Nantes : un chauffeur de bus agressé et gazé, simple composition pénale pour l’un des agresseurs

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

25/11/2013 – 11H00 Nantes (Breizh-info.com) – Vendredi 22 novembre, vers minuit, un groupe de « jeunes à capuche » entrent dans un bus nantais de la Semitan. Le chauffeur leur demande alors de payer leur ticket, comme tout le monde, ce qu’ils se refusent à faire et qu’ils revendiquent d’ailleurs haut et fort.
Le chauffeur de bus insistant pour que le ticket soit réglé, les jeunes commencent par l’insulter, puis l’un des agresseurs sort une bombe lacrymogène et gaze le chauffeur de bus. Les policiers arrivés peu de temps après sur les lieux ont interpellé deux des responsables de cette agression, à Saint-Herblain, au terminus de la ligne 1 du tramway.
Après moins de vingt-quatre heures de garde à vue, les deux âgés de 17 et 18 ans ont été libérés, le mineur sera convoqué devant le juge pour enfant et devrait être mis en examen pour port d’arme, violence et outrage aggravé.
Le second, majeur, était uniquement poursuivi pour outrage bien qu’ayant participé à cette violence en réunion. Il a écopé d’une composition pénale, peine alternative à une condamnation judiciaire et ne sera donc plus inquiété. Le conducteur du bus a été quant à lui brûlé par le gaz, et demeure très choqué par cette agression.

Depuis plusieurs années, les violences se multiplient dans les transports collectifs urbains nantais, notamment sur les lignes desservant les quartiers dits « sensibles », quartiers à forte hétérogénéité ethnique et culturelle. Les syndicats avaient déjà dénoncé, en 2012, l’explosion de ces violences (102 agressions physiques entre 1er janvier et 30 septembre 2012).

Crédit photo : Manuel MC/Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.