page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Explosion de la violence en Allemagne : Les immigrés représentent 14,6% de la population mais sont responsables de 58,5% des crimes violents…

Le nombre de délits a de nouveau augmenté en Allemagne l’année dernière, notamment aussi par rapport à l’année 2019, qui précède l’année du COVID-19. L’évolution des délinquants étrangers dans la Statistique policière de la criminalité est particulièrement frappante : leur proportion continue d’augmenter, notamment parmi les auteurs présumés de violences.

Les Statistiques Policières de la Criminalité (« Polizeiliche Kriminalitätsstatistik » – PKS) réalisées pour le compte du Ministère fédéral de l’Intérieur font état d’une nouvelle hausse des délits en Allemagne. Comme le montre un aperçu de l’Office fédéral de la police criminelle, le nombre de tous les délits enregistrés a augmenté de 5,5% l’année dernière pour atteindre 5,94 millions de cas. Si l’on exclut les infractions au droit des étrangers telles que l’entrée illégale ou le séjour non autorisé en République fédérale, le chiffre est de 5,64 millions de délits. C’est 4,4% de plus que l’année précédente et 7,0% de plus qu’en 2019, la dernière année avant la pandémie de COVID-19. On observe une nette augmentation de la criminalité violente : 214.000 cas correspondent à une augmentation de 8,6% depuis 2022, respectivement 18,3% de plus par rapport à 2019.

« Nous constatons une augmentation de la criminalité violente, de la délinquance juvénile et de la criminalité étrangère. Il est important pour moi que l’Etat de droit intervienne fermement contre la violence. Dans ce domaine, la tolérance zéro est de mise », a déclaré la ministre fédérale de l’Intérieur Nancy Faeser lors de la présentation des statistiques à Berlin. « Concrètement, cela signifie : des procédures rapides, des peines tangibles. Les délinquants étrangers doivent quitter l’Allemagne beaucoup plus rapidement. Il s’agit maintenant d’appliquer les règles strictes d’expulsion que nous avons créées », a poursuivi la représentante du SPD.

La valeur informative des Statistiques Policières de la Criminalité (PKS) est controversée : les personnes recensées ont été dénoncées par des citoyens ou accusées d’un délit par la police, qui les a elle-même observées. Mais les chiffres ne permettent pas de savoir qui a été condamné, c’est-à-dire qui a réellement commis un délit. De plus, les Statistiques Policières de la Criminalité (PKS) recensent une multitude de délits très différents, allant des coups et blessures aux vols, en passant par l’escroquerie en bande organisé et la cybercriminalité, sans oublier les délits mineurs comme la possession de petites quantités de drogue ou le vol à l’étalage. Les scientifiques critiquent en outre les images déformées qui résultent de la simple subdivision en délinquants allemands et étrangers.

Le cas des demandeurs d’asile, des réfugiés et des étrangers tolérés attire l’attention.

C’est pourtant ce chiffre qui retient l’attention. Le nombre de suspects étrangers a augmenté de 17,8% dans les Statistiques Policières de la Criminalité (PKS) pour atteindre 923.269. Si l’on exclut les infractions au droit des étrangers, l’augmentation des suspects étrangers est toujours de 13,5%. Les personnes sans passeport allemand représentent ainsi près de la moitié des 2,25 millions de suspects, bien qu’elles ne représentent qu’une faible part de la population totale : en 2022, la part des étrangers dans la population totale était de 14,6%. En revanche, le nombre de suspects de nationalité allemande est resté pratiquement inchangé, avec une augmentation de 1%.

La proportion d’étrangers est également disproportionnée parmi les actes de violence : la criminalité violente a augmenté de 8,6% pour atteindre 214.099 cas – un nouveau record depuis 2007. Le nombre d’auteurs étrangers présumés de violence a augmenté de 14,5%, celui des auteurs allemands présumés de violence de 2,2%. Sur 190.605 suspects dans des affaires de criminalité violente, 111.517 étaient des étrangers l’année dernière – 2.379 de plus que l’année précédente et nettement plus de la moitié des 190.605 personnes accusées dans le contexte d’actes de violence. Autre fait marquant : 71% des auteurs étrangers présumés de violences sont considérés par l’Office fédéral de la police criminelle comme des « immigrés », c’est-à-dire des demandeurs d’asile, des personnes ayant le droit de rester en Allemagne en tant que réfugiés de guerre ou bénéficiaires du droit d’asile, des personnes ayant un statut de tolérance (« Duldung ») ou sans aucun droit de séjour en Allemagne.

Plus d’enfants et d’adolescents soupçonnés

Le nombre d’enfants et d’adolescents accusés de délits violents a également nettement augmenté : 12.377 enfants et 30.244 adolescents ont été accusés d’un ou plusieurs actes de violence en 2023 – une augmentation de 17 et 14% respectivement.

1,97 million de cas de vol représentent une augmentation de 10,7% par rapport à l’année précédente. Parmi les quelque 424.000 personnes mises en cause, on compte environ 187.000 étrangers, dont plus d’un sur quatre entre dans la catégorie des immigrés. Avec une augmentation de 23,6%, le BKA enregistre le plus haut niveau de vols à l’étalage depuis 2006. Le nombre de cambriolages a également augmenté par rapport à 2022, mais malgré une hausse de 18,1%, le chiffre est encore inférieur à celui de 2019.

Un lien évident avec l’immigration

Les sociologues et criminologues expliquent le nombre disproportionné d’étrangers parmi les personnes accusées d’un délit par différentes causes. Ainsi, la plupart des immigrés sont de jeunes hommes, qui sont fortement représentés dans toutes les statistiques de la criminalité. À cela s’ajoutent la situation sociale particulièrement difficile des étrangers en Allemagne et éventuellement leur propre expérience de la violence dans leur pays d’origine ou pendant leur fuite vers l’Allemagne, ce qui a fait baisser le seuil d’inhibition à l’égard de la violence.

En outre, de nombreux délits ont été commis dans des centres d’hébergement pour étrangers et à leurs abords, où la situation en matière d’hébergement est extrêmement tendue d’une part et où la police et la sécurité sont particulièrement présentes d’autre part. En outre, les sociologues ont montré que la propension à porter plainte est nettement plus élevée à l’égard des personnes perçues comme n’appartenant pas à leur propre groupe.

Mais l’Office fédéral de la police criminelle constate également que la proportion d’étrangers accusés d’un délit a même baissé l’année dernière. Mais comme le nombre d’étrangers vivant en Allemagne est nettement plus élevé, le nombre absolu de délinquants étrangers a tout de même augmenté. Le lien entre l’immigration et le nombre de délits enregistrés est donc évident. Cela relance le débat sur la bonne gestion du droit d’asile, la limitation de l’immigration et les ressources de la police, de la justice et des services d’immigration.

Tous les chiffres sont disponibles ici

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Explosion de la violence en Allemagne : Les immigrés représentent 14,6% de la population mais sont responsables de 58,5% des crimes violents…”

  1. Prétet Yvette dit :

    En France, les délinquants ”d’origine étrangère” et musulmans sont proportionnellement plus nombreux que les autochtones non-musulmans!Les Pieds-Noirs avaient du mérite de vivre avec ces BARBARES de musulmans!

  2. Gaï de Ropraz dit :

    Que tous ces chiffres soient vrais, faux, minimisés, ou encore outrageusement gonflés, qui s’en etonne ? NOBODY ! OUALLOUH ! PERSONNE !

    Mes Amis, l’Invasion de l’Europe est bien présente, et c’est de l’Allemagne que nous parviendra le coup de grâce.

  3. kaélig dit :

    On nous aurait donc menti avec “Les Chances (de prendre un coup de couteau) pour la France”…et autres pays!

  4. Philibert dit :

    J’ai l’impression qu’il y a, dans cet article, une sérieuse confusion entre les nombres et les pourcentages

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Viktor Orbán : « Une coalition pro-guerre, anti-économie et pro-immigration s’est formée en Europe »

Découvrir l'article

Immigration, Local, RENNES, Sociétal, Société

Rennes : après les Champs Libres, l’Hôtel Pasteur occupé par un comité de soutien aux immigrés !

Découvrir l'article

Economie, International

Immigration. 1,1 million de migrants ont demandé l’asile dans l’UE en 2023 – seulement 90 000 expulsions

Découvrir l'article

International

Invasion migratoire en Allemagne. 57% des migrants arrivent sans passeport

Découvrir l'article

Sociétal, Société

“OQTF DEHORS” : Une Banderole Déployée sur les Grilles du Palais de Justice de Bastia

Découvrir l'article

Politique

Nicolas Pouvreau-Monti, cofondateur de l’Observatoire de l’immigration et de la démographie : « On a atteint des niveaux d’immigration jamais-vus» sous la présidence d’Emmanuel Macron »

Découvrir l'article

Politique

Pouvoir d’achat, sécurité, immigration: le Forum BFMTV en intégralité

Découvrir l'article

A La Une, International

Allemagne. Tomasz Froelich : « L’AfD a malheureusement omis d’expliquer plus précisément le terme de remigration » [Interview]

Découvrir l'article

International

Avant l’Euro 2024, l’Allemagne secouée par une série d’agressions brutales à l’arme blanche

Découvrir l'article

Politique

Immigration, pouvoir d’achat, énergie… L’interview en intégralité de Jordan Bardella

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky