Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Miklós Szánthó : « La Hongrie est un exemple de promotion réussie des valeurs telles que Dieu, la patrie et la famille » [Interview]

Miklós Szánthó est avocat et analyste politique, et dirige le Centre pour les droits fondamentaux (Alapjogokért Központ), un institut de recherche juridique conservateur fondé en 2013 en Hongrie. Notre confrère Álvaro Peñas l’a interrogé pour The European Conservative, voici la traduction ci-dessous.

Lorsqu’Alberto Núñez Feijóo a été élu à la tête du Partido Popular en Espagne l’année dernière, il a déclaré qu’il voulait que le parti suive sa propre voie, sans aller à la guerre culturelle. Est-il si difficile de comprendre que nous menons une guerre culturelle ?

Miklós Szánthó : Je pense qu’il ne s’agit pas d’une guerre culturelle, mais plutôt d’une guerre pour la culture. C’est ce que nous devrions apprendre d’Antonio Gramsci, qui avait raison lorsqu’il disait que les socialistes devaient gagner la lutte pour la culture avant, ou au-delà, de la lutte politique. La culture est la partie la plus importante de la vie sociale, et si la gauche domine la culture, elle finira par gagner la lutte politique. C’est ce qui s’est passé, et nous constatons aujourd’hui que les libéraux gagnent les élections avant le vote. Ils disposent d’un réseau professionnel qui fait très bien de la propagande culturelle et qui est capable de convaincre les gens. Il ne s’agit pas d’un outil ou d’une campagne politique directe, mais d’un instrument doux qui utilise les films hollywoodiens, les séries, les chansons pop, etc. En manipulant et en utilisant cette culture populaire, ils promeuvent des valeurs politiques : multiculturalisme, immigration, genre, LGBT… et lorsqu’ils atteignent l’arène politique, tous les gens sont sensibilisés à ces questions et votent pour des partis progressistes ou de gauche.

Mais ce n’est pas le cas en Hongrie.

Miklós Szánthó : Ce qui se passe en Hongrie est différent de ce qui se passe en Europe occidentale. Dans les années 1990 et au début des années 2000, le paysage politique et social hongrois était encore pire que celui des États-Unis aujourd’hui. Non seulement les libéraux dominaient la vie publique, mais nous avions aussi l’héritage communiste. Les communistes ont pu transformer leur capital politique et leur réseau d’influence en capital social, académique, économique et médiatique, et c’est pourquoi toutes les sous-structures sociales pertinentes ont été dominées par ce réseau post-communiste. En 1994, dans une démarche absurde, les héritiers des communistes ont formé une coalition avec les libéraux et les progressistes auparavant anticommunistes. Pour vous donner un exemple, en Hongrie, jusqu’au milieu des années 2000, 90 % des médias soutenaient la gauche et seulement 10 % la droite. Mais les choses ont commencé à changer lorsque le Fidesz et Viktor Orbán étaient dans l’opposition et que des hommes d’affaires conservateurs ont commencé à investir dans les médias. Bien sûr, en 2010, avec la victoire du Fidesz et l’arrivée de Viktor Orbán au poste de premier ministre, la déconstruction de tous les réseaux et sous-structures postcommunistes s’est accélérée. Aujourd’hui, la situation est beaucoup plus équilibrée en Hongrie : par exemple, si nous parlons des médias, 55 % soutiennent la gauche et 45 % la droite. Toutefois, le journal, la chaîne de télévision et le site web les plus populaires sont libéraux ou de gauche. Il est donc amusant que certains parlent du manque de liberté des médias en Hongrie.

Les médias sont-ils donc la clé ?

Miklós Szánthó : Il faut aussi du courage politique. L’exemple hongrois nous montre qu’il faut beaucoup de travail, d’efforts et de médias, mais aussi du courage pour s’opposer au courant libéral dominant – comme nous l’avons vu en 2010, lorsque tout le courant dominant européen a commencé à critiquer et à diffamer le gouvernement Orbán pour les changements apportés à la constitution et au système électoral. Je pense que la plupart des gouvernements conservateurs ou de centre-droit auraient arrêté les réformes dans une telle situation, mais la droite hongroise a défendu fermement ses valeurs et a dit “non”. C’est ainsi que, lentement, l’idée libérale peut être contenue et qu’une nouvelle ère conservatrice peut commencer à se construire.

Et pour franchir cette étape, il faut re-sensibiliser la société. Permettez-moi de vous donner un exemple. Le gouvernement hongrois veut construire une société qui craint Dieu et qui veut promouvoir la famille et encourager la procréation, et pour ce faire, il utilise des outils directs, tels que les réductions d’impôts, et des outils doux, tels que la communication, pour promouvoir ces valeurs. C’est la même chose que ce que les libéraux ont fait et ce que Gramsci a conseillé, gagner la guerre pour la culture. Ainsi, le gouvernement, sans modifier les lois sur l’avortement adoptées dans les années 1990 et très libérales, a réussi à réduire de moitié le nombre d’avortements au cours des dix dernières années. Et ce, parce que l’environnement social a changé.

Gramsci aurait sûrement adoré les plates-formes télévisées qui bombardent les jeunes de valeurs progressistes. Est-il possible de battre ces médias à long terme ?

Miklós Szánthó : Le plus important dans l’exemple hongrois, c’est ce que Viktor Orbán a dit l’année dernière au CPAC : ne pas suivre les règles des libéraux.

En général, je suis pessimiste quant à l’avenir de l’Occident car la conscience libérale a atteint un niveau très élevé et très professionnel. Je ne sais pas si un retour aux valeurs et aux normes européennes est possible. Mais d’un autre côté, il ne s’agit peut-être pas d’un virus libéral et progressiste avec des conséquences à long terme, mais d’une mode pour les jeunes qui prendra fin tôt ou tard. La Hongrie est un exemple qui montre qu’avec le soutien de l’État et l’intervention politique, des valeurs telles que Dieu, la patrie et la famille peuvent être promues avec succès. Le problème est que les forces dites conservatrices ou de centre-droit en Occident ont abandonné et ont commencé à jouer selon les règles libérales, et à la fin nous avons la triste histoire du Parti populaire espagnol, de la CDU et de la CSU en Allemagne, des Républicains en France et des Tories [au Royaume-Uni].

Vous avez cité “Dieu, la patrie, la famille” comme les valeurs défendues par le gouvernement hongrois. Cependant, les églises ne sont pas spécialement pleines en Hongrie…

Miklós Szánthó : Lorsque nous parlons de Dieu, de patrie et de famille en Hongrie, nous parlons de culture, de traditions. Je suis un laïc, je suis un pauvre calviniste, et lorsque nous parlons de Dieu en public, en termes politiques, nous ne parlons pas directement de la Foi, mais de notre tradition judéo-chrétienne, de notre tradition nationale et de notre histoire. Une histoire dont nous devrions être fiers face aux tentatives de la culture de l’annulation de nier tout le passé parce qu’il a été construit par des hommes blancs hétérosexuels. Et lorsque nous parlons de famille, nous voulons dire que le père est un homme et la mère une femme, que ce sont les seuls sexes biologiques et qu’il n’y a pas de “genre”.

Si vous inscrivez ces valeurs dans la constitution, comme l’a fait la Hongrie, si vous adhérez à la protection des frontières, si vous adhérez à l’héritage culturel de votre pays, si vous promouvez la famille avec des outils durs et doux, alors les choses peuvent changer. Les choses peuvent changer et le signe de réussite en Hongrie est la présence de quatre grandes majorités aux élections. Même les gens de gauche votent pour le Fidesz parce que la droite hongroise est fondée sur le bon sens – et nous voyons donc qu’il ne s’agit plus d’un combat d’idéologies, de gauche ou de droite, mais d’un combat de bon sens contre la folie et la stupidité de l’idéologie du genre.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Miklós Szánthó : « La Hongrie est un exemple de promotion réussie des valeurs telles que Dieu, la patrie et la famille » [Interview]”

  1. Brun dit :

    Hélas, en ce qui nous concerne, nous sommes loin de pouvoir nous mettre au niveau de la Hongrie. Les extravagances de la théorie du genre, pour ne citer que ce cas, ne cessent de se répandre ; les oppositions à ces ridicules négations de faits biologiques sont de plus en plus réprimées. L’Occident dans son ensemble est sur une pente terrifiante. Il faut avoir le cœur bien accroché pour espérer voir les choses changer, à moins que cette évolution ne soit le signe que la fin des temps est proche. Puisque le Christ nous a dit : “je serai avec vous jusqu’à la fin des temps” et qu’il est de moins en moins présent dans les cultures et dans les vies, c’est peut être le signe que la fin des temps sur Terre n’est pas loin.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

pêche électrique

Economie, Environnement, LORIENT, Sociétal

Surpêche. 20 % des poissons débarqués en France seraient concernés [Vidéo]

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire, Local, Patrimoine, PLOËRMEL

La Chapelle-Caro : le futur pôle culturel aura un nom… hors-sol !

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

Rani Lakshmi Bai, superbe bande dessinée sur la résistance indienne à l’Empire britannique

Histoire, Sociétal

Hommage à Manouchian : le débunkage – Le Nouvel I-Média

Brest

BREST, Ensauvagement, Immigration, Local, Société

Brest : Rekourañs, ar c’hoñversanted a son ar vatailh !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Hongrie. « Aucune pitié pour les pédophiles ». Le Premier ministre Orbán propose une protection constitutionnelle pour les mineurs

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration clandestine. La Hongrie va envoyer des militaires au Tchad

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration vers l’UE. La Serbie a interpellé 4 500 clandestins et des passeurs, dont des Serbes

Découvrir l'article

International

La Hongrie renforce le soutien aux familles pour augmenter le taux de natalité

Découvrir l'article

International

Thibaud Gibelin : « La politique c’est donner un destin à la communauté nationale »

Découvrir l'article

A La Une, International

Balázs Hidvéghi (Fidesz) : « Nous disons non à l’immigration illégale, à la transformation de l’Europe et au multiculturalisme » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, International

Judit Varga, tête de liste Fidesz aux élections européennes : « L’immigration économique n’est pas un droit de l’homme » [Interview]

Découvrir l'article

Immigration, International

Pologne. Varsovie va contrôler la frontière slovaque face à la hausse de l’immigration illégale

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

Hongrie. Dóra Dúró : «Nous rejetons l’immigration légale comme illégale et nous devons résoudre nos problèmes démographiques par nos propres efforts »

Découvrir l'article

International

Hongrie. Viktor Orbán : « L’Europe souffre de la décision de Bruxelles d’entrer en guerre »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍