Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’industrie pornographique occidentale empoisonne la planète

En 2016, le Washington Post a publié un article intitulé “Reddit a essayé d’initier une tribu kenyane isolée au porno. Cela ne s’est pas passé comme prévu.” En découvrant le porno occidental, apparemment, les chefs Massaï “ont pensé que c’était faux et que ce n’était pas la vraie vie, comme un dessin animé.” Cette histoire a suscité l’hilarité des Occidentaux en ligne : Imaginez que vous n’ayez pas de porno ! Inutile de dire que les réactions ont été bien plus révélatrices que prévu.

Il y a quarante ans, l’influence occidentale dans les pays en développement était synonyme d’exportations telles que la liberté, le capitalisme et les technologies produites en masse qui facilitaient la vie. Aujourd’hui, elle se traduit par la promotion agressive de l’avortement à la demande, de l’idéologie “LGBT” à tout prix et du néocolonialisme culturel. Alors que l’internet et le smartphone arrivent dans les endroits les plus reculés, il en va de même pour le produit occidental peut-être le plus omniprésent et le plus toxique : la pornographie.

L’omniprésence de la pornographie a transformé la sexualité, les rencontres et le mariage dans le monde occidental, les taux d’utilisation et de dépendance approchant 90 % de la population masculine dans de nombreux pays et plus de 60 % des femmes. La plupart des contenus grand public mettent en scène des violences sexuelles et des femmes et des jeunes filles violées et humiliées. Les gouvernements britannique et français ont récemment tiré la sonnette d’alarme, car une génération de jeunes, nourrie par le porno, considère désormais comme normaux l’étouffement, les relations sexuelles anales violentes et d’autres formes d’abus.

L’arrivée du porno numérique dans les pays en développement a un effet tout aussi toxique. Plusieurs médias ont récemment rapporté l’histoire d’une tribu brésilienne isolée dans la forêt amazonienne, à qui Elon Musk a donné accès à l’internet par l’intermédiaire des satellites Starlink. À bien des égards, ce cadeau s’est avéré bénéfique. Par exemple, l’internet a permis aux membres de la tribu Marubo, qui vivent dans des campements le long de la rivière Ituí, de demander une aide médicale d’urgence. Mais les inconvénients de l’internet sont apparus au bout de quelques jours.

Selon les médias, les Marubo ont rapidement commencé à tomber dans des escroqueries en ligne et sont devenus dépendants des médias sociaux et de la pornographie en ligne. Selon The Sun :

Les chefs des Marubo disent maintenant que les membres de leur communauté deviennent de plus en plus paresseux et sont toujours collés à leur téléphone. Ils affirment que les jeunes sont devenus accros au porno ainsi qu’au défilement de doom sur des sites de médias sociaux tels qu’Instagram. Enoque Marubo, 40 ans, a expliqué aux journalistes du New York Times comment l’accès au web a forcé la tribu à changer et à se transformer radicalement. Il a déclaré : “Cela a changé la routine à tel point que la tribu s’est transformée : “Cela a tellement changé la routine que cela a été préjudiciable. Dans le village, si vous ne chassez pas, ne pêchez pas et ne plantez pas, vous ne mangez pas”.

Un autre membre de la tribu, Alfredo Marubo, a révélé que l’exposition soudaine à la pornographie a suscité un comportement sexuel inquiétant chez les habitants, en particulier chez les jeunes hommes et les jeunes femmes. Ils ont également commencé à partager des images obscènes, des scènes et des vidéos explicites dans les discussions de groupe, a ajouté Alfredo. TamaSay Marubo, le premier chef de la tribu, a déclaré que l’internet avait rendu les membres de sa communauté paresseux. Elle a déclaré : “Lorsque [l’internet] est arrivé, les gens ont commencé à être paresseux : “Quand [l’internet] est arrivé, tout le monde était content. Mais aujourd’hui, les choses ont empiré. Les jeunes sont devenus paresseux à cause de l’internet. Ils apprennent les coutumes des Blancs”.

Les chefs se sont plaints que la pornographie en ligne, en particulier, entraînait à la fois la léthargie et une nouvelle et inquiétante agressivité sexuelle de la part des jeunes hommes, ce qui est particulièrement alarmant dans une culture qui réprouve la plupart des formes d’affection en public. Un ancien de la tribu, notant la nature brutale d’une grande partie de la pornographie, a exprimé sa crainte que les jeunes “ne veuillent l’essayer”. C’est une crainte raisonnable, comme l’ont découvert d’autres pays confrontés à un afflux massif de pornographie numérique.

En 2018, le Daily Mail a rapporté que le Népal avait “mis en œuvre une interdiction radicale de toutes les formes de pornographie dans ses derniers efforts pour s’attaquer au problème des viols dans le pays” – le taux avait augmenté de 300% en dix ans – avec une déclaration du ministère népalais de l’Information et de la Communication citant “la pornographie comme l’un des principaux moteurs du problème des viols dans le pays”. Le code pénal népalais interdit désormais “la production et la diffusion de contenus sexuellement obscènes […] afin d’empêcher l’accès à de tels contenus par le biais des médias électroniques […] il est devenu nécessaire de fermer ces sites web au Népal”.

La pornographie est également un facteur clé de la fameuse culture du viol en Inde. En 2018, la militante des droits de l’homme Mari Marcel Thekaekara, de la All Indian Women’s Conference, a rédigé un éditorial pour The Guardian intitulé “Sexual violence is the new normal in India-and pornography is to blame” (La violence sexuelle est la nouvelle norme en Inde – et la pornographie est à blâmer). Son rapport brosse un tableau peu reluisant.

Des garçons âgés d’à peine 10 ans téléchargent de la pornographie dans des magasins de téléphonie mobile pour la modique somme de 10 roupies (12 pence). La combinaison de vidéos pornographiques violentes et interminables et de l’alcool semble être un déclencheur mortel pour de nombreux viols en Inde – un pays où la société traditionnelle hindoue, musulmane, chrétienne et sikhe interdit strictement non seulement les relations sexuelles hors mariage, mais aussi tout mélange des sexes dans les villes et les villages. Les mariages arrangés restent la norme dans toutes les religions. Le fait que des hommes réprimés soient nourris en permanence de pornographie sur leur téléphone est une recette qui mène au désastre.

Le tristement célèbre viol collectif d’une étudiante de 23 ans à Delhi en 2012, qui a valu à la ville d’être qualifiée de “capitale mondiale du viol”, a été perpétré par six hommes qui venaient de regarder un porno violent en buvant de l’alcool, un autre tabou dans les familles indiennes orthodoxes.

Enakshi Ganguly Thukral, militante des droits de l’enfant depuis près de 30 ans, rapporte : “La société est sexualisée ; il y a du contenu sexuel partout, dans les films et la musique. Les enfants ont facilement accès à un porno vicieux et envahissant. Les familles de la classe moyenne peuvent surveiller ce que leurs enfants regardent, mais les personnes non éduquées et analphabètes n’ont pas la moindre idée de ce que leurs enfants voient sur leurs téléphones. Le vendeur de légumes près de chez moi reste collé à son portable toute la journée. Deux jeunes garçons, avec un fil branché dans une oreille chacun, partagent une vidéo. Je peux vous assurer qu’ils ne regardent pas les informations.

Mme Thekaekara demande que des mesures soient prises contre le porno et a reproché aux progressistes leur libertinage, qui a empêché le gouvernement d’agir.

“Mes amis libéraux se sont battus pour les libertés civiles et la liberté d’expression au fil des ans”, écrit-elle. “En tant que journaliste, je les soutiens. Mais les militants de base comme moi en ont de plus en plus marre des libéraux qui se battent pour la liberté de regarder du porno violent et sadique. Un défenseur des droits de l’homme fatigué a déclaré : “Il est difficile de digérer les sermons désinvoltes sur le droit à la liberté d’utiliser un “moteur de viol” potentiel [le porno] face à une femme ou un enfant violé, blessé et en sang”. Je dois dire que je suis d’accord avec elle. Il est temps que les tribunaux et le gouvernement se penchent sérieusement sur les moyens de réprimer le porno en Inde”.

Alors que les gouvernements occidentaux prennent de plus en plus conscience que la pornographie omniprésente a transformé nos sociétés, nous devrions prendre en compte le fait que le porno a un effet similaire dans les pays en développement. Ma femme a travaillé plusieurs années dans un centre de rue en Tanzanie. Une trentaine d’enfants y vivaient et des parrains payaient leur éducation, leurs vêtements, leurs fournitures scolaires et d’autres nécessités. Ce que les enfants voulaient le plus, cependant, c’était des téléphones portables, et lorsqu’ils les ont eus, ils ont immédiatement commencé à télécharger de la pornographie (ce qui pouvait être fait à très bon marché). La pornographie a modifié leur comportement ; certains garçons ont même abusé de garçons plus jeunes.

Il n’est évidemment pas possible de remettre en cause l’apport d’Internet, même si je suis de plus en plus convaincu que l’ère numérique s’avérera, dans l’ensemble, une ère de destruction plutôt que de commodité. Nos vies sont certainement plus faciles à certains égards, mais le prix que nous avons payé en termes de relations, d’effacement de notre économie sexuelle et d’autres conséquences délétères à venir ne semble pas en valoir la peine. Cette monstruosité est sur nous, et c’est notre monde maintenant – mais comme d’autres l’ont noté, il est temps d’envisager d’interdire la pornographie dans toute la mesure du possible.

Jonathon Van Maren

Jonathon Van Maren est rédacteur en chef adjoint de The European Conservative. Il a écrit pour First Things, National Review, The American Conservative, et son dernier livre s’intitule Prairie Lion : The Life & Times of Ted Byfield. 

Crédit photo : DR (photo d’illustration)

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “L’industrie pornographique occidentale empoisonne la planète”

  1. Pschitt dit :

    En titrant “pornographie OCCIDENTALE”, ne tombez-vous pas dans l’ethnomasochisme, ainsi que cela vous arrive de temps en temps ? En réalité, l’article repose pour une bonne part sur la pornographie indienne, et chacun sait que la pornographie est très répandue aussi en Asie du Sud-est, au Japon et en Amérique du Sud.

  2. Durandal dit :

    Bonjour,

    “Notre vie est plus facile” : non, il est devenu beaucoup plus dur d’être équilibré.

    Cdt.

    M.D

  3. DOMPER dit :

    La bêtise, la violence et la pornographie à la portée de tous ! Voilà le nouvel égalitarisme d’internet, d’un simple Clic vous avez accès à toutes les poubelles du monde et aux images mortifères…..cela entretient le manque de culture, l’abêtissement des masses populaires, l’inactivité et l’addiction pathologique aux téléphones. Bien sûr, il est impossible de supprimer le Net qui peut représenter une bibliothèque de savoirs fabuleuse mais aussi une déchetterie pleine de poubelles immondes….à nous de choisir !

  4. Xavier dit :

    Pourquoi le “Sexe Visuel” fait-il re-surgir la violence ?
    L’aura de mystère qui entoure la procréation permet de symboliser la vie Humaine comme sacrée.
    La culture diffracte ce point aveugle en une érotisation qui illumine tout du langage symbolique.
    Comme le Soleil éclaire toute chose, la sexualité éclaire toute vie, depuis l’amibe.
    Regarder ces Vérité de face aveugle !
    Dans la crudité de l’acte, plus de “Divine origine”, disparaît alors le langage symbolique, et toute culture.
    Ne reste dès lors la Violence de la bête !

  5. patphil dit :

    une gamine de 12 ans a été violée en france parce que juive! les violeurs sont à peine plus agés qu’elle, où va t-on? à cet age, j’ignorais même tout

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Insolite

Cobac Parc va réouvrir en pays de Saint-Malo. En avant l’aventure !

Découvrir l'article

Sociétal

La Prison pour femmes de Rennes va accueillir des dizaines de combattantes islamistes

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Ces femmes qui défient la pénurie de naissances en Amérique : Entretien avec Catherine Pakaluk

Découvrir l'article

Sociétal

L’éducation à la sexualité de la maternelle à la terminale… Pour tous ?

Découvrir l'article

International, Social

Crise humanitaire dans l’Etat Karenni : Des religieuses sur le front ont besoin d’un véhicule tout terrain.

Découvrir l'article

Sociétal

Bretagne administrative. Un nombre de naissances historiquement bas en 2023

Découvrir l'article

Sociétal

La fin du sexe en France. Qui est le coupable ? [vidéo]

Découvrir l'article

Sociétal

97 % des enfants exposés aux écrans pendant les vacances de février

Découvrir l'article

Sociétal

Ils vous insultent avec vos impôts ! – I-Média n°475 – TVL

Découvrir l'article

Sociétal

Basculement numérique : Éveiller l’authenticité perdue.

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky