Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Manuel Veiga Aldemira : « La technologie donne une seconde vie à de nombreux Ukrainiens, certains soldats sont même retournés au front »

Manuel Veiga Aldemira est titulaire d’une licence en droit et d’une maîtrise en droit international de l’université de Maastricht, avec une spécialisation en droit international humanitaire. Il a également suivi des programmes aux États-Unis et en Chine et a travaillé comme consultant international. Ces dernières années, il s’est spécialisé dans les hautes technologies et l’innovation, en particulier dans les technologies transformatrices convergentes telles que la robotique, l’intelligence artificielle, la fabrication additive (impression 3D), etc. Il est actuellement membre et délégué national de l’ONG espagnole Asociación Galega de Axuda a Ucraína (https://www.agaucraina.org/) et conseiller en technologie et innovation pour le Superhumans Centre (https://superhumans.com/), un centre dédié au traitement des blessés de guerre.

Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé pour Deliberatio (nous avons traduit cette interview en français)

Pourquoi êtes-vous en Ukraine ?

Manuel Veiga Aldemira : Je soutiens l’Ukraine depuis février de l’année dernière, depuis le début de l’invasion, en aidant les ONG et les volontaires. Je participe à l’aide humanitaire et à la fourniture d’équipements non létaux (kits médicaux, casques balistiques, gilets, etc.) aux défenseurs ukrainiens sur la ligne de front. Lorsque la guerre a commencé, j’ai réfléchi à tout ce qui se passait et je me suis demandé ce que je pouvais faire face à la plus grande crise de notre génération et à une guerre aux portes de l’Europe. C’était une question évidente, la question n’était pas de savoir si je m’impliquais ou non, mais comment. Et je ne suis pas venu avant à cause de ma famille, mais ma femme est ukrainienne, nous nous sommes mariés il y a deux mois, et elle travaille en Ukraine pour l’Union européenne, donc en fin de compte la raison pour laquelle je suis venu en Ukraine était aussi la famille.

C’est une question évidente, mais nombreux sont ceux qui justifient ce qui se passe.

Manuel Veiga Aldemira : Oui, l’OTAN, l’Occident, le “génocide” de 2014, etc. Mais ce qui est au cœur de tout cela, c’est la haine de l’Occident. Vous parlez de la Libye ou de l’Afghanistan, de la façon dont les choses se sont mal passées là-bas, mais comment pouvez-vous utiliser cet argument pour justifier ce que fait la Russie ? Car ce qui se passe en Ukraine est bien pire. Nous parlons de fosses communes, d’exécutions massives, d’enlèvement de milliers d’enfants. Actuellement, si vous n’obtenez pas un passeport russe dans les territoires occupés, vous ne pouvez pas envoyer vos enfants à l’école ou acheter une propriété, et ils forcent la population à acquérir la nationalité russe. En fait, ma femme, qui est également avocate, et moi-même sommes en train de développer un projet visant à soutenir les enquêteurs sur les crimes de guerre en Ukraine. Mais pour en revenir à ceux qui justifient l’invasion et qui ne sont pas à la solde, ce n’est rien d’autre que la haine de l’Occident. L’Occident est l’ennemi et depuis le confort de leur vie ici, ils souhaitent la destruction du système dans lequel ils ont vécu sans avoir passé un seul jour à vivre sous la censure ou le manque de liberté des régimes qu’ils défendent.

Vous vivez à Lviv, dans la partie la plus occidentale de l’Ukraine, à quoi ressemble la vie là-bas ?

Manuel Veiga Aldemira : La principale raison pour laquelle nous avons établi le centre ici est qu’il s’agit, pour autant que nous puissions en juger, d’une zone tranquille. Mais elle est devenue une cible pour les missiles balistiques russes parce qu’elle est devenue un centre logistique. Cependant, notre prochain centre sera probablement construit à Kharkiv, le problème étant qu’il s’écoule 45 secondes entre le moment où un missile est tiré et celui où il arrive, alors qu’à Lviv, il faut compter une demi-heure. Il y a un peu plus d’un mois, un missile a frappé un jardin d’enfants, heureusement sans faire de victimes. Quelques semaines plus tôt, un missile a frappé un bâtiment et tué 10 personnes, pour la plupart des personnes âgées qui n’ont pas l’habitude de se réfugier dans des abris. Mais cela n’a rien à voir avec Kiev, qui est en permanence en état d’alerte. La vie ici, compte tenu des circonstances, est tout à fait normale.

J’imagine que les propagandistes russes ont justifié l’attaque en disant que l’immeuble des personnes âgées était en fait une caserne de l’armée ukrainienne. C’est exact. J’imaginais que la cible était une école de cadets située à un peu plus d’un kilomètre, mais non, ils ont dit que le bâtiment était une base militaire et qu’il y avait 100 soldats à l’intérieur. Je connais très bien ce quartier et c’est une zone totalement civile, mais c’est la norme dans la propagande russe.

En ce qui concerne votre travail en Ukraine, combien de personnes ont besoin de prothèses à cause de la guerre ?

Manuel Veiga Aldemira : Nous ne connaissons pas les chiffres exacts, mais approximativement, entre les civils et surtout les militaires, nous pourrions atteindre environ 100 000 personnes qui ont besoin d’une prothèse. En outre, les besoins sont différents en temps de guerre, car les blessures n’ont rien à voir avec les cas où une personne perd un membre dans un accident de la circulation ou un accident de travail, alors qu’il faut tenir compte des éclats d’obus, des os brisés ou des moignons irréguliers. Cela a été un défi pour toutes les entreprises du secteur et nous sommes en train de créer notre propre laboratoire pour produire des prothèses qui répondent à ce problème.

Cela arrive dans toutes les guerres, mais dans ce cas-ci, il y a beaucoup d’images de soldats et de civils avec des prothèses. Pensez-vous qu’il y ait plus de blessés ou que cela soit plus visible à cause des médias ?

Manuel Veiga Aldemira : À mon avis, c’est à cause de la couverture médiatique. C’est la guerre la plus télévisée, grâce aux médias sociaux, et les soldats eux-mêmes mettent en ligne des vidéos sur la ligne de front. Mais ce que l’on voit est loin d’être la réalité. Nous avons ouvert le centre à la fin du mois d’avril et l’objectif était de traiter 3 000 patients pendant un an, mais je ne pense pas que nous y parviendrons tant que le nouveau laboratoire ne sera pas opérationnel. Et nous parlons de patients à vie, car les prothèses doivent être réparées, adaptées aux changements dus à l’âge, etc. Il existe un autre centre, mais il n’est pas comparable à ce que nous faisons, et l’estimation minimale qui a été spéculée à partir des chiffres officiels était de 10 000 patients. Nous savons maintenant que ce n’est pas vrai et que nous parlons de 50 000 patients, mais il y a des chiffres provenant d’autres instituts qui portent ce nombre à 80 000. L’objectif de notre projet est d’éviter que ce qui s’est passé aux États-Unis après le Viêt Nam ne se produise ici, avec un grand nombre de personnes dont la vie et celle de leur famille sont brisées, et qui vont ensuite constituer un problème pour l’État. Mais aujourd’hui, la technologie nous permet de redonner de la mobilité et la capacité d’être indépendant, elle donne une seconde vie à beaucoup d’entre eux et leur permet de trouver leur place et de ne pas rester chez eux avec leur santé qui se détériore. Nous avons beaucoup progressé dans ce domaine et nous avons même des soldats qui sont retournés au front. Un soldat a cassé la prothèse de main avancée que nous lui avions donnée, l’a mise dans son sac à dos et a utilisé un crochet pour pouvoir tenir son arme. Nous travaillons donc à l’adaptation des prothèses à ce type de situations.

Il existe plusieurs cas connus de soldats qui sont retournés au front avec des prothèses. En connaissez-vous beaucoup ?

Manuel Veiga Aldemira : Oui, et nous le voyons assez souvent dans notre centre. Bien sûr, il y a un peu de tout, et c’est pourquoi nous voulons organiser le centre de manière à ce que le plus grand nombre possible de personnes puissent y venir. Dans les hôpitaux militaires, ils n’ont pas ces capacités et beaucoup de gens qui viennent de là-bas arrivent chez nous dans un état dépressif et nous devons faire un travail de psychothérapie parce qu’ils pensent que leur vie est finie. Ici, nous nous efforçons de créer une communauté et, en fait, nous employons des personnes qui ont perdu jusqu’à trois membres et qui ont terminé leur rééducation pour être le premier point de contact. Imaginez la réaction d’un soldat qui a perdu sa jambe sous le genou et qui est à terre lorsqu’un autre soldat, qui a perdu deux jambes et un bras, le salue en lui serrant la main à l’aide d’une main bionique.

Y a-t-il un soutien de l’État ?

Non, rien au niveau de l’État pour éviter la corruption ou le favoritisme. Ce projet a été lancé par deux entrepreneurs et l’un d’eux, Andrey Stavnitser, a apporté tout le capital initial. À partir de là, le financement a été assuré par de nombreuses entreprises et fondations privées. Il existe des projets internationaux de financement, par exemple de la Croix-Rouge, mais en fin de compte, le moyen le plus rapide est de recevoir des dons d’entreprises privées, ce qui nous donne également une plus grande liberté pour acquérir l’équipement que nous jugeons le plus nécessaire. Dans le cas du nouveau laboratoire, nous avons déjà réuni tous les fonds nécessaires et nous devons décider du matériel à acheter pour le mettre en place.

Outre le financement, de quoi ce projet a-t-il besoin ?

Manuel Veiga Aldemira : Nous manquons de personnel. J’ai discuté avec différents pays, et en particulier avec l’Espagne, où il existe de très bonnes cliniques et de très bons professionnels dans ce domaine, afin de rechercher des collaborations. D’une part, pour envoyer nos techniciens se former en Espagne et, d’autre part, pour envoyer des spécialistes donner des cours et former notre personnel. Le principal problème que nous rencontrons actuellement, outre la question technique, est le capital humain, car il s’agit d’un domaine relativement nouveau : prothèses avancées, bionique, biomécatronique… Vous mélangez l’ingénierie et le domaine médical, ce qui nécessite du personnel spécialisé. En Ukraine, il n’y a pas beaucoup de gens qui s’y connaissent et c’est pourquoi nous recherchons des experts à l’étranger, en particulier en Espagne, pour pouvoir créer une collaboration avec différentes cliniques et organisations régionales.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “Manuel Veiga Aldemira : « La technologie donne une seconde vie à de nombreux Ukrainiens, certains soldats sont même retournés au front »”

  1. Jabeilles dit :

    Je n’ai même pas lu l’article – je vois juste les photos… Quel MALHEUR, quelle TRISTESSE, quelle DESESPERANCE…. Des mecs amputés et prolongés comme ils peuvent… prêts à repartir à la boucherie…

    Les humains sont fous et mauvais, je ne peux penser que cela…

  2. patphil dit :

    et puis l’ukraine peut importer des males virils pour repeupler le pays

  3. Paul Hemiste dit :

    Un discours qui semble oublier que depuis 2014, le régime de Lvov installé à Kiev par un coup d’état piloté par les USA et leurs larbins de Bruxelles canonnent et bombardent ce qu’ils ont encore le culot d’appeler “ukrainiens”, c’est à dire leur propre population de l’est du pays. Une population parlant le russe, à qui le régime a interdit de pratiquer sa langue natale, et qui devait être protégée dans un pays devenant une fédération, par les accords de Minsk. Ces accords n’ont été qu’une tromperie, comme l’on dit Merkel et Hollande, afin que l’OTAN-UE-USA puisse armer l’Ukraine et former son armée aux standards occidentaux, pour attaquer la Russie et déclencher un conflit où seuls les USA ont des intérêts, multiples, pour regagner une hégémonie mondiale qui leur échappe.

    Rappelons à ce sujet que la Russie, comme la France et l’Allemagne, n’avaient d’autre rôle que de garantir leur exécution par Kiev et les républiques sécessionnistes du Donbass. Or, depuis le sanglant “Maïdan”, la haine anti-russe s’est progressivement déchaînée, même des gens qui jusque là parlaient russe se sont mis à insulter ceux qui ne jargonnaient pas une langue instable aux multiples versions. Ceci est allé jusqu’aux autodafés de livres écrits en russe, même par des auteurs dits “ukrainiens” (l’Ukraine n’existant pas à leur époque) comme Gogol… des dizaines de millions de livres ont été brûlés, comme au meilleur temps des chemises brunes et noires. Pendant ce temps, les oligarques recrutaient et entretenaient des armées privées qui se réclament ouvertement du nazisme et des ignobles collabos de Galicie (l’armée révolutionnaire ukrainienne) qui ont largement massacré tout ce qui ne leur plaisait pas, comme les Juifs, les Polonais de la Volhynie, les tziganes, les résistants à l’invasion nazie. Ces armées privées ne se sont pas privées de crimes de guerre bien réels dans l’est du pays, et les bombardements sur des civils faiblement armés ont fait plus de 14.000 morts dans l’est, de 2014 jusqu’à l’intervention russe, déclenchée en urgence pour contrer une épuration ethnique à grande échelle qui était imminente. Et ces crimes continuent, avec les tortures et exécutions de civils et de prisonniers de guerre, surtout ceux des armées du Donbass. En outre, ils ne parlent des Russes et des russophones que comme des animaux, au mieux des sous-hommes, dans une hystérie sans honte.

    Alors, OUI, le sort des ukrainiens est tragique. Mais les premiers responsables sont bien ceux qui ont tout organisé depuis l’indépendance du pays pour en arriver là, et qui les envoient encore et encore se faire massacrer dans un combat stupide, sans moyens de gagner. Moins d’une semaine après le début de l’opération russe, Zelinsky avait voulu négocier et avait envoyé des émissaires à Minsk. Boris Johnson, l’ébouriffé agité, s’est précipité à Kiev pour l’obliger à continuer la guerre, l’assurant du soutien total de l’occident. Peut-être lui a t-il aussi parlé de villas en Espagne, de comptes dans les Caraïbes, de ranch en Israël… allez savoir ce qui a pu se dire ! Le chef de la mission, à son retour à Kiev, a été abattu d’une rafale de pistolet-mitrailleur, en pleine rue. On cherche encore les auteurs… mais les bénéficiaires ne sont pas inconnus, il suffit de réfléchir un peu et de regarder non pas les EFFETS, mais les CAUSES RÉELLES d’une N-ième guerre civile en Europe, toujours au profit des empires thalassocratiques anglo-saxons.

    Il est plus que temps d’ouvrir les yeux et de réfléchir sur l’histoire, passée et présente.

  4. Paul Hemiste dit :

    La photo illustre des blindés russes détruits, exposés devant la Cathédrale Sainte-Sophie, en plein centre de Kiev.
    Cette pratique des “trophées” a commencé dès 2014, par l’exposition avec pancartes “explicatives”, par des transports de troupes du Donbass **, également à Kiev, place des Évangélistes.
    C’était le début d”une propagande de guerre qui ne pouvait aboutir qu’au massacre actuel.

    Ne fallait-il pas y penser AVANT ?

    (**) des régiments du Donbass ont naturellement rejoint les républiques autoproclamées après les répressions armées qui ont suivi l’interdiction du russe. Ils étaient équipés de matériels anciens, l’un d’eux s’est d’ailleurs dénommé “Somali” en référence à ses vieux chars.

  5. Paul Hemiste dit :

    Les deux amputés évoquent le fait que devant les pertes de blindés occidentaux (qui sont, bien entendu, les meilleurs des meilleurs des… etc…), les “stratèges” de l’OTAN ont conseillé à l’état-major de Kiev de faire leurs offensives, non pas avec des blindés que les K-52 massacrent allégrement, mais par de petits groupes de fantassins qui sont envoyés traverser les champs de mines de la première ligne de défense russe (on n’envisage pas vraiment la 3′ ligne, à 50 km plus loin).
    Et c’est effectivement cette “tactique” qui est appliquée, en particulier sur le front de Rabotino, sac à feu pour les soldats de Kiev.
    Alors, QUI est responsable des amputations innombrables ?
    Il suffit de jeter un œil aux pyramides démographiques de l’Ukraine et de la Russie pour comprendre quels sont les sages et qui sont les fous criminels contre leur propre peuple.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

Brest

Loudéac

Trafic de drogue en Centre Bretagne : prison ferme pour les trafiquants

NANTES

Deux migrants multirécidivistes narguent la justice…et écopent d’une peine avec sursis à Nantes

LORIENT

Lorient : 4 ans de prison pour Moussa K, un multirécidiviste auteur de vols avec violences

frelon_asiatique

Environnement

Côtes d’Armor. Plus de 100 000 reines de frelons asiatiques capturées en 2023

Ensauvagement, Local, PONTIVY, Société

Vols, dégradations, sale temps pour les automobilistes du pays de Pontivy !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

Pouvoir d’achat, Santé, Immigration, Déliquance : les principales priorités des Français

Découvrir l'article

International

Eric Dénécé : « Les Français sont victimes de la propagande ukrainienne » [Interview]

Découvrir l'article

International

La Russie dresse son bilan diplomatique pour l’année 2023 et évoque les perspectives en 2024

Découvrir l'article

International

Le sort de l’Ukraine est-il scellé ?

Découvrir l'article

International

L’Inde et la Russie signent un accord pour de nouvelles unités de production d’énergie nucléaire

Découvrir l'article

International

Les agriculteurs des pays de Visegrad appellent à une action commune sur les importations ukrainiennes

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

L’Allemagne nationale-socialiste et l’Ukraine. Retour en bibliothèque (2)

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration extra-européenne. La Finlande ferme une partie de sa frontière avec la Russie après une hausse des arrivées de clandestins

Découvrir l'article

International

Les routiers polonais demandent la fin de l’accord UE-Ukraine

Découvrir l'article

Immigration

Une diplomate ukrainienne arrêtée pour aide à l’immigration illégale vers l’UE

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍