Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’Europe, le Royaume-Uni et l’héritage du Brexit : Entretien avec David Frost

David Frost, Lord Frost of Allenton, est un ancien diplomate, fonctionnaire et homme politique britannique qui a été ministre d’État en 2021 au Cabinet Office du Royaume-Uni. Parmi ses nombreuses fonctions, Frost a été ambassadeur au Danemark et conseiller spécial du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson dans le gouvernement de Theresa May. Lorsque Boris Johnson est devenu premier ministre en 2019, M. Frost est devenu négociateur en chef pour la sortie de l’UE, puis conseiller de Boris Johnson pour l’Europe. En septembre 2020, M. Frost a été élevé à la Chambre des Lords en tant que pair à vie. Il est devenu ministre d’État et membre à part entière du cabinet en mars 2021, mais a démissionné du gouvernement en décembre de la même année en raison de la politique de verrouillage. Cet entretien a été
réalisée à Londres le 19 mars 2024.

Cet entretien est paru dans l’édition du printemps 2024 de The European Conservative, numéro 30:52-55. Nous l’avons traduit pour vous.

Les Européens sceptiques soutiennent souvent que si le Royaume-Uni était resté dans l’Union européenne, il aurait pu jouer un rôle clé dans l’inversion du processus inexorable d’intégration. David Frost n’est pas de cet avis. En tant qu’État membre de l’UE, rappelle-t-il, le Royaume-Uni a souvent défendu des points de vue différents de l’orthodoxie européenne dominante, mais, malgré des victoires tactiques, il n’a jamais pu influencer la direction stratégique suivie par les fonctionnaires de l’UE en vue d’une union toujours plus étroite. C’est pourquoi M. Frost considère que la sortie de l’UE n’était pas seulement nécessaire, mais qu’elle a été un véritable succès politique.

Il affirme ainsi que, malgré un soutien électoral croissant, les partis “souverainistes” émergents en Europe ne parviendront jamais à former une coalition suffisamment forte pour bloquer le processus européen d’une intégration encore plus poussée. Tout succès populiste éventuel lors des élections européennes de juin n’arrêtera pas la marée du “libéralisme cosmopolite” en Europe, ni n’affectera l’idéologie dominante de la règle technocratique par le droit européen.

En revanche, le Brexit a permis à la Grande-Bretagne de retrouver sa souveraineté. Frost attribue au Brexit la note surprenante de 8/10. Il note que les négociations après 2019 ont permis au Royaume-Uni de conclure des accords de libre-échange et d’acquérir “une indépendance nationale presque totale”. Bien sûr, il admet que “certaines choses ont mal tourné”. Le gros problème était le protocole sur l’Irlande du Nord (désormais connu sous le nom de “cadre de Windsor”), qui maintient la Cour européenne de justice – en tant que point d’autorité suprême pour les biens et le commerce – en place pour l’Irlande du Nord. Néanmoins, les prochaines élections générales seront les premières en 50 ans où la nation britannique pourra décider de son destin global.

Brexit et “vrai conservatisme

Malgré sa libération de la gouvernance européenne, M. Frost estime que le gouvernement conservateur post-Brexit n’a pas utilisé ses nouveaux pouvoirs de manière efficace. Le problème est qu’une grande partie de l’establishment britannique “vit encore dans le monde mental de l’appartenance à l’UE.” Il explique que malgré le Brexit, les élites du monde des affaires, des médias et de l’enseignement refusent toujours de trop s’écarter du droit européen et international.

Dans ce contexte, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) constitue une inhibition majeure, empêchant les changements, par exemple, des lois sur la migration. M. Frost est donc parvenu à la “conclusion réticente” que le gouvernement britannique devra passer outre – ou quitter – la CEDH afin de reprendre le contrôle de l’immigration, de réduire le nombre de réfugiés, de protéger des frontières claires et de rétablir la citoyenneté. (Il n’a pas été précisé si d’autres pays de l’UE pourraient être amenés à prendre une décision similaire).

En attendant, le projet de loi dit du Rwanda – techniquement, le projet de loi sur la sécurité du Rwanda (asile et immigration) – qui est actuellement débattu à la Chambre des Lords comme moyen de dissuader l’immigration illégale ne tranche pas ce nœud gordien. En d’autres termes, le Brexit a offert à la Grande-Bretagne l’opportunité stratégique de mettre en pratique des politiques conservatrices, mais le gouvernement britannique actuel n’a tout simplement pas gain de cause. Il “va très mal dans les sondages”, admet Frost, mais c’est en grande partie parce qu’il n’est conservateur que de nom à certains égards importants.

Qu’impliquerait alors une véritable philosophie conservatrice ? Frost pense que l’enthousiasme pour le “conservatisme des grands États” – qui rejette le marché libre – est malavisé. “Nous avons oublié les arguments et n’avons pas réussi à défendre les réformes du marché”, déclare-t-il. Une économie de marché, bien comprise, devrait être compatible avec la reconstruction d’un sens de la nation dans “la sphère sociale, politique et des valeurs”. Pourtant, selon Frost, trop de partisans du libre marché rejettent aujourd’hui l’importance de l’État-nation lorsqu’il s’agit de promouvoir les règles internationales régissant le commerce, l’investissement et les normes libérales de gouvernance. Le référendum sur le Brexit était une réaction contre cela.

En revanche, les conservateurs de l’État-nation d’aujourd’hui – c’est-à-dire les conservateurs qui veulent rétablir la confiance nationale, contrôler les frontières et reconstruire un sentiment de fierté en Grande-Bretagne – ont trop souvent tendance à penser que le gouvernement devrait gérer l’économie selon des lignes conservatrices, mais “de grand État”. Il s’agit là d’une erreur, affirme Frost. La seule chose qu’un gouvernement conservateur devrait faire, c’est établir un environnement favorable aux entreprises, avec des impôts bas, des dépenses publiques limitées, une énergie abordable, un niveau élevé de liberté et un marché du travail libre. Un gouvernement correctement conservateur se concentrerait sur ce qu’un gouvernement peut faire utilement, à savoir contrôler les frontières, assurer la défense nationale et construire une machine gouvernementale qui fonctionne.

Les dangers de la décroissance

Ce n’est pas ce qui s’est passé. Au contraire, l’obsession de l’élite pour le “net zéro” et la main-d’œuvre immigrée à bas coût a contribué au déclin économique actuel du Royaume-Uni et de l’Occident. L’adhésion à l’UE, et en particulier l’intégration du marché unique à partir de la fin des années 1990, a déformé l’économie et le marché du travail du Royaume-Uni et a entraîné une dépendance accrue à l’égard d’un grand nombre de migrants non qualifiés et faiblement rémunérés. Selon M. Frost, il faut mettre un terme à cette situation. Il faut mettre fin à “l’alimentation en sucre d’une main-d’œuvre illimitée qui n’a pas besoin de formation”. L’économie doit se réorganiser.

Dans le même temps, le culte du “net zéro” est devenu une idéologie, et non le fondement d’une politique. M. Frost admet qu’il est prouvé que le changement climatique a été influencé par l’homme, mais il pense que la réponse politique rationnelle consiste à s’adapter et à développer un secteur énergétique moderne à faible teneur en carbone, basé sur un mélange de gaz et d’énergie nucléaire. Au lieu de cela, le Royaume-Uni a adopté un modèle régressif d’énergies renouvelables qui ne fournit pas suffisamment d’énergie et nécessite un système de secours coûteux. Cela ne fait qu’augmenter le coût des combustibles et oblige les gens à s’adapter à un monde où l’énergie est insuffisante et coûteuse.

Selon lui, il n’y a pas de crise environnementale apocalyptique ; il n’y a qu’un problème de sécurité énergétique que nous pouvons résoudre de manière pragmatique au fil du temps. “Et nous n’avons pas besoin de détruire la civilisation occidentale – et l’économie – pour y parvenir.

Mais la vision “verte” du monde, qui considère l’homme comme un problème pour la planète, exige également des limites à la croissance. En fait, les élites s’enthousiasment pour la “décroissance”. Et, selon M. Frost, “le Royaume-Uni commence à atteindre la décroissance”, le revenu par habitant ayant en fait baissé au cours des deux dernières années. Un monde de décroissance empêche l’épanouissement humain ; il engendre des frictions et des conflits sociaux à mesure que la concurrence s’accroît pour des ressources économiques nationales qui diminuent. Le succès économique de l’Occident s’est construit sur la croissance et l’innovation, et non sur la décroissance.

Fragmentation politique et identité nationale

La décroissance alimente également des tensions sociales déstabilisantes liées à la race, à la religion et à un manque de cohésion sociale. Frost affirme que le Royaume-Uni est une “société multiethnique réussie, mais pas une société multiculturelle réussie”. La fragmentation politique reflète un sens atténué de l’identité nationale.

Une puissante orthodoxie universitaire et médiatique soutient et promeut l’idée que le Royaume-Uni est une construction artificielle édifiée à l’époque d’un ordre impérial prétendument brutal, et qu’il devrait donc redevenir les quatre pays distincts contraints à cette union arbitraire. Mais le Royaume-Uni est, en fait, un État unitaire qui possède une histoire et une culture uniques. Malheureusement, “nous n’avons pas vraiment conscience de ce qu’est réellement le Royaume-Uni aujourd’hui”, déclare M. Frost.

Le dénigrement continuel des héros nationaux et la préoccupation des élites pour les aspects négatifs du passé britannique sont inhabituels, même au regard des normes européennes. Il n’y a pas de compréhension claire de ce que signifie être britannique. Il n’y a pas non plus de prise de conscience du lien émotionnel que les Britanniques entretiennent avec leur propre histoire – et aucune idée de la manière dont cela pourrait contribuer à créer un sentiment de solidarité et de cohésion parmi les citoyens. Au lieu de cela, les mythes concernant le “passé sombre” du Royaume-Uni, marqué par l’esclavage et le colonialisme, prolifèrent et sont ancrés dans le système éducatif. Selon Frost, il incombe à l’État de s’opposer à cette “orthodoxie” et, au contraire, de promouvoir une présentation équitable de son histoire et de sa culture.

Dans une certaine mesure, le COVID – “une période de folie” – a facilité la montée des politiques identitaires. Il a également introduit une plus grande préoccupation pour les différences entre les minorités et le “racisme structurel”. Cela a permis à des points de vue déjà présents dans les franges de la gauche radicale de déborder, de se répandre et d’alimenter les politiques actuelles de diversité et d’exclusion qui sèment la discorde.

Entre-temps, les enquêtes interminables sur la gestion du COVID par le gouvernement ont dégénéré en un exercice de “politique de l’attrape-nigaud”, se contentant de satisfaire des parties prenantes importantes au lieu de poursuivre une véritable enquête sur les coûts économiques et politiques des fermetures. Frost maintient qu’il n’y a qu’une seule question que de telles enquêtes devraient aborder : à savoir, les lockdowns étaient-ils la bonne politique à suivre ? Malheureusement, personne ne répond à cette question, de sorte que la possibilité que “nous pourrions le refaire” demeure – et c’est une préoccupation profonde.

Malgré les choix politiques difficiles auxquels la Grande-Bretagne est actuellement confrontée, l’establishment politique s’accroche toujours à l’idée qu’en matière de politique internationale, le Royaume-Uni a un rôle mondial important à jouer. Ce rôle a longtemps été celui d’un grand défenseur du “système international fondé sur des règles”. En conséquence, le Foreign Office s’est préoccupé des règles et du droit international et se sent mal à l’aise lorsqu’il s’agit de penser au “hard power” ou à la manière de défendre l’intérêt national (plutôt que l’intérêt international).

D’autres grandes puissances remettent aujourd’hui en question ce système. Pendant ce temps, le Royaume-Uni et l’Occident en général sont en déclin relatif, et aucun des deux ne s’est encore adapté à ce nouveau monde. M. Frost estime donc qu’il est essentiel de renforcer le sentiment de cohésion occidentale et de s’efforcer de mettre en place des défenses efficaces, ce qui nécessite des économies en pleine croissance et une vision réaliste et lucide du monde post-COVID.

En ce qui concerne l’Ukraine, M. Frost estime qu’il est important – quels que soient les bons et les mauvais côtés de la politique occidentale au cours de la dernière décennie – de garder à l’esprit que la Russie a fait un grand tort à l’Ukraine et qu’elle ne doit pas sortir de la guerre en tant que “vainqueur”. Malgré les critiques croissantes à l’égard de l’implication de l’Occident, l’armement de l’Ukraine par les pays occidentaux reste crucial, affirme-t-il. Mais ils doivent maintenant réfléchir sérieusement à leurs véritables objectifs de guerre si l’on veut éviter une nouvelle escalade.

L’Occident doit donc réfléchir sérieusement en 2024 – une année d’élections transformatrices mais sans leadership efficace. Bien que le monde ne semble pas en grande forme, il est possible d’être trop pessimiste, prévient M. Frost. Les démocraties commencent à répondre à ce qui préoccupe vraiment les gens, à savoir l’économie, la migration et l’identité nationale. Il est essentiel qu’elles le fassent, car si les partis traditionnels n’abordent pas ces questions, des partis marginaux émergeront à l’extrême gauche et à l’extrême droite.

Les limites des solutions techno-managériales

Selon Frost, l’un des problèmes auxquels l’Europe est confrontée est que ses élites dirigeantes sont préoccupées par les solutions techno-managériales et ont tenté d’éliminer le choix politique. L’Europe a effectivement réduit la politique à une question d’administration et de processus, au lieu de la considérer comme un véritable concours d’idées. Cela a dénaturé le projet européen, qui était à l’origine une tentative raisonnable de faciliter les échanges et la coopération dans l’Europe de l’après-guerre.

Au fil du temps, l’UE s’est transformée en une entreprise juridique, un projet qui cherche à supprimer les différences entre les États membres et à imposer l’homogénéité autour d’un modèle unique. L’accroissement du pouvoir de l’UE dans des domaines qui étaient au cœur de la souveraineté nationale – tels que la citoyenneté, les frontières et les migrations, les monnaies nationales – a fait que ce qui aurait dû être un simple processus juridique s’est transformé en une idéologie homogénéisante qui cherche à supprimer tout choix politique. Et maintenant, il y a une réaction. Ce n’est guère surprenant, étant donné que les États membres de l’UE ne peuvent plus, dans la pratique, modifier les politiques fondamentales lors des élections. Cela a des conséquences profondes pour la démocratie européenne.

Ce qui est frappant, c’est la disparition et la désintégration des principaux partis de centre-droit dans de nombreux pays, notamment en France et en Italie. Les Européens se tournent vers de nouveaux partis susceptibles de changer les choses, mais cela crée une tendance inquiétante à la fragmentation et à l’extrémisme politique (à gauche comme à droite). Dans ce contexte, estime M. Frost, le Royaume-Uni dispose peut-être de meilleurs “anticorps” politiques pour résister aux extrémismes politiques de gauche et de droite. Contrairement aux Européens, les politiques britanniques peuvent répondre à la fragmentation sociale. “Nous avons maintenant la souveraineté : nous pouvons choisir et prendre des décisions dans l’intérêt national. C’est juste que nous ne l’avons pas assez fait”.

Malgré cela, M. Frost trouve la perspective d’un nouveau gouvernement travailliste très inquiétante. Il ne souscrit pas à l’idée qu’il y a peu de différences entre les grands partis. Les travaillistes aiment toujours contrôler et dire aux gens ce qu’ils doivent faire. Davantage de réglementation et de contrôle à un moment où la croissance est freinée par des impôts plus élevés, des dépenses plus importantes et davantage de réglementation ne résoudront pas les maux actuels du Royaume-Uni. Un gouvernement travailliste qui ne défend pas l’État-nation et son histoire, et qui se contente d’en faire plus, aura bientôt un problème.

Il y a le risque d’être trop décliniste. Frost nous rappelle donc que l’économie britannique s’est révélée remarquablement flexible et résistante. La Grande-Bretagne est parvenue à se sortir du marasme du COVID grâce à ses propres atouts politiques. En fin de compte, dit M. Frost, on ne peut pas empêcher un débat ouvert et une diversité d’idées sur les politiques au Royaume-Uni. Il est certain que les travaillistes continueront à offrir la même chose : un déclin au ralenti. Comme la Sibylle l’a dit à Énée, il est facile de continuer à descendre la route de l’enfer ; mais remonter à la lumière du jour est le plus difficile – c’est là toute la difficulté. Et c’est ce que le Royaume-Uni doit maintenant trouver en lui les moyens de faire. Il l’a déjà fait et il peut le refaire.

David Frost, Lord Frost of Allenton, est un ancien diplomate, fonctionnaire et homme politique britannique qui a été ministre d’État en 2021 au Cabinet Office du Royaume-Uni. Parmi ses nombreux rôles, Frost a été ambassadeur au Danemark et conseiller spécial du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson dans le gouvernement de Theresa May. Lorsque Boris Johnson est devenu premier ministre en 2019, M. Frost est devenu négociateur en chef pour la sortie de l’UE, puis conseiller de Boris Johnson pour l’Europe. En septembre 2020, M. Frost a été élevé à la Chambre des Lords en tant que pair à vie. Il est devenu ministre d’État et membre à part entière du cabinet en mars 2021, mais a démissionné du gouvernement en décembre de la même année en raison de la politique de verrouillage. Cet entretien a été
réalisée à Londres le 19 mars 2024.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Tourisme

À la découverte de l’Écosse : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

Immigration, International

Royaume-Uni. Les demandeurs d’asile bangladais déboutés bientôt remigrés

Découvrir l'article

International

Immigration au Royaume-Uni. Le rapport choc.

Découvrir l'article

A La Une, Economie, International

Royaume-Uni. Contrairement à ce qu’indique la doxa gauchiste, les niveaux record d’immigration n’ont pas réussi à stimuler l’économie

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration clandestine. L’Irlande veut renvoyer des migrants au Royaume-Uni, Londres s’y oppose

Découvrir l'article

Immigration, International

Royaume-Uni. L’expulsion des clandestins vers le Rwanda enfin validée par le Parlement

Découvrir l'article

A La Une, International

Nigel Farage : « Je suis convaincu que le Brexit était la bonne solution » [Interview]

Découvrir l'article

Politique

Royaume-Uni : Les hommes ne seront plus obligés de serrer la main aux femmes lors de la cérémonie de naturalisation à Westminster (Mais pourquoi donc ?)

Découvrir l'article

International

Guerre ethnique et religieuse entre gangs dans les prisons les plus dures du Royaume-Uni

Découvrir l'article

International

Un délinquant sexuel afghan ne sera pas expulsé du Royaume-Uni par crainte de “maltraitance” lors de son retour au pays

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky