Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

État de l’armement occidental, par Jean-François Geneste

Ci-dessous un papier de Jean-François Geneste, ancien directeur scientifique du groupe EADS devenu par la suite Airbus Group pendant 10 ans, de 2008 à 2018.  Il traite de l’état de l’armement occidental. A la veille d’une éventuelle confrontation de l’OTAN avec la Russie, l’état de nos armement est évidemment un paramètre à prendre en compte.

« La stratégie américaine n’avait pas initialement pour but tant une guerre meurtrière avec une grande puissance, que d’asservir le continent européen »

Très récemment, le site Strategika a sorti un très bon article. Il ne s’agit pas ici de le critiquer, mais de le compléter. Commençons par donner un aperçu du papier en référence avant de nous lancer dans une analyse plus approfondie. Les USA, à partir de 1993, ont décidé de rationaliser leurs coûts dans le domaine de la défense. Pour ce faire, ils ont fusionné 50 groupes en compétition en 5 et ont, bien entendu, diminué le nombre d’équipements similaires issus de plusieurs fournisseurs (avions de combat, chars, sous-marins, bâtiments de surface, etc.). Cela a créé des monstres industriels avec une puissance telle, dans un monde érigé sur le lobbying, que l’efficacité du système s’est effondrée et, par exemple, le missile Stinger est passé de 25 000 $ l’unité à 400 000. Évidemment, la performance n’a pas crû en proportion. L’Europe, en bon vassal, s’est empressée de suivre le mouvement et a dû essayer, politique oblige, de construire des programmes en coopération ; Eurofighter hier pour l’aviation et SCAF aujourd’hui pour ne considérer qu’un secteur qui nous servira de référence. On devrait donc s’attendre, à terme, à ce que les mêmes causes produisent les mêmes effets. Ajoutons à ce texte le retour d’expérience ukrainien où, même si l’on se réfugie derrière l’obsolescence des matériels fournis, on a du mal à cacher une faiblesse pathologique des armements occidentaux face aux russes actuels, mais y compris aussi aux soviétiques largement dépassés. Essayons d’analyser les raisons fondamentales de tout cela et nous tenterons de dégager une voie de sortie d’une ornière bien profonde. Tout d’abord, et c’est écrit dans l’article de Strategika noir sur blanc, le dispositif états-unien a pour but initial d’extirper de l’argent et de permettre aux acteurs de faire des profits colossaux.

L’objectif primaire n’est donc ni la performance, ni la qualité, ni la robustesse, ni l’utilité, etc. En faisant cela, le système ôte à la défense son immunité à ce que j’appelle « la loi de la moyenne » et qui veut que dans un marché civil basé sur l’argent, les concurrents finissent tous par fabriquer les mêmes produits, pour les mêmes coûts avec des performances identiques, tant techniques qu’économiques. Regardez le secteur de l’automobile par exemple et souvenez-vous que dans les parkings des supermarchés, si vous n’avez pas retenu votre emplacement, vous êtes incapable de retrouver votre véhicule à la sortie. Ce phénomène a été amplifié, dès 1990, par l’introduction de la doctrine qui a consisté à imposer des technologies dites duales, donc provenant des productions civiles, au motif de faire baisser les coûts. Là encore, dans [1], on montre comment cela accélère la convergence des acteurs vers la moyenne, fait qui s’est largement vérifié comme on a pu le voir sur le champ de bataille européen puisque, et cela n’a été perçu par personne, semble-t-il, les Russes ont détruit avec la même facilité les Léopard et les Bradley. Il en est et sera de même pour les munitions longue portée, d’où qu’elles proviennent et toutes les autres fournitures dont bénéficieront les Ukrainiens.

Néanmoins, la stratégie américaine n’avait pas initialement pour but tant une guerre meurtrière avec une grande puissance, que d’asservir le continent européen. En effet, en amortissant les coûts de développement sur une production colossale et en vendant sa camelote au prix marginal, l’Oncle Sam ne pouvait trouver de rival sérieux du côté opposé de l’Atlantique, quelle que fut la qualité du concurrent. Si l’on ajoute des pots de vin à certains pays corrompus de notre continent, la vassalisation rampante via l’OTAN qui, de facto et dans les traités européens, celui de Lisbonne en particulier, devient le pilier de notre défense, on ne pouvait fonder d’espoirs sur rien. L’histoire nous apprend que nos partenaires, tous, se fournissent en priorité en Amérique, y compris quand il y a des produits en développement chez nous et même en collaboration, comme on a pu le voir avec l’Allemagne qui achète du F35 alors qu’elle voudrait diriger le SCAF. Le lobbying des Lockheed Martin, Raytheon et autres à Washington, trouve ses conséquences à Paris, Berlin, Varsovie et j’en passe.

Mais j’aimerais maintenant insister sur un point crucial que j’avais abordé dans mon ouvrage sur la défense de 2008. En effet, et Strategika approche ce sujet à mon avis d’une manière erronée, il y a la question de la diversité initiale de l’Europe en matière d’armements et donc de la réplication des études, et biens finaux. Citons l’article que nous avons mis en référence au début de ce texte. À titre d’exemple, aujourd’hui, 4 industriels européens (TKMS, Kockums, Navantia et Naval Group) conçoivent des sous-marins à propulsion conventuelle ou AIP, alors que 6 grands bureaux d’étude navals (les 4 précédemment cités ainsi que Damen et Fincantieri) conçoivent des frégates, destroyers et grands navires de combat de surface. Les dépenses répliquées de R&D sont évidentes, et pourraient de fait être économisées au profit de plus de matériels pour les armées, et de moins de dépenses pour les gouvernements souvent exposés à d’importants déficits publics. De quoi se plaint-on ici ? De la duplication des R&D ? Que cela coûte trop cher ? Mais quel est le but ultime d’une R&D ? Il semble que 99 % des gens sinon plus ne se sont jamais posé cette question. Or, si l’on y réfléchit bien, l’unique finalité de la R&D est d’acquérir de la connaissance. Où est alors le problème ? Il est très simple ! Ce que notre système économique valorise, c’est la seule vente de biens ou de prestations, mais augmenter le niveau de savoirs de la population ou d’une partie, on ne sait pas le valoriser. Nous en avons d’ailleurs un exemple térébrant avec l’école. tandis que la France, avec l’Union soviétique, a eu un des meilleurs appareils au monde, les gouvernements successifs l’ont sabordé tant est si bien que la statistique de la JDC (journée défense et citoyenneté) reconnaît officiellement que le taux d’illettrisme est de 21 %, une honte !

« D’ailleurs, à force et armements égaux, qu’est-ce qui peut faire la différence sur le champ de bataille ? »

Et encore, très probablement, sont-ils indulgents ! Gageons que si cela avait eu une valeur marchande, on s’en serait occupé différemment. Donc, moins de R&D en Europe veut dire, clairement, moins de richesse ! Car, ne l’oublions pas, si nous prenons l’exemple d’un missile, pour une maîtrise d’œuvre en direction de programme, il faut seulement une quinzaine de personnes, pas plus ! Si vous fusionnez quelques sociétés, pour ces capacités, vous allez réaliser une équation bizarre qui s’écrit 1 +1+… +1=1 ! Et en plus vous créerez un conformisme absolu. Au final, on se trouvera avec des monopoles qui, comme aux USA, feront la pluie et beau temps. Essayez de fonder un concurrent, en France, à MBDA, à Ariane Group ou Dassault, cela vous sera simplement interdit. Un autre point vaut aussi la peine d’être souligné. La force de l’Europe, non pas celle qui serait unifiée et fédérale, mais celle dans laquelle les gens se parlent sincèrement et gardent leur culture, c’est sa diversité. On peut hélas et presque seulement en délibérer au passé, tant le rouleau compresseur de la standardisation de Bruxelles a fait son effet. Mais supposons qu’il en reste encore un peu. Alors, pour un problème donné, des approches différentes permettront un spectre plus large dans les produits conçus ou fabriqués.

Et nous en arrivons à une potentielle réponse à une remarque évoquée plus haut. Si nous avions un unique adversaire dans un conflit, comme celui de l’Ukraine par exemple, ce dernier aurait bien plus de mal à gérer une réelle diversité face à lui qu’à contrer l’uniformité américaine dont le but, encore une fois, n’est ni l’efficacité ni la qualité, etc. Lors des débuts de la cryptographie moderne qui remonte au milieu des années 70, un Britannique avait mis en garde contre la normalisation des algorithmes pour cette raison essentielle et qui a une portée concernant tous les éléments de la guerre. D’ailleurs, à force et armements égaux, qu’est-ce qui peut faire la différence sur le champ de bataille ? On sait depuis l’époque de l’homme des cavernes que c’est l’intelligence. Encore faut-il vouloir la développer dans les populations et dans le système économique des pays oligarchiques où la priorité actuelle est davantage la mise en coupe réglée que de faire de vrais citoyens d’une authentique démocratie. Se pose alors une question qui était centrale dans mon ouvrage de 2008 . Sachant que la R&D n’est pas profitable, comment faire vivre des sociétés de défense dont l’activité serait focalisée sur elle et non la production, cette dernière étant reléguée à une situation de préguerre identifiée par un corps politique ad hoc ? La rareté budgétaire liée aux « dividendes de la paix » si chers aux politiciens (qu’ont-ils fait de ces économies et avec quels résultats trente ans plus tard ?) ont conduit les industriels à n’avoir des programmes que sporadiquement. Ainsi, quand je commençai ma carrière à Matra, cette entreprise dut attendre de 1979 à 1988 pour avoir un contrat pour un développement d’un nouveau missile. Pour Dassault, c’est pareil avec le Rafale et peut-être le SCAF demain, mais la compagnie se verra amputée de 67 % de ses prérogatives par rapport au projet précédent. Il est bien évident alors que non seulement nos ingénieurs ne sont pas entraînés à développer, mais que l’intervalle entre deux notifications est tel  que les générations passent et n’ont pas la possibilité de se transmettre la connaissance.

Pour palier en partie cela, bien entendu, il y a une inflation des tarifs, ne serait-ce que pour garder, fragmentairement hélas, des compétences rares, voire très rares. Par ailleurs, il n’y a pas de perspective de faire carrière dans une discipline qui est sporadique et sans avenir en interne à l’entreprise sans compter qu’elle se déroule dans un centre de coûts et non de profits, les développements, encore une fois, engendrant des déficits en général. Il faut donc trouver une parade à cela qui est partiellement décrite dans. Je me permets d’insister, pour ceux que cela intéresserait, de leur conseiller de lire l’ouvrage.

Vous verrez dans ce livre très complet le foisonnement d’idées et le génie français à l’œuvre avant que l’industrie aéronautique française, dans les années 60, ne subisse une purge sévère à cause de choix gouvernementaux de restructuration pour, déjà, faire de pseudos économies. Et tout le monde le sait, la radinerie finit toujours par générer bien plus de dépenses que la générosité ! Boeing l’a récemment appris à ses dépens avec son ratage monumental du B737 Max. Il est donc impératif de mettre en œuvre une politique industrielle de défense nationale, centrée sur la R&D, diversifiée, performante, innovante, qui prend des risques, car après tout, un développement ne coûte pas très cher, de telle façon que cela permette à notre pays de jouer une partition différente dans le concert des nations ; on pourrait même parler d’une forme de non-alignement, à la fois intellectuel, scientifique, industriel et avec un aboutissement géopolitique. Laissons nos voisins européens se fourvoyer dans la vassalité, puisqu’il vaut mieux être seul que mal accompagné.

Et j’en terminerai par la sujétion européenne insupportable en citant Poutine : «  Si demain les États-Unis disaient aux Européens qu’ils devraient tous se pendre, ils suivraient les ordres. Ils se contenteraient de demander timidement s’ils peuvent se pendre avec une corde produite chez eux. Mais même dans ce cas, les Européens seraient déçus : les Américains ne pourraient pas refuser à leur industrie textile une commande aussi lucrative que des cordes pour pendre les Européens »

Jean-François Geneste

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “État de l’armement occidental, par Jean-François Geneste”

  1. Alan al Louarn dit :

    Nous trouvons le même débat sur la nomination d’une américaine à la Commission Européenne de la Concurrence. Il y a depuis quelque temps de velléités européennes de politique industrielle, ce qui ne plait ni à la Commission de la Concurrence, ni surtout aux Etats Unis.

  2. JGE78 dit :

    Pourquoi vassalisation rampante via l’OTAN? Elle est tout sauf rampante, affichée et fière, présente,tée comme la seule garantie de notre sécurité

    • Batman dit :

      LoL…. OTAN “Garante de Notre Sécurité” ??
      Alors que ce conflit Ukraine-Russie a été initié en 2014 avec la révolution du MAIDEN, puis un Gouvernement Ukrainien composé et nommé par L’Américaine Victoria Nuland, et qu’ensuite le chef de ce “Gouvernement” annonça fièrement que, je cite : “il y a en Ukraine 1,2 million de Russes, et qu’il y a donc 1,2 million de Russes qui doivent TOUS mourir…”
      S’en suivirent les bombardements ukrainiens sur le DOMBASS de 2014 à 2022 qui tuèrent 15.000 civils Russophiles et anéantirent toutes les infrastructures civiles, ceci sans compter le unités militaires ukrainiennes Nazies arborant “Le Soleil Noir” du 3ème Reich, (financées et armées par les USA et L’UE), adulant l’icone Ukrainienne Nazie STEPAN BANDERA, Unités Militaires Nazies qui faisaient aussi des descentes sanguinaires dans le DOMBASS…
      Sans compter les Faux Accords ce Minsk(1+2) caviardés par L’UE et ses Maitres US pour gagner du temps et préparer L’Ukraine à La Guerre contre La Russie… Sans compter les Biolabs US en Ukraine,
      et Sans compter les missiles Américains qui devaient être déployés en 2022 sur la frontière située entre L’Ukraine et La Russie, mettant ainsi Moscou à seulement 3 minutes de portée des missiles US… Situation beaucoup plus grave que celle de la “Crise des Missiles de Cuba” en 1962… Mais “à l’envers” cette fois…
      En 2012 a été élaborée par les Américains, une carte de la Russie partitionnée en une quinzaine de petites “Sous-Républiques”, chacune d’entre elles étant déjà affublée d’un drapeau choisi par les Américains, et dites “sous-Républiques” qui sont destinées dans “Leur Logique US” à être Administrées et gérées par les pays membres de L’OTAN … La plus grosse de toutes ces “Sous-Républiques” englobant les immenses territoires Russes remplis de Pétrole, de Gaz, d’Uranium, de Titane et autres Ressources minières vitales pour l’industrie US, devant revenir à L’Oncle Sam et etre gérée (pillée…) par Lui …
      Et ce N’est PAS un Fake puisqu’il y a 1 an en 2022 une Réunion mêlant la direction de L’OTAN et des représentants des diplomaties respectives des Pays membres de L’OTAN a eu lieu, ceci afin de décider quel pays membre de L’OTAN va administrer telle ou telle petite “sous-République” issue du futur Partionnement planifié de la Russie…
      Qui est L’Agresseur dans cette Histoire Sordide …???

  3. Maury dit :

    Même si nous avions des armes correctes,
    Même si nous avions des jeunes lettrés,
    Vous pensez que les français se battaient pour leur pays aujourd’hui ?
    Sans parler des banlieues.

  4. CREOFF dit :

    Attendez que tous nos cerveaux partent soutenir le développement de la Russie, comme ils se sont exilés aux USA par le passé, attirés par les salaires! Car la Russie ce sont des équipes de haut niveau qui travaillent, sont financées, conçoivent réalisent. L’homme et surtout l’homme intellignet ne se contente pas de salaires, mais aussi d’exercer son métier, et de se réaliser lui-même ce faisant. Toutes considérations complètement absentes chez les ANglo-saxons.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

Immigration. La République française a le taux d’expulsion le plus faible depuis 10 ans

Découvrir l'article

Tribune libre

Dissolution de Civitas. L’association catholique lance une campagne internationale de dons et d’adhésions

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Europe ou Occident ? Par Olivier Battistini

Découvrir l'article

Sociétal

Inquiétude grandissante face à l’insécurité en France : un baromètre alarmant

Découvrir l'article

Sociétal

Drogue, homicides, suicides…Les taux de mortalité chez les Américains en âge de travailler sont 2,5 fois plus élevés que la moyenne des autres pays à revenu élevé

Découvrir l'article

International

Aux USA, des professionnels vétérans du renseignement écrivent à Joe Biden au sujet d’une éventuelle intervention de la France en Ukraine

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

Auto-Moto, Economie

Aux USA (donc demain en Europe ?), ces grands constructeurs automobiles qui partagent leurs données de conduite avec les géants de l’assurance

Découvrir l'article

Santé

USA. Pfizer accusé de financer le lobby de l’euthanasie et du suicide assisté

Découvrir l'article

International

Gérald Olivier : « Joe Biden est compromis dans un énorme scandale de corruption »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky