Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les routiers polonais demandent la fin de l’accord UE-Ukraine

L’Union européenne ne semble pas pressée de résoudre le problème des routiers polonais qui affirment devoir subir la concurrence déloyale de l’Ukraine depuis plus d’un an. Selon les manifestants, les mesures destinées à soutenir l’économie ukrainienne pendant la guerre nuisent désormais aux entreprises polonaises locales.

Les camionneurs ont commencé à bloquer les trois principaux postes-frontières avec l’Ukraine le lundi 6 novembre, n’autorisant que le trafic de passagers et le transport d’aide humanitaire ou militaire. Ils ont l’intention de maintenir le blocus jusqu’au 6 janvier si leurs demandes ne sont pas satisfaites d’ici là.

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février dernier, l’UE et l’Ukraine ont conclu un accord autorisant les camions ukrainiens à entrer dans l’UE sans permis d’entrée. Les camions ukrainiens ont ainsi franchi la frontière polonaise environ 900 000 fois, contre 180 000 fois par an avant la guerre. Les entreprises polonaises de transport routier demandent que des restrictions soient imposées sur le nombre de camions immatriculés en Ukraine entrant en Pologne et que les entreprises de transport dont les capitaux ne proviennent pas de l’Union européenne soient interdites.

L’accord, signé en juin dernier et prorogé jusqu’en juin prochain, reconnaît “l’indisponibilité des voies de transport traditionnelles dans la région” en raison de la guerre “et le besoin urgent de sécuriser les chaînes d’approvisionnement et la sécurité alimentaire en utilisant des voies alternatives par la route, en particulier pour le transport de céréales, de carburant, de denrées alimentaires et d’autres marchandises”.

Si l’accord facilite “le transport de marchandises entre l’UE et l’Ukraine“, il n’autorise pas les camions à prendre et à déposer des chargements sur le territoire de l’UE, une pratique connue sous le nom de cabotage. Les camionneurs protestataires se plaignent que les camionneurs ukrainiens transportent des marchandises entre des points situés en Pologne ainsi que des marchandises entre la Pologne et des pays tiers.

La plupart des camions [ukrainiens] entrent en Pologne à vide, ils récupèrent des chargements en Pologne et les transportent dans toute l’Europe“, a déclaré lundi Bartosz Jasinski, propriétaire d’une entreprise de transport.

Ils affirment également que des entreprises de Russie et du Belarus ont enregistré des entreprises en Pologne. “Ils font baisser les prix et prennent les marchandises que nous avions l’habitude de transporter”, a déclaré à l’AFP Marek Oklinski, propriétaire d’une société de transport.

L’un des manifestants polonais a déclaré au Financial Times que les camionneurs ukrainiens n’étaient pas tenus de respecter les réglementations européennes en matière de transport : “Nous recevons constamment de nouvelles charges de l’UE auxquelles nous devons nous adapter”, alors que les transporteurs ukrainiens peuvent opérer selon leurs “propres conditions”. Les manifestants font également état de procédures onéreuses lors du retour en Pologne depuis l’Ukraine :

La partie ukrainienne a créé un système de file d’attente électronique, dans lequel un transporteur souhaitant entrer en Pologne doit s’inscrire… Le temps d’attente est d’environ 11 ou 12 jours.

Ce n’est pas la première fois que la Pologne est confrontée à ce type de protestation, et les développements sont très similaires à la question des importations de céréales ukrainiennes. En septembre, l’Union européenne a décidé de ne pas renouveler l’interdiction frappant les produits alimentaires ukrainiens destinés aux pays voisins de l’UE, après quoi la Pologne – ainsi que la Bulgarie, la Hongrie et la Slovaquie – a imposé sa propre interdiction afin de protéger les agriculteurs nationaux contre l’inondation des marchés locaux par les céréales ukrainiennes. “Nous allons procéder de la même manière que les agriculteurs, en continuant à protester jusqu’à ce que le gouvernement reconnaisse le problème et y réagisse“, a déclaré Jacek Sokół, propriétaire d’une petite entreprise de camionnage.

Cependant, ni Bruxelles ni Varsovie ne semblent s’inquiéter des plaintes des camionneurs polonais. Le Conservateur européen a contacté le porte-parole de la Commission européenne pour les transports, Adalbert Jahnz, qui a réitéré les commentaires qu’il avait faits lors d’un point de presse mardi :  « Nous sommes en contact avec les autorités ukrainiennes et polonaises pour évaluer la situation, mais pour l’instant je ne peux rien vous dire de plus car ces contacts se poursuivent »

Le ministère polonais des infrastructures a invoqué les règles de l’UE pour justifier l’impossibilité d’intervenir. “L’accord a été conclu par l’UE… par conséquent, en termes pratiques, la Pologne ne peut pas réintroduire le système de permis avec l’Ukraine jusqu’à ce que l’accord susmentionné expire”, a déclaré le ministère dans un communiqué envoyé à l’AFP, appelant les manifestants à mettre fin au blocus.

Le seul parti polonais qui semble s’opposer fermement au traitement sévère des camionneurs polonais est le parti nationaliste Konfederacja, dont le co-dirigeant Krzysztof Bosak a tenu une conférence de presse conjointe avec les propriétaires des entreprises de transport routier. Il a déclaré : « Aujourd’hui, nous nous tenons aux côtés des dirigeants du secteur des transports, aux côtés de ceux qui gèrent une entreprise. La manifestation est relancée en raison de l’incapacité du gouvernement à répondre aux attentes du secteur »

Konfederacja a été le seul grand parti, à l’approche des élections législatives polonaises du 15 octobre, à critiquer de nombreux aspects de l’aide militaire, économique et humanitaire apportée par la Pologne à l’Ukraine, arguant que la Pologne a des devoirs envers elle-même.

“Peut-être que certaines personnes ne le réalisent même pas. Les transports génèrent 7 % du PIB de notre pays. En comparaison, l’agriculture ne représente que 3 %. L’exploitation minière, quant à elle, représente 5 %. Il faut donc prêter attention au fait que nos entreprises familiales, pour la plupart petites, génèrent un revenu énorme pour l’État polonais”, a déclaré Edyta Ozygała, propriétaire d’une entreprise, lors de la conférence de presse.

L’Ukraine a critiqué la protestation des camionneurs polonais, le ministre des infrastructures Oleksandr Kubrakov déclarant que l’action “nuit aux intérêts et aux économies des deux pays”, et l’ambassadeur d’Ukraine à Varsovie, Vasyl Zvarych, a tweeté : “Le blocage des routes est un douloureux coup de poignard dans le dos de l’Ukraine, qui subit l’agression russe.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “Les routiers polonais demandent la fin de l’accord UE-Ukraine”

  1. Ziska dit :

    Bizarre, les camionneurs polonais étaient satisfaits de venir en France et casser les prix. Mais quand ça leur arrive…

  2. gaudete dit :

    de toute façon Zélensky va être dégagé dans peu de temps, la paix va revenir et van der leyen ira se faire cuire deux oeufs avec son entrée de l’Ukraine dans l’Europe. Tout rentyrera dans l’ordre

  3. patphil dit :

    les polonais se plaignent, mais quand ils faisaient la même chose , concurrence déloyale en france, ils ne protestaient pas, l’arroseur arrosé…

  4. Spence Mathieu dit :

    C’est amusant. L’histoire se répète avec d’autres acteurs.

  5. mouchet dit :

    L’Europe l’Europe comme le citait le général de Gaulle alors partisan d’une Europe des nations respectueuse des états c’est à dire fédérale. Au lieu de cela une Europe panier de crabes aux pinces dollars comme l’ONU à la solde des USA. Une Europe en utopie permanente couverte de dettes irremboursables rééchelonnant constamment à chaque crise, les dettes à long terme pour les mettre à court terme. Alors maintenant devant la crise financière c’est la fuite en avant en voulant intégrer l’Ukraine pour participer à la reconstruction de 400 à 450 milliards environ. Guerre de dupes qui a rapporté plus de 120 milliards d’armement, des contrats de gaz de schiste pour 400 milliards. La Pologne ne sera jamais d’accord ni la France ni l’Italie ni la Hongrie si référendum démocratique bien sûr. Une immense gabegie 400’000 morts en Ukraine, car la Russie l’a bien dit à maintes fois l’Europe ni l’Ukraine ne l’intéresse pas du tout, car elle a trop de territoire à gérer et à exploiter. La Russie a arrêté le carnage génocide envers les pros russes juste 40’000 morts. Les déclaration du Zelensky de service USA avait prévu l’extermination de plus de 200’000 personnes hostiles à sa dictature officiel en plus.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Le Parlement polonais propose d’annuler la législation pro-vie

Découvrir l'article

A La Une, International

« Nous devons trouver une solution qui tienne compte des agriculteurs » : Entretien avec Ryszard Czarnecki, député européen

Découvrir l'article

International

Le gouvernement gauchiste de Pologne prépare une nouvelle loi sur les discours haineux : 3 ans de prison pour avoir offensé des personnes LGBT

Découvrir l'article

International

Pierre Conesa : « Les intellectuels parisiens n’iront jamais faire la guerre en Ukraine »

Découvrir l'article

International

Aux USA, des professionnels vétérans du renseignement écrivent à Joe Biden au sujet d’une éventuelle intervention de la France en Ukraine

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

A La Une, International

Pologne. Un agriculteur risque des années de prison après une répression policière brutale lors d’une manifestation à Varsovie

Découvrir l'article

Sociétal

Prêts pour la guerre en Ukraine ? Micro-trottoir signé Vincent Lapierre

Découvrir l'article

International

Gérald Olivier : « Joe Biden est compromis dans un énorme scandale de corruption »

Découvrir l'article

International

L’interview de Volodymyr Zelensky à BFMTV en intégralité

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky