Discrimination positive : c’est non ! [Tribune libre]

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Un sondage BVA  réalisé les 6 et 7 février pour Le Parisien et i Télé indique que les Français sont massivement opposés à la discrimination positive que le gouvernement va probablement introduire dans son projet visant à une meilleure intégration des immigrés. Une fois de plus, nous retrouvons le bloc comprenant les deux tiers des Français (67% exactement dans ce sondage) qui sont hostiles à toutes les initiatives d’une «majorité» parlementaire qui ne représente en fait qu’une très faible minorité réelle.

67% des sondés ont répondu que la discrimination positive serait une mauvaise chose (48% des gens de gauche y sont favorables et 49% ne le sont pas tandis que 83% des gens de droite y sont défavorables). 77% ont également dit que c’est aux immigrés de se donner les moyens de s’intégrer.

Discrimination positive ou préférence étrangère ?

Ce sondage a été fait juste avant l’examen de la nouvelle « feuille de route » gouvernementale concernant l’intégration des populations immigrées qui aura lieu aujourd’hui. Cette « feuille de route » comprend 44 points qui sont inspirés des cinq rapports remis au Premier Ministre en Décembre et dont celui-ci avait dit qu’ils ne traduisaient pas son opinion. En fait, comme Malika Sorel l’a écrit dans le Figaro, ces cinq rapports reflétaient parfaitement les intentions de Jean-Marc Ayrault qui a pour objectif de détruire (le mot n’est pas trop fort) l’identité culturelle française.

Ainsi, comme nous l’avions pressenti dans un précédent article, l’arabe dialectal, le romani et même le mandarin vont sans doute  « devenir plus visibles » dans les écoles. Par ailleurs, la discrimination positive en faveur des immigrés (qui est aussi une discrimination négative à l’encontre des autochtones) pourrait être introduite dans l’administration et dans les procédures de sélection par concours. Ceci signifie que nous allons assister à la mise en place de quotas qui pourraient défavoriser des Français autochtones plus méritants que certains immigrés recrutés uniquement du fait de l’existence de ces quotas. Concernant les concours, des processus de recrutement hors concours devraient permettre à des personnes issues de l’immigration d’être intégrées en lieu et place de candidats autochtones soumis aux procédures normales. C’est la négation de tout notre système de sélection au mérite et l’affirmation de ce que Malika Sorel appelle  «la préférence étrangère». Ce système relève même du racisme anti-français pur et simple puisque des candidats méritants seront éliminés du seul fait de leurs origines !

Grand remplacement et destruction culturelle 

Pour Malika Sutter le programme du gouvernement apparaît très clairement à la faveur de ce nouveau projet, il s’agit de « changer le peuple au travers du changement en profondeur de tout son référentiel culturel ». Pour être complet, on peut ajouter que le gouvernement socialo-écologiste veut changer et le peuple, en le remplaçant par de nouveaux venus, et la culture de ce peuple, en détruisant les piliers de sa culture millénaire.

Il ne fait aucun doute que si le peuple français disposait, comme le peuple suisse, du droit de veto sur les lois votées par le parlement, toutes celles à caractère « sociétal » votées par les élus de la « majorité » auraient été rejetées. Pour rendre le pouvoir au peuple, l’introduction d’un véritable référendum d’initiative populaire dans la Constitution est indispensable. Comme le disait hier soir Roland Cayrol qui faisait référence à l’étude du CEVIPOF et à un sondage concernant le référendum d’initiative populaire, les Français rejettent la démocratie représentative et veulent une sixième République qui soit référendaire.

B. Guillard

Crédit photo : Breizh info
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Auray. Douze circuits thématiques pour découvrir la ville

Cet été, la mairie d'Auray organise douze circuits thématiques permettant la découverte des lieux emblématiques de la ville, ouvrant...

Metallica. Retour sur la genèse de « The Black Album »

Metallica raconte la genèse de son album phare "The Black Album", qui a fait la une des journaux et...

1 COMMENTAIRE

  1. A force d’imposer de telles sornettes, il va finir par y avoir un sacré retour de bâton un de ces jours prochains…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Discriminer ou disparaître ? Charles Gave reçoit Thibault Mercier

Dans l’émission littéraire « Entre les lignes », Charles Gave reçoit Thibault Mercier avocat pour son essai " Athéna à la Borne Discriminer ou...

Discrimination ? En Avant Guingamp met en vente des places à 5 euros réservées… aux femmes

Quand la démagogie frôle la discrimination...A l'occasion de la « journée du Droit des femmes », le vendredi 13 mars prochain, En Avant Guingamp...

Campus Vox. « On embauche pas quelqu’un parce qu’il est gay ou noir »

Delphine Ernotte la patronne de France Télévision a annoncé sur twitter, le 14 novembre dernier, inclure dans l’ensemble des contrats de production une clause...

Logements, discrimination : le peuple vote en Suisse le 9 février 2020

Il y a trois mois, les citoyens suisses ont renouvelé leur parlement lors des élections fédérales. Les lignes ont peu bougé, hormis une « vague...