Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une brève histoire de la Lettonie

Nous allons vous proposer d’ici quelques jours plusieurs reportages sur la Lettonie, dans le cadre de ce que nous faisons fréquemment à travers l’Europe afin de vous présenter des pays, parfois méconnus, ou des villes (relire notre reportage à Budapest, ou encore celui à Jersey, pour ne citer qu’eux). En attendant de retrouver ces reportages, nous vous proposons ci-dessous une brève histoire de la Lettonie, pour vous mettre dans le bain, avec quelques références bibliographiques.

Une brève histoire de la Lettonie

La Lettonie a été peuplée à l’origine par un peuple ancien connu sous le nom de Baltes. Au 9e siècle, les Baltes ont été soumis à la domination des Varangiens, ou Vikings, mais une domination plus durable a été établie sur eux par leurs voisins germanophones à l’ouest, qui ont christianisé la Lettonie aux 12e et 13e siècles.

Les Chevaliers de l’épée, qui ont fusionné avec les Chevaliers allemands de l’Ordre Teutonique en 1237, ont conquis toute la Lettonie en 1230. La domination allemande de la région s’est poursuivie pendant trois siècles, avec une classe de propriétaires terriens allemands régnant sur une paysannerie lettone asservie. Du milieu du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle, la Lettonie a été partagée entre la Pologne et la Suède, mais à la fin du XVIIIe siècle, l’ensemble de la Lettonie avait été annexé par la Russie expansionniste. Les propriétaires terriens allemands ont réussi à conserver leur influence en Lettonie, mais le nationalisme letton autochtone s’est rapidement développé au début du XXe siècle. Après la révolution russe de 1917, la Lettonie a déclaré son indépendance le 18 novembre 1918 et, après une période confuse de combats, la nouvelle nation a été reconnue par la Russie soviétique et l’Allemagne en 1920.

La Lettonie indépendante a été gouvernée par des coalitions démocratiques jusqu’en 1934, date à laquelle le président Karlis Ulmanis a instauré un régime autocratique. En 1939, la Lettonie a été contrainte d’accorder des bases militaires sur son sol à l’Union soviétique et, en 1940, l’Armée rouge soviétique s’est installée en Lettonie, qui a rapidement été incorporée à l’Union soviétique. L’Allemagne nazie a tenu la Lettonie de 1941 à 1944, date à laquelle elle a été reprise par l’Armée rouge. Les fermes lettones ont été collectivisées de force en 1949 et l’économie florissante de la Lettonie a été intégrée à celle de l’Union soviétique. La Lettonie est toutefois restée l’une des régions les plus prospères et les plus industrialisées de l’Union soviétique, et ses habitants ont gardé un souvenir très fort de leur brève période d’indépendance de 20 ans. Avec la libéralisation du régime soviétique entreprise par Mikhaïl Gorbatchev à la fin des années 1980, les Lettons ont commencé à chercher à s’émanciper. La Lettonie a déclaré la restauration de son indépendance en mai 1990 et a obtenu sa pleine indépendance de l’Union soviétique le 21 août 1991.

L’histoire de la Lettonie dans le détail

Les Lettons constituent une division importante de l’ancien groupe de peuples connu sous le nom de Baltes. Le premier lien historiquement documenté entre les Baltes et la civilisation du monde méditerranéen était basé sur l’ancien commerce de l’ambre : selon l’historien romain Tacite (1er siècle après J.-C.), les Aestii (prédécesseurs des anciens Prussiens) ont développé un important commerce avec l’Empire romain. Au cours des Xe et XIe siècles, les terres lettones ont été soumises à une double pression : à l’est, la pénétration slave ; à l’ouest, la poussée suédoise vers les rives de la Courlande.

La domination allemande.

Pendant la période des croisades, l’expansion allemande, ou plus précisément saxonne, atteint les rives orientales de la Baltique. Comme le peuple qui occupait la côte de la Lettonie était les Livs, les envahisseurs allemands appelèrent le pays Livland, un nom rendu en latin par Livonie. Au milieu du 12e siècle, des marchands allemands de Lübeck et de Brême visitent l’estuaire de la Dvina occidentale ; ces visites sont suivies par l’arrivée de missionnaires allemands. Meinhard, un moine du Holstein, y débarque en 1180 et est nommé évêque d’Üxküll (Ikskile) en 1186. Le troisième évêque, Albert de Buxhoevden, avec l’autorisation du pape Innocent III, fonda l’ordre des Frères de l’épée en 1202. Avant de fusionner en 1237 avec les Chevaliers de l’Ordre Teutonique, ils avaient conquis tous les royaumes tribaux lettons.

Après la conquête, les Allemands ont formé une confédération dite de Livonie, qui a duré plus de trois siècles. Cette organisation féodale n’était pas solide, ses trois composantes – l’Ordre teutonique, l’archevêché de Riga et la ville libre de Riga – étant en conflit permanent les unes avec les autres. De plus, la vulnérabilité des frontières terrestres entraîne la confédération dans de fréquentes guerres étrangères. Les Lettons profitent cependant de l’adhésion de Riga à la Ligue hanséatique en 1282, le commerce de la ligue leur apportant la prospérité. En général, cependant, la situation des Lettons sous la domination allemande était celle de n’importe quelle nation soumise. La noblesse autochtone disparaît, à l’exception de quelques-uns de ses membres qui changent d’allégeance, et la population rurale est contrainte de payer des dîmes et des impôts à leurs conquérants allemands et de fournir de la corvée, c’est-à-dire du travail obligatoire.

Pologne-Lituanie, Suède et empiètement de la Russie.

En 1561, le territoire letton est divisé : La Courlande, au sud de la Dvina occidentale, devient un duché autonome sous la suzeraineté du souverain lituanien, tandis que la Livonie, au nord de la rivière, est incorporée à la Lituanie. De même, Riga est incorporée à l’ensemble polono-lituanien en 1581, mais est prise par le roi suédois Gustave II Adolphe en 1621 ; Vidzeme – c’est-à-dire la majeure partie de la Livonie au nord de la Dvina occidentale – est cédée à la Suède par la trêve d’Altmark (1629), bien que Latgale, la région du sud-est, reste sous la domination lituanienne.

Les souverains de Moscovie n’avaient jusqu’alors pas réussi à atteindre les rives baltiques du pays letton, bien qu’Ivan III et Ivan IV aient essayé de le faire. Le tsar russe Alexis renouvelle la tentative sans succès lors de ses guerres contre la Suède et la Pologne (1653-67). Finalement, Pierre Ier le Grand réussit à “briser la fenêtre” de la mer Baltique : au cours de la Grande Guerre du Nord, il prit Riga aux Suédois en 1710 ; et à la fin de la guerre, il obtint Vidzeme de la Suède par la paix de Nystad (1721). Le Latgale est annexé par les Russes lors du premier partage de la Pologne (1772), et le Courland lors du troisième (1795). À la fin du XVIIIe siècle, toute la nation lettone est donc soumise à la Russie.

La domination russe.

Dans la période qui suit immédiatement les guerres napoléoniennes, l’empereur russe Alexandre Ier est amené à accorder la liberté individuelle aux paysans de Courland en 1817 et à ceux de Vidzeme en 1819. Cela n’impliquait pas le droit pour le paysan d’acheter la terre que ses ancêtres avaient cultivée pendant des siècles. En conséquence, les terres lettones ont connu des troubles jusqu’à ce que l’émancipation des serfs dans tout l’Empire russe (1861) apporte le droit d’acheter des terres en propriété à l’État et aux propriétaires terriens, qui étaient encore majoritairement allemands.

L’essor économique de la paysannerie locale s’est accompagné d’un réveil du sentiment national. Des établissements d’enseignement et d’autres institutions nationales sont créés. L’idée d’un État letton indépendant est ouvertement avancée lors de la révolution russe de 1905. Cette révolution, évoquée simultanément par des groupes sociaux et nationaux, témoigne une fois de plus de la force de la réaction lettone aux pressions économiques et politiques allemandes et russes.

L’indépendance.

Après la révolution russe de mars 1917, la Conférence politique nationale lettone, réunie à Riga, demande en juillet une autonomie politique complète. Le 3 septembre, l’armée allemande s’empare de Riga. Après le coup d’État bolchevique de novembre 1917 à Petrograd, le Conseil du peuple letton, représentant des groupes paysans, bourgeois et socialistes, proclame l’indépendance le 18 novembre 1918. Un gouvernement est formé par le dirigeant de l’Union des agriculteurs, Karlis Ulmanis. Le gouvernement soviétique établit un gouvernement communiste pour la Lettonie à Valmiera, dirigé par Peteris Stucka. L’Armée rouge, qui comprend des unités lettones, prend Riga le 3 janvier 1919 et le gouvernement Ulmanis s’installe à Liepaja, où il est protégé par une escadre navale britannique. Mais Liepaja est toujours occupée par les troupes allemandes, que les Alliés souhaitent voir défendre la Prusse orientale et la Courlande (Kurzeme) contre l’avancée de l’Armée rouge. Leur commandant, le général Rüdiger von der Goltz, a l’intention de construire une Lettonie sous contrôle allemand et d’en faire une base d’opération allemande dans la guerre contre les Soviétiques.

Cette intention est à l’origine d’un conflit avec le gouvernement de la Lettonie indépendante soutenu par les Alliés. Le 22 mai 1919, von der Goltz prend Riga. Poussant vers le nord, les Allemands sont arrêtés près de Cesis par l’armée estonienne, qui compte 2 000 Lettons. Les Britanniques obligent les Allemands à abandonner Riga, où le gouvernement Ulmanis revient en juillet. Entre-temps, l’Armée rouge, attaquée au nord par les Estoniens, s’est retirée de Lettonie.

En juillet, les Britanniques exigent que les troupes allemandes se retirent en Prusse orientale. Mais von der Goltz lève alors une armée de “Russie occidentale”, systématiquement renforcée par des unités de volontaires allemands. Ces forces, dirigées par un aventurier, le colonel Pavel Bermondt-Avalov, doivent combattre l’Armée rouge, en coopérant avec les autres armées “russes blanches” de Koltchak, Dénikine et Ioudénitch, soutenues par les Alliés. Mais le 8 octobre, Bermondt-Avalov attaque les troupes lettones et occupe les faubourgs de Riga au sud de la rivière. Le 10 novembre, cependant, les Lettons, aidés par l’artillerie d’une escadre navale anglo-française coopérant avec les forces estoniennes, défont les troupes de von der Goltz et de Bermondt-Avalov, attaquées finalement aussi par les Lituaniens. En décembre 1919, toutes les troupes allemandes avaient abandonné la Lettonie et la Lituanie. Seule la province de Latgale restait aux mains des Rouges, mais elle fut peu après débarrassée des troupes rouges.

Une assemblée constituante lettone, élue en avril 1920, se réunit à Riga le 1er mai et, le 11 août, un traité de paix letton-soviétique est signé à Riga, le gouvernement soviétique renonçant à toute revendication sur la Lettonie. La constitution lettone du 15 février 1922 prévoit une république avec un président et un parlement, la Saeima, de 100 membres élus pour quatre ans.

La multiplicité des partis au sein de la Saeima (22 en 1922 et 24 en 1931) rend impossible la formation d’un gouvernement stable. En 1934, Ulmanis, premier ministre pour la quatrième fois depuis 1918, propose une réforme constitutionnelle. Les sociaux-démocrates, les communistes et les minorités nationales s’y opposent avec colère. La minorité allemande est sous influence nazie et Ulmanis doit supprimer la branche lettone de la Baltischer Bruderschaft (“Fraternité balte”), dont le programme est l’incorporation de l’État balte dans le Troisième Reich ; mais une organisation fasciste lettone appelée Perkonkrust (“Croix du tonnerre“) développe une propagande influente. Le 15 mai 1934, Ulmanis publie un décret déclarant l’état de siège. La Saeima et tous les partis politiques sont dissous. Le 11 avril 1936, à l’expiration du second mandat du président Alberts Kviesis, Ulmanis lui succède. La situation économique du pays s’améliore considérablement.

L’occupation soviétique-, l’occupation allemande..et à nouveau l’occupation soviétique

Lorsque la Seconde Guerre mondiale débute en septembre 1939, le sort de la Lettonie a déjà été décidé dans le protocole secret du pacte de non-agression germano-soviétique du 23 août. En octobre, la Lettonie a dû signer un traité d’assistance mutuelle par lequel l’URSS a obtenu des bases militaires, navales et aériennes sur le territoire letton. Le 17 juin 1940, la Lettonie est envahie par l’Armée rouge. Le 20 juin, la formation d’un nouveau gouvernement est annoncée ; le 21 juillet, la nouvelle Saeima vote en faveur de l’incorporation de la Lettonie à l’URSS ; le 5 août, l’URSS accepte cette incorporation. Au cours de la première année d’occupation soviétique, environ 35 000 Lettons, en particulier l’intelligentsia, sont déportés en Russie. Pendant l’invasion allemande de l’URSS, de juillet 1941 à octobre 1944, la Lettonie était une province de l’Ostland, qui comprenait l’Estonie, la Lituanie et la Biélorussie.

Environ deux tiers du pays ont été occupés par l’Armée rouge en 1944. Les Allemands ont résisté à Kurzeme jusqu’à la fin de la guerre. Environ 100 000 personnes ont fui vers la Suède et l’Allemagne avant l’arrivée des forces soviétiques.

La première décennie d’après-guerre s’est avérée particulièrement difficile. Les efforts acharnés du régime pour transformer le pays en un bailliage soviétique typique ont aggravé la dévastation causée par la guerre. Une répression politique sévère a accompagné les changements socio-économiques radicaux. Une russification extrême a paralysé la vie culturelle nationale. Plusieurs vagues de déportation massive vers le nord de la Russie et la Sibérie – impliquant au total au moins 100 000 personnes – ont eu lieu, notamment en 1949 dans le cadre d’une campagne de collectivisation de l’agriculture. L’immigration à grande échelle en provenance de Russie et d’autres régions de l’Union soviétique a commencé et s’est poursuivie tout au long de la période d’après-guerre. En un peu plus de 40 ans, la proportion de Lettons dans la population est passée d’environ trois quarts à un peu plus de la moitié.

Le parti communiste au pouvoir était composé de manière disproportionnée d’immigrants. Un effort concerté visant à naturaliser le parti et en particulier ses cadres dirigeants a déclenché en 1959 une purge générale des hauts fonctionnaires indigènes.

Restauration de l’indépendance.

Une renaissance nationale s’est développée à la fin des années 1980 en liaison avec les campagnes soviétiques de glasnost (“ouverture“) et de perestroïka (“restructuration”). Les manifestations de masse sur les questions écologiques en 1987 ont été les premiers rassemblements politiques non officiels dans le pays depuis l’après-guerre.

En 1988, le Front populaire letton est apparu pour s’opposer au pouvoir en place. Il triomphe aux élections de 1990. Le 4 mai 1990, la législature lettone a adopté une déclaration sur le renouvellement de l’indépendance. Une période de transition est prévue. Les efforts soviétiques pour rétablir la situation antérieure ont abouti à des incidents violents à Riga en janvier 1991.

À la suite du coup d’État manqué à Moscou en août de la même année, le corps législatif letton a déclaré l’indépendance totale. Ainsi naquit la Lettonie moderne et indépendante.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Culture & Patrimoine, Dinan, Histoire

Dinan : Une lettre rare d’Anne de Bretagne exposée à la bibliothèque

Découvrir l'article

Histoire, International

L’histoire de l’Irlande. Un reportage en 5 épisodes (VO)

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Les saints guérisseurs de Bretagne : un héritage précieux à découvrir

Découvrir l'article

Histoire, International

Elections Européennes. Une brève histoire du Luxembourg

Découvrir l'article

International, Patrimoine

Patrimoine. A la découverte du château de Rundale, le Palais de Versailles de la Lettonie

Découvrir l'article

A La Une, Gastronomie, Le Mag'

Cuisinant dès 10 ans pour ses parents rentrant tard du travail, Max Cekot est devenu le premier chef étoilé Michelin de Lettonie [Interview]

Découvrir l'article

Gastronomie, Le Mag'

A la découverte de la gastronomie lettone. Où manger à Riga et ailleurs en Lettonie ?

Découvrir l'article

Histoire, International

Lettonie. A Riga, le musée des occupations ouvre grand les yeux sur les conséquences du communisme et du nazisme

Découvrir l'article

A La Une, Tourisme

Tourisme. Et si vous alliez visiter la Lettonie, perle des Pays Baltes ? [Reportage + Photos]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire, International

Il était une fois en Irlande du nord. Un grand reportage signé Arte

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky