Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Allemagne. Tomasz Froelich : « L’AfD a malheureusement omis d’expliquer plus précisément le terme de remigration » [Interview]

Tomasz Froelich est un parlementaire allemand de l’AfD, il a été élu le 9 juin 2024. Tomasz est également vice-président de Junge Alternative Deutschland, un mouvement politique patriote de jeunes allemand fondé en 2013.

Nous l’avons interviewé, pour inaugurer une série d’interviews que nous vous proposons en collaboration avec Breizh-Info et Freilich Magazin. 

Breizh-info.com : Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Tomasz Froelich : Je m’appelle Tomasz Froelich, j’ai 35 ans et je suis marié à une vraie femme. Je suis d’origine allemande et polonaise. Je suis né à Hambourg, j’ai étudié à Vienne et je viens d’être élu député européen de l’AfD. Je suis engagé en politique depuis ma jeunesse. Depuis 2016, je suis membre de l’AfD. Bien avant la création de mon parti, j’étais déjà actif dans l’opposition extraparlementaire. Je suis de droite. Outre ma famille et la politique, le football et la boxe thaï sont mes hobbies.

Breizh-info.com : Quelle est votre vision de la remigration ?

Tomasz Froelich : L’AfD a malheureusement un peu négligé d’expliquer plus précisément le terme de remigration, de sorte que les médias mainstream ont pris le pouvoir de définition sur ce terme et l’ont par la suite perverti en ce sens que la remigration est désormais considérée comme synonyme d’expulsion et de déportation. Il convient de corriger cela. La remigration signifie que les personnes qui séjournent illégalement en Allemagne et/ou qui sont criminelles et culturellement incompatibles sont renvoyées dans leur pays d’origine dans le cadre de nos lois ou qu’elles le font volontairement grâce à des systèmes d’incitation à développer, afin de mettre un terme à la migration de remplacement. Je pense que tout parti patriotique de droite qui veut mettre fin à la migration de remplacement doit exiger la remigration. Et je suis heureux de constater que l’AfD n’est pas le seul à réclamer la remigration, mais que nos amis autrichiens du FPÖ le font également. Ils demandent même un commissaire européen à la migration. C’est bien !

Breizh-info.com : Comment pouvons-nous aborder la guerre en Ukraine avec sérénité ?

Tomasz Froelich : Il est difficile d’aborder une telle guerre avec sérénité. Mais un peu plus de réalisme et de diplomatie, au lieu de l’émotion et de la rhétorique guerrière, ferait le plus grand bien à tous les acteurs impliqués.

Breizh-info.com : Quelle est votre position dans ce conflit ?

Tomasz Froelich : Mon impression est que l’escalade du conflit en Ukraine aurait pu être évitée si l’Ukraine s’était engagée à rester neutre et avait reçu en contrepartie des garanties de sécurité. Mais la désescalade ne semble pas avoir été l’objectif, peut-être pour enfoncer un coin entre l’Europe et l’Asie. Si l’on suppose qu’il s’agit d’un point de vue anti-ukrainien, je ne suis pas d’accord. Le fait est qu’avec une politique telle que celle défendue par l’AfD depuis le début, l’Ukraine aurait eu une bien meilleure position de négociation qu’elle ne l’a aujourd’hui. Il serait bien sûr souhaitable que l’UE ou ses Etats membres puissent se proposer comme médiateurs de paix au lieu de livrer des armes, de prolonger la guerre et d’envoyer de jeunes Ukrainiens à la mort. Mais l’UE est bien trop faible pour cela. D’autres acteurs sérieux pourraient toutefois se proposer, comme la Turquie. Poutine vient de signaler qu’il souhaitait mener des pourparlers de paix. Qu’est-ce qui s’y oppose ?

Breizh-info.com : Même question pour le conflit israélo-palestinien.

Tomasz Froelich : C’est aux États de la région de négocier une paix durable. Pour nous, il s’agit d’un conflit étranger à l’espace, mais dont les conséquences nous concernent aussi directement, par exemple lorsque des vagues de migration vers l’Europe sont déclenchées. Je pense que sans une solution à deux États, il sera difficile de résoudre ce conflit. La terreur des deux côtés doit cesser.

Breizh-info.com : Pensez-vous que l’Union européenne devrait être réformée afin de renforcer l’unité et la coopération entre les nations européennes ?

Tomasz Froelich : Le problème de l’UE actuelle est qu’elle s’approprie des compétences là où elle devrait rester à l’écart, mais qu’elle ne fait rien là où elle pourrait réellement faire plus, par exemple en matière de sécurité et de défense : en raison de sa faiblesse militaire, l’Europe est constamment entraînée par des grandes puissances étrangères à son espace dans des conflits qui ne sont pas les siens.

Nous plaidons pour un nouveau départ européen, pour une fédération de nations européennes. Dans l’ordre mondial multipolaire en devenir, il faut en effet aussi un pôle européen. Et en tant qu’Allemands, nous devons avoir l’ambition d’être la force organisatrice de ce pôle européen.

C’est pourquoi il est nécessaire de mettre en place une capacité de défense européenne qui garantisse la capacité, l’acquisition et le développement de capacités militaires.

En ce qui concerne l’immigration en particulier, les frontières européennes pourraient être mieux défendues si les Européens coopéraient.

Breizh-info.com : Alors que la gauche en Europe bénéficie d’une vaste infrastructure organisationnelle comme les ONG, les médias subventionnés et les universités, pensez-vous qu’il existe un type particulier d’organisation ou de structure non gouvernementale dont la droite pourrait réellement bénéficier en Europe ?

Tomasz Froelich : La droite doit apprendre des libéraux de gauche et, en perspective, construire et développer un réseau d’ONG de droite. Il est de notre devoir d’établir une contre-hégémonie par rapport aux libéraux de gauche. Pour cela, nous devons adapter certaines de leurs stratégies. Par exemple : La formation de futurs fonctionnaires et de politiciens organiques, la formation politique de base, l’imbrication et la mise en réseau avec l’avant-garde et la création et le développement de nos propres structures. C’est ainsi que l’on acquiert une force propre et une conscience de soi qui permet de ne pas faire du bon vouloir du courant dominant le critère de ses propres décisions. Les ONG de droite pourraient ainsi exercer une influence encore plus forte sur les partis de droite, dans le sens où la pression qu’elles génèrent dans leur propre milieu empêche un noyautage programmatique et stratégique, affaiblit ainsi les tendances à l’oligarchisation, fait monter le prix de l’assimilation avec la domination comme récompense pour le renoncement à l’opposition et offre une protection aux partis à une époque où l’artillerie est plus puissante contre eux. Les partis de gauche et les ONG se renvoient la balle et gagnent ainsi du terrain politique. Les partis de droite en Europe seraient bien inspirés de faire de même.

Breizh-info.com : Que pensez-vous de l’action récente de Marine Le Pen contre l’AfD, mais aussi potentiellement contre le Vlaams Belang et le FPO ?

Tomasz Froelich : Je ne souhaite pas m’exprimer publiquement sur les actions de Marine Le Pen. Tout homme politique qui aspire à un tournant patriotique et de droite en Europe devrait savoir que celui-ci ne sera possible que si l’on inclut l’AfD. Car l’Allemagne est la plus grande économie nationale et le pays le plus peuplé de notre continent. L’Allemagne, c’est l’Europe centrale.

Breizh-info.com : Y aura-t-il un groupe de droite qui ne souffre pas de “mélonisation” pour défendre réellement les Européens organisés autour de l’AfD avec le FPO, le Vlaams Belang et le Parti national irlandais ?

Tomasz Froelich : Nous le verrons dans les semaines à venir, je suis très optimiste à ce sujet. Et je vous garantis que, quelle que soit l’organisation de l’AfD au cours de la prochaine législature, il n’y aura pas de mélonisation avec nous !

Propos recueillis par Matisse Royer

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “Allemagne. Tomasz Froelich : « L’AfD a malheureusement omis d’expliquer plus précisément le terme de remigration » [Interview]”

  1. vert dit :

    « Croire qu’il n’y a en France que des Français est une illusion totale. Il y a des envahisseurs et des envahis, des colonisateurs et des colonisés, des occupants et des occupés. »

    « On ne met pas fin à une occupation sans le départ de l’Occupant. Il n’est d’autre issue que la remigration. Les mêmes qui la déclarent impraticable veulent faire venir en Europe quarante millions de migrants, quand ce n’est pas deux cents millions. »

  2. vert dit :

    mettre en place cette “remigration”, alors qu’une grande partie des extra-européens dont vous parlez sont aujourd’hui français ?

    C’est une objection récurrente qui relève davantage de l’émotion que de la raison. Il faut d’abord inverser ce postulat : beaucoup de ces extra-européens ne sont pas français ! Sait-on par exemple que le rappeur Maître Gims n’a pas la nationalité française et que d’autres ne l’ont jamais demandé, précisément pour des raisons identitaires ?
    La remigration sera un processus progressif qui doit commencer, bien sûr, par l’expulsion systématique des clandestins, des étrangers criminels, des djihadistes, etc. Il faudra ensuite ne plus renouveler les titres de séjour des étrangers qui n’ont pas la nationalité française et, dans le même temps, mettre en place une batterie de mesures incitatives en supprimant toute une série d’avantages qui rendent la France si attractive : allocations et aides sociales, permissivité et laxisme judiciaires, tolérance à l’égard de la pratique de l’islam, etc. Beaucoup d’immigrés rentreront alors chez eux de leur plein gré. Il faut donc s’attaquer à chacun de ces axes, en interdisant par exemple le voile dans l’espace public, la construction de mosquées et le halal, en instaurant la préférence nationale dans tous les domaines…
    La remigration est le meilleur moyen d’éviter la guerre civile. Il faut donc la rendre désirable. Obama, au cours de ses deux mandats, a expulsé 1,5 million de clandestins hors des Etats-Unis. Cela ne l’a pas empêché d’être considéré comme un président progressiste.

  3. vert dit :

    Leur présence sur le sol de France, avec les droits des Français n’est pas irrémédiable et éternelle.
    Il ne manque plus que la volonté.

    Le problème est que jusqu’à présent beaucoup d’hommes politiques ou de journalistes l’ignoraient ou voulaient l’ignorer…

    C’est fini !

    Dans son entretien de ce jour, le 11 juillet 2023, avec Apolline de Malherbe, visiblement très énervée, sur BFM TV, Éric Zemmour a levé le pot aux roses !!!

    « la législation de ces pays interdit à leurs ressortissants de rompre avec leur nationalité d’origine de leurs parents ou de leurs grands-parents. Ils sont donc algériens de père en fils, marocains… Donc ces gens-là ont tous une double nationalité ».

    C’est dit !

  4. Francesco dit :

    Pour l’AfD, hip,hip hip…..

  5. Gaï de Ropraz dit :

    Comme je l’ai écrit méchamment concernant le premier article de Breizh-Info, et je m’en excuse mais il etait 3hres du matin au Canada et j’étais fatigué, évoquant les fêtes musulmannes de l’Aïd-El-Kbir, la présence des Arabes sur le sol de France est due à la grande mansuétude et totale incompétence du peuple de France qui a laissé faire, sans reagir, souvent au nom d’un Christianisme que j’ai du mal à accepter. Je précise que bien que Russe d’origine et Orthodoxe, je suis né au Maroc, et les Arabes je les connais bien. De ce fait, je le dis haut et fort, même si la legislation de leur pays d’origine leur permettrait de rompre avec leur nationalité de naissance (Ce qui est rare), les coutumes persistent, et de ce fait, un Arabe restera toujours un Arabe, et sera toujours un ennemi de nos religions. Donc parler de mettre fin à certaines occupations, ou parler de la
    rémigration, ou tout autre derivatif pour se “débarrasser” de certains individus, ainsi que de leurs horribles coutumes malfaisantes, est aujourd’hui, totalement utopique.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, Politique, Société

Pour rallier la jeunesse aux idées identitaires, il va falloir être cool ! L’exemple de l’AfD

Découvrir l'article

A La Une, International

L’Etat antifa vs Compact Magazine. Quand l’État allemand attaque l’opposition de manière ciblée

Découvrir l'article

International

Présent lors de la descente de police en Allemagne contre le magazine Compact, notre journaliste témoigne

Découvrir l'article

International

Terreur politique et liberté de la presse en Allemagne. La ministre de l’Intérieur envoie la police contre les journalistes du magazine Compact

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Rassemblement national : Victoire ou défaite ?

Découvrir l'article

Politique

Le Rassemblement national aux législatives en Corse : analyse

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Législatives 2024. Le Rassemblement national devant la gauche au second tour en nombre de voix

Découvrir l'article

Football, Sport

La star du football en Allemagne Toni Kroos déplore les conséquences de l’immigration dans son pays

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Arrivé en tête au Premier tour des Européennes et des Législatives en Bretagne, le RN n’y a aucun député

Découvrir l'article

Politique

Législatives en Bretagne. Les débats du second tour en vidéo (Ille et Vilaine et Côtes d’Armor)

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky