Dinard. Une bande annonce déjantée pour le 28ème festival du film britannique

dinard_festival

10/08/2017 – 07h00 Dinard (Breizh-Info.com) – Les organisateurs du festival du film britannique ont l’art de faire languir les amateurs de ce grand moment de cinéma qui se déroulera du 27 septembre au 1er octobre 2017. Pour patienter encore avant la révélation des films en compétition et de la programmation de fin septembre, c’est la bande annonce officielle qui vient de sortir.

Une bande annonce signée  Paul Marques Duarte, un jeune réalisateur français de 21 ans et que nous vous laissons découvrir ci-dessous :

Pour cette édition 2017, la présidente du jury du festival sera Nicole Garcia, qui n’a pas encore dévoilé le reste des membres du jury.

« Et vous , le thé, vous le buvez comment ? »

Le festival lance par ailleurs un concours photo sur Instagram (inscription jusqu’au 17 septembre) : en prenant pour modèle l’affiche du 28è Festival du film britannique, la photographie (format portrait) devra reprendre la position du personnage c’est à dire de ¾ face jusqu’au buste. Une tasse de thé et une soucoupe devront également apparaître sur la photographie. Le personnage représenté peut être féminin, masculin, jeune ou âgé.

A gagner, une accréditation ainsi qu’un panier garni.

Plus d’informations ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

  • Paul Marques Duarte

    Bonjour et merci pour la publication, je suis content que la bande-annonce ait du succès. Cependant je tiens à vous dire que je n’adhère pas du tout à la ligne éditoriale de votre site internet et des (des)informations que vous publiez régulièrement, notamment sur les thèmes liés à l’immigration et aux réfugiés. Bien cordialement, Paul Marques Duarte

    • An

      Ça fait pas bizarre ?
      Cette sensation d’être publiquement reconnu sur la toile, pour son travail, par des tiers dont on ne partage pas le idées politiques et de devoir le justifier, de peur d’être catalogué et donc risquer de perdre des contrats ?
      Symptôme concret du manque patent de liberté artistique, non ?
      Parce, franchement, ce message exprime de la gratitude ou de la peur, policée certes, mais à la base de votre réaction ?
      Ne dites rien, vous êtes soupçonnez. Dîtes quelque chose, vous perdez en dignité.