Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cuba : le Congrès espagnol condamne l’esclavage des missions médicales cubaines.

Le Congrès espagnol a condamné l’esclavage des missions médicales cubaines. Le texte a été approuvé à la majorité absolue, mais lors d’un vote serré car le PSOE (les gauchistes espagnols) a décidé de voter contre la condamnation des violations des droits de l’homme à Cuba, faisant preuve d’une attitude de soutien au régime cubain non seulement inutile, puisqu’il a perdu le vote, mais aussi honteuse

Déclarations de Javier Larrondo, président de Prisoners Defenders

“Nous sommes heureux du soutien du Congrès espagnol dans sa prise de position contre la répression à Cuba et contre l’esclavage dans les missions médicales. Nous sommes profondément reconnaissants au Groupe parlementaire populaire d’avoir présenté cette initiative, mais aussi aux groupes tels que Vox et le PNV qui ont voté en faveur de cette résolution que la commission des affaires étrangères du Congrès des députés a approuvée. Il a fallu des mois de travail acharné à toutes les personnes impliquées et dépeindre le régime satrape et esclavagiste de Cuba n’est qu’une justice minimale par rapport à la gravité de ses actions.

Nous remercions tous les groupes parlementaires qui ont condamné la répression contre les manifestants du 11 juillet, aujourd’hui prisonniers politiques du régime qui sont systématiquement torturés, ainsi que le travail forcé qui caractérise les missions des médecins cubains à l’étranger.

Nous regrettons que la gauche parlementaire continue d’insister sur le blocus, l’embargo ou les sanctions unilatérales des États-Unis contre le régime cubain sur la base d’un conflit bilatéral vieux de six décennies, alors que la condamnation de l’esclavage et de la répression d’un État contre son propre peuple faisait l’objet d’un débat. La politique étrangère d’un autre État peut être débattue, bien sûr, mais la répression d’un gouvernement contre son propre peuple ne peut être évitée sous aucun prétexte ni subordonnée à des situations extérieures.

La résolution complète :

AU BUREAU DU CONGRES DES DEPUTES

Le Groupe parlementaire populaire au Congrès, conformément aux dispositions des articles 193 et suivants de l’actuel Règlement intérieur du Congrès des députés, présente la proposition de loi suivante concernant l’éventuelle preuve de traite des êtres humains et d’esclavage moderne dans les “missions de collaboration à l’étranger à Cuba”, pour débat à la Commission des affaires étrangères.

Madrid, 14 de mai de 2024

s/o Miguel TELLADO FILGUEIRA

INTERVENANT

S.F.: Esteban GONZÁLEZ PONS, Carlos FLORIANO CORRALES, Belén HOYO JULIÁ , Carlos ROJAS GARCÍA, César SÁNCHEZ PÉREZ, Manuel GARCÍA FÉLIX, José Manuel VELASCO RETAMOSA, Cayetana ÁLVAREZ DE TOLEDO PERALTA-RAMOS, Pablo HISPÁN IGLESIAS DE USSEL, Marta GONZÁLEZ VÁZQUEZ, Pedro NAVARRO LÓPEZ, Ana María PASTOR JULIÁM, Antonio ROMÁN JASANADA, Ricardo TARNO BLANCO, DIPUTADOS

EXPOSÉ DES MOTIFS

Le 11 juillet 2021 et les jours suivants, une série de manifestations pacifiques ont eu lieu à Cuba (ci-après, les “Manifestations” ou “11J”), qui ont débuté dans la municipalité de San Antonio de los Baños et se sont rapidement étendues à l’ensemble de l’île. Ces manifestations avaient un caractère nettement pro-démocratique, ce qui a suscité un malaise parmi les autorités cubaines car ces aspirations pro-démocratiques entraient en conflit avec la forme d’organisation politique à parti unique du pays.

Ainsi, la réaction excessive du régime cubain aux manifestations est venue le jour même de Miguel Díaz-Canel lui-même, qui a appelé à la télévision publique au “combat” contre ceux qui remettaient en cause le gouvernement et sa politique.

Après les propos de Díaz-Canel, des bus remplis de personnes convoquées par le régime et des organisations dépendant du parti unique sont arrivés sur les lieux de la manifestation, en coordination avec des transports de personnel du département de la sécurité de l’État et des forces de police du ministère de l’intérieur et des forces armées, qui ont violemment affronté les manifestants pro-démocratie, dont la majorité étaient des citoyens qui n’étaient membres d’aucune organisation. Par la suite, les forces de sécurité susmentionnées ont commencé à disperser violemment les manifestations, arrêtant des milliers de personnes dans tout le pays, dont beaucoup se trouvaient dans des situations de disparition forcée, comme les 187 cas d’action urgente (CED-UA 1200 à 1386/2021) adoptés par le Comité des Nations unies sur les disparitions forcées.

La dissolution violente des manifestations, les arrestations et les disparitions forcées ont été suivies de poursuites pénales à l’encontre de milliers de manifestants, qui ont fait l’objet de mesures conservatoires de limitation ou de privation de liberté émises uniquement par les bureaux des procureurs, le tout sans la protection judiciaire prévue par la loi cubaine de procédure pénale, en vigueur au moment des arrestations et des poursuites pénales relatives aux événements du 11J, ainsi que par l’actuelle loi de procédure pénale.

Dans ses conclusions sur le troisième rapport périodique de Cuba, le 9 mai 2022 , , le Comité des Nations unies contre la torture a exprimé sa préoccupation quant à la subordination du bureau du procureur général de la République au président de la République, comme le prévoit l’article 157 de la Constitution.

Il s’agit d’une circonstance structurelle qui engendre de très graves violations des droits de l’homme en ce qui concerne la nature obligatoire de l’État et le droit de l’accusé à comparaître devant un juge, qui ne peut être remplacé par un agent de la sécurité de l’État (l’agent dit “instructeur” à Cuba) et, la prise en charge de fonctions juridictionnelles par des personnes extérieures au système judiciaire sans qualité d’indépendance et d’impartialité, dans la mesure où le Bureau du Procureur est une partie intéressée dans le processus pénal puisqu’il dépend dans une certaine mesure du pouvoir politique par nature, et beaucoup plus largement dans le système pénal cubain.

Depuis les événements du 11J, toutes les personnes privées de liberté sans protection judiciaire ont été présentées, des mois ou des années plus tard, devant la justice, et ont été condamnées à des peines de prison allant de 1 à 30 ans en première instance. Dans ce contexte, le Parlement européen a adopté le 29 février 2024 la résolution P9_TA (2024)0122 sur la “situation critique à Cuba” en termes de libertés et de droits, tels que la liberté idéologique et religieuse, la sécurité, la liberté de circulation, la liberté d’expression, etc.

En outre, le régime cubain a pris sur lui d’étendre ses limitations et ses violations des droits et libertés de son personnel civil professionnel, comme les médecins, les marins, les enseignants, les artistes et les athlètes, parmi beaucoup d’autres, qui fournissent des services à des tiers à l’étranger par l’intermédiaire de l’État ou de ses entreprises. À cet égard, la résolution 368 du 26 octobre 2020, du ministère du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger, qui détermine le règlement pour les soi-disant “collaborateurs”, législativement appelé “Règlement disciplinaire pour les collaborateurs fournissant des services à l’étranger“, prévoit un large éventail de devoirs et d’obligations qui peuvent être sanctionnés. Parmi les devoirs, il y a celui d’informer son supérieur immédiat de ses relations intimes avec des nationaux ou des étrangers. Les “droits” comprennent l’acceptation, avec l’accord de leurs supérieurs, d’invitations d’établissements d’enseignement, de voyages à Cuba ou de visites de membres de la famille. Dans le domaine des infractions, le simple fait de participer à des événements publics de nature politique “ou sociale” sans autorisation, ou d’entretenir des relations amicales ou d’autres types de liens avec des personnes ayant des “positions contraires à la révolution cubaine”. Cette résolution est fortement protégée par le code pénal, dont l’article 176 prévoit des peines de prison de 3 à 8 ans pour les fonctionnaires ou les employés civils de l’État qui abandonnent leur travail à l’étranger ou qui, après avoir terminé leur travail, ne retournent pas immédiatement à Cuba.

C’est la raison pour laquelle, dans les conclusions de l’examen périodique de Cuba au Comité des droits de l’enfant le 9 juin 2022, le Comité a recommandé à Cuba de “mettre fin à toute séparation des enfants de leurs parents en raison de la décision des parents de mettre fin à un contrat de travail, et de modifier l’article 135 du code pénal [actuellement 176] afin d’éliminer tous les obstacles à la réunification familiale”.

De même, les mandats du rapporteur spécial sur les formes contemporaines d’esclavage et du rapporteur spécial sur la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, ont tous deux adressé une lettre de condamnation au régime cubain le 2 novembre 2019, en raison de la situation des professionnels dans les soi-disant “missions”, où ils ont souligné, entre autres choses :

“Bien que la participation aux missions d’internationalisation soit officiellement volontaire, de nombreux médecins se sentent contraints d’y participer et craignent des représailles de la part du gouvernement cubain s’ils ne le font pas ;

– … Dans les pays où le gouvernement d’accueil paie directement le travailleur cubain, ce dernier doit reverser au gouvernement cubain un pourcentage de son salaire, qui peut aller jusqu’à 75 % ou 90 % de son salaire mensuel. Dans de nombreux cas, le salaire versé aux travailleurs médicaux ne leur permet pas de vivre dignement.

– Les médecins travailleraient 48 heures par semaine, auxquelles s’ajouteraient 16 heures de garde, soit un total de 64 heures par semaine, incluant souvent les samedis et les dimanches. Le nombre excessif d’heures travaillées illustre l’exploitation au travail à laquelle les médecins cubains à l’étranger seraient soumis ;

– La liberté de circulation des travailleurs cubains dans le pays de destination serait restreinte et surveillée par des fonctionnaires ;

– Le droit à la vie privée serait limité par le contrôle et la surveillance des médecins, y compris la communication et les relations avec les nationaux et les étrangers lors des missions d’internationalisation.

Les conditions de travail rapportées pourraient s’apparenter à du travail forcé, selon les indicateurs de travail forcé établis par l’Organisation internationale du travail. Le travail forcé constitue une forme contemporaine d’esclavage.

Par conséquent, le 10 juin 2021, le Parlement européen a voté, à la majorité absolue, en faveur de la condamnation de l’esclavage dans les missions de travail cubaines à l’étranger, y compris les médecins, tel que décrit dans la résolution du Parlement européen “Droits de l’homme et situation politique à Cuba”.

Il convient de noter que le mandat de la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines d’esclavage, en date du 2 novembre 2023, a réitéré que toutes les préoccupations restaient valables et a élargi les accusations contre l’État partie, en ajoutant le harcèlement sexuel des travailleurs humanitaires par leurs chefs de mission, parmi d’autres caractéristiques répréhensibles causées par la situation structurelle décrite.

L’Espagne, qui partage de grands liens historiques avec l’île de Cuba, doit agir face à de tels abus, comme elle l’a fait vis-à-vis de la communauté internationale et conformément aux valeurs de notre politique étrangère.

Pour toutes ces raisons, le groupe parlementaire du peuple au Congrès présente ce qui suit :

PROPOSITION NON LÉGISLATIVE

“Le Congrès des députés :

1.- Condamner les abus et les violations systématiques des droits de l’homme perpétrés par le régime cubain contre les manifestants, les dissidents politiques, les chefs religieux, les militants des droits de l’homme et les artistes indépendants, entre autres.

2 – Exiger du gouvernement cubain qu’il mette immédiatement fin à la politique de répression.

3. expriment leur préoccupation face à l’augmentation du nombre de prisonniers politiques et exigent la libération immédiate et inconditionnelle des personnes détenues uniquement pour avoir exercé leurs droits humains, en particulier le droit à la liberté d’expression et le droit de réunion pacifique.

4.- Condamner les conditions de travail promues par le régime cubain pour ses travailleurs et les coopérants civils à l’étranger.

5. de demander aux autorités cubaines de faciliter le retour à Cuba des personnes en exil et des professionnels et citoyens qui ne sont pas autorisés à retourner dans leur famille, afin qu’ils puissent le faire avec toutes les garanties de liberté et sans représailles.

Faut-il envoyer cette résolution à ces élus, sous influence de l’extrême gauche locale, qui envisagent de faire venir des médecins cubains, à Guingamp notamment, pour mieux masquer l’effondrement du système de santé en Bretagne ? Les contribuables en Bretagne paient des taxes, des charges, des impôts. Ils sont en droit d’exiger, pour leur santé, pour leur sécurité sanitaire, autre chose que des médecins cubains esclaves.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une

La répression se poursuit à Cuba pendant que des élus de Guingamp-Paimpol agglomération veulent faire venir des médecins cubains payés par le régime

Découvrir l'article

A La Une, GUINGAMP, International

« La répression à Cuba est la pire d’Amérique latine » : Entretien avec Rosa María Payá

Découvrir l'article

GUINGAMP, International

Björn Söder : « L’UE doit cesser de financer les atrocités commises par le régime cubain »

Découvrir l'article

GUINGAMP

Des médecins de Cuba à Guingamp pour cacher le tiers monde médical ? En mars 2024, 1092 prisonniers politiques sont enfermés dans cette dictature communiste

Découvrir l'article

GUINGAMP, Santé

Médecins cubains à l’hôpital de Guingamp. L’extrême gauche locale veut faire venir des représentants d’un Etat communiste ultra répressif

Découvrir l'article

International

Communisme. 1063 prisonniers politiques à Cuba en fin 2023

Découvrir l'article

International, Santé

Royaume-Uni. « Le patient a-t-il un pénis ou un vagin ? » Le nouveau formulaire transgenre délirant que le NHS fait remplir aux médecins

Découvrir l'article

A La Une, International

Carolina Barrero : « A Cuba, il n y a ni nourriture ni médicament, mais le régime construit des hôtels plutôt que des hôpitaux » [Interview]

Découvrir l'article

Santé, Social

Santé. Des médicaments bientôt moins remboursés, aux frais de la classe moyenne ?

Découvrir l'article

A La Une

Nicolás Márquez : « Allende était un usurpateur du pouvoir qui a dû être déposé par la force parce qu’il était entouré de terroristes et d’agents étrangers » [Interview]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky