Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Iddo Netanyahu (Itamar K) : « La liberté d’expression est limitée en Israël, et ce depuis la création de l’État » [Interview]

Itamar K. est un livre qui raconte l’histoire d’Itamar Koler, un jeune violoniste qui a grandi à Jérusalem et qui a décidé de devenir réalisateur. Après un séjour aux États-Unis, il revient dans son pays et s’installe à Ramat Gan. Là, il consacre toute son énergie à trouver un producteur pour son premier film, dont il a écrit le scénario : c’est l’histoire d’un chanteur d’opéra israélien, Shaul Melamed, une personnalité charismatique à l’opposé de beaucoup d’intellectuels israéliens. Shaul estime que l’État d’Israël a le droit – et le devoir – de se défendre face aux attaques constantes des Palestiniens. Mais c’est précisément ce point de vue politiquement incorrect qui rebute ceux qui pourraient financer l’œuvre.

À la recherche d’un financier, Itamar redécouvre les contradictions et la fragilité du milieu culturel israélien, dominé par des personnages au professionnalisme douteux et des artistes hilarants prêts à tout, tous porteurs d’une vision très personnelle du destin de la Terre promise. Itamar K. est une critique acerbe et ironique du monde culturel contradictoire, écrite par Iddo Netanyahu, un auteur des plus incroyables.

Dans une interview accordée à The European Conservative, l’auteur du livre, Iddo Netanyahu évoque, entre autres, la guerre contre Israël, la domination culturelle de la gauche, la tromperie autour du processus de paix et les réformes judiciaires controversées. Sa satire, Itamar K., cible la scène culturelle israélienne de gauche. La traduction allemande a été publiée en septembre dernier. Du 20 au 26 mars, il effectuera une tournée de lecture en Allemagne, où il présentera son roman et parlera de la situation actuelle en Israël.

Vous êtes médecin de profession. Comment êtes-vous devenu écrivain ?

Iddo Netanyahu : À un moment donné, au cours de mes études de médecine, j’ai senti que la médecine en elle-même ne suffirait pas à me satisfaire intellectuellement. C’est ainsi que, pendant l’année où j’avais interrompu mes études (à la suite de la mort de mon frère Jonathan lors du célèbre sauvetage d’Entebbe en 1976), je me suis mis à écrire et je n’ai pas arrêté depuis.

Est-ce un fardeau de porter le nom de famille Netanyahou en ces temps dramatiques ?

Iddo Netanyahu : Je ne suis pas sûr que le mot “fardeau” soit le bon, que ce soit à notre époque ou à une autre. Le nom de famille est certainement devenu célèbre au fil des ans – dans une certaine mesure à cause de mon défunt père qui était un historien réputé, puis beaucoup plus après la mort de mon défunt frère Jonathan, et enfin, bien sûr, lorsque mon frère Benjamin a accédé à la notoriété politique. Mais au lieu d’être un fardeau, le nom de Netanyahou, qui est tenu en haute estime et affection par de nombreuses personnes en Israël, est pour moi une source de fierté. Ainsi, hormis le fait que je puisse ressentir un certain malaise lorsqu’un étranger me reconnaît dans la rue – et cela se produit parce que je suis moi-même devenu connu avec le temps -, je ne ressens aucun fardeau.

Le personnage principal de votre roman ne réalise pas son rêve de faire du cinéma en Israël. Il se lit comme une critique d’une société qui abolit le droit à la liberté d’expression et à la liberté de parole. S’agit-il d’une allégorie de la situation en Israël, ou son champ d’application est-il beaucoup plus large ?

Iddo Netanyahu : La liberté d’expression est en effet limitée en Israël, et ce depuis la création de l’État. Vous pouvez dire ce que vous voulez – personne ne vous jetterait en prison – mais il y a de fortes chances que, si ce que vous dites n’est pas conforme aux diktats politiques de la gauche (qui contrôle les différentes plateformes d’expression) et si cela va à l’encontre de l’agenda de la gauche, vous aurez beaucoup de mal à faire connaître votre point de vue ou votre art au public. C’est pourquoi le héros de mon roman n’est pas en mesure de réaliser un film à partir de son scénario, parce que celui-ci n’est pas totalement “politiquement correct”.

Même si, au fil des ans, le contrôle de la gauche sur les plates-formes d’expression s’est légèrement relâché, ce contrôle est toujours aussi étroit et la véritable liberté d’expression est encore loin d’exister.

Quant à l’Occident, il a malheureusement suivi les traces d’Israël dans ces domaines, et récemment, dans certains pays, il l’a même dépassé. Certains pays ont légiféré ou envisagent de légiférer pour interdire l’expression de certaines opinions. C’est dangereux, car cela va à l’encontre de l’élément le plus fondamental et le plus cher d’une société véritablement libre, à savoir la liberté d’expression.

Votre livre est également une réflexion critique sur le mouvement pacifiste (autrefois beaucoup plus fort) en Israël. Le mouvement pacifiste est-il mort ?

Iddo Netanyahu : Ils l’appellent “mouvement pour la paix”, même si ce qu’Israël a obtenu en suivant leur programme était le contraire de la paix. Leurs intentions étaient, sans aucun doute, d’apporter la paix ; mais les vœux pieux et le mépris de la réalité – qui définissent leur pensée – ainsi que le refus de prendre en compte les positions de leurs détracteurs, ne peuvent jamais apporter quoi que ce soit de bon. En fait, leurs politiques n’ont abouti qu’à un désastre.

Le public israélien s’en est rendu compte avec le temps. Quelle que soit la propagande imposée par la presse, les gens ont pu voir par eux-mêmes que ce que nous avons obtenu des Palestiniens, après avoir suivi l’agenda du “mouvement de paix” et les accords d’Oslo (lorsque nous avons donné à Arafat le contrôle d’une grande partie de la Cisjordanie), ce sont des attentats suicides qui ont causé la mort de centaines et de centaines d’innocents. Ensuite, nous avons vu que ce que nous avons obtenu après nous être complètement retirés de Gaza – une fois de plus, à la demande du “mouvement pour la paix” – ce sont des milliers et des milliers de roquettes lancées sur nos villes. Enfin, nous avons connu les horreurs du 7 octobre.

Le 7 octobre a permis à beaucoup de ceux qui suivaient encore les préceptes du “mouvement de la paix” de réaliser la futilité de faire des concessions à des gens qui veulent les détruire. Cependant, le “mouvement de la paix” n’est pas mort et ne le sera jamais, car il y aura toujours des gens qui préfèrent la fantaisie à la réalité. La réalité n’est souvent pas facile à vivre.

Quant à la paix elle-même, elle est loin d’être morte. Elle peut être obtenue au Moyen-Orient, mais uniquement grâce à une puissance militaire exceptionnelle et à la volonté de l’utiliser, permettant ainsi la création d’une dissuasion très puissante. C’est alors que la paix pourra s’installer. Je pense que les mêmes principes s’appliquent à d’autres régions du monde.

La réforme judiciaire proposée a divisé la société israélienne. En particulier dans la ville libérale de Tel Aviv, des Juifs du monde entier ont protesté contre l’affaiblissement prévu de la Cour suprême. Comment expliquez-vous les vives critiques des médias occidentaux et allemands à l’égard du projet de réforme judiciaire ?

Iddo Netanyahu : Je l’explique par l’ignorance, en Occident et en Allemagne, de ce qu’était le mouvement de réforme en Israël. Tout ce qu’il proposait, c’était d’amener Israël à un état similaire à celui des autres démocraties, où la branche judiciaire du gouvernement n’a pas un contrôle total sur les branches législative et exécutive. Ce qui s’est passé en Israël au cours des quelque 30 dernières années, c’est la prise de contrôle progressive de la prise de décision politique par le pouvoir judiciaire, dans une mesure inconnue dans toutes les démocraties du monde. Tout et n’importe quoi de politique pouvait être porté devant la Cour suprême, qui a ensuite statué davantage en fonction de ses propres souhaits et valeurs qu’en fonction de la loi ou de l’opinion de la majorité de la population. Cela va évidemment à l’encontre du principe fondamental de la démocratie, selon lequel le peuple, par l’intermédiaire de ses représentants élus au parlement, est le pouvoir souverain : c’est lui qui décide des questions politiques, et non un groupe de juges qui élisent en fait leurs propres pairs.

Parce que l’agenda de la Cour suprême israélienne coïncidait avec celui de la gauche politique israélienne, celle-ci souhaitait que sa mainmise anormale sur le pouvoir, par le biais des tribunaux, se poursuive, maintenant ainsi son contrôle sur le pays en dépit de ses pertes électorales. Et comme la presse occidentale est majoritairement opposée à la droite politique israélienne, elle s’est rangée du côté des manifestants de gauche, répétant leurs slogans sans vraiment comprendre de quoi il s’agissait.

Que pensez-vous de déclarations comme celle de Jonathan Glazer, qui a remporté l’Oscar du meilleur film international et a ensuite affirmé qu’Israël “détournait” l’Holocauste pour justifier l’occupation des territoires palestiniens ?

Iddo Netanyahu : Comment répondre à une telle idiotie ? Je ne sais même pas par où commencer. Quand, exactement, Israël a-t-il utilisé l’Holocauste pour justifier son contrôle sur des parties de notre ancienne patrie – ce que Glazer appelle les “territoires palestiniens” ? S’il veut dire que nous avons comparé les événements du 7 octobre à l’Holocauste, alors cette comparaison est tout à fait correcte, puisque l’objectif du Hamas était, et est toujours, de tuer tous les Juifs où qu’ils se trouvent, ce qui était également l’objectif des nazis. Mais je suggère que nous passions à autre chose et que nous laissions ce pauvre juif continuer à se vautrer dans la piscine de ses croyances antisionistes.

La déclaration de guerre du Hamas a soudé la société israélienne. La réforme judiciaire a-t-elle encore un rôle à jouer à ce stade, et ses détracteurs voteront-ils en sa faveur maintenant ?

Iddo Netanyahu : La réforme judiciaire a certainement encore un rôle à jouer. La réforme est impérative si nous voulons corriger les nombreux maux de la société israélienne et parvenir à une véritable gouvernance démocratique. Mais il est évident que tout cela a été mis en suspens à cause de la guerre.

Il est difficile de prédire comment les choses tourneront politiquement après la guerre, mais je pense qu’avec le temps, un compromis sera atteint en ce qui concerne la réforme judiciaire. La réforme ne sera probablement pas aussi complète que je l’espère, mais obtenir au moins quelque chose dans ce domaine sera mieux que de laisser les choses en l’état.

Vous avez soutenu les accords d’Abraham. Dans ces conditions, est-ce encore une solution réaliste ? Ou bien la paix n’est-elle qu’une illusion dans une région aussi fragile que le Moyen-Orient ?

Iddo Netanyahu : Elle reste très réaliste. Le problème de l’Iran et du danger qu’il représente, qui est le problème qui a en grande partie entraîné les accords, n’a pas disparu. Au contraire, le problème est l’Iran, qui est derrière les attaques contre Israël, menées par les mandataires de l’Iran de tous les côtés : par le Hamas à l’est, par le Hezbollah au nord et par les Houthis au sud. Si Israël sort victorieux de tout cela, comme je suis sûr qu’il le fera, cette victoire pourrait très bien renforcer la possibilité de conclure d’autres accords. Cette possibilité dépend en grande partie des sentiments des populations de ces pays, y compris de ceux qui ont déjà signé des accords de paix avec Israël. Il est possible qu’elles soient tellement agitées par la propagande anti-israélienne et anti-juive que leurs dirigeants se sentent incapables d’aller à l’encontre des souhaits de leurs populations. J’espère que ce ne sera pas le cas.

Jusqu’à l’attaque du Hamas, une partie de la société israélienne prônait la coexistence pacifique comme solution permanente au conflit israélo-palestinien. Dans quelle mesure leur point de vue a-t-il changé ? La gauche a-t-elle accueilli favorablement l’impact de la réalité ?

Iddo Netanyahu : Le concept de coexistence pacifique n’a rien d’anormal. La droite israélienne le préconise également. La question est de savoir comment parvenir à une telle coexistence. Comme nous l’avons vu, donner aux terroristes – qu’il s’agisse de l’OLP ou du Hamas, qui cherchent tous deux à détruire Israël – le contrôle d’un territoire et d’une population au cœur de notre minuscule pays est tout simplement une recette pour de nouvelles attaques. C’est un danger pour l’existence même de l’État juif.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Iddo Netanyahu (Itamar K) : « La liberté d’expression est limitée en Israël, et ce depuis la création de l’État » [Interview]”

  1. Prétet Yvette dit :

    Je pense qu’à notre époque: un ”Etat” ne doit pas se revendiquer d’être ”Juif” ou ”Musulman”: Tous les etats du monde devraient être ”laïcs” et admettrent toutes les religions!…Le temps des croisades est fini!…

  2. JP VARESE dit :

    PREFET YVETTE, D’abord, pour vous les Etats doivent être “laïques” (et non laïcs), ce qui signifie partisans d’une séparation entre les Eglises et l’Etat. J’emploie volontairement le texte du Concordat signé par l’empereur Napoléon 1° et qui concernait les catholiques, les calvinistes et les juifs. Cette union était basée sur la DISTINCTION chrétienne, “Rendez à César… Rendez à Dieu…”. Certains prétendus savants expliquent que ce verset biblique est la base de la séparation “laïque”. Donc la Bible encouragerait un refus de la religion dans la vie publique et politique. Comme si l’Eglise catholique (qui a une mission d’enseigner) n’a rien à dire sur la morale publique: divorce, avortement, euthanasie,…
    Ensuite, pourquoi remonter au temps des Croisades? Le Concordat s’est terminé en 1905. Ensuite, l’Ancien régime était basé sur l’union du Trône de l’Autel. Tous les catholiques, qui se sont battus contre les crimes de la Révolution française, soutenaient “mordicus” cette union. Il a fallu un siècle de bourrage de crâne fait par les républicains pour qu’on oublie cette évidence.
    A notre époque, l’état laïque a montré son impuissance. L’autorité doit revenir en France, avec l’union du Trône et de l’Autel. Faites que nos ancêtres chouans et vendéens ne soient pas morts pour rien.

  3. kaélig dit :

    “Au sein de la Knesset, le Parlement israélien, les députés ont voté l’adoption de la “loi Etat-nation juif”. Cette loi définit ainsi Israël comme l’Etat-nation du peuple juif, le foyer du peuple juif, où le peuple applique son droit naturel, culturel religieux, historique.”
    Difficile pour l’Etat d’Israél d’être une démocratie parfaite (la France , classée “démocratie imparfaite” est 31è !) alors que ce pays est en état de guerre permanente avec ses voisins.
    Surtout que les 13 pays arabes (+ Iran) du Yémen au Maroc ont inscrit sans leurs Constitution:”L’Islam est la Religion de l’Etat” et aucun d’eux n’est classé démocratique, loin s’en faut, et dont beaucoup pratiquent volontiers la peine de Mort (Iran, Egypte, Emirats, Gaza,…)
    Certes Yvette “Le temps des Croisades” est fini, du moins pour les Chrétiens, sauf que les Musulmans, dans leur projet de conquète entretenu par les frères Musulmans sont en croisade contre les Chrétiens…En fait c’est une guerre de Civilisation, et pour ma part il n’y a pas photo entre la civilisation Chrétienne (dont l’Occidentale) et celle musulmane rétrograde.

  4. patphil dit :

    “la domination culturelle de la gauche” ici comme là bas. la liberté d’opinion leur est réservée

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International, Tourisme

Reportage. Israël, un pays vert, bleu et or

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire, International, Patrimoine, Tourisme

Israël : Le vieux port de “Jaffa la belle” et ses 4000 ans d’histoire

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire, International, Patrimoine, Tourisme

Impressions d’Israël. Partie 1 : Tel Aviv et la plaine côtière [Reportage]

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire, International, Patrimoine, Tourisme

Césarée : un site archéologique exceptionnel sur la côte israélienne

Découvrir l'article

International

Ilan Pappé, historien israélien, invité de Guillaume Erner sur France culture serait-il l’inspirateur des thèses de La France insoumise ?

Découvrir l'article

Politique, Religion, Social, Sociétal

Élections européennes. Près de 3 électeurs musulmans sur 4 ont voté à gauche

Découvrir l'article

International, Tribune libre

Elections européennes : Comme une overdose de “Palestine” [L’Agora]

Découvrir l'article

International

Israël, Palestine. Accusé de crime de guerre et de crime contre l’humanité, Benyamin Netanyahou répond sur LCI

Découvrir l'article

International

Palestine. L’ONU révise à la baisse le nombre de civils tués à Gaza

Découvrir l'article

Immigration, International

Le parti musulman UDMF réclame “des armes pour la résistance palestinienne”

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky