Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Hanan Serroukh : « Les islamistes ont leurs propres lobbies en Europe, structurés et développés ici, avec des financements des institutions européennes »

Hanan Serroukh est éducatrice sociale et coordinatrice du secteur des études islamiques du GEES (Grupo de Estudios Estratégicos – un groupe de réflexion qui collabore avec les forces de sécurité de l’État). Serroukh vient de publier Coraje : El precio de la libertad (Le courage : le prix de la liberté), un ouvrage autobiographique qui analyse la manière dont l’islamisme et ses dirigeants ont pénétré les structures de la société espagnole.

Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé pour The European Conservative, traduction breizh-info.com

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

Hanan Serroukh : Je voulais marquer un tournant dans ma vie et raconter ce que j’ai vécu à la première personne. Le livre couvre ma trajectoire de vie et la manière dont j’ai fait face et me suis positionné face à différents défis : de ceux que j’ai vécus, au niveau social, à ceux posés par la structuration d’une société qui souffre de la catastrophe du multiculturalisme, et du veto sur le débat sur ce que nous avons actuellement et sur ce que nous voulons être.

Il y a deux lectures dans le livre. À travers les questions de ma fille, je m’adresse aux jeunes pour raconter mon histoire : comment, adolescente, j’ai fui un mariage forcé et me suis retrouvée dans une pauvreté absolue, pour parler face à face avec le président du gouvernement catalan. En même temps, dans une Espagne qui ne percevait pas le danger de l’islamisme, j’ai pris position contre cette idéologie avec toutes les conséquences que cela implique : de la répudiation à la nécessité de construire ma propre identité.

Le premier tournant de votre histoire commence-t-il avec le mariage forcé ?

Hanan Serroukh : Oui, c’est un moment qui rompt avec ma vie antérieure. C’était une vie normale, complète, comme celle de n’importe quelle Espagnole, une vie où il n’y avait pas de séparatisme islamique et où, en tant que fille d’immigrés née ici, je vivais dans une société solide dans ses principes et forte dans son identité communautaire. Mais l’apparition de l’islamisme a mis fin à tout cela et a brisé cette coexistence. Ma mère, devenue veuve, a épousé un salafiste, l’un des premiers arrivés en Espagne, et j’ai subi cette rupture dans mon propre foyer. La communauté marocaine qui a immigré dans les années 60 et 70 voulait à la fois se développer en tant que professionnels et progresser, mais l’islamisme transforme ce désir en une idée de conquête par la manipulation et encourage la séparation.

Est-ce quelque chose de similaire à ce qui s’est passé en France, avec la différence entre la première génération d’immigrés et les suivantes ?

Hanan Serroukh : Oui, c’est ce qui s’est passé. Les islamistes, qui ont été persécutés et rejetés dans les pays d’origine, ont vu une opportunité de diffuser et d’étendre leur idéologie. Le résultat est ce que nous avons aujourd’hui dans toute l’Europe.

Lorsque vous parlez de mariages forcés, beaucoup de gens pensent que cela n’arrive qu’en Afghanistan ou dans des pays similaires, mais, comme dans votre cas, cela arrive aussi en Europe.

Hanan Serroukh : C’est vrai. J’ai vécu en Catalogne, en Espagne. Je suis né à Barcelone, en 1974, et cela se passe ici et dans d’autres parties de l’Europe depuis longtemps. J’ai pu m’échapper parce que le ghetto et la pression sur la communauté n’étaient pas aussi forts qu’aujourd’hui. Aujourd’hui, en 2024, il y a beaucoup plus de contrôle et beaucoup plus de rejet, non seulement de la part de la famille et de la communauté musulmane, mais aussi de la part des lobbies occidentaux et des ONG en faveur du multiculturalisme, qui s’en prennent à quiconque dénonce cette situation. Je ris quand on me traite d'”islamophobe” ou de “raciste”, alors que j’expose la réalité de la violence subie par des milliers de jeunes en Europe à cause de la cruauté que l’islamisme inflige à la société. C’est contre cela que nous nous battons.

Avec qui voulaient-ils vous marier ?

Hanan Serroukh : Ils voulaient me marier à une personne proche de l’islamiste qui a épousé ma mère, pour régulariser son statut. Cela arrive souvent. Malheureusement, les femmes qui ne parviennent pas à fuir sont généralement maltraitées. Certaines croient qu’elles doivent payer le prix d’accepter ce mariage pour l’honneur de la famille, ou par respect pour la communauté, en pensant qu’après elles pourront se séparer ; la réalité n’est pas celle-là, et c’est alors qu’arrivent les abus et les violences.

Les mariages forcés sont-ils une réalité en Catalogne ?

Hanan Serroukh : Bien sûr, ils existent toujours, et malheureusement cette réalité est ignorée. Les autorités catalanes reconnaissent que les interlocuteurs de la communauté musulmane montrent un visage amical, mais ils ont une main de fer pour imposer les codes islamiques dans leurs quartiers. Elles le savent, mais aucune mesure n’est prise, faute de volonté politique. Cela se traduit par l’expulsion de leaders salafistes, et nous voyons à quel point il est difficile de procéder à ces expulsions. Et ce, alors qu’il s’agit d’islamistes qui restreignent les libertés des personnes, ou qui entravent la visibilité des filles en imposant le hijab et le treillis noir. Cependant, les personnes qui subissent ou ont subi ces violences sont ignorées et le débat n’est pas autorisé dans les institutions : Qui encourage les mariages forcés ? Pourquoi subissons-nous ce fléau en Espagne en 2024, alors que nous sommes horrifiés lorsqu’il se produit en Iran ou en Afghanistan ? Pourquoi en parler est-il un tabou ?

Il s’agit peut-être d’un nouvel exemple de la mentalité anti-occidentale qui s’abandonne à tout ce qui est étranger. Ces dernières années, avez-vous constaté une plus grande sensibilisation de la société à cette question, ou sommes-nous toujours aveugles ?

Hanan Serroukh : Malheureusement, c’est encore un tabou. Avec mon livre, je cherche à sensibiliser et à susciter le débat, parce qu’il est tabou d’en parler, parce qu’il est lu de manière biaisée et extrême, et parce qu’il est source de problèmes graves, comme la séparation et l’islamisation de quartiers entiers. L’administration ne fait rien pour l’empêcher et finit par reconnaître et donner de l’autorité aux leaders islamistes qui ont transformé ces quartiers en ghettos. Il est urgent de traiter cette question de manière responsable avant que, dans des endroits comme la Catalogne, nous n’atteignions un point de non-retour et une confrontation entre la démocratie et l’islamisme.

Vous parlez d’une confrontation. Comment voyez-vous la situation en Catalogne ?

Hanan Serroukh : J’ai vu comment quelque chose que je pensais lointain ou même exotique (comme c’était mon cas) est devenu banal. Nous avons normalisé le fait de voir une femme marcher consciemment derrière des hommes, ou de voir des filles porter le hijab. C’est la conséquence de la pénétration de l’islamisme dans toutes les couches, des classes sociales les plus vulnérables aux institutions politiques et universitaires. Rien n’est accidentel, et cela se prépare depuis des années et des années. Nous avons retiré les crucifix des salles de classe, mais nous avons introduit l’islam, et cela est dû au travail d’infiltration de l’islamisme.

Un islamisme très bien financé par différents pays.

Hanan Serroukh : Oui, mais ce n’est plus seulement cela. Les islamistes ont leurs propres lobbies en Europe, structurés et développés ici, avec des financements des institutions européennes. L’argent ne vient plus seulement de l’extérieur. L’ingénierie de l’islamisme depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui a été très réussie, et elle s’est infiltrée dans les institutions européennes.

Le multiculturalisme a engendré la ségrégation. Pour moi, c’est le racisme le plus raffiné, car il sépare les gens en fonction de leur origine, et cette ségrégation génère des fissures que l’islamisme a su exploiter. Les islamistes se sont présentés comme la solution et l’interlocuteur des politiciens à courte vue, offrant le vote en échange d’avantages. Au fil du temps, ce vote passe du statut d’élément folklorique à celui de poids et d’identité, et finit par constituer un parti à part entière.

C’est ce qui est arrivé aux Verts au Royaume-Uni, qui ressemblent à un parti musulman.

Hanan Serroukh : C’est un parti musulman. Je ne comprends pas pourquoi les féministes ne réagissent pas à ce qui se passe, car où sont les femmes ? Ce féminisme ne me représente pas, mais la question des femmes est un thermomètre de l’évolution de l’islamisme en termes de rôles qu’il occupe. Il ne s’agit plus du droit de porter le hijab. Ce dont il s’agit, dans des quartiers de plus en plus oubliés, c’est du droit de ne pas porter le hijab. Il s’agit du droit des filles à avoir leur image ou à étudier sans devoir aller dans les madrasas, parce que les islamistes considèrent qu’elles ne peuvent étudier que si elles vont d’abord dans les madrasas.

Ce qui s’est passé au Royaume-Uni est-il ce qui attend l’Europe ?

Hanan Serroukh : Je pense que la réalité de la France va devenir plus aiguë et plus répandue, et qu’elle sera la réalité de l’Europe. Et c’est déjà le cas en Catalogne. L’islamisme est une option que certains n’affrontent pas par peur, par lâcheté, par manque de loyauté envers leur pays, et d’autres parce qu’ils sont complices. Il ne s’agit pas de rejeter une religion ; l’islamisme, sa violence et sa volonté de conquête doivent être rejetés et affrontés.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

4 réponses à “Hanan Serroukh : « Les islamistes ont leurs propres lobbies en Europe, structurés et développés ici, avec des financements des institutions européennes »”

  1. SALON dit :

    Peut-on trouver ce livre en France dans s version originelle espagnole ?

  2. lucotin dit :

    et ça se passe en Catalogne, chez nous
    On comprend le rejet de cette Europe du renoncement
    Honte à ceux qui dévoie l’idée européenne d’origine pour en faire un laboratoire du mondialisme

  3. Jotglars 66 dit :

    Cette jeune femme a tout dit et ses explications ne tolèrent aucune contestation. L’Islam conquérant plante ses drapeaux dans l’espace public depuis des années en France. Les défenseurs acharnés de notre Laïcité ont bien accepté la séparation de l’ Eglise et de l’ Etat mais enlever le crucifix des classes pour le remplacer par le voile islamique ne les dérangent pas.

  4. Lily dit :

    Kadafi et d’autres l’ont dit que c’est par le ventre des femmes qu’ils domineront les pays du Nord, l’Europe,… car ils ont compris que c’est une arme géostratégique.
    Quant à nos imbéciles pseudo-politiques eux misent sur cette démographie étrangères dans un but électoral pour leur permettre d’accéder à des postes de pouvoir et le maintenir, quitte à brader la sécurité identitaire et nationale, la souveraineté nationale, les droits des individus…
    Toutes nos institutions et la justice sont corrompues il n’y a qu’a voir le refus par la “justice” de reconnaître le crime raciste du jeune Thomas de Crépol. Même les enseignants terrorisés, se voient imposer et obligés par les rectorats de s’écraser face aux élèves et leurs familles musulmanes violentes pour ne pas lésés cet électorat musulman. Nos institutions sont corrompues pour SATISFAIRE les musulmans.
    Le laxisme en Europe et particulièrement en France atteint son paroxysme, une faille observée et exploitée par les fréristes qui ont été patient…

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

Essai sur la démologie ou science des peuples européens [Partie 2]

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

David Engels : « En Pologne, le gouvernement tente de prendre en main l’enseignement primaire et secondaire afin d’influencer la jeunesse » [Interview]

Découvrir l'article

International

Une majorité relative d’Européens veulent que l’Ukraine négocie la paix avec la Russie

Découvrir l'article

International

« Patriotes pour l’Europe » : Le manifeste d’Orbán, de Kickl et de Babiš

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

David Engels : « L’Histoire est au centre de ce qui définit notre identité » [Interview]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire, Politique

Essai sur la démologie ou science des peuples européens

Découvrir l'article

Economie, International

Immigration. 1,1 million de migrants ont demandé l’asile dans l’UE en 2023 – seulement 90 000 expulsions

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Romain Petitjean : « Du point de vue de l’Institut Iliade, tous les champs de bataille doivent être investis » [Interview]

Découvrir l'article

International

Europe. Marine Le Pen, Wilders et les leaders d’Identité et Démocratie (ID) discutent d’un éventuel “supergroupe” au Parlement Européen

Découvrir l'article

Tribune libre

L’Europe est de retour. [L’Agora]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky