Les actes du colloque de Strasbourg sur les langues régionales sont disponibles

A LA UNE

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

08/11/2013 – 12H00 Strasbourg (Breizh-info.com) – Organisé par l’ICA 2010 (initiative citoyenne alsacienne pour plus de démocratie) avec le soutien de la Région Alsace, de l’OLCA et du groupe Les Verts/ALE du parlement européen, le colloque de Strasbourg « langues de France et ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires » s’est tenu les 31/5 et 1/6 à la maison de la Région à Strasbourg.
Il avait pour objectif dans un premier temps de s’inscrire dans la procédure d’une possible ratification de la charte, mais il a pris par la suite une tournure plus revendicative, lorsqu’il est devenu évident que le gouvernement ne mettra pas en route cette procédure, passant outre une promesse du candidat Hollande.

Les communications ont porté dans un premier temps sur :

–          un état des lieux quant à la vie ou à la survie des langues dites régionales ou minoritaires,

–          la politique ou plutôt sur l’absence de véritable politique à leur égard,

–          les raisons d’être et contenus de la charte,

–          la philosophie politique que la France  s’applique, l’empêchant ce faisant de ratifier la charte. Rappelons que la France l’a signée en 1999. Mais aussitôt fait, le Conseil constitutionnel, suivi en cela par le Conseil d’État, proclamait l’impossibilité pour la France de la ratifier en mettant en avant le concept qui veut que la France, ce soit la langue française, langue certes commune, mais surtout langue unique. Ils se faisaient les hérauts d’une « pensée unique », qui privilégie l’union dans l’uniformité d’une francité singulière, figée et repliée excluant la différence, à l’union dans la diversité d’une francitude ouverte, plurielle et évolutive incluant l’altérité, en fait le jacobinisme, une forme de « national-communautarisme », au post-nationalisme, la nation objective, c’est-à-dire l’ethnie, à la nation subjective, celle justement inventée par la France en 1789 reposant sur le sentiment d’appartenance et la volonté d’agir ensemble, le pacte civil et social.

–          une communication a traité des possibilités, mais aussi des limites, qu’offre le droit international en matière de langues régionales ou minoritaires.

Le colloque a aussi exploré l’aspect juridique, à la fois, d’une souhaitable ratification et des dispositions qui pourraient être prises en l’absence de ratification ou en accompagnement, à savoir une loi et/ou des chartes régionales, départementales et communales en faveur des langues régionales ou minoritaires.
Il a ouvert des pistes de réflexion pour un dialogue interculturel et pour la nécessaire information du grand public sur les langues de France.
Dans un deuxième temps, le colloque a donné la parole aux locuteurs de ces langues par l’intermédiaire des fédérations d’associations militantes, ce qui a permis à la fois de confronter les expériences et de faire apparaître la nécessité de l’union dans l’action.
Et enfin dans un troisième temps, parole a été donnée aux élus d’Alsace qui ont bien voulu la prendre.
S’agissant de l’Alsace, les actes présentent aussi une claire définition de la langue régionale et une brève histoire linguistique de la région (celle-ci dans la langue régionale).
On le voit, ce colloque a été très dense. Il a passé en revue tous les aspects qui concernent les langues de France. Il a aussi été tenu en interactivité ou en accompagnement d’autres événements liés à la question, notamment :

–          un courrier daté du 2/4/2013 reçu de l’Élysée nous informant de la future application  des 39 points retenus dans un catalogue de 98 lors de la signature de la charte,

–          la constitution le 15/3/2013 par Mme Filippetti d’un comité consultatif sur les langues régionales,

–          une manifestation le 15/5/2013 des associations militantes devant l’UNESCO à Paris pour demander l’asile culturel pour les langues de France,

–          le vote le 18/5/2013 à une très forte majorité de l’assemblée de corse pour un statut de co-officialité de la langue corse avec la langue française,

–          le vote aussi le 11/9/2013 très majoritaire du Parlement européen pour la protection des langues menacées,

–          la loi Peillon,

–          les assises alsaciennes de la langue et de la culture régionales

–          et l’appel en faveur d’une charte linguistique pour l’Alsace.

Les actes qui viennent d’en être publiés constituent un précieux document à disposition des décideurs et en général de quiconque veut approfondir le sujet.

On peut se procurer le livre sur Amazon ou au Centre culturel alsacien

5 Bd de la Victoire où il est en dépôt.

http://www.amazon.fr/dp/1291576746

Réf. : Les langues de France, actes du colloque de Strasbourg, dir. Pierre Klein, Editions Lulu.com, 2013

[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner !

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner ! https://www.youtube.com/watch?v=sWsnsLcNJuo Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion...

Entretien avec Marc Le Bourhis à propos de l’incendie de la cathédrale de Nantes

Le 18 juillet 2020, la cathédrale de Nantes était en proie à un incendie. Les flammes ont notamment détruit...

Articles liés

Langues régionales. Une plainte déposée à l’ONU contre les discriminations de l’État français

L'ONU peut-elle sauver les langues régionales de France ? Le Réseau européen pour l’égalité linguistique compte en tous cas sur l'aide de l'organisation :...

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ?

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ? Interview par Eric Pinault sur le plateau de France 3 Bretagne le...

Strasbourg : Réunion de l’Intergroupe Langues et Minorités sur la censure de la loi Molac.

L'Intergroupe du Parlement européen « Minorités traditionnelles, communautés nationales et langues» est consacré aux sujets liés aux minorités et aux langues régionales. Ce groupe existe...

Rennes. Le député Mustapha Laabid (LREM) définitivement condamné pour abus de confiance

Le député de la première circonscription d'Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid (LREM) a été définitivement condamné par la Cour de cassation. Il écope d'une peine de...