terrestres ont été trop lents, entraînant la chute des prix locaux en Pologne et dans d’autres pays limitrophes de l’Ukraine.

M. Lambert, président du Copa, raconte qu’un collègue roumain lui a envoyé une vidéo montrant des camions alignés dans un long embouteillage.

“Il y a un excès en Pologne et une famine au Mali”, a déploré M. Lambert.

M. Armengol et Mme Lambert ont tous deux critiqué la lenteur de la réaction de la Commission européenne face à la situation, les produits ukrainiens étant stockés de ce côté-ci de la frontière ukrainienne et faisant baisser les prix pour les exploitations agricoles d’Europe de l’Est, alors qu’ils ont tiré la sonnette d’alarme depuis l’année dernière.

“Un autre aspect est que nous ne pouvons pas prendre de mesures unilatérales”, a déclaré M. Armengol. “La Commission doit prendre l’initiative et ouvrir la voie à un retour à la normale sur les marchés.Les importations sans contrôles auront des conséquences”, a déclaré Mme Lambert. “

La Commission est parvenue à un accord à la fin de la semaine dernière avec quatre pays limitrophes de l’Ukraine qui avaient unilatéralement bloqué les importations de produits agricoles ukrainiens. La Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la Bulgarie ont accepté de laisser entrer les produits agricoles ukrainiens après que la Commission a promis des mesures de sauvegarde “exceptionnelles” pour le blé, le maïs, le colza et les graines de tournesol ukrainiens, ainsi qu’une aide de 100 millions d’euros aux agriculteurs provenant du fonds d’urgence de la politique agricole commune.

Lambert et Armengol ont déclaré que ce montant était insuffisant pour couvrir les dommages subis par les agriculteurs et que le confinement des produits ukrainiens nécessiterait des contrôles beaucoup plus stricts et de meilleures infrastructures.

M. Armengol a également déclaré que, bien que le fait de puiser dans le fonds d’urgence pour résoudre le problème “ait été un mécanisme facile pour la Commission“, ce qui est nécessaire, ce sont “des investissements fonctionnels dans le marché unique de l’UE parce que le fonds de crise n’est jamais suffisant”.

“Nous assistons actuellement à des crises multiples et la réserve de crise est trop faible”, a-t-il ajouté.

L’Espagne et le Portugal ont également demandé l’aide du fonds d’urgence pour la sécheresse, la France soutenant leur appel à l’aide.

M. Armengol a déclaré que l’Espagne souhaitait bénéficier d’une plus grande souplesse pour se conformer aux éco-régimes de l’UE qui font partie de la PAC (politique agricole commune de l’UE) et que le pays devait investir dans ses infrastructures hydrauliques pour faire face aux conditions de plus en plus arides de la péninsule ibérique. En Europe de l’Est, les besoins en infrastructures dépendront de l’issue de l’invasion ukrainienne, a déclaré M. Lambert, notant que beaucoup dépend de la possibilité pour l’Ukraine d’accéder à nouveau librement à la mer Noire. Si la Russie conserve le contrôle de la mer Noire, il faudra développer de meilleures routes commerciales terrestres pour les produits ukrainiens.

“Ils utilisent des camions, ce qui n’est pas très simple”, a-t-elle déclaré.

Interrogés sur la perspective d’une entrée de l’Ukraine dans l’UE, tous deux ont convenu que c’était la voie à suivre et inévitable, mais que cela aurait aussi de graves conséquences pour le secteur agricole, qu’il faudrait des années pour résoudre avant de laisser le pays entrer dans le marché commun. L’Ukraine n’est pas seulement un énorme producteur agricole, elle a aussi de nombreuses pratiques et réglementations qui diffèrent de celles de l’UE. Certains secteurs agricoles seront plus sensibles que d’autres, mais on ne peut pas s’attendre à ce que les agriculteurs “supportent cela tout seuls”, a déclaré M. Armengol à propos des changements que l’adhésion de l’Ukraine entraînerait sur le marché.

Les deux intervenants ont également déclaré que les agriculteurs étaient dépassés par les réglementations relatives au marché vert qui émanent de Bruxelles et par les vastes changements qu’elles imposent au secteur. M. Armengol a mentionné en particulier les mises à jour des réglementations sur le bien-être des animaux liées au transport et à l’abattage.

“Le transport et l’abattage des animaux font l’objet d’une série de réformes sans fin”, a-t-il déclaré. “Nous devrions laisser l’élevage du bétail aux pays tiers.”

Il a ajouté que la proposition de la Commission affecterait “chaque partie de la chaîne” et nécessiterait des investissements que le secteur ne serait pas en mesure de rentabiliser. Mme Lambert a également cité des propositions relatives à la santé des sols, aux pesticides, à la restauration de la nature, à la pollution industrielle et aux zones Natura 2000, et a déclaré que la Commission était “insaisissable” et qu’il était difficile de dialoguer avec elle. Elle s’est plainte du fait qu’une grande partie des compétences dans les domaines liés à l’agriculture ont été retirées à la direction de l’agriculture et placées sous la direction de la santé et de la sécurité alimentaire. Elle a également déclaré que les évaluations d’impact étaient retardées ou inexistantes pour certaines propositions.

“Ils n’ont probablement pas fait d’étude d’impact parce qu’ils savaient que cela coûterait cher”, a-t-elle déclaré à propos de la directive sur la restauration de la nature.

Elle a également cité l’incongruité d’autoriser l’entrée dans l’UE de produits ukrainiens cultivés avec des pesticides dont l’utilisation est désormais illégale au sein du bloc.

Comment expliquer aux agriculteurs que l’UE prend une décision qui entraîne une baisse de la production dans l’UE et l’introduction de davantage de produits en provenance de pays tiers ? Nous savons qu’ils ne suivent pas les mêmes règles. Nos dirigeants doivent se réveiller et sentir l’odeur du café”, a-t-elle déclaré, contrastant avec les restrictions plus strictes que Bruxelles impose aux agriculteurs européens tout en cherchant à conclure des accords commerciaux avec des pays dont les normes sont différentes.

L’UE est en passe de conclure des accords commerciaux avec le Mercosur, ainsi qu’avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

“Nous constatons déjà une baisse des rendements”, a déclaré Mme Lambert à propos des cultures européennes, et les agriculteurs craignent que davantage de pesticides soient interdits avant qu’une solution de remplacement adéquate ne soit trouvée. Elle a souligné que la recherche sur les pesticides alternatifs et biologiques était importante et devait être accélérée.

Dans l’ensemble, a-t-elle résumé, Bruxelles a fait de l’agriculture un élément clé pour atteindre les objectifs du “Green Deal”, mais la multitude de réglementations à venir sapera une grande partie de la production actuelle du continent et entraînera la fermeture de nombreuses petites exploitations.

“Dans l’UE, nous avons parlé d’écologie, d’écologie, d’écologie, mais nous n’avons pas parlé de production”, a-t-elle déclaré.

Elle a appelé les dirigeants européens à dialoguer avec les agriculteurs lors de l’élaboration des réglementations et à ne pas sacrifier le secteur agricole dans les accords commerciaux.

Le président espagnol Pedro Sánchez s’est engagé à conclure l’accord commercial en suspens depuis longtemps entre l’UE et le Mercosur, le bloc sud-américain composé du Brésil, de l’Uruguay, du Paraguay et de l’Argentine, au cours de sa prochaine présidence de l’UE. M. Lambert a fait remarquer qu’il sera difficile de créer des conditions équitables pour les agriculteurs européens face à ce géant économique et agricole aux réglementations très différentes, et que les agriculteurs pourraient à nouveau être l’agneau sacrifié.

“Une fois de plus, l’agriculture est la variable d’ajustement pour vendre des voitures”, a-t-elle déclaré. “Non, nous ne voulons plus être la variable d’ajustement.”

Mais M. Armengol doute que M. Sánchez puisse tenir sa promesse.

“Il semble qu’il s’agisse d’un projet très ambitieux. Je ne pense pas qu’il sera adopté cette année.”

M. Armengol a enfin déclaré qu’il espérait qu’une nouvelle directive autorisant la culture d’OGM dans l’UE serait adoptée sous la direction de M. Sánchez.

Photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “L’agriculture européenne à un tournant historique ?”

  1. Henri dit :

    L’Union européenne dépassée, une fois de plus… Je ne peux m’empêcher de penser à ce bon mot de Bismarck au sujet de la Confédération germanique qu’il détestait : “Oh Bund, du Hund, du bist nicht gesund !” (Ô Union, chienne, tu n’es pas en bonne santé !)

    • Pech jacques dit :

      Mais Que voualà les solutions !
      Production Production Exportations
      OGM OGM Armenguol aim”
      Comme c est simple la vie
      Y a que des solutions
      Sinon attention y aura plus de petites exploitations
      Avec la politique Armenguol on a toujours decribilisé les petites exploitations
      Et la honte accepter le respect animal c est nous prendre pour des couillons !

  2. Pascal De Temmerman dit :

    De toutes façons il ne faut plus de petites exploitations, elles vont couler d elle même et certaine grandes avec, qui deviendront des stes peut-être même européennes.
    Plus d engrais plus de produits phyto plus d agriculture en France puis en Europe.
    Que des produits importés pousser avec des traitements interdits en France et en Europe.
    Plus d animaux bien sûr.
    Bon courage.

  3. Bob dit :

    L Europe ne soutient plus son industrie et son agriculture. On est mal. Ils ouvrent tous au pays tiers. C est le peuple qui va en pâtir. Car chômage de masse va arriver

  4. Laulan dit :

    Nous en sommes arrivés là pas forcément à cause de la guerre en Ukraine. nous avons une Europe incapable de gérer la situation et pourtant se n’est pas faute du nombre de personnes qui dirigent mais nous avons à faire à des incompetents et des ignorants… l’agriculture française est déjà morte depuis longtemps et dans quelques années elle aura disparue…. bravo l’Europe.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Europe. Marine Le Pen, Wilders et les leaders d’Identité et Démocratie (ID) discutent d’un éventuel “supergroupe” au Parlement Européen

Découvrir l'article

Tribune libre

L’Europe est de retour. [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Elections Européennes 2024. Les résultats dans toute l’Europe.

Découvrir l'article

Sociétal

L’Union Européenne finance largement un lobby trans

Découvrir l'article

Economie

Quelles sont les compagnies aériennes qui enregistrent le plus de retards et d’annulations en Europe ?

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « La Hongrie décidera de son propre destin, pas Bruxelles »

Découvrir l'article

Environnement, ST-BRIEUC

Algues vertes en Bretagne : Grosse inquiétude en baie de Saint-Brieuc

Découvrir l'article

A La Une, International

Fabrice Leggeri sur l’immigration : « Nous devons lutter contre le faux discours diffusé par les ONG et la Commission Européenne »

Découvrir l'article

International

Immigration. En dix ans, les dirigeants actuels de l’Union Européenne ont permis l’entrée de l’équivalent d’un nouvel Etat membre

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky