Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Saint-Brévin. Pour le Collectif de Préservation de la Pierre Attelée « le mécontentement de la population vis à vis de la politique du Maire est réel »

Le Collectif de Préservation de la Pierre Attelée est le collectif qui s’oppose à l’implantation d’un CADA pour migrants à côté même d’une école primaire, à Saint-Brévin les pins. Alors que la petite commune de Loire-Atlantique a été au centre de toutes les attentions politiques et médiatiques ces dernières semaines, suite aux manifestations contre cet accueil de migrants, mais aussi suite à la démission du maire, Yannick Morez, le collectif vient d’adresser sur le sujet un communiqué à la presse, annonçant notamment la poursuite de son action jusqu’à ce que le CADA quitte Saint-Brévin, communiqué que nous reproduisons ci-dessous :

C’est en tant que Brévinoise et membre du Collectif de Préservation de la Pierre Attelée, que je vous adresse ce communiqué. Nous luttons contre l’implantation d’un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile sur le site de notre école et du centre aéré. En tant que parents, nous nous inquiétons que le principe de précaution, qui consiste à ne pas créer d’hébergement pour adultes à proximité des enfants, ne soit pas respecté. De plus, nous dénonçons le fait que notre commune ait été dépossédée d’une partie de son patrimoine naturel classé au profit d’un promoteur chargé de la construction du CADA. Au lendemain de l’incendie dont M. Morez a été victime, nous lui adressions un message de compassion et de soutien que nous renouvelons aujourd’hui. Nous condamnons fermement l’attentat criminel dont il a été l’objet en ce jour de grève nationale du 22 mars, ainsi que toute expression de violence, particulièrement celles qui visent les représentants de nos institutions.

Toutefois, nous tenons à préciser un certain nombre de faits importants :

• Rappelons d’abord qu’en mars dernier, l’ensemble du territoire national était embrasé par une contestation sociale d’envergure, au sujet de la réforme des retraites. Des élus ont alors été pris pour cibles.

• L’incendie des voitures du maire, qui s’est propagé à la façade de sa maison, a eu lieu la nuit-même où le pont de Saint Nazaire était vandalisé par des activistes, notamment par le feu. C’était à quelques centaines de mètres de la maison du maire « divers droite » Yannick Morez.

• D’autre part, le contexte politique local est marqué par une forte contestation susceptible d’engendrer de l’hostilité vis à vis du Maire, puisque 6 Collectifs protestent contre sa politique. • Une enquête de la gendarmerie est en cours et il serait malhonnête de préjuger de ses résultats. D’ailleurs, à ce jour, aucun membre du collectif n’a été mis en examen.

• Concernant les menaces que le maire aurait reçues, aucun document répréhensible n’a pu nous être attribué.

Toutes ces informations invitent donc à la réserve quant à la désignation de coupables. Aussi, nous dénonçons les amalgames du maire, relayés et repris en boucle par la majorité des médias : ce sont des accusations non fondées. Nous accuser d’avoir mis le feu au domicile d’un élu parce que nous ne sommes pas favorables à l’implantation d’un CADA sur le site de notre école, est honteusement diffamant et délibérément tendancieux. Par contre, les seules violences à Saint Brevin dont on connaisse sans aucun doute possible les auteurs sont le fait de l’extrême gauche : des agressions répétées contre les forces de l’ordre, une voiture brûlée, une fleuriste menacée à la machette et sa boutique vandalisée, des personnes attaquées physiquement, des tags incitant à la haine et à la violence, la dégradation du mobilier urbain. Pourquoi personne ne le dit? Yannick Morez se plaint du manque de soutien de l’Etat et de son absence de communication au sujet des CADA.

L’ironie de l’histoire veut que ce qu’il reproche à la gendarmerie, aux préfets et au gouvernement soit semblable à ce que les Brévinois lui reprochent aussi : le manque d’écoute, d’empathie, de communication. Résultat: tensions et inquiétude. Le mécontentement de la population vis à vis de la politique du Maire est réel, et personne ne s’étonne de le voir poursuivre son rêve de changer de vie en partant au loin sur son voilier. D’autre part, quels que soient les motifs invoqués, sa démission intervient au bon moment : avant que les habitants ne reçoivent leur avis de taxe foncière augmentée de 20 %, comme annoncé au conseil municipal de février dernier ! Le Collectif espère que désormais, une politique prudente et concertée apaisera les tensions. Il compte poursuivre son action jusqu’à ce que le projet de CADA à Saint Brevin soit retiré, ce qui ramènera le calme dans notre commune. 

De son côté, la gauche institutionnelle locale via Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, Johanna Rolland, maire de Nantes et André Laignel, premier vice-président délégué de l’Association des maires de France, appellent à une marche symbolique mercredi 24 mai, à 17 h. Dans son communiqué, le Parti socialiste invite « tous les élus, militants, et citoyens républicains à se mobiliser en soutien à Yannick Morez, contraint de démissionner en raison de menaces de l’extrême droite et de la défaillance de l’État dans son devoir de protection des élus de la République ».

Le parti socialiste a été rejoint par d’autres instances de gauche, le PCF et Europe Écologie Les Verts, qui ont depuis longtemps fait de « l’antifascisme » un fond de commerce.

Alors que jamais les citoyens n’ont été aussi demandeurs d’un référendum et d’un débat sur la question de l’immigration, le monde médiatique et politique dominant joue la carte de la « menace fasciste », de « l’ultra droite » et du refus de tout débat sur une question qui compte parmi les priorités des Français, comme des Européens de l’Ouest. Vous avez dit démocratie ?

Crédit photo : Breizh-info.com

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

E brezhoneg, Local, Société, ST-NAZAIRE

Sant-Brewen (Bro-Raez) : 200 karavanenn war ar stad !

Découvrir l'article

Immigration, Local, ST-NAZAIRE

A Saint-Brévin (44), le CBAS célèbrera “l’accueil des étrangers” le 02 juin

Découvrir l'article

SAINT-BREVIN

Saint-Brevin. Le collectif d’opposants à l’accueil de migrants annonce une grande initiative au mois de septembre

Découvrir l'article

SAINT-BREVIN

Incendie de St-Brévin : Le collectif « Callac Partout » s’interroge sur la façon dont est menée l’enquête

Découvrir l'article

Politique, SAINT-BREVIN

Saint-Brévin. La démocratie et les élus ne font pas bon ménage

Découvrir l'article

A La Une, Politique, SAINT-BREVIN

Démission du maire de Saint-Brevin-les-Pins : les principales réactions politiques

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Saint-Brevin. L’opposition à l’accueil de migrants se poursuit – des antifas brûlent une voiture

Découvrir l'article

Sociétal

Saint-Brévin (44). Une nouvelle manifestation le 29 avril, contre l’accueil de migrants

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Accueil de migrants à Saint-Brevin. Le reportage après les manifestations du samedi 25 février 2023

Découvrir l'article

SAINT-BREVIN, Sociétal

Saint-Brevin (44). Absent de la manifestation contre l’accueil de migrants, le Rassemblement National demande un référendum…et annonce une liste aux élections municipales 2026

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky