Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ensauvagement. Minorité des délinquants : une excuse qui ne prend plus pour 7 Français sur 10

Près de sept Français sur dix soutiendraient la suspension de l’excuse de minorité pour les mineurs délinquants impliqués dans les récentes émeutes. Un sentiment partagé même au sein de l’électorat de gauche, ce qui remet en question la clémence de la justice envers les mineurs.

L’excuse de la minorité ne prend plus auprès des Français

Si la gauche n’a, pour l’instant, pas perdu la guerre idéologique, les émeutes des derniers jours suite au décès de Nahel M. à Nanterre pourraient bien lui faire perdre l’une de ses batailles, à savoir la clémence de la justice envers les mineurs délinquants.

En effet, d’après un sondage CSA pour CNews dont les résultats ont été publiés le 2 juillet, près de sept Français sur 10 se disent favorables à la suspension de l’excuse de minorité pour les individus âgés de moins de 18 ans ayant pris part aux scènes de chaos des jours précédents. Lors de cette enquête d’opinion réalisée le 30 juin auprès d’un échantillon représentatif de 1 009 personnes âgées de 18 ans et plus, 69 % des personnes interrogées ont répondu par l’affirmative à la question « Faut-il suspendre l’excuse de minorité pour les mineurs qui participent aux émeutes déclenchées suite à la mort de Nahel à Nanterre ? »

En revanche, un peu moins d’un tiers (31 %) des Hexagonaux questionnés estiment que cette excuse de minorité doit être maintenue malgré la gravité des faits observés dans les villes françaises.

minorité

Source : sondage CNews

Les plus de 65 ans seraient les plus indulgents

Comme souvent lors de ce type d’enquêtes d’opinion, on observe quelques nuances dans les réponses en fonction du profil des répondants. Il s’avère par exemple que les hommes sont plus enclins que les femmes à vouloir suspendre cette excuse de minorité pour les mineurs, la gente masculine répondant « oui » à 72 %, contre 65 % chez les femmes. Ces dernières sont ainsi 34 % à s’opposer à cette idée, 1 % d’entre elles ne s’étant par ailleurs pas prononcé.
En ce qui concerne la réponse en fonction de l’âge, il ressort principalement que les 65 ans et plus sont les plus indulgents vis-à-vis de ces mineurs criminels ou délinquants puisque seulement 61 % d’entre eux sont favorables à la suspension de l’excuse de minorité quand 39 % (soit près de quatre seniors sur 10) y sont opposés.
À l’inverse, c’est la tranche d’âge des 35-49 ans qui se révèle être la plus sévère avec 72 % des sondés appartenant à cette catégorie qui souhaitent que cette excuse de minorité n’est plus cours dans le cadre de ces émeutes.
Enfin, une nuance déjà relevée à plusieurs reprises sur les sujets d’immigration et d’insécurité est de nouveau à noter : les catégories socioprofessionnelles les moins favorisées sont également celles qui affichent la plus grande volonté de fermeté à l’encontre des casseurs et autres pilleurs de ces derniers jours en se prononçant à 72 % en faveur de la suspension de l’excuse de minorité. Soit quatre points de plus que les CSP+, parmi lesquelles 68 % des sondés soutiennent tout de même cette idée.
Minorité

Source : sondage CNews

Une volonté de fermeté majoritaire, même à gauche

Enfin, terminons par l’angle d’analyse le plus clivant, à savoir celui des sympathies politiques des Français questionnés. Sans surprise, c’est à droite  (82 % de « oui ») que l’on trouve le plus de partisans de cette suspension de l’excuse de minorité pour les mineurs reconnus coupables de délits et de crimes. Et plus particulièrement chez les personnes se disant proche des idées du Rassemblement national (83 %) et de Reconquête (90 %).

Ironie de l’histoire, on peut noter que les sympathisants de Renaissance (ex-En Marche) sont plus nombreux (76 %) que ceux des LR (75 %) à souhaiter davantage de sévérité à l’encontre des mineurs.

Quant à la gauche, il semblerait que les confrontations à répétition avec une certaine réalité finissent par faire bouger les lignes. En effet, près de deux tiers des électeurs de gauche (63 %) soutiennent eux aussi cette idée de suspendre l’excuse de minorité. Un sentiment majoritaire qui apparaît jusque dans les rangs des sympathisants de La France insoumise (61 %) et d’Europe Ecologie-Les Verts (51 %).

Les nombreux incendies, pillages et autres violences commis jusque dans les centres des grandes métropoles du pays (où réside notamment une partie de l’électorat EELV) ces derniers jours ne sont peut-être pas étrangers à cette demande de fermeté plutôt inédite chez les personnes proches de cette famille politique…

minorité

Source : sondage CNews

Minorité et justice : que dit la loi ?

Sur le plan légal, c’est l’article 122-8 du Code pénal qui assure cette excuse de minorité. Un texte qui précise : « les mineurs capables de discernement sont pénalement responsables des crimes, délits ou contraventions dont ils ont été reconnus coupables, en tenant compte de l’atténuation de responsabilité dont ils bénéficient en raison de leur âge, dans des conditions fixées par le code de la justice pénale des mineurs ».
En pratique, cette excuse de minorité conduite automatiquement à des réductions de peine pour les individus condamnés qui sont âgés de moins de 18 ans. Enfin, si la loi française permet la levée de cette excuse entre 16 et 18 ans par le tribunal pour enfants ou la cour d’assises des mineurs, cette prérogative n’est, dans les faits, que très rarement utilisée.
En règle générale, si un mineur reconnu coupable d’un crime ou d’un délit se voit puni d’une peine de prison ferme, la durée de celle-ci ne pourra dépasser la moitié de celle encourue par un individu majeur.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

6 réponses à “Ensauvagement. Minorité des délinquants : une excuse qui ne prend plus pour 7 Français sur 10”

  1. Dany dit :

    Cette histoire de mineurs est une fausse excuse car ils ne sont qu’1/3 et réaliser enfin qu’ils sont musulmans et suivent leurs grands frères, font leur djihad, obéissent au Coran depuis l’enfance. C’est ça l,’éducation de leurs parents …pas la même que chez nous. Ouvrir les yeux et employer les mots exacts !!

  2. Gaï de ROPRAZ dit :

    Le jour où en France (Dans cette France qui se veut nouvelle et d’avant garde) on appelera un chat, “un chat”, et un Arabe, “Un Arabe”, et un noir (On est sympa, on pourrait dire aut’choz…) “Un Noir”, au lieu de tergiverser, et se noyer dans un vocabulaire de gosse attardé (“excuse de minorité” , “Mineurs Criminels”, “Individidu Majeur”, “sujet d’Immigration”, etc… le discours sera plus aisé, et les situations bien plus claires. Et ce d’autant plus, comme chacun le sait, que dans toute manifestation de “”Jeunes””, il y a un minimum de 65% d’immigrés. Ce n’est pas moi qui le dit, mais les statistiques officielles des flics …

  3. Le Celte dit :

    Les racisés et la minorité intrusive se sentent stigmatisés.
    Oui ceux sont des fouteurs de merde qui veulent se faire passer pour des victimes.
    Même s’ils ont des papiers d’identité Français ils ne seront jamais acceptés ni tolérés.
    Il y a 40 ans ont étaient tranquille dans le Finistère.
    Regardez à Brest il y au moins 8 quartiers merdiques à cause de la présence de ces indésirables.
    J’espère que Macron l’enfant roi capricieux n’aura pas l’idée de transférer des migrants chez nous avant les JO .
    Er meas !

  4. patphil dit :

    ah si ces 70% allaient voter pour le dire!

  5. anonyme dit :

    De l’éducation.
    Les ” petits martyrs ” de la guerre Iran-Irak
    archive du magazine L’EXPRESS ; article publié le 27/09/2001
    en lecture intégrale libre sur le net.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍