Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les grands brûlés bientôt sauvés grâce à des pansements conçu à partir d’hémoglobine de vers marins ? Un grand pas pour la médecine à Nantes et à Morlaix

Dans l’obscurité d’une actualité parfois très anxiogène, il y a quelques rayons de soleil. Comme cette société, Hemarina installée à Morlaix qui conçoit des pansements à partir d’hémoglobine de vers marins, et qui est parvenue à faire soigner et guérir un grand brûlé du CHU de Nantes en 2023.

Le Télégramme rapporte : « Le Professeur Pierre Perrot, responsable du centre des grands brûlés, voulait utiliser notre pansement conçu à partir de l’hémoglobine d’un ver marin sur un patient. On ne l’avait encore jamais utilisé sur un grand brûlé. Cet homme de 33 ans était sur son bateau, sur la Loire, lorsque celui-ci a explosé. Il a été brûlé à 85 % aux deuxième degré profond et troisième degré et avait été contaminé par l’eau du fleuve. Après son admission au service des grands brûlés, son état empirait, la cicatrisation ne se faisait pas. La famille avait été prévenue qu’il fallait s’attendre au pire… C’était le 14 juillet. Toute l’équipe d’Hemarina a répondu présent à cet appel et est revenue de vacances pour acheminer les pansements au CHU de Nantes »

Et le professeur Perrot d’expliquer à 20 minutes : « Habituellement, pour les brûlés à 85 % nous réalisons de nombreuses interventions pour exciser les brûlures et les remplacer petit à petit par la peau du patient. Chez ce patient, afin de limiter la surface à greffer et donc à prélever sur les rares zones non brûlées, nous avons opté pour ce pansement afin d’essayer de faire cicatriser sans chirurgie le thorax, l’abdomen et le dos, permettant de conserver les sites donneurs de greffe pour les mains et les membres inférieurs »

Développé à partir de la technologie d’Hemarina, le pansement utilisé est enrichi en hémoglobine d’arenicola marina, des vers de vase présents sur les plages de l’Atlantique et de la Manche qui ont un énorme pouvoir d’oxygénation : l’hémoglobine de vers, qui peut être injectée directement dans la circulation sanguine, transporte 40 fois plus d’oxygène que l’hémoglobine humaine.  La molécule, appelée M 101, est l’hémoglobine du ver marin Arenicola Marina, présent sur les plages de l’Atlantique et de la Manche. Son rôle est de transporter l’oxygène, comme l’hémoglobine humaine mais elle présente des particularités qui en font une thérapeutique très innovante.

Caractéristiques de l’hémoglobine du pansement HEMHealing

Elle transporte une plus grande quantité d’oxygène (156 molécules d’oxygène) que l’hémoglobine humaine qui n’en transporte que quatre. Donc, elle transporte 40 fois plus d’oxygène que l’hémoglobine humaine ;

Elle est naturellement extracellulaire à la différence de l’hémoglobine humaine qui est contenue dans les globules rouges. On peut donc l’injecter dans la circulation sanguine ;

Et elle est 250 fois plus petite qu’un globule rouge et est capable d’atteindre des zones très difficiles d’accès ;

Pour autant, l’unité de base, la chaîne de globine, est identique à plus de 99 % à celle de l’hémo-globine humaine. La structure a donc été remarquablement conservée au cours de l’évolution, probablement parce que cette chaine de globine est indispensable à la vie ;

Dans HEMhealing®, une des formulations produites par Hemarina SA, on mélange M 101 à un gel. Cela permet de l’utiliser comme pansement oxygénant. Il capte l’oxygène de l’air et le délivre dans les zones les plus profondes des plaies ou brûlures, qui, elles, sont en manque d’oxygène.

Le résultat est fou. « Aujourd’hui, le résultat est incroyable. Je suis encore sous le coup de l’émotion quand je vois les dernières photos du patient. Vous avez quelqu’un qui était quasiment mort, et là, vous ne voyez même pas qu’il a été brûlé. C’est bluffant. Il est sorti au bout de trois mois de l’hôpital, sur ses deux jambes. En règle générale, un patient brûlé à ce stade reste en chambre stérile et sort au bout de neuf à douze mois de l’hôpital » indique Franck Zal, docteur en biologie et fondateur de la société installée à Morlaix (29).

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

6 réponses à “Les grands brûlés bientôt sauvés grâce à des pansements conçu à partir d’hémoglobine de vers marins ? Un grand pas pour la médecine à Nantes et à Morlaix”

  1. Brounahans l'Alsaco dit :

    Comme c’est le dirigeant du labo qui le dit, on peut sans doute émettre quelques réserves car il ne va pas faire une pub négative pour son produit … de produit qui est susceptible de faire des miracles il y a une matière toute simple, disponible sans grande recherche, donc et malheureusement sans espoir de gros gains, c’est l’argile !

    • nina dit :

      oui, l argile verte est excellente.
      En avoir toujours chez soi.
      En application epaisse pour brûlures, meme graves.
      Aussi excellente dans des cas d infections bacterielles. Pansements a renouveler quotidiennement.
      Utilisé aussi pour le pansement des animaux, dont chevaux
      recette : ajouter de l eau à de l argile en poudre afin d avoir une consistance de pomade. Mais pas dans un recipient/ustensile metalique.
      Nombreux ex. sur youtube

  2. Le Boucher de La Villette dit :

    J’abonde dans le sens du commentaire précédent.

    Par contre, l’évolution explique tout. Heureusement qu’on l’a, autrement on serait perdu.
    Lisez donc Dominique Tassot !

  3. Isabeilles dit :

    J’avais vu un documentaire télévisé (assez récemment,) sur le chercheur qui s’est intéressé à ces vers marins. De mémoire, il me semble qu’il travaillait au CNRS. Après sa découverte, il n’a pas pu envisager de la laisser à d’autres pour la commercialiser. Il est donc parti du CNRS et a fondé son entreprise consistant en un élevage de ces vers à forte teneur en hémoglobine très oxygénée.
    Il ne me semble pas qu’il faille être systématiquement sceptique vis-à-vis de nouvelles découvertes – qui nécessitent forcément une mise de fond et donc un aspect commercial.
    On peut tout à fait gagner honnêtement sa vie en vendant quelque chose (ici, qq-chose de novateur) – tout à un prix. Tout travail mérite salaire, ce n’est que juste retour des efforts engagés. On peut aussi penser que ce monsieur travaille avec conviction et avec un esprit éthique. Il ne s’agit pas ici d’un super labo ripoux, j’aime à le penser.
    Attendons de voir le développement de cette découverte qui est peut-être, en effet, pleine d’espoir pour les grands brûlés…

  4. nicole dit :

    Cela fait des années que l’hôpital Lyon-II utilise du miel mille-fleurs bio pour la cicatrisation des grands brûlés..

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

GUINGAMP, Santé

Hôpital de Guingamp : 1500 manifestants pour défendre le système de santé et la Sécurité sociale

Découvrir l'article

NANTES

Un « belge » avec un fusil d’assaut interpellé alors qu’il voulait aller à Nantes

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Mélissa (Némésis) : « Passé une certaine heure, et même parfois en journée, il est impossible pour une femme de se balader seule dans le centre-ville de Nantes » [Interview]

Découvrir l'article

Santé

Santé. Pourquoi 60% des asthmatiques sont des femmes ?

Découvrir l'article

Santé

Santé. Les mécanismes de l’audition

Découvrir l'article

NANTES

Séquestration et tortures à Nantes. Sounounou, 26 ans, quatrième suspect écroué avec un profil inquiétant

Découvrir l'article

NANTES

Manque de policiers municipaux à Nantes : la ville organise un concours de recrutement

Découvrir l'article

RENNES

Venus des quartiers de Nantes (et d’Afrique), ils sont condamnés pour deux fusillades à Rennes sur fond de trafic de drogue

Découvrir l'article

Sociétal

Affaire Dupont de Ligonnès : Le procureur de Nantes rejette la version “sans fondement” de la sœur

Découvrir l'article

Santé

Malgré 50 000 postes à pourvoir, moins d’un Français sur deux souhaiterait exercer un métier du médico-social en raison notamment des bas salaires et des conditions de travail

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky