Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La stratégie de Biden a nui à l’Europe centrale

« Lorsque Donald Trump était président, il n’a pas essayé de contrôler le destin de l’Europe centrale, il n’a pas traité ses partenaires avec condescendance, mais croyait en la négociation sur un pied d’égalité dans le but de conclure des accords mutuellement bénéfiques » , a déclaré Ágoston Sámuel Mráz, directeur du groupe de réflexion Nézőpont Intézet en Hongrie, à The European Conservative, en réaction à l’interview de Tucker Carlson avec le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán.

Au cours de l’entretien, M. Orbán a évoqué les relations difficiles de son gouvernement conservateur avec l’administration Biden, les dépenses importantes du gouvernement américain pour financer l’opposition hongroise et la décision des États-Unis de mettre fin à l’accord de prévention de la double imposition avec la Hongrie – quelques-unes des mesures hostiles prises par les démocrates américains à l’encontre de la Hongrie. M. Orbán a toutefois souligné que “ce n’est pas la voix de l’Amérique, c’est la voix de l’administration des États-Unis. Tous les Américains n’ont pas la même approche que le gouvernement.” Parlant de Donald Trump, avec qui il avait de bonnes relations de travail, il a qualifié le précédent président d'”ami de la Hongrie”, qui “reviendra, je l’espère.”

Comme l’a expliqué Ágoston Sámuel Mráz :

« La plus grande différence entre Joe Biden et Donald Trump est que le premier est un politicien professionnel qui ne cesse de se référer à des principes moraux et met en œuvre une stratégie qui nuit à l’Europe centrale, tandis que le second est un homme d’affaires avec lequel il est possible de conclure des accords.

Autre signe des intérêts de l’administration Biden, le membre démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis James Crow est arrivé à Budapest le mercredi 30 août – le jour même où l’interview de Viktor Orbán a été rendue publique sur la page X de Tucker Carlson – “pour discuter du soutien des États-Unis à l’Ukraine, de la promotion de la démocratie dans le pays et à l’étranger, et du rapprochement entre les États-Unis et la Hongrie”. M. Carlson et l’ambassadeur des États-Unis David Pressman ont rencontré Klára Dobrev, chef du plus grand parti d’opposition hongrois, le parti de gauche Demokratikus Koalíció »

Klára Dobrev a déclaré que son parti visait à renforcer les relations bilatérales et non à les détruire. Toutefois, les conservateurs hongrois désignent David Pressman, le choix de Joe Biden pour le poste d’ambassadeur des États-Unis à Budapest, comme une source d’antagonisme. M. Pressman a mis à rude épreuve les relations entre les deux pays en remettant en question le manque de soutien de la Hongrie à l’Ukraine et en critiquant le gouvernement hongrois pour ses politiques internes en faveur du conservatisme social. L’an dernier, un article d’opinion paru dans le Wall Street Journal a qualifié les actions de l’ambassadeur de “pitreries d’école primaire, et non de projection de la puissance américaine“. L’article critiquait vivement les décisions de l’administration Biden en matière de politique étrangère :

« L’exportation de la culture américaine est depuis longtemps l’un des principaux atouts de notre nation en matière de pouvoir d’influence. Mais au lieu de l’utiliser pour affirmer les valeurs occidentales et les intérêts des États-Unis, l’administration Biden fait du prosélytisme en faveur de l’idéologie woke. Les conséquences en matière de politique étrangère pourraient être catastrophiques »

La Hongrie a été largement critiquée par les puissances occidentales pour sa position sur la guerre en Ukraine. Depuis le début de l’invasion russe, ce pays d’Europe centrale est le seul membre de l’OTAN et de l’UE à avoir appelé à des négociations de paix. Bien qu’elle ait résisté aux pressions visant à aider militairement l’Ukraine voisine, la Hongrie a soutenu les efforts humanitaires et accueilli des centaines de milliers de réfugiés ukrainiens.

Expliquant la position de la Hongrie, Viktor Orbán a déclaré à Tucker Carlson qu’en dépit de l’aide occidentale à l’Ukraine, celle-ci ne peut pas gagner la guerre. “Ils manqueront de soldats plus tôt que les Russes. Ce qui comptera finalement, ce sont les bottes sur le terrain“, a-t-il déclaré. “Le sentiment d’être assis à Washington – les États-Unis en sécurité – est différent de celui d’être assis ici à Budapest. L’Ukraine est un pays voisin. Ce qui se passe là-bas peut donc avoir un impact immédiat en 24 heures ici en Hongrie”, a ajouté M. Orbán.

Ágoston Sámuel Mráz a expliqué que la Hongrie a été témoin des guerres en Yougoslavie dans les années 1990 et que les dégâts sont encore profondément gravés dans la mémoire hongroise. Ne voulant pas perpétuer la guerre, le gouvernement hongrois actuel se concentre donc sur les activités humanitaires. La deuxième raison de la position hongroise est l’économie. Selon Mráz,

« La guerre détruit l’économie européenne. L’économie allemande est en récession, son industrie a perdu les sources d’énergie russes bon marché, de sorte qu’elle ne peut plus réaliser son désir de révolution verte. Et si l’Allemagne est malade, l’Europe l’est aussi. Tout cela a des répercussions sur nos sociétés, car sans prix de l’énergie stables et bon marché, nous ne pouvons pas non plus juguler l’inflation »

La fin de la guerre en Ukraine est une priorité absolue pour M. Orbán. Lors de l’entretien avec M. Carlson, M. Orbán a fait l’éloge de M. Trump, affirmant que l’ancien président – qui est actuellement candidat à l’investiture du parti républicain pour l’élection présidentielle de l’année prochaine – s’efforcerait de mettre fin à la guerre, contrairement à M. Biden. “C’est à lui qu’on doit la meilleure politique étrangère des dernières décennies. Il n’a pas déclenché de nouvelle guerre“, a déclaré le Premier ministre. Il a également souligné qu’il serait dangereux de proposer à l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN, ce qui pourrait déclencher une guerre mondiale, et a proposé à la place de “conclure un accord avec les Russes sur la nouvelle architecture de sécurité afin d’assurer la sécurité et la souveraineté de l’Ukraine”.

Les réactions ukrainiennes à l’interview ont été, sans surprise, très critiques. Les propos de M. Orbán ont suscité l’indignation, notamment lorsqu’il a qualifié de “totalement irréaliste” le désir de l’Ukraine de récupérer la Crimée, qui est également une ambition des décideurs politiques américains. “Nous ne savons pas ce qu’il en est de la Hongrie, mais l’Ukraine ne fait pas commerce de ses territoires ou de sa souveraineté“, a déclaré le porte-parole du ministère ukrainien des affaires étrangères, Oleg Nikolenko, affirmant que M. Orbán avait légitimé l’agression de la Russie. La Russie a annexé la péninsule ukrainienne à majorité ethnique russe, la Crimée, en 2014, et le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est engagé à la reprendre.

Crédit photos :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “La stratégie de Biden a nui à l’Europe centrale”

  1. andré dit :

    Allez voir sur les médias alternatifs QUI est vraiment J. Biden et toutes les histoires lamentables le concernant…Le Washington Post ou le NY Times vous donneront des infos que vous ne trouverez pas dans Le Monde et encore moins dans les chaînes télé traditionnelles…..Si par malheur ce type revenait pour un nouveau mandat, la guerre en Ukraine ne s’arrêterait pas , loin s’en faut.
    Pour avoir une partie de vérité, arrêtez d’ écouter les ” désinformations ” du JT de 20 h !

  2. Roger Masson dit :

    Biden est évidemment un abruti . Une qualité : ça se voit . Tout le monde le sait . NB : on parle très peu de son fils Hunter qui est lié au gouvernement ukrainien.

  3. mouchet dit :

    L’article de réflexion de l’économie guerrière des USA est flagrante avec la guerre contre la Russie trop riche et pas endettée par apport aux USA .Ils ont vu venir le danger d’un rapprochement de l’Allemagne avec la Russie puis de l’Europe donc un danger pour le dollars et l’effondrement des dettes des USA passées au second degré. Et surtout la Russie chef de file des BRICS qui est contre la dictature du dollars. Le scénario a bien été mis en place tout d’abord avec l’épidémie de laboratoire du virus SARS COV 2 (event 2019 New York ) pour infecter l’Europe et la Russie. Puis totalement s’approprier l’Ukraine en l’utilisant comme combattants des USA, en faisant élire un pantin Zelensky. Celui-ci mène une dictature impitoyable dans son pays l’Ukraine. Sinon il y aurait déjà eu des manifestations contre cette guerre ce qui commence à arriver d’ailleurs. Mr Biden qui a voté au Sénat la guerre en Irak donc en partie responsable de plus de 2,2 millions de morts. Il renouvelle donc une guerre en Ukraine qui a eu plus de 350’000 morts. Ce que dénonce R..F. Kennedy candidat démocrate en 2024 aux USA Il cite devant la presse des USA, la responsabilité de la family business du Delaware Biden et fils, l’entière responsabilité de ces morts par l’idéologie destructrice des démocrates aux USA. Pourquoi Mr Trump est si mal vu par les démocrates ? Parce que l’idéologie politique n’a pas court et seul le commerce est véritablement le sens de Mr Trump pour les USA et non la guerre avec les armes du business qui va nul part. Il a bien cité que lui au pouvoir, il réglerait ce conflit en une semaine. L’Ukraine est donc le glaive des USA pour la réélection de Mr Biden comme sous la Rome Antique ou les légions allaient conquérir des territoires, financées par les sénateurs. Elles revenaient glorifiées par le peuple pour les élus. Le pire c’est que l’Europe accepte cela malgré une histoire limpide des gaulois contre la Rome antique. Donc L’Europe a aussi ses dictateurs idéologiques. dangereux. La France est un exemple concret. Mais cette guerre rapporte plus de 650 milliards aux USA, permet de vendre des F35 des missiles et anti missiles, du gaz de schiste 5 fois plus cher, émettre des garanties virtuelles dollars pour plus de 600 milliards ceci explique donc cela. La République française sous dictature s’endette de plus de 4’500 milliards qui a accepté le virus de laboratoire et maintenant crie en augmentant tout de 25% pour rembourser une partie de sa dette en encore nous ne sommes pas convaincus car c’est surtout les intérêts qui se monteront à plus de 60 milliards.

  4. Gillic dit :

    Un beau duo de “schwull”, une des hontes de l’humanité !!!!

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

Attentat contre Trump : les médias responsables ? – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

International

Mettre fin à l’ordre mondial fondé sur l’hégémonie libérale : le plan de Viktor Orban

Découvrir l'article

International

Attentat contre Donald Trump : De graves bavures en matière de sécurité vont faire l’objet d’une enquête

Découvrir l'article

A La Une, International

USA. Tentative d’assassinat de Donald Trump par un terroriste se renvendiquant « anti républicain »

Découvrir l'article

International

« Patriotes pour l’Europe » : Le manifeste d’Orbán, de Kickl et de Babiš

Découvrir l'article

International

Élection présidentielle américaine 2024 : Donald Trump remporte le 1er débat face à un Joe Biden sénile

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Une coalition pro-guerre, anti-économie et pro-immigration s’est formée en Europe »

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Immigration. La Hongrie condamnée à 200 millions d’euros d’amende par Bruxelles pour avoir défendu les frontières de l’UE

Découvrir l'article

Histoire, Insolite

Mon Débarquement américain en Normandie…

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Société

La montée de la démocratie totalitaire en Amérique

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky