21/10/2013 – 14H00 BREST (Breizh-info.com) – Le centre social de Kérourien, situé dans un quartier dit « sensible » de Brest, est fermé depuis vendredi. Il va le rester durant près de trois semaines. La cause ? Les agissements d’une bande de « jeunes » du quartier qui pourrit la vie du personnel de ce centre qui dépend de la Caisse d’allocations familiales.
« Lutter contre l’isolement, développer les liens sociaux et mieux vivre ensemble » : les objectifs affichés sur son site par le centre social de Kérourien semblent aujourd’hui bien compromis. « La sécurité des salariés n’est plus assurée » constatait en effet jeudi dernier André Perros, le directeur de la CAF. « C’est à contrecœur que nous avons pris cette décision exceptionnelle, mais ce n’est plus possible de continuer dans ces conditions » précisait-il en expliquant que sa décision a été prise en raison des agissements d’« un noyau de jeunes, une demi-douzaine à une douzaine suivant les jours, [qui a]  fait du centre social sa base arrière où se préparent leurs combats contre le quartier de Pontanézen. Ils occupent les lieux, se montrent violents vis-à-vis des animateurs et de la directrice ». (Ouest-France, 18/10/13).
Cette fermeture va avoir pour conséquence de priver les habitants du quartier des services rendus habituellement par le centre durant les vacances scolaires qui viennent de commencer. La halte-garderie sera fermée, tout comme le club du troisième âge ou l’espace public multimédia. Les nombreuses activités dispensées dans cet établissement, des cours de gym à ceux de cuisine en passant par ceux de peinture, de bricolage ou de broderie, sont donc provisoirement supprimées.
A la veille des dernières municipales, en février 2008, le maire de Brest François Cuillandre (PS), avait rappelé sa conception du rôle du maire en matière de sécurité : « Sécurité, tranquillité, prévention, aide aux victimes mobilisent Brest (…) Agir pour la sécurité de tous, c’est mettre en œuvre une stratégie alliant politiques sociales et éducatives, qualité des espaces publics, médiation et sanction lorsque nécessaire. » (François Cuillandre, « Répondre au bien commun »). Une « stratégie » tout à fait conforme à l’idéologie libérale-libertaire en vogue au Parti socialiste qui aboutit – entre autre – aujourd’hui à la fermeture d’un centre social. Cherchez l’erreur…

Photo : Centre Social de Kerourien
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.