page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Royaume-Uni. Contrairement à ce qu’indique la doxa gauchiste, les niveaux record d’immigration n’ont pas réussi à stimuler l’économie

Les niveaux record d’immigration n’ont pas réussi à stimuler l’économie tout en aggravant la crise du logement, a averti un groupe de réflexion de premier plan. Dans un rapport co-rédigé par l’ancien ministre de l’immigration Robert Jenrick, le Centre for Policy Studies (CPS) a exhorté le gouvernement à introduire des plafonds à l’immigration légale afin de mettre fin à une ponction sur les infrastructures et les services publics britanniques qui n’est pas compensée par la croissance économique.

En particulier, les niveaux élevés d’immigration « exacerbent considérablement la crise du logement », selon le rapport. Le rapport, dont l’auteur est l’ancien ministre de la santé Neil O’Brien, suggère également que le ministère de l’intérieur soit scindé afin de créer un nouveau département chargé de contrôler l’immigration.

Ce rapport a été publié après la publication de données montrant que les consommateurs britanniques subissent la plus forte baisse de niveau de vie des pays du G7, l’économie ne parvenant pas à suivre le rythme. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a indiqué que le PIB par personne avait chuté pendant quatre trimestres consécutifs au Royaume-Uni depuis 2023 et qu’il se situait à 0 % ou moins depuis le printemps 2022.

Bien que l’économie britannique ait augmenté de 0,1 % en 2023, le PIB par personne a diminué de 0,8 %, selon l’OCDE. Cette mesure tient compte de la croissance démographique, qui a été la deuxième plus forte au Royaume-Uni dans le groupe des sept économies avancées.

Ces chiffres contrastent fortement avec la moyenne du G7, où le PIB par habitant a augmenté de 1,2 % l’année dernière. « Si une migration à grande échelle comme celle que nous avons connue est vraiment si bénéfique pour l’économie, nous devons nous demander pourquoi nous ne le constatons pas dans les données du PIB par habitant », a averti le rapport du CPS.

Pour alléger la pression sur le logement, le NHS et les écoles, le CPS a déclaré que la migration nette devrait être plafonnée à seulement « quelques dizaines de milliers » par an, par rapport à son pic de 745 000 en 2022. Pour y parvenir, le CPS a déclaré que le ministère de l’Intérieur, qui s’est avéré « trop lourd pour fonctionner efficacement » et miné par des niveaux élevés de renouvellement, devrait être divisé en un département chargé de la sécurité des frontières et du contrôle de l’immigration et un second chargé du maintien de l’ordre et de la sécurité nationale.

Le nouveau département serait dirigé par un ministre. « Nous avons besoin d’institutions opérationnelles capables de traduire en actes la volonté du Parlement et du public. Le ministère de l’intérieur n’a pas été à la hauteur sur ce plan”, ont-ils déclaré.

L’analyse des données du ministère de l’intérieur a montré l’impact du passage des migrants de l’UE à ceux des pays tiers. Les migrants originaires du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et de Turquie âgés de 25 à 64 ans étaient presque deux fois plus susceptibles d’être économiquement inactifs qu’une personne née au Royaume-Uni.

Les migrants espagnols gagnaient généralement 40 % de plus que les migrants pakistanais ou bangladais, tandis que les migrants originaires de pays tels que le Canada, Singapour et l’Australie payaient entre quatre et neuf fois plus d’impôts sur le revenu que les migrants somaliens ou pakistanais.

Le rapport indique que l’impact est particulièrement important dans le domaine du logement. L’immigration nette représente aujourd’hui environ 89 % de l’augmentation de 1,34 million du « déficit de logement » de l’Angleterre, c’est-à-dire du nombre de logements que nous avons construits en trop au cours des dix dernières années.

Des niveaux d’immigration imprévus ont également fait exploser les objectifs de construction de logements. L’objectif du gouvernement de construire 300 000 logements par an inclut une prévision de migration nette vers l’Angleterre d’environ 170 000 personnes par an, ce qui, à lui seul, génère une demande de 72 000 nouveaux logements.

« Nous sommes en situation de sous-construction depuis des années, même en l’absence de niveaux élevés de migration nette. Et même si nous nous limitons aux dix dernières années, le tableau est sombre”, prévient le rapport du CPS.

La pression s’est également accrue sur les marchés locatifs, tout en affectant l’accession à la propriété. Par exemple, 67 % des ménages locataires privés à Londres sont dirigés par une personne née à l’étranger, tout comme 33 % des nouvelles locations de logements sociaux à Brent en 2022-2023.

L’année dernière, Capital Economics a estimé que les niveaux d’immigration pour la seule année 2022 pourraient avoir fait augmenter les loyers de près de 10 %. L’immigration est fortement concentrée dans les villes et particulièrement dans le secteur locatif. Une analyse précédente de l’ONS a révélé qu’environ 80 % des personnes arrivant au Royaume-Uni louent un logement privé au moins pendant les premières années suivant leur arrivée.

MM. Jenrick et O’Brien ont reproché au gouvernement conservateur post-Brexit de libéraliser le système d’immigration et de ne pas tenir sa promesse de prendre le contrôle des frontières britanniques après la sortie de l’UE.

« Malgré la rhétorique d’un système hautement sélectif, le système post-2021 continue de permettre l’arrivée d’un grand nombre de personnes qui ne travaillent pas ou qui occupent des emplois très mal rémunérés. Sur un solde migratoire de deux millions de ressortissants de pays tiers au cours des cinq dernières années, seuls 15 % sont venus principalement pour travailler“, ont-ils déclaré.

De nombreux économistes affirment que des niveaux élevés d’immigration stimulent l’économie britannique en augmentant la main-d’œuvre et les recettes fiscales. Cependant, bien que les niveaux d’immigration aient été extrêmement élevés, la croissance de la productivité et la croissance économique par personne se sont effondrées, alors même que la pression sur les ressources publiques montait en flèche.

Malgré une augmentation de 6,6 % de la population britannique entre 2011 et 2021, le nombre de cabinets de médecins généralistes n’a augmenté que de 4 % au cours de la même période. La capacité du Royaume-Uni à produire de l’électricité a diminué de 14,2 %.

Karl Williams, du CPS, a déclaré : « Traditionnellement, le Trésor et une grande partie du reste du gouvernement ont modélisé l’immigration comme un avantage inconditionnel pour les finances publiques, mais ce n’est pas le cas. Mais ce n’est pas le cas ».

Le rapport recommande d’abolir la « graduate route », qui permet aux étudiants étrangers de rester pendant deux ans après l’obtention de leur diplôme. Au lieu de cela, ils ne pourraient rester que s’ils avaient un emploi de niveau supérieur dans les six mois.

Cette mesure serait associée à la suppression de l’objectif de 600 000 étudiants étrangers par an autorisé à entrer au Royaume-Uni, fixé par Boris Johnson.

Ils recommandent de relever les seuils de rémunération des travailleurs de la santé et des soins au-dessus du salaire de subsistance national, ainsi que le salaire horaire minimum dans le secteur des soins, de 20 à 40 pence, afin d’aider à recruter davantage d’employés de maison. Ils ont également appelé à un plafonnement immédiat des visas pour le secteur de la santé et des soins, fixé à 30 000, contre 250 000 actuellement, en 2023.

M. Jenrick a déclaré « Il serait impardonnable que le gouvernement n’utilise pas le temps qui lui reste avant les élections générales pour défaire les libéralisations post-Brexit désastreuses qui ont trahi les souhaits explicites du public britannique en faveur d’une baisse de l’immigration. Les changements que nous proposons aujourd’hui ramèneraient enfin les chiffres à la norme historique et offriraient le système d’immigration hautement sélectif et hautement qualifié promis aux électeurs. Ces politiques pourraient être mises en œuvre immédiatement et relégueraient au passé l’immigration de masse peu qualifiée.  L’immigration est constamment l’une des principales préoccupations des électeurs et ils méritent un ministère dont la seule mission est de contrôler l’immigration et de sécuriser nos frontières. Depuis bien trop longtemps, le ministère de l’intérieur s’est montré incapable de le faire ».

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Royaume-Uni. Contrairement à ce qu’indique la doxa gauchiste, les niveaux record d’immigration n’ont pas réussi à stimuler l’économie”

  1. FRANCOISE GIRAUD dit :

    Quel être intelligent a pu penser que l’immigration aurait un quelconque effet positif en économie ? sauf à vouloir carrément appauvrir et menacer les peuples autochtones.

  2. Gaï de Ropraz dit :

    On marche sur la tête !!!
    Comment parler d’immigration légale, alors que toute pénétration dans un pays quel qu’il soit, sans documents officiels adequats, est, comme chacun sait, formellement interdite. De ce fait, qu’on m’explique ce qui est l’immigration illégale …

  3. kaélig dit :

    “…et offriraient le système d’immigration hautement sélectif et hautement qualifié promis aux électeurs.”
    J’ai une bien belle théorie Mr Jenrick, mais vous nous dites pas comment stopper les hordes migratoires non qualifiées et clandestines qui vous envahissent…Royale Navy ? Tirs de semonce ? abordage des bateaux clandestins…Parce que pour l’instant l’option du Rwanda c’est plutôt léger.

  4. VORONINE dit :

    Comment peut on espérer dynamiser l’économie en laissant entrer 745 000 bipèdes avec un QI à 2-PETITS CHIFFRES ! la relance par la consommmation , chère à keynes est une idiotie ;

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Viktor Orbán : « Une coalition pro-guerre, anti-économie et pro-immigration s’est formée en Europe »

Découvrir l'article

Immigration, Local, RENNES, Sociétal, Société

Rennes : après les Champs Libres, l’Hôtel Pasteur occupé par un comité de soutien aux immigrés !

Découvrir l'article

Economie, International

Immigration. 1,1 million de migrants ont demandé l’asile dans l’UE en 2023 – seulement 90 000 expulsions

Découvrir l'article

International

Invasion migratoire en Allemagne. 57% des migrants arrivent sans passeport

Découvrir l'article

Sociétal, Société

“OQTF DEHORS” : Une Banderole Déployée sur les Grilles du Palais de Justice de Bastia

Découvrir l'article

Politique

Nicolas Pouvreau-Monti, cofondateur de l’Observatoire de l’immigration et de la démographie : « On a atteint des niveaux d’immigration jamais-vus» sous la présidence d’Emmanuel Macron »

Découvrir l'article

Politique

Pouvoir d’achat, sécurité, immigration: le Forum BFMTV en intégralité

Découvrir l'article

International

Au Royaume-Uni, le parti de Nigel Farage au coude à coude avec les conservateurs dans les sondages

Découvrir l'article

Politique

Immigration, pouvoir d’achat, énergie… L’interview en intégralité de Jordan Bardella

Découvrir l'article

Ensauvagement, Immigration, International, Justice

Royaume-Uni. 7 individus condamnés pour avoir exploité sexuellement 2 adolescentes démunies

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky