Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Nous devons trouver une solution qui tienne compte des agriculteurs » : Entretien avec Ryszard Czarnecki, député européen

Ryszard Henryk Czarnecki est titulaire d’un diplôme d’histoire de l’université de Wroclaw et d’un doctorat honorifique de l’université d’Erevan. Auteur de six livres, il a été ministre polonais des affaires européennes, ministre sans portefeuille et vice-ministre de la culture et des arts. Depuis 2004, il est membre du Parlement européen et, depuis 2008, il est membre du groupe Droit et Justice au sein du groupe des Conservateurs et Réformistes (ECR). Il est vice-président de l’Assemblée parlementaire Euronest et du forum interparlementaire regroupant les parlements nationaux d’Ukraine, de Moldavie, de Biélorussie, d’Arménie, d’Azerbaïdjan et de Géorgie.

Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé, traduction par nos soins

En tant que député européen, vous avez souvent entendu dire que la Pologne avait violé l’État de droit. Le gouvernement de Donald Tusk a utilisé la police contre les médias et arrêté des politiciens de l’opposition, mais il est récompensé par des fonds européens. Comment la Commission européenne peut-elle justifier un double standard aussi flagrant ?

Ryszard Czarnecki : La politique du deux poids deux mesures est emblématique de l’UE. Il existe une ligne politique claire qui ne respecte ni ne tolère les ennemis de la démocratie – comprendre la démocratie du point de vue de Bruxelles – et qui, au contraire, ferme les yeux sur l’intolérance et le manque de liberté dont font preuve les alliés de Bruxelles. C’est un exemple de l’hypocrisie de Bruxelles. Ce n’est pas Ursula von der Leyen qui gouverne l’UE, mais l’hypocrisie. Cela a également été le cas sous les présidences de José Manuel Durão Barroso et de Jean-Claude Juncker.

Pour l’UE, tout ce qui se passe en Pologne est acceptable.

Ryszard Czarnecki : La première réaction a été de dire qu’on ne savait pas ce qui se passait et qu’il fallait attendre. Mais quelques jours plus tard, la Commission a donné sa bénédiction au gouvernement de Donald Tusk comme un pas en avant au nom du progrès. La violence exercée contre les médias publics en Pologne a été applaudie.

Que faire face à cette hypocrisie ?

Ryszard Czarnecki : Ce que nous pouvons faire, c’est montrer ces atteintes à la liberté à nos concitoyens en utilisant les différentes plateformes à notre disposition. La télévision est encore très populaire, mais beaucoup moins qu’il y a cinq ou dix ans ; et l’internet et les médias sociaux jouent aujourd’hui un rôle beaucoup plus important, en particulier pour les jeunes. Il est donc absolument crucial que nous nous concentrions sur ces médias.

Quel est votre point de vue sur le conflit des céréales en Ukraine ? Pensez-vous qu’une solution satisfaisante pour toutes les parties soit possible ?

Ryszard Czarnecki : Cette situation affecte non seulement les agriculteurs polonais, mais aussi les Slovaques, les Hongrois, les Roumains et les Bulgares. Les agriculteurs ont des difficultés à cause de l’exportation des céréales ukrainiennes. Ce n’est pas la Russie qui paie pour cela, mais la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. C’est inacceptable. La Russie exporte des céréales vers les marchés traditionnels de l’Ukraine, tels que l’Égypte et d’autres, et nous n’avons pas beaucoup de marge de manœuvre à cet égard. Mais nous ne pouvons pas non plus accepter que nos agriculteurs soient perdants, non seulement pour des raisons économiques ou morales, mais aussi pour des raisons géopolitiques. Le meilleur cadeau pour Poutine est que les politiciens européens ignorent les problèmes du secteur agricole dans notre région et dans l’ensemble de l’Europe, car cela génère une réaction de rejet et de colère contre l’Ukraine.

Il faut trouver une solution qui prenne en compte les agriculteurs. Il ne suffit pas de leur dire d’arrêter de manifester et de rentrer chez eux. En Pologne, dans plusieurs villes gouvernées par le parti de M. Tusk, la Plateforme civique, on a interdit l’accès aux tracteurs des agriculteurs. Il est curieux qu’un parti qui se dit “civique” ferme les villes aux citoyens de la campagne. C’est un autre bon exemple d’hypocrisie, mais au niveau national.

En ce qui concerne l’invasion de l’Ukraine, la Pologne, les pays baltes et d’autres ont très tôt mis en garde contre la nécessité d’arrêter la Russie. Aujourd’hui, la France semble s’être réveillée. L’Europe est-elle en mesure de faire face à la menace russe et de soutenir efficacement l’Ukraine, comme l’a fait la Pologne ?

Ryszard Czarnecki : Typiquement, la France ne se réveille pas à cause de l’annexion de la Crimée ou de l’agression injustifiée contre l’Ukraine, mais parce que les Russes, membres de Wagner, ont pénétré dans la zone d’influence française au Mali et en Afrique centrale. La France a vu ce que la Russie fait en Afrique et a changé sa rhétorique et ses tactiques politiques, même si je pense que cela ne sera que temporaire.

La situation en Ukraine est mauvaise en ce moment. D’une part, cela s’explique par le fait que les sociétés occidentales et leurs hommes politiques sont fatigués de la guerre et s’intéressent moins à ce qui se passe en Europe de l’Est en raison du conflit à Gaza, qui a été un grand cadeau pour Poutine. D’autre part, il y a les problèmes internes de l’Ukraine : les affaires de corruption, qui sont des munitions pour Poutine et sont largement relayées par les médias occidentaux ; la difficulté à recruter, due à la fatigue de la société et au fait que de nombreux jeunes ne veulent pas aller à la guerre ; et les affrontements dans ses cercles de pouvoir, comme celui entre le président Zelensky et l’ancien chef de l’armée Zaluzhnyi.

Pour toutes ces raisons, je ne peux pas être d’accord avec les affirmations des médias de gauche, et aussi de certains conservateurs, selon lesquelles une longue guerre est bonne pour l’Ukraine. Elle est bonne pour la Russie. C’est le moment de lancer le dernier appel à l’aide militaire à l’Ukraine. L’Europe a promis des avions de combat il y a un an, mais les premiers n’arriveront pas avant l’été – un mauvais exemple de coopération. L’Occident parle beaucoup, mais n’offre pas assez d’aide militaire. C’est comme lorsque l’Allemagne a envoyé des casques de pompiers : c’est une mauvaise blague alors que les Ukrainiens meurent sur le front.

Le gouvernement Tusk a-t-il fait quelque chose, à part des déclarations de soutien, depuis qu’il est au pouvoir ?

Ryszard Czarnecki : M. Tusk est un maître de l’art oratoire, mais le moment est venu d’apporter un soutien réel et concret, et non de prononcer de longs discours et de faire de la rhétorique. C’est le moment de prendre des décisions au niveau de l’État, et non d’élaborer des politiques à très court terme.

Pensez-vous que Donald Trump est sérieux lorsqu’il parle de couper toute aide à l’Ukraine pour mettre fin à la guerre ?

Ryszard Czarnecki : Malgré ce que les médias nous disent maintenant, lorsque Donald Trump était président, sa politique à l’égard de la Russie était efficace : pas pro-Poutine, mais très sceptique. Le stéréotype selon lequel Biden est anti-russe et Trump pro-russe n’est pas vrai. Je me souviens du sommet américano-russe de Genève à l’été 2021, où Biden s’est effondré et où Poutine a été le grand vainqueur. Je me souviens également que Biden a déclaré il y a quelques mois qu’il fallait négocier avec la Russie. Il ne s’agit pas d’une distinction noire ou blanche.

Cependant, je pense que les États-Unis vont de plus en plus concentrer leur attention sur la Chine et l’Asie, ce qui n’est pas bon pour l’Europe. Le Moyen-Orient est également plus important pour Washington que l’Ukraine, comme nous l’avons vu au Congrès.

Les prochaines élections européennes devraient voir une montée significative des forces conservatrices. La droite peut-elle sauver l’UE d’elle-même ?

Ryszard Czarnecki : Je suis député européen depuis 2004, depuis que la Pologne a rejoint l’UE. Ces élections sont les plus importantes depuis 1979, date à laquelle, pour la première fois, le Parlement européen a été élu directement par les électeurs et non plus par les parlements nationaux. Nous avons une grande opportunité de faire passer l’UE à droite. Je suis certain que le nouveau Parlement européen sera plus conservateur, plus ouvert aux valeurs traditionnelles, plus réaliste en matière de politique migratoire et plus sceptique à l’égard du pacte vert et de la folle politique climatique. Nous avons la chance de créer un grand groupe politique et nous pouvons nous attendre à ce qu’il y ait environ 200 députés européens issus des partis euro-réalistes et eurosceptiques. Ce n’est pas assez pour atteindre une majorité, mais c’est suffisant pour créer une minorité ayant la capacité de bloquer des décisions importantes, par exemple sur des questions telles que l’immigration ou le pacte vert.

Vous attendez-vous à un bon résultat aux élections européennes ?

Ryszard Czarnecki : Je pense que nous avons de bonnes chances aux élections européennes, car de nombreux électeurs de la coalition gouvernementale sont très désenchantés. Les cent promesses faites par Donald Tusk – sa liste de vœux pieux – n’ont été que des mensonges, et pratiquement rien n’a été réalisé. J’espère donc que, malgré notre défaite politique, mais pas mathématique, lors des élections générales de l’année dernière, nous pourrons remporter la victoire comme beaucoup d’autres partis de droite européens. Nous y parviendrons si nos électeurs sont mobilisés, et il est donc important qu’ils comprennent que ces élections peuvent signifier un virage à droite et un changement dans les politiques européennes.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “« Nous devons trouver une solution qui tienne compte des agriculteurs » : Entretien avec Ryszard Czarnecki, député européen”

  1. patphil dit :

    quoi? un gars qui veut sauver les agriculteurs européens? alors qu’on peut avoir du boeuf aux antibiotiques du brésil, des poulets aux hormones ukrainiens, du lait en poudre de nouvelle zélande, il faut empêcher ce type de nuire à la mondialisation

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

International

Gaza, Ukraine….Peut-on échapper à l’escalade belliciste ?

Découvrir l'article

International

Pologne. Des agriculteurs ont occupé le Parlement pour protester contre le « Green Deal ».

Découvrir l'article

International, Sociétal

Pologne. Des députés demandent à Donald Tusk de rendre l’avortement légal bien que ce soit contraire à la constitution

Découvrir l'article

International

Le Parlement polonais propose d’annuler la législation pro-vie

Découvrir l'article

International

Le gouvernement gauchiste de Pologne prépare une nouvelle loi sur les discours haineux : 3 ans de prison pour avoir offensé des personnes LGBT

Découvrir l'article

International

Pierre Conesa : « Les intellectuels parisiens n’iront jamais faire la guerre en Ukraine »

Découvrir l'article

International

Aux USA, des professionnels vétérans du renseignement écrivent à Joe Biden au sujet d’une éventuelle intervention de la France en Ukraine

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

A La Une, International

Pologne. Un agriculteur risque des années de prison après une répression policière brutale lors d’une manifestation à Varsovie

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky