Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« L’UE a fait de la question de l’environnement une religion de substitution » : Entretien avec Paolo Borchia

Paolo Borchia est un député européen italien de la Lega – Salvini Premier au Parlement européen. Il est coordinateur de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) du groupe politique Identité et Démocratie (ID) du Parlement européen. Diplômé en sciences politiques de l’université de Padoue, il a travaillé pendant des années comme administrateur et consultant dans des entreprises privées.

(The European Conservative) se sont entretenus avec lui sur les politiques vertes de l’UE, le poids de l’idéologie dans leur mise en œuvre et leurs conséquences politiques, économiques et sociales. Nous avons traduit l’interview en Français.

Qu’est-ce que le Green Deal européen et l’objectif de transformer l’Europe en “premier continent climatiquement neutre” ?

Paolo Borchia : Le Green Deal constitue une réponse trop idéologique et très partiale aux questions liées à l’environnement et à l’avenir de la planète. À cet égard, la Lega Salvini Premier a une vision différente : notre parti est très préoccupé par le fait que le Green Deal représente une mauvaise réponse, car il s’agit d’une initiative totalement déséquilibrée d’un point de vue idéologique – je dirais même une réponse “talibane” à bien des égards. Il s’agit d’une réponse dangereuse qui compromet la possibilité pour les entreprises européennes d’être compétitives. Elle est également très dangereuse du point de vue du maintien des niveaux d’emploi que nous connaissons actuellement en Europe. C’est une réponse qui ne résoudra pas le problème, mais qui l’exacerbera.

Il faut savoir qu’en Europe, nous n’émettons actuellement que 7,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui est très faible. En appliquant ce type de réglementation dans le Green Deal, de nombreux secteurs seront injustement pénalisés : par exemple, la production agricole est l’un des secteurs les plus touchés. Si le Green Deal est mis en œuvre, comme c’est probable, la demande de production en Europe diminuera, avec les conséquences économiques et sociales que cela implique, et nous devrons acheter des produits agricoles à des producteurs extra-européens qui, paradoxalement, auront des prix plus bas et pollueront beaucoup plus. C’est l’une des conséquences négatives de la mise en œuvre de ce règlement vert. Nous devons réussir à inverser ces tendances néfastes imposées par les Ursula von der Leyens et Frans Timmermans de l’Union européenne.

Mais il est paradoxal que l’Europe prétende s’imposer des mesures climatiques restrictives à l’efficacité douteuse en se présentant comme la région la plus respectueuse de l’environnement alors que des pays comme la Chine ou l’Inde polluent beaucoup plus et sans discernement.
C’est ainsi. L’objectif de faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050 est probablement trop ambitieux, et il sera très difficile à atteindre sans l’engagement d’autres pays. D’une manière générale, je constate qu’ici en Europe, on accorde trop d’attention à l’idéologie, alors qu’à l’extérieur – et au niveau géopolitique – les économies et la compétitivité des entreprises sont beaucoup plus protégées. Nous sommes donc très préoccupés par l’évolution de la situation du point de vue des politiques climatiques et énergétiques en Europe.

Il me semble que le grand problème est que la Commission européenne ne voit pas les choses clairement. La gestion d’Ursula von der Leyen est mauvaise et, en plus d’être responsable de l’alignement sur la gauche, elle envoie le message que le seul problème auquel nous devons faire face en Europe est la pollution. Je pense que c’est un problème, oui, mais la compétitivité, le chômage, la baisse de la natalité, l’immigration clandestine, voilà les grands problèmes. Si la Commission européenne s’engageait sur ces questions avec autant d’intensité qu’elle le fait sur la question de l’environnement, la situation en Europe serait complètement différente. Pour nous, il est très important que les citoyens soient conscients de ce problème, qu’ils sachent qui est responsable et quelles sont les solutions alternatives.

Quelles sont les conséquences à court et à long terme pour notre économie si nous continuons dans cette voie ?

Paolo Borchia : Commençons par regarder les chiffres, car si les opinions sont toujours très intéressantes, ce sont les chiffres qui comptent. En ce qui concerne les pesticides, par exemple, l’Europe utilise en moyenne 1,6 kg de pesticides par hectare, alors que l’Asie de l’Est en utilise 12 kg. Comme nous pouvons le constater, la différence est énorme. En Europe, nous avons des producteurs qui, au fil des ans, ont investi dans des cultures plus saines en polluant moins, et nous constatons aujourd’hui que ces mêmes producteurs doivent se soumettre à des réglementations mondiales beaucoup plus restrictives qu’elles ne l’étaient déjà, avec les conséquences que cela implique en termes de coûts, de production, d’emploi, de santé et de protection de l’environnement. Le fait est qu’avec ces politiques européennes, nous n’allons nulle part, car elles ne font qu’imposer de nouveaux obstacles aux entreprises, aux travailleurs et aux consommateurs. Nous devons changer cette orientation qui, en échange de prix théoriquement plus bas grâce à l’importation de produits de l’étranger, détériore notre balance commerciale nette et notre économie. Paradoxalement, bien sûr, ces produits importés ne respectent pas nos normes environnementales.

Cette obsession de la transition écologique est-elle une réelle nécessité ou le dogme idéologique du fanatisme climatique ? Pourquoi l’Europe est-elle le premier moteur d’un environnementalisme idéologisé ?

Paolo Borchia : Ce serait une question très intéressante à poser à Frans Timmermans. C’est la question que nous avons posée à maintes reprises sans obtenir de réponse de la part de la Commission européenne. Par exemple, elle veut maintenant nous obliger à passer des voitures à moteur à combustion interne aux voitures électriques à partir de 2035, mais personne ne nous explique comment nous allons produire toute l’électricité dont nous avons besoin pour le faire. En Italie, nous parlons de 32 gigawatts, ce qui nécessite des quantités d’énergie disproportionnées, non seulement en termes de capacité actuelle, mais probablement aussi pour la capacité future de production d’électricité de notre pays. Les énergies renouvelables sont des sources alternatives très intéressantes qui devraient certainement être prises en considération, mais n’oublions pas qu’il s’agit de sources instables, intermittentes et non programmables, avec toutes les conséquences que cela implique. Nous avons une économie qui a besoin de beaucoup de certitudes : elle n’a pas besoin d’idéologie. Elle a besoin de générer les conditions pour fonctionner sans obstacles, et ce n’est pas ce qui se passe actuellement en Europe. C’est le contraire qui se produit.

Ces réglementations européennes contre les voitures à moteur à combustion interne sont donc un spectacle pour la galerie ?

Paolo Borchia : Nous agissons comme si l’Europe était le principal acteur de la pollution mondiale de manière disproportionnée. Notre groupe parlementaire essaie de faire entendre raison à la Commission européenne et de lui faire comprendre que pour calculer la pollution d’un véhicule, il ne suffit pas de mesurer les émissions de gaz d’échappement : il faut comprendre que le calcul doit se faire sur l’ensemble du cycle de vie de cette technologie. En d’autres termes, il y a toute une série de raisons pour lesquelles nous devons être prudents avec la voiture électrique. Tout d’abord, les batteries posent clairement de gros problèmes en termes de recyclage, et nous parlons d’une chaîne technologique dans laquelle la Chine, à l’heure actuelle, est capable de rivaliser de la manière la plus agressive en termes de prix. Je ne voudrais pas que la question des voitures électriques ou à combustion devienne un sujet de division qui fasse de la transition écologique une transition réservée aux riches et qui exclut les segments les plus pauvres de la population.

Ce qui est inquiétant, c’est que les constructeurs automobiles européens ne peuvent plus être compétitifs au niveau des coûts qu’ils doivent supporter, laissant le champ libre globalement aux constructeurs chinois. Je donne l’exemple de BYD (Be Your Dreams), que presque personne ne connaît. Il s’agit d’un constructeur automobile chinois qui, de 2021 à 2022, a doublé sa part de marché au niveau mondial. Les données sont là, c’est évident, donc ce n’est pas que la Lega en Europe agite des spectres ou crée des fantômes : les chiffres nous disent clairement que la vie quotidienne est affectée par la géopolitique de la Chine, qui a aujourd’hui une part de marché beaucoup plus importante que par le passé.

Elle vise également à modifier nos habitudes alimentaires en promouvant les aliments artificiels et la consommation d’insectes au détriment de produits tels que la viande. Qu’est-ce qui motive leur remplacement ?

Paolo Borchia : Je suis très préoccupé par cette question. La question est que nous partons de l’idée que, dans le futur, nous devrons nourrir 8 milliards de personnes et que, pour ce faire, certains nous disent qu’il faut créer de la viande en laboratoire afin de disposer d’un produit moins cher et disponible en plus grande quantité pour tout le monde. Évidemment, d’un point de vue éthique ou moral, c’est une belle justification, mais si nous regardons qui est derrière tout cela, qui est derrière cette dynamique, nous voyons quelque chose de bien différent des prétendues bonnes intentions. Il est clair que toute cette orientation d’aide à l’humanité est fausse. En réalité, il s’agit d’un instrument et d’une fonction pour les multinationales qui ont investi dans la recherche et le développement pour industrialiser et commercialiser ces produits. Nous parlons également de cabinets de conseil très influents liés aux travaux de la Commission européenne, et nous parlons de produits qui sont ensuite présentés comme une alternative moins chère à l’excellence de notre produit national, qui est naturel, sain et doté d’une appellation d’origine protégée et territoriale. Il est clair que l’on assiste à l’émergence d’une tendance différente et pernicieuse qui, en théorie, se fonde sur une “noble finalité”, mais qui, en réalité, ne l’est pas.

Quelles sont les relations entre les groupes politiques populaires, conservateurs, patriotiques et identitaires du Parlement européen et ce que certains appellent “l’euro-folie verte” ?

Paolo Borchia : La relation est bonne, mais il y a des différences logiques. Disons qu’au final, il est dommage que nous n’ayons pas pu construire une majorité de centre-droit suffisamment forte pour rejeter la proposition de la Commission. Grâce aux amendements, nous avons au moins pu supprimer certains points vraiment très négatifs. En Italie, nous sommes confrontés à une situation très grave dans l’agriculture, où de nombreux jeunes qui voudraient entrer dans le secteur y renoncent en raison des difficultés imposées par le “talibanisme” idéologique qui affecte le secteur d’un point de vue économique. L’UE a fait de l’environnement une religion de substitution.

Pourtant, à de trop nombreuses reprises, le Parti populaire européen a voté avec la gauche.

Paolo Borchia : C’est vrai, et c’est pourquoi, non seulement en Italie, mais aussi en Espagne et ailleurs, l’électorat de centre-droit en a assez que les partis de centre-droit demandent aux gens de voter pour eux pour ensuite gouverner avec le centre-gauche. C’est une dynamique qui a malheureusement été ignorée ou passée sous silence pendant de trop nombreuses années, mais je constate aujourd’hui une prise de conscience de la part des électeurs que ce type d’attitude est une tromperie et trahit les besoins particuliers des territoires et des citoyens. C’est une attitude politique qui vise à maintenir le règne d’une caste qui a dirigé l’Europe ces dernières années et qui doit cesser. Il faut que quelqu’un prenne ses responsabilités lorsque les choses n’ont pas fonctionné comme elles le devaient. Il est temps de changer de majorité au sein de l’UE : il est temps de changer, il est temps d’avoir une autre Europe.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “« L’UE a fait de la question de l’environnement une religion de substitution » : Entretien avec Paolo Borchia”

  1. Jotglars 66 dit :

    Pommes en barquettes ” Pink Lady ” chez LIDL ….Origine ? Chili ! pas de pommiers en France ?
    Kiwis et avocats ailleurs…origine ? Pérou et Israël ! Les kiwis poussent très bien en France
    Carottes ? origine ? Belgique ! Bon d’accord c’est moins loin…
    Gigot d’agneau …origne ? New Zeland ! juste 25h d’avion etc…etc…
    Alors quand je prends mon auto ( non électrique ) vu les prix exorbitants du TGV, ne me les brisez pas avec votre écologie à 2 balles !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Mettre fin à l’ordre mondial fondé sur l’hégémonie libérale : le plan de Viktor Orban

Découvrir l'article

A La Une, International

Stephen Nikola Bartulica : « Une grande partie de la responsabilité de ce qui se passe en Europe incombe aux dirigeants politiques conservateurs » [Interview]

Découvrir l'article

Santé, Sociétal, Société

Des sages-femmes s’opposent à l’adhésion de leur ordre à la Gay Pride : elles seront rééduquées

Découvrir l'article

International

Interdiction des smartphones dans les écoles italiennes

Découvrir l'article

International, Santé

Santé. Des vacances de prévues en Italie ou en Espagne ? Gare à la fièvre du Nil occidental !

Découvrir l'article

Immigration, International

Italie. 500 clandestins supplémentaires débarqués cette semaine par les ONG

Découvrir l'article

Politique

Délinquants violents au pouvoir ? La gauche en raffole. Le cas Ilaria Salis

Découvrir l'article

International, Tourisme

Le Bernina Express | Danger sur les rails

Découvrir l'article

Cyclisme, Sport

Cyclisme. Tour de France 2024 : Présentation de l’étape 3 entre Piacenza et Turin

Découvrir l'article

Immigration

Italie : les clandestins devront verser entre 2.500 et 5.000 euros de caution pour éviter leur placement en centre d’accueil

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky