Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Elections sénatoriales : Ségolène Amiot (LFI) n’est pas contente du tout

Etre sénateur signifie passer six ans au Palais du Luxembourg. Pour y parvenir, il faut savoir chouchouter les grands électeurs et appartenir à leur monde. Ce qui n’est pas le cas des candidats insoumis en Loire-Atlantique

Rien ne va plus à la Nupes. Ce qui n’était qu’une alliance électorale – efficace – pour les élections législatives de juin 2022 est passé à la trappe pour les élections sénatoriales du 24 septembre. Chacun pour soi, telle est la règle. Et surtout pas question de faire liste commune avec LFI pour les communistes, les socialistes et les écologistes. En Loire-Atlantique, sur la liste « officielle » de la gauche, dirigée par Ronan Dantec (écolo indépendant, sénateur sortant), on trouve Karine Daniel (PS, employée de Johanna Rolland), Franck Nicolon (EELV, conseiller municipal de Clisson et conseiller régional), puis Véronique Mahé (PCF, conseillère régionale). Exit les insoumis qui se trouvent contraints de monter une liste de « seconds couteaux » et d’aller au casse-pipe ; ils tablent sur une centaine de grands électeurs sur les 3 087 que comptent le département.

Une union des quatre composantes de la Nupes aurait bien arrangé les insoumis. Dans la négociation avec les « autres », leur demande leur apparaissait modeste : une place de sénateur « et LFI s’effaçait de la course aux sénatoriales » ; les insoumis auraient mis leur « force de frappe militante au service de cette alliance politique », affirme Maxime Viancin (Rezé, salarié d’une ONG écologiste), leader de la liste LFI (Ouest-France, Loire-Atlantique, mercredi 30 août 2023). Mais Viancin oublie que les élections sénatoriales constituent une épreuve très particulière qui s’adresse à un public restreint constitué par des hommes et des femmes qui évoluent principalement dans l’orbite du PS et de LR. Le plus souvent, la sensibilité centre-gauche et centre-droit est dominante chez ces élus locaux ; on ne peut pas dire que LFI ou le RN soient leur tasse de thé. Disposant de peu de maires, d’adjoints et de conseillers municipaux, les insoumis ne faisaient pas figure d’alliés intéressants ; ils n’avaient pas grand-chose à apporter dans la corbeille de mariage. Compte tenu de la présence d’une liste  « socialiste » dissidente (Philippe Grosvalet, ex-PS, ancien président du conseil départemental), la concurrence est féroce et chaque voix de grand électeur pèse lourd. Si on considère que la « gauche », au sens large, peut espérer récolter trois sièges sur cinq, Ronan Dantec  et ses associés n’ont pas envie de faire le moindre cadeau à LFI : en Loire-Atlantique, un siège de sénateur « coûte » 760 voix.

LFI n’est plus en mesure  d’imposer ses vues

« Nos partenaires de la Nupes veulent bien de notre électorat et de nos militants, mais pas de nous sur la liste, c’est un peu fort de café », proteste Ségolène Amiot (LFI, ancienne vice-présidente du centre LGBTQI+  de Nantes), député de la circonscription de Nantes-Saint-Herblain (Ouest-France, Loire-Atlantique, mercredi 30 août 2023). Manifestement, elle confond élections législatives et élections sénatoriales ; ce n’est pas le même combat. Elle oublie également que cette compétition répond à une alchimie compliquée qui prend en compte non seulement les choix politiques des grands électeurs, mais encore la notoriété, la proximité géographique et les services rendus par les candidats.

Il faut également tenir compte dans ce divorce des élections européennes de 2024. Dès maintenant, les sondages portant sur les intentions de vote montrent que LFI est en mauvaise santé ; le parti de « Méluche » ne domine plus la gauche. Une liste LFI pilotée par Ségolène Royal est créditée de 9 %, tandis que les listes PS et EELV  obtiennent chacune 10 %. (Ifop, Le Journal du dimanche, 3 septembre 2023). Dans ces conditions, les insoumis ne sont plus en mesure d’imposer leur volonté à des  « alliés » ingrats. En politique, le rapport de force constitue une donnée essentielle – avec l’argent.

Revenons à Ségolène Amiot qui a un goût prononcé pour le tourisme pénitentiaire. En juin, elle a rendu visite au centre de détention de Nantes où sont incarcérés les condamnés dits définitifs et les longues peines. Objet de cette visite : vérifier « le respect du droit des personnes détenues de correspondre avec les élues pour les alerter sur les conditions réelles de détention ». Personne sérieuse  Mme Amiot essaye de programmer « une visite par mois ». « Nous ne sommes pas  nombreux à avoir cette possibilité et c’est un sujet qui me tient à cœur », explique la députée (Presse Océan, lundi 10 juillet 2023). Une fois qu’elle aura terminé le tour des prisons, Mme Amiot, pourrait  s’intéresser aux hôpitaux, aux maisons de retraite et aux crèches, sujets  plus « populaires » ; tous ses électeurs sont concernés d’une façon ou d’une autre par ces questions.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “Elections sénatoriales : Ségolène Amiot (LFI) n’est pas contente du tout”

  1. Jotglars 66 dit :

    A part quelques irréductibles, révolutionnaires de salon ou devant quelques bières, QUI, demain a envie de voter pour les charlots LFistes ? Heureusement, ils ne seront jamais au pouvoir, leur incompétence n’a d’égal que leur intransigeance et leur incapacité à discuter démocratiquement….ils iront ramasser leur voix du côté des mosquées comme d’habitude !

  2. Le Celte dit :

    Les LFI et la Nupes est une bande d’hystériques , pendant le débat sur les retraites ces députés étaient bourrés dans l’hémicycle.
    Comment ça se fait que les villes Bretonnes sont infestées de gauchos.
    Voyez le résultat à Rennes , à Nantes et Brest .
    Ont se demande si ont est encore chez nous avec tous les migrants, les racisés, et les Maghrébins.
    La fameuse créolisation chère à Melenchon.

  3. patphil dit :

    y’a bon la gamelle

  4. patrick de la pintiere dit :

    “Mme Amiot, pourrait s’intéresser aux hôpitaux, aux maisons de retraite et aux crèches, sujets plus « populaires » ; tous ses électeurs sont concernés d’une façon ou d’une autre par ces questions.” j’aime bien !

  5. Le Celte dit :

    Un conseil aux sympathisants LFI évitez de coller vos affiches sur certains bâtiments privés et n’ayez pas l’idée d’apposer sur des édifices religieux catholiques ou ils vont devoir courir comme l’autre fois .

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Politique

Sabotage, mensonge, violence… La Gauche en roue libre

Découvrir l'article

CALLAC, GUINGAMP, Politique

Guingamp. Murielle Lepvraud (La France Insoumise) refuse de serrer la main au plus jeune député RN à l’Assemblée nationale

Découvrir l'article

Education, Immigration, Religion, Sociétal

Islamisation. 80 % des Français opposés au port de l’abaya à l’école, les jeunes y sont les moins hostiles

Découvrir l'article

Politique, Religion, Social, Sociétal

Élections européennes. Près de 3 électeurs musulmans sur 4 ont voté à gauche

Découvrir l'article

International, Tribune libre

Elections européennes : Comme une overdose de “Palestine” [L’Agora]

Découvrir l'article

Politique, Sociétal, Société

“Musulmans, avez-vous vraiment envie de voter pour ça ?” Un parti musulman s’attaque au transexualisme

Découvrir l'article

Politique, Sociétal, Société

Quand le parti musulman UDMF s’insurge contre les lois favorables au transexualisme

Découvrir l'article

Clisson, E brezhoneg, Local, NANTES

Gwaled/Valette (44) : un emsaver LFI taget war ar marc’had met gant piv ?

Découvrir l'article

Politique

Jean-Luc Mélenchon : les affaires sont les affaires !

Découvrir l'article

Politique

Ségolène Amiot (LFI) possède les bonnes cartes pour devenir ministre

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky