Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Folie Woke en Ecosse. Une nouvelle loi prévoit que les parents qui refuseraient le changement de sexe de leur enfant pourraient encourir jusqu’à 7 ans de prison

En Ecosse, les parents qui refusent que leurs enfants changent de sexe pourraient être emprisonnés dans le cadre d’un projet controversé visant à interdire les thérapies de conversion en Écosse. Le gouvernement SNP souhaite introduire de nouvelles lois qui rendraient illégal le fait d’essayer de forcer une personne à supprimer ou à changer son orientation sexuelle et son identité de genre par le biais de “pratiques de conversion”.

Une consultation publique est en cours sur le projet de loi visant à interdire les thérapies de conversion en matière de sexualité ou de genre. La ministre de l’égalité, Emma Roddick, a déclaré que les pratiques de conversion “n‘ont absolument pas leur place en Écosse”. La proposition d’interdiction a suscité des inquiétudes de la part de ceux qui craignent que les tentatives de conseiller les personnes en difficulté avec leur identité ne soient considérées comme des thérapies de conversion.

La thérapie de conversion fait référence à des pratiques “visant à changer ou à supprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne”.

Un document de 86 pages a été publié en même temps que la consultation en ligne, qui se termine le 2 avril.

Mais les critiques affirment que cette mesure pourrait entraîner l’emprisonnement de parents pour une durée pouvant aller jusqu’à sept ans s’ils refusent que leur enfant change de sexe. L’Église catholique a affirmé que ces projets pourraient avoir un “effet paralysant” sur la liberté d’expression et a souligné que le “manque de clarté inquiétant” de l’expression “pratiques de conversion” pourrait “criminaliser” les conseils donnés aux enfants “en toute bonne foi”.

Marion Calder, directrice du groupe de campagne For Women Scotland, a déclaré : “Nous craignons fort que ces projets ne criminalisent des parents aimants, qui pourraient être condamnés à des années de prison simplement pour avoir refusé d’adhérer au culte de l’idéologie du genre”.

Mme Calder a ajouté : “Si le SNP et les Verts insistent pour faire passer ce projet, il est probable qu’il suivra le même chemin que les lois toxiques sur l’auto-identification et la personne désignée et qu’il sera bloqué par les tribunaux”. Une consultation lancée hier par le gouvernement écossais affirme que toute législation ne visera pas les “conseils éthiques”.

Pour se justifier, le gouvernement écossais indique que cette mesure répressive ne s’appliquerait que dans “un très petit nombre de circonstances”, par exemple pour empêcher un enfant “d’adopter un comportement illégal ou dangereux”. Toute personne enfreignant une ordonnance civile, qui pourrait être obtenue par des travailleurs sociaux ou des groupes d’activistes au nom de victimes présumées, pourrait être condamnée à deux ans de prison. La peine maximale encourue par les personnes coupables d’une infraction pénale serait de sept ans d’emprisonnement, d’une amende illimitée ou des deux à la fois.

Le document de 86 pages tente de définir les pratiques de conversion comme allant des abus physiques et des pratiques telles que le mariage forcé à un comportement cumulatif et coercitif sur une longue période. Les propositions ajoutent que les “déclarations générales de croyance ou d’opinion” n’entreront pas dans le champ d’application de la loi et que celle-ci se concentrera plutôt sur l’intention de causer un préjudice à une personne et sur le fait de causer effectivement un préjudice par le biais d’une pratique de conversion.

Une loi similaire visant à interdire les thérapies de conversion en Angleterre et au Pays de Galles a été rejetée par Whitehall l’année dernière, les députés craignant qu’elle ne criminalise les parents et les enseignants. Un porte-parole de l’Église catholique a déclaré : “Le manque de clarté inquiétant quant à la signification de l’expression “pratiques de conversion” pourrait avoir un effet dissuasif et criminaliser les conseils ou les avis donnés en toute bonne foi”.

L’Institut chrétien, qui a mené et gagné une bataille juridique contre le gouvernement écossais au sujet de sa législation controversée sur les “personnes désignées” en 2016, estime que cette loi limite la liberté d’expression.

L’organisation affirme que les lois proposées sont “basées purement sur la spéculation des activistes” sur ce qui pourrait être dit en privé. Elle affirme que son équipe juridique examinera les propositions et sera “prête à aller en justice” si des changements ne sont pas apportés.

Le directeur adjoint, Simon Calvert, craint que la législation ne criminalise les conversations et les opinions, arguant que les lois existantes offrent déjà une protection contre les abus verbaux et physiques. M. Calvert a déclaré que le groupe encouragerait les chrétiens à répondre à la consultation.

Il a déclaré : “Nous sommes particulièrement inquiets des projets du gouvernement concernant les “ordonnances de protection civile”. Les homosexuels et les transgenres sont déjà protégés, à juste titre, contre les agressions verbales et physiques par la législation en vigueur. Puisque ces actes sont déjà illégaux, qu’est-ce que ce projet de loi cherche à criminaliser ? Les activistes disent clairement qu’ils veulent que ce projet de loi cible les conversations et les opinions qu’ils n’aiment pas”.

CARE for Scotland, un groupe politique chrétien, estime que les projets vont “trop loin dans leur application” et “sapent les droits de l’homme”.

Un nouveau procès viendrait s’ajouter à une liste déjà longue de batailles juridiques, dont les plus récentes ont été les tentatives infructueuses du gouvernement écossais d’annuler l’utilisation par Westminister d’une ordonnance au titre de l’article 35 pour bloquer le projet de loi sur la réforme de la reconnaissance du genre, ainsi qu’une tentative de la Cour suprême en 2022 pour obtenir le droit d’organiser un référendum sur l’indépendance.

Emma Roddick, ministre écossaise de l’égalité, a déclaré : “Les réponses à la consultation que nous recevons nous aideront à examiner plus avant les mesures que nous pouvons prendre pour mettre fin aux méfaits des pratiques de conversion et protéger les personnes à risque, tout en veillant à ce que les libertés, notamment les libertés d’expression, de religion et de croyance, soient sauvegardées”.

L’Ecosse est à la pointe de la terreur Woke sous l’impulsion du gouvernement nationaliste Ecossais. William Wallace doit se retourner dans sa tombe…

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

7 réponses à “Folie Woke en Ecosse. Une nouvelle loi prévoit que les parents qui refuseraient le changement de sexe de leur enfant pourraient encourir jusqu’à 7 ans de prison”

  1. louis dit :

    mel gibson incarnait ce héros ecossais il doit lui meme en tant que chrétien peter les plombs aussi !🤣

  2. breizh dit :

    delenda est wokisme

  3. Jotglars 66 dit :

    La “folie Woke” touchant l’ Ecosse, devrait défendre aussi, le droit à changer de cerveau car la contamination de ces idées relevant de la thérapie psychanalytique est en train d’envahir l’ Europe et d’inventer de nouvelles lois.
    La dictature des minorités au prétexte d’égalitarisme est en train de ravager une jeunesse déjà malmenée par notre société et fragilisée de surcroît.

  4. KC dit :

    il faut espérer que les participants des Highlands Games et autre back-old vont se réveiller pour foutre dehors tous ces dégénérés du bulbe …

    • crs dit :

      Le réveil n’a pas lieu, et pour cause, spirituellement ils sont morts et enterrés depuis longtemps.

      La preuve, personne ne bouge et ne va démolir les gueules de ces tarés, qui sont une poignée.

      Il faut dire que nous sommes au pays des loges, et que l’affaire est rondement menée.

  5. patphil dit :

    suicide des peuples européens par leurs zélites

    • FRANCOISE GIRAUD dit :

      et avec la collaboration des peuples qui ne s’insurgent pas le moins du monde et continuent de mettre au pouvoir tous ceux et celles qui en veulent à leurs vies et à celles de leurs enfants de façon à ce qu’il n’y ait plus aucune continuité civilisationnelle digne.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International

Bloqueurs de puberté, conséquences du changement de sexe, enfants cobayes et victimes…Un rapport médical choc sur le genre fait scandale au Royaume-Uni

Découvrir l'article

International

Terreur gauchiste en Ecosse avec l’entrée en vigueur d’une loi « sur les crimes de haine »

Découvrir l'article

International

Espagne. Les hétérosexuels, bientôt des sous-citoyens ?

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Evenements à venir en Bretagne, Vu ailleurs

La persistance des modèles de locuteurs natifs dans le renouveau du Manx, conférence Zoom ce mercredi

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

A la découverte des Saints Bretons. Le 11 Mars c’est la Saint Konstantin

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Rugby. L’Irlande largement en tête du tournoi des 6 nations, l’Italie manque l’exploit face à la France

Découvrir l'article

Rugby, Sport

Rugby. La France l’emporte en Ecosse grâce à l’arbitre, l’Angleterre bat le Pays de Galles, l’Irlande en tête du Tournoi des 6 nations

Découvrir l'article

International

Écosse. Vers l’émergence d’un nationalisme de droite ?

Découvrir l'article

International, Politique

Écosse. Un pays encore indécis sur son éventuelle indépendance

Découvrir l'article

Immigration, International

Écosse. Le Premier ministre veut ouvrir les portes du pays aux Palestiniens [Vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky