Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les élections en Europe en 2024 : une bataille entre plusieurs « tribus »

La perception personnelle de la crise par les citoyens est l’indicateur le plus significatif des préférences des électeurs lors des super élections de 2024, au cours desquelles l’Europe organisera neuf élections législatives en plus des élections européennes du mois de juin. Selon les chercheurs, cinq crises sociales, économiques et politiques majeures devraient influencer les résultats électoraux plus que les camps ou les récits politiques traditionnels,

Un rapport récent, publié par le Conseil européen des relations étrangères (ECFR), un groupe de réflexion sur la politique étrangère et de sécurité européenne, a identifié les “tribus de la crise” – cinq grands groupes de citoyens de l’Union européenne – en fonction de l’impact le plus important des plus grands défis de l’UE sur leur façon d’envisager l’avenir.

Les chercheurs affirment que la division de l’électorat européen en ces tribus de crise permet de mieux comprendre les préférences des électeurs et les résultats possibles des élections que les dichotomies traditionnelles gauche-droite, libéral-conservateur, mondialiste-nationaliste, ou eurofédéraliste-eurosceptique.

L’enquête initiale a été réalisée auprès de plus de 15 000 répondants dans neuf États membres de l’UE (Danemark, Estonie, France, Allemagne, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie et Espagne), représentant plus de 75 % de la population de l’Union, ainsi qu’au Royaume-Uni et en Suisse. En tenant compte des principales tendances observées dans les pays non sondés, les chercheurs ont ensuite extrapolé les résultats pour couvrir l’ensemble de la population de l’UE en âge de voter, soit 372 millions de personnes.

Les cinq “tribus” de la crise

Tout en notant que la plupart des gens se concentrent sur plus d’une crise en cours en Europe, si on les regroupe uniquement en fonction de la question qui les préoccupe le plus – plus précisément, quelle question “a le plus changé la façon dont vous envisagez votre avenir” – cinq groupes principaux émergent, chacun d’entre eux influençant fortement les schémas de vote prévisibles en 2024.

Il est peut-être surprenant de constater que la tribu la plus importante (73,7 millions d’électeurs) est centrée sur la pandémie de COVID-19. Elle se concentre sur la façon dont la pandémie a révélé la vulnérabilité des systèmes de santé nationaux et du monde globalisé, ainsi que sur la façon dont elle a changé leur perception des figures d’autorité et de la politique générale, et même la confiance qu’ils leur accordent.

La deuxième tribu la plus importante est composée des personnes les plus préoccupées par le changement climatique (73,6 millions), suivies par la crise économique mondiale (70,9 millions), l’immigration (58 millions) et la guerre en Ukraine (49,6 millions). Il ne reste donc qu’environ 46 millions d’électeurs européens qui ont choisi un autre sujet ou sont restés indécis, et qui ne font donc pas partie de ce que les chercheurs appellent une “tribu”.

« L’appellation de ces groupes “tribus de crise” n’est pas accidentelle, note le rapport. Les individus appartenant à chacune d’entre elles sont susceptibles de faire preuve d’une “mentalité de tribu” lorsqu’ils sont confrontés à des arguments ou à des personnes de leur propre tribu ou d’une tribu rivale, affirme le rapport. Ces caractéristiques communes peuvent ne pas être évidentes à première vue en raison des nombreux chevauchements »

Comme toutes les tribus, elles partagent une histoire d’origine commune. Ils partagent des formes de langage et des sensibilités. Elles ont des totems et des chefs, mais aussi des fractures internes.

La répartition de ces tribus est inégale en Europe, chacune ayant un ou deux centres ou “capitales” qui lui sont propres.

L’Allemagne, par exemple, est de loin le cœur de la tribu de l’immigration et le seul pays étudié où la question est arrivée en tête de liste – ce qui n’est pas surprenant après près d’une décennie de “Wir schaffen das !” infructueux. Malgré le nombre élevé d’immigrés clandestins, l’Italie (ainsi que le Portugal) est plus préoccupée par les crises économiques, tandis que le Danemark est la capitale de la tribu climatique. La guerre en Ukraine domine les pays baltes, en particulier l’Estonie, tandis que la crise du COVID est considérée comme le défi le plus transformateur au Royaume-Uni, en Roumanie et, surtout, en Espagne.

Les tendances démographiques évoluent également en fonction de la géographie, mais dans toute l’Europe, les jeunes (18-29 ans) sont généralement plus préoccupés par la crise climatique et la crise économique, tandis que les plus de 70 ans sont plus mobilisés par l’immigration et la guerre en Ukraine. Alors que les jeunes générations s’inquiètent surtout de leur avenir et ne semblent pas se préoccuper de l’Ukraine, les chercheurs notent que la position opposée des générations plus âgées est probablement influencée par leur expérience de la guerre froide.

La pandémie est le seul problème qui semble être réparti uniformément entre toutes les générations, et c’est la crise qui préoccupe le plus les jeunes en Espagne et en Roumanie. Les femmes sont également beaucoup plus nombreuses à choisir le COVID comme la crise européenne la plus profonde, tandis que les hommes sont surreprésentés parmi les membres de la tribu migratoire.

Pôles idéologiques : climat et migration

Si l’on traduit ces résultats en termes de politique partisane, quelques tendances intéressantes se dégagent. Les deux tribus les plus mobilisées politiquement sont sans aucun doute les groupes climat et migration (comme l’ont montré les récentes élections néerlandaises), qui sont tous deux “particulièrement sensibles à la dimension temporelle de la politique”, ce qui signifie que les deux groupes pensent que leurs crises prioritaires auront des effets irréversibles si des politiques spécifiques ne sont pas mises en œuvre aujourd’hui. Ces groupes sont également ceux qui se chevauchent le moins et qui sont les plus engagés dans des batailles idéologiques, décrites par les auteurs comme le choc de deux “rébellions de l’extinction”.

Ces deux tribus présentent toutefois des schémas très différents lorsqu’il s’agit d’intérêts à long terme par rapport à la personne au pouvoir. Les membres de la tribu migratoire ont tendance à se détendre dès que le parti qu’ils préfèrent arrive au pouvoir et à se concentrer sur d’autres crises. C’est pourquoi la tribu migratoire est relativement peu nombreuse en Italie, par exemple, où ce sont les préoccupations économiques qui conduisent la plupart des électeurs aux urnes. Alors que 66 % des partisans de l’AfD et 63 % des partisans de Reform UK appartiennent à la tribu migratoire, ce chiffre n’est que de 17 % dans le cas des Fratelli d’Italia (FdI) et de 12 % seulement parmi les électeurs de Droit et Justice (PiS).

En revanche, le comportement de la tribu climatique est inverse. Les membres de ce groupe ne cessent pas de s’inquiéter du changement climatique lorsque les partis verts sont élus au pouvoir ; en fait, leurs inquiétudes sont renforcées. En d’autres termes, les partis anti-migration promettent un changement de politique et sont donc considérés comme une solution à la crise migratoire lorsqu’ils sont élus – que les choses changent ou non – tandis que les partis verts ne font que souligner le problème et utilisent ensuite leur plateforme élargie pour renforcer leur message de malheur écologiste, s’assurant ainsi une base d’électeurs durable.

Pro- et anti-gouvernement : guerre et économie

La dimension pro- et anti-gouvernementale est généralement présente dans les tribus du climat et de la migration, mais comme nous l’avons vu, elle dépend largement de qui est au pouvoir à un moment donné, de sorte que l’identifiant principal de leur lutte reste la dichotomie idéologique gauche-droite. Ce n’est pas le cas des tribus de l’économie et de la guerre, qui se soucient beaucoup moins du clivage traditionnel gauche-droite et sont plus susceptibles de soutenir ou de s’opposer systématiquement à leur gouvernement, quel qu’il soit.

La tribu de l’économie est la plus antigouvernementale de toutes et, par conséquent, le groupe le moins susceptible de voter, car elle n’aime pas tous les grands partis, quelle que soit leur orientation politique. Les chercheurs estiment que cette apathie générale est due à l’absence de différence majeure entre les mesures d’austérité mises en œuvre par les gouvernements de gauche et de droite après la crise financière de 2008, ainsi qu’aux récessions économiques de ces dernières années, qui ont amené environ un tiers de ce groupe à envisager d’abandonner la politique, tout en transformant le reste en électeurs protestataires assidus.

D’autre part, la tribu de la guerre est non seulement le groupe le plus ancien d’Europe, mais aussi le plus favorable au gouvernement, quelle que soit la personne à la tête de l’État. Ils estiment qu’aider l’Ukraine est un impératif moral et stratégique et soutiennent quiconque promet et tient ses promesses sur ce front, ce qui signifie principalement les grands partis de l’establishment.

Le grand absent : COVID

Elle n’est ni de gauche ni de droite, ni pro- ou anti-gouvernementale, ni même europhile comme les tribus du climat et de la guerre ou eurosceptique comme les tribus de l’immigration et de l’économie, mais un mélange de tous ces éléments.

En fait, la tribu COVID est divisée en plusieurs factions en fonction du pays concerné, des mesures prises pour lutter contre la pandémie et du parti au pouvoir qui a dû y faire face. À court terme, c’est-à-dire au plus fort de la pandémie, ce sont les partis de l’establishment qui ont semblé bénéficier le plus du virus. Il a semblé créer une tribu bipartisane et pro-gouvernementale grâce à l’appel à l’unité sociale, qui considérait comme dangereux tous ceux qui remettaient en question les politiques publiques, en particulier les populistes.

Peu à peu, cependant, de plus en plus de membres de la tribu COVID se sont transformés en une faction populiste particulièrement anti-establishment, dont la confiance dans l’autorité et la politique générale a été décimée par les mesures de lutte contre la pandémie. Les groupes dits “anti-blocage” et “anti-vax” (ainsi que “anti-guerre”) sont peut-être les groupes d’électeurs les plus récents en Europe, selon l’étude, mais ils semblent constituer des identités politiques particulièrement fortes.

Qu’est-ce que cela signifie pour 2024 ?

Tout d’abord, l’importance accrue de ces tribus de crise par rapport aux modèles de vote plus traditionnels (encore une fois, seuls 12 % des électeurs européens n’entrent dans aucune catégorie “tribale”) signifie qu’un changement de pouvoir est en cours, et que le courant politique dominant est du côté des perdants. Les grands partis de l’establishment sont généralement des “partis de crise fourre-tout” qui tentent de se concentrer sur la plupart des crises majeures, voire sur toutes, ce qui rend leurs messages électoraux moins efficaces.

“En l’absence d’une circonscription de crise unique, ils pourraient avoir du mal à inciter leurs partisans à voter aux élections européennes“, indique le rapport, alors que ceux qui se concentrent uniquement sur l’immigration ou le climat, par exemple, ont une bien meilleure chance de faire sortir les électeurs de l’ombre.

Sans surprise, les chercheurs notent également que les élections de 2024 s’annoncent comme le plus grand moment de la tribu migratoire. Autrefois, l’immigration était un point de ralliement majeur dans la politique nationale et moins dans les élections européennes. Mais aujourd’hui, Bruxelles a “européanisé” la question en tentant d’adopter le tristement célèbre Pacte sur les migrations, ce qui pourrait mobiliser les membres de cette tribu en juin.

D’ailleurs, la tribu de l’immigration est le seul groupe dans lequel la majorité (51 %) pense que l’UE va probablement s’effondrer dans les 20 prochaines années, précisément parce qu’elle a le sentiment que Bruxelles méprise de plus en plus la souveraineté des États membres tout en s’éloignant du point de vue de la population. Les tribus de l’économie et des pandémies sont plus divisées sur l’avenir de l’UE, et seules les tribus de la guerre (55 %) et du climat (61 %) estiment qu’il est plus probable que l’Union tienne encore au moins deux décennies.

“Chacune des cinq crises de l’Europe aura plusieurs vies, mais c’est dans les urnes qu’elles vivront, mourront ou seront ressuscitées“, conclut le rapport. Les six prochains mois promettent de tester l’hypothèse des “cinq tribus” jusqu’à son point de rupture.

Tamás Orbán (The European Conservative, traduction breizh-info)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Les élections en Europe en 2024 : une bataille entre plusieurs « tribus »”

  1. Maury dit :

    Si j’avais participé à cette étude, ma “tribu” aurait éte immigration.
    Ce qui est très réducteur parce que les valeurs “civilisation” ne sont pas intégrées.

  2. louis dit :

    expliquez moi a quoi sert vraiment cette institution et peut etre j’irais voter !meme pas sur !

  3. kaélig dit :

    Encore un “machin” de l’UE du genre des 1200 agences d’Etat créées en France et qui nous coûtent 50 Mds €/an.
    Un bon point cependant aux “chercheurs” pour le terme “tribu” tout à fait approprié en ces périodes d’invasion Africaine.

  4. mouchet dit :

    L’article oublie la tribu de la machination, manipulation financière au profit de milliardaires ukrainiens revendant des armes contre des poulets et des céréales à l’Europe, pour faire avaler à l’opinion publique des mensonges. la natalité est en baisse dans l’occident par dégout de la manipulation des population, de mettre sur le marché un virus de laboratoire et ensuite son service après vente, des faux vaccins scandaleux qui mettent en danger la fertilité, notre immunité, le système endocrinien le tout pour 36,2 milliards dont le tiers jetés à la poubelle. Kaélig cite les 1200 agences en France qui travaillent à double voir à triple avec l’Europe la France c’est exact avec un coût dépassant les 70 milliards avec tous le emplois et charges sociales inutiles.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Politique

Généalogie critique de l’Union européenne, par Christophe Réveillard

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Europe ou Occident ? Par Olivier Battistini

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

L’Europe, notre héritage commun, par Philippe Conrad

Découvrir l'article

Politique

Le RN largement en tête à l’approche des élections européennes

Découvrir l'article

Politique

Pouvoir d’achat, sécurité, immigration, santé, terrorisme, économie : les priorités des Français justifiant un vote aux élections européennes

Découvrir l'article

Sociétal

Avez-vous peur d’un attentat islamiste en France ? Micro-trottoir signé Vincent Lapierre

Découvrir l'article

International

Le Parlement européen en chute libre

Découvrir l'article

International, Politique

Elections Européennes 2024. Vers un vote record pour les partis identitaires à travers toute l’Europe ?

Découvrir l'article

Sociétal

« L’Europe démystifiée » Une émission spéciale avec Michel Onfray sur Front Populaire n°16

Découvrir l'article

Economie

Qui sont les meilleures et les pires compagnies aériennes et aéroports d’Europe en termes de retards et d’annulations de vols ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky