Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Frappé de plein fouet par l’inflation et la hausse des taux, l’immobilier neuf en crise

Rattrapé par la crise de l’immobilier neuf, le patron du groupe Réalités s’est trouvé, dans les colonnes de Ouest France et de la lettre API, un coupable – rien de moins que les mesures anti inflation de la banque centrale européenne !

Que Yannick Choin-Joubert accuse de “crime économique”, tout en reconnaissant “ne pas avoir vu le retournement du marché”. Résultat des courses, quinze opérations neuves annulées, 150 salariés de moins sur 550 et, comme il s’en plaint dans API, le plus important sacrifice sans doute – il a dû arrêter de voyager en jet privé.

Du reste, Réalités n’est pas le seul à être dans la panade. Le géant Nexity, qui compte 8200 salariés, après avoir annoncé des résultats 2023 en forte baisse, a déclaré son intention de faire un plan social en avril prochain et de réformer son modèle.

L’immobilier neuf est frappé de plein fouet par l’inflation et la hausse des taux – sa production a chuté de moitié en 2023, les bureaux sont de moins en moins occupés du fait du télétravail, les politiques écologistes perturbent la création nette de logements et de lotissements neufs, mais la ville peut se reconstruire sur elle même en se densifiant et en reconvertissant friches et délaissés – 76 opérations neuves de Nexity sont faites dans ce cadre, sur des espaces déjà artificialisés.

Plusieurs interventions du gouvernement Macron ont bien plombé le secteur 

Par ailleurs comme l’explique La Dépêche le 12 février dernier plusieurs interventions du gouvernement Macron ont bien plombé le secteur : “l’instauration de la réduction de loyer solidaire (RLS) qui a amputé les groupes HLM d’1,3 milliard d’euros de recettes par an depuis 2018. À court de ressources, nombre de bailleurs sociaux ont réduit parfois de moitié la construction de logements sociaux. L’exécutif a également restreint l’accès au prêt à taux zéro pénalisant les primo-accédants puis a annoncé la fin du dispositif Pinel qui permet aux particuliers jusqu’à fin 2024 d’investir dans l’immobilier locatif en échange d’un avantage fiscal”.

Résultat provisoire, en attendant le prochain livre de Bruno le Maire sur le sujet, “les candidats à l’achat ne sont plus finançables, les promoteurs ne construisent plus de nouveaux logements avec des mises en chantier en recul de 22 % et cerise sur le gâteau, les maires délivrent toujours moins de permis (-23,7 % en 2023 en France). L’an dernier seuls 280 000 logements ont été mis en chantier en France soit le même niveau qu’en 1992, grande année de crise immobilière”.

150 000 emplois menacés à l’horizon 2025 ?

A l’automne dernier 30.000 emplois étaient estimés menacés dans le secteur – ils seraient 150.000 dans l’immobilier et les métiers annexes (études, assureurs, notaires) à l’horizon 2025 selon la Fédération française du bâtiment, et encore autant dans les métiers du bâtiment. Les responsables de Nexity affirment, eux, à la fois que le “fond de la piscine est atteint” et que la “sortie de crise sera longue”. Vinci immobilier a aussi annoncé un plan social – encore une entreprise qui doit se féliciter de ne pas avoir lancé le chantier d’un certain aéroport dans la campagne nantaise.

Nombre de petits promoteurs – et constructeurs de maisons individuelles – sont en train de mettre la clé sous la porte, 650 en 2023 dont le Nantais Domeus, les Maisons Rennaises, Maisons d’i dans le Morbihan, Nezou et Lignal dans le Finistère – rachetés par un groupe parisien, ou plus récemment les Constructions Labbé – laissant à chaque fois des dizaines de familles en plan, l’achèvement des chantiers à leur charge, leurs biens invendables et leur capacité d’investir ou de réinvestir obérée pour des années. Les faillites se propagent aux bureaux d’études – l’agence d’urbanisme in Situ à Nantes, notamment, et aux usines – le constructeur de maisons modulaires E-Loft dans les Côtes d’Armor (167 salariés), etc.

Aucune sortie de crise à court ou moyen terme ne semble se dessiner pour l’instant, ni en Bretagne, ni en France.

Louis Moulin

Crédit photo : Jean Pierre Bazard/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “Frappé de plein fouet par l’inflation et la hausse des taux, l’immobilier neuf en crise”

  1. Pschitt dit :

    Ce qui arrive à M. Choin-Joubert (YOANN et non Yannick) est un grand classique de marchés cycliques comme l’immobilier, la finance et l’informatique : un personnage entreprenant même pas trentenaire se lance, tombe sur un bon filon, l’exploite ardemment et se prend le melon… jusqu’au moment où le marché se retourne sans qu’il l’ait vu venir. Il accuse alors l’environnement alors que c’était aussi l’environnement, et pas forcément ses propres qualités, qui avait fait son succès. Des mesures gouvernementales avaient propulsé le marché, leur disparition provoque sa dégringolade. Il s’est trouvé au bon endroit au bon moment, mais il s’y trouve encore quand ça n’est plus le bon moment.
    Souvent, le jeune homme entreprenant ne veut pas croire que la fête est finie, il n’a vécu que dans le succès depuis des années, a été encensé de toutes part, et surtout il ne sait pas faire : il n’a jamais eu l’expérience de vrais revers. Ici, il est bien possible que le Groupe Réalités ait tardé à réagir. Sa trésorerie s’est fortement dégradée en 2022 mais il a continué la tête dans le guidon.
    Il est à parier que son concurrent Bati-Nantes, vieille entreprise nantaise qui a déjà connu des cycles douloureux et qui semble avoir réduit la voilure dès 2021, traversera mieux la crise que Réalités.

  2. kaélig dit :

    Cà va saigner dans l’immobilier: Hausse des taux, de l’énergie, des matériaux, des dépenses obligatoires pour la mise aux normes énergétique des logements, du coût des logements neufs (320 000 € pour un F3 par ex)…Le français de base n’a plus les moyens.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Economie, Immobilier

Escroqueries immobilières : quand le rêve tourne au cauchemar

Découvrir l'article

Economie, Immobilier

Immobilier. 60% des propriétaires réfractaires aux travaux pour des raisons économiques

Découvrir l'article

Economie, Immobilier

Immobilier. Le groupe Réalités en crise ?

Découvrir l'article

Economie, Immobilier

Immobilier à Rennes : les rues les plus chères à l’achat et à la location

Découvrir l'article

International

Fraude fiscale et sociale en Belgique. Des propriétés au Maroc ou au Congo massivement dissimulées

Découvrir l'article

Economie, Immobilier

La Bretagne administrative est la 3è région où les prix ont le plus augmenté en France en 2023

Découvrir l'article

Economie

Immobilier. Plus de 57 % des Français espèrent se lancer en 2024

Découvrir l'article

Economie, Immobilier

L’immobilier décroche, les notaires licencient

Découvrir l'article

Immobilier, NANTES, RENNES, VANNES

Immobilier. Un ralentissement du marché dans les 5 départements bretons

Découvrir l'article

International

Immobilier. L’Irlande du Nord également confrontée à une explosion des locations touristiques

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky